SVM n°207 septembre 2002
SVM n°207 septembre 2002
  • Prix facial : 3,80 €

  • Parution : n°207 de septembre 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 208

  • Taille du fichier PDF : 172 Mo

  • Dans ce numéro : le guide de la rentrée... les meilleurs sites d'achat.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 80 - 81  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
80 81
enjeux Le mail, outil de pouvoir Shltgr ".soeno.tiorr estrir, lest lesAucurnentsirapportsderecherrhe,'ZIWO/tribernetudedeloorressonern.. - Mei psolt Internet Explorer INF11:3 Eicher Edewn Affvhxte Prkedonta Pochon:ber Favoris IN&Ita Aer.se itj ht,p ii...,-...frfiestPesd,rweesi,eppx,sderecher,tre,Z090/uteerneietudedelerretee PDF ber. a C5f, ? ; UM 14 4 » 1 + 6Bc5'r.:1, ça Terminé butte sur la messagerie eleatroniqua - EZA. CEREBEi. LEST - mars 2000 - qui doit avoir copte "pour inhumation" parce qu'il est directement concerné par l'inlannation ? Il ressort. de l'avis général. que lez listes de destinataires constituent les véritables organigrammes fonctionnels des projets" rendant caduque toutm les positions et repéres hiérarchiques traditionnels. L'établissement des listes de destinataires doit etre un outil "vivant" qui continuellement en fonction des besoins de finictionnement. On le devine. les modalités d'établissement de ces listes résident la capacité de chaque organisation à y'interroger simematiquement sur "qui est décideur ? et qui est concerné L'établissement des listes do destinataires constitue donc un poumon'essentiel. qui pela s'exercer : ataatraitepoement en jonction d'un pouvoir hiérarchique,. - collégialement par estension du préciMant. - démocratiquement par un groupe de "pairs". auxquels la l'Onctin est dévohie par la "hase", les résultats étala suidés par elle si 710.3x 287 nye 0 I Pt w A L'étude du Lest (laboratoire d'économie et de sociologie du travail du CNRS) fait apparaître que la constitution des listes de destinataires d'un mail relève du stratège. En sélectionnant les personnes allant y figurer et leur ordre d'apparition, l'expéditeur distribue ainsi officieusement les pouvoirs par courrier électronique, il n'y a pas de contact visuel. Impossible également de couper la parole puisque les conversations se font en différé (les spécialistes parlent de communication asynchrone). Quand on est un chef, il faut savoir s'adapter. Selon Owens, l'usage des smileys dans les rapports hiérarchiques est, par exemple, inversement proportionnel au statut de la personne. Les patrons en raffolent pour affecter une certaine décontraction. Ils abusent également du "paralangage", qui leur permet d'inscrire leur sentiment entre parenthèses de façon toujours très calculée. En clair, si on reçoit "(Ah, comme j'aime ces moments d'excitation avant un salon)" il faut traduire par "Fini de rigoler, maintenant il faut bosser dur" Les tournures ambiguës, équivoques, les ordres rédigés sous forme de blagues ou de petites piques anodines sont ainsi suremployés dans les mails des chefs. "Des phrases ciselées, réfléchies, qu'on n'aurait pas l'audace de lâcher en rentrant dans un bureau", précise Owens. Pour ce qui est 80 svm Septembre 2002 de couper la parole, la stratégie du chef est plus compliquée. D'autant que les cadres ont pris l'habitude d'écrire de longs mails jargonneux pour exposer leurs idées, ou revendications, sans se faire interrompre. Face à cette attitude subversive, le chef n'a pas vraiment le choix. En amont, il peut contrôler le nombre de participants à une discussion, excluant le potentiel "fauteur de trouble". Si la conversation est déjà lancée, le chef peut forcer les participants à poursuivre les échanges de visu, pour reprendre le contrôle de la situation. Mais la recherche de la dominance se cache également derrière d'autres éléments insoupçonnés. La signature, tout d'abord, celle qui apparaît en bas du message. Là, il y a deux façons d'imposer son statut. La première consiste à rappeler systématiquement tous ses titres et fonctions, asseoir sa stature en utilisant des dénominations anglo-saxonnes, faire précéder son numéro de téléphone du préfixe national, etc. A l'inverse, lorsque la position sociale est jugée évidente et non contestable, il arrive que le leader — nécessairement pressé — signe de ses initiales. Ainsi, selon le New York Times, le président George Washington Bush termine ses missives d'un bref "gwb" sans même prendre la peine d'appuyer sur la touche "majuscule". Autre indication, le temps de réponse à un courrier électronique. Selon Owens, il serait lui aussi inversement proportionnel au statut social dans l'entreprise. Le dirigeant ayant par ailleurs une réputation de self-control à entretenir, il lui faut éviter à tout prix les embrasements verbaux. "C'est d'autant plus important que l'on oublie vite la dimension matérielle du mail pouvant être archivé et'ressorti'lors d'une guerre interne", remarque Owens. De la fermeté, mais pas d'invective. II faut laisser les injures aux cadres, qui ne s'en privent pas. Les employés "de base", quant à eux, utiliseront plutôt le mail pour signifier leur intégration à l'équipe : "Bon ben... je ferai des copies pour tout le monde ce soir, ne vous inquiétez pas", "Waouh, ça c'est une super idée ! " De ce côté-ci de l'Atlantique, l'autopsie électronique réalisée par David Owens est regardée comme une curiosité. D'abord, parce que les usagers se refusent à voir la moindre dimension stratégique dans la communication par mail, ensuite parce que les études consacrées à ce sujet sont peu nombreuses et s'intéressent plus à l'impact général du courrier électronique sur l'organisation de l'entreprise qu'à son contenu. Néanmoins, début 2000, le laboratoire d'économie et de sociologie du travail (Lest-CNRS) s'est penché sur la messagerie électronique dans deux centres de recherche (3). "Le lien entre le statut de l'individu et sa manière d'utiliser le mail n'est peut-être pas aussi marqué, note Alain d'Iribarne, directeur de recherche au Lest Tous les mails professionnels ne sont pas de nature hiérarchique. Les communications entre pairs sont aujourd'hui essentielles et fonctionnent avec d'autres modèles. Usage horizontal qui peut d'ailleurs être pris comme une menace et un moyen de subversion par certaines directions et, donc, combattu." Même analyse du côté de Patrice Flichy, sociologue et directeur de la revue Réseaux : "Les modèles de communication varient suivant la structure dans laquelle elle se développe. Si une organisation est très contrôlée, le mail est utilisé comme un outil d'animation et de mainmise sur les équipes, commerciales notamment. Une communication qui s'effectue pratiquement à sens unique. Dès que le management est plus collaboratif, le mail sert d'abord à faciliter la conduite de projets et la fluidité de l'information. Le contenu est alors très informel. Mais souvent, la communication reste embryonnaire et non stratégique." Laurence Saunder, directrice de l'Institut français de l'anxiété et du
Il existe un moyen plus Facile pour Parler à votre PC Utilisez plutôt Dragon rallySpeaking XP Edition'Je gagne un temps précieux en l'utilisant quotidiennement » Alexandre Lemercer, Avocat à Périgueux Adoptez vous aussi une nouvelle méthode de travail ! Oubliez votre clavier et servez-vous de votre voix et de Dragon NaturallySpeaking pour être plus productif et gagner un temps précieux. Parlez naturellement', vos paroles s'affichent tout simplement à l'écran. Rédigez plus rapidement vos courriers, e-mails, rapports,... à une vitesse de 160 mots par minute'. Créez des raccourcis de dictée pour insérer des paragraphes ou phrases-type. Personnalisez le dictionnaire intégré de 300 000 mots, contrôlez et pilotez votre ordinateur à la voix. Moins de stress, plus de productivité, c'est ce que vous apporte l'incroyable précision de Dragon NaturallySpeaking. Votre voix est un allié précieux. Découvrez son pouvoir ! Pour plus d'information, contactez le 01 55 97 17 20 www.ScanSoft.fr Productivité ""'Frontières h fi ! a 1 l 2 e ! I ScanSoft'



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 207 septembre 2002 Page 1SVM numéro 207 septembre 2002 Page 2-3SVM numéro 207 septembre 2002 Page 4-5SVM numéro 207 septembre 2002 Page 6-7SVM numéro 207 septembre 2002 Page 8-9SVM numéro 207 septembre 2002 Page 10-11SVM numéro 207 septembre 2002 Page 12-13SVM numéro 207 septembre 2002 Page 14-15SVM numéro 207 septembre 2002 Page 16-17SVM numéro 207 septembre 2002 Page 18-19SVM numéro 207 septembre 2002 Page 20-21SVM numéro 207 septembre 2002 Page 22-23SVM numéro 207 septembre 2002 Page 24-25SVM numéro 207 septembre 2002 Page 26-27SVM numéro 207 septembre 2002 Page 28-29SVM numéro 207 septembre 2002 Page 30-31SVM numéro 207 septembre 2002 Page 32-33SVM numéro 207 septembre 2002 Page 34-35SVM numéro 207 septembre 2002 Page 36-37SVM numéro 207 septembre 2002 Page 38-39SVM numéro 207 septembre 2002 Page 40-41SVM numéro 207 septembre 2002 Page 42-43SVM numéro 207 septembre 2002 Page 44-45SVM numéro 207 septembre 2002 Page 46-47SVM numéro 207 septembre 2002 Page 48-49SVM numéro 207 septembre 2002 Page 50-51SVM numéro 207 septembre 2002 Page 52-53SVM numéro 207 septembre 2002 Page 54-55SVM numéro 207 septembre 2002 Page 56-57SVM numéro 207 septembre 2002 Page 58-59SVM numéro 207 septembre 2002 Page 60-61SVM numéro 207 septembre 2002 Page 62-63SVM numéro 207 septembre 2002 Page 64-65SVM numéro 207 septembre 2002 Page 66-67SVM numéro 207 septembre 2002 Page 68-69SVM numéro 207 septembre 2002 Page 70-71SVM numéro 207 septembre 2002 Page 72-73SVM numéro 207 septembre 2002 Page 74-75SVM numéro 207 septembre 2002 Page 76-77SVM numéro 207 septembre 2002 Page 78-79SVM numéro 207 septembre 2002 Page 80-81SVM numéro 207 septembre 2002 Page 82-83SVM numéro 207 septembre 2002 Page 84-85SVM numéro 207 septembre 2002 Page 86-87SVM numéro 207 septembre 2002 Page 88-89SVM numéro 207 septembre 2002 Page 90-91SVM numéro 207 septembre 2002 Page 92-93SVM numéro 207 septembre 2002 Page 94-95SVM numéro 207 septembre 2002 Page 96-97SVM numéro 207 septembre 2002 Page 98-99SVM numéro 207 septembre 2002 Page 100-101SVM numéro 207 septembre 2002 Page 102-103SVM numéro 207 septembre 2002 Page 104-105SVM numéro 207 septembre 2002 Page 106-107SVM numéro 207 septembre 2002 Page 108-109SVM numéro 207 septembre 2002 Page 110-111SVM numéro 207 septembre 2002 Page 112-113SVM numéro 207 septembre 2002 Page 114-115SVM numéro 207 septembre 2002 Page 116-117SVM numéro 207 septembre 2002 Page 118-119SVM numéro 207 septembre 2002 Page 120-121SVM numéro 207 septembre 2002 Page 122-123SVM numéro 207 septembre 2002 Page 124-125SVM numéro 207 septembre 2002 Page 126-127SVM numéro 207 septembre 2002 Page 128-129SVM numéro 207 septembre 2002 Page 130-131SVM numéro 207 septembre 2002 Page 132-133SVM numéro 207 septembre 2002 Page 134-135SVM numéro 207 septembre 2002 Page 136-137SVM numéro 207 septembre 2002 Page 138-139SVM numéro 207 septembre 2002 Page 140-141SVM numéro 207 septembre 2002 Page 142-143SVM numéro 207 septembre 2002 Page 144-145SVM numéro 207 septembre 2002 Page 146-147SVM numéro 207 septembre 2002 Page 148-149SVM numéro 207 septembre 2002 Page 150-151SVM numéro 207 septembre 2002 Page 152-153SVM numéro 207 septembre 2002 Page 154-155SVM numéro 207 septembre 2002 Page 156-157SVM numéro 207 septembre 2002 Page 158-159SVM numéro 207 septembre 2002 Page 160-161SVM numéro 207 septembre 2002 Page 162-163SVM numéro 207 septembre 2002 Page 164-165SVM numéro 207 septembre 2002 Page 166-167SVM numéro 207 septembre 2002 Page 168-169SVM numéro 207 septembre 2002 Page 170-171SVM numéro 207 septembre 2002 Page 172-173SVM numéro 207 septembre 2002 Page 174-175SVM numéro 207 septembre 2002 Page 176-177SVM numéro 207 septembre 2002 Page 178-179SVM numéro 207 septembre 2002 Page 180-181SVM numéro 207 septembre 2002 Page 182-183SVM numéro 207 septembre 2002 Page 184-185SVM numéro 207 septembre 2002 Page 186-187SVM numéro 207 septembre 2002 Page 188-189SVM numéro 207 septembre 2002 Page 190-191SVM numéro 207 septembre 2002 Page 192-193SVM numéro 207 septembre 2002 Page 194-195SVM numéro 207 septembre 2002 Page 196-197SVM numéro 207 septembre 2002 Page 198-199SVM numéro 207 septembre 2002 Page 200-201SVM numéro 207 septembre 2002 Page 202-203SVM numéro 207 septembre 2002 Page 204-205SVM numéro 207 septembre 2002 Page 206-207SVM numéro 207 septembre 2002 Page 208