SVM n°204 mai 2002
SVM n°204 mai 2002
  • Prix facial : 3,80 €

  • Parution : n°204 de mai 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 194

  • Taille du fichier PDF : 174 Mo

  • Dans ce numéro : bugs... comment les corriger ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 78 - 79  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
78 79
phénomène Fraîchement débarqué en Allemagne, le phénomène iMode révolutionne les téléphones portables. Voyage au pays de l'iMode et des mobiles, ou keetai. En attendant sa prochaine arrivée en France. De notre correspondant au Japon, François Hermellin paradis des keetai Huit heures. Tanaka San s'apprête à sortir de chez lui. Aujourd'hui, il ne va pas directement au bureau, il doit d'abord passer chez un client. Après s'être connecté sur un site Internet à l'aide de son téléphone mobile, il rentre le nom de la gare la plus pro- 73 millions de Japonais utilisent un téléphone mobile. 32% des possesseurs de mobile au Japon s'en servent pour consulter des sites sur le Net (source NRI). 4 utilisateurs de solutions Internet mobile sur cinq dans le monde se trouvent au Japon (Source TCA -Telecom Carriers Association). 50000 sites sont compatibles iMode sur le Net. 76 svni Mai 2002 che de chez lui et celle de sa destination. L'écran de son portable est assez grand, avec ses 120 x160 pixels en 65 536 couleurs, pour afficher la totalité des informations des pages cHTML (compact HTML) du réseau iMode de Docomo (37 millions d'abonnés en août 2001). Mais des sites comparables existent aussi sur les deux autres réseaux (ezWeb de l'opérateur KDDI et J-Sky de J-Phone) qui utilisent la norme Wap ou une déclinaison proche. ôI Dans le métro aussi, le keetai est roi Comme tous les matins, le métro est bondé. Malgré le manque d'espace, on s'organise pour le trajet. Les uns lisent le journal du matin, plié de telle façon qu'il ne prend pas plus d'une dizaine de centimètres de large. D'autres écoutent de la musique, telle cette lycéenne, qui, tout en se passant le fichier MP3 du dernier tube à la mode qu'elle vient de télécharger, envoie un mail à une de ses amies. Il existe au Japon plusieurs systèmes de téléphonie mobile, et plusieurs réseaux. Les messages envoyés par les portables vont de l'équivalent du simple SMS (minimessage), aux MMS (minimessages multimédias) qui devraient se développer bientôt en Europe, avec des vidéos simples, des images ou des fichiers son, en plus du texte. Les mobiles de la troisième génération sont naturellement beaucoup plus performants, et le service i-motion de Foma propose de voir des vidéos à la vitesse de 64 Kbits/s. Depuis quelque temps, les stations du métro de Tôkyô s'équipent d'antennes permettant aux usagers d'utiliser leur keetai (mobile) sous terre, à proximité des stations. Dans le wagon, Tanaka San, facture d'électricité en main, se connecte sur le site de sa banque réservé aux mobiles. 11 sélectionne l'option des Le format iMode permet de recevoir et virements et entre d'envoyer des le montant et le images sur un téléphone mobile. numéro du compte de la compagnie d'électricité. En quelques secondes, il a payé son dû. En septembre 2000, 13,8% des possesseurs de téléphones portables interrogés par Nomura Research Institute (NRI) l'utilisaient aussi pour consulter des sites sur le Web. En septembre 2001, ils étaient 32% et ce chiffre ne fait qu'augmenter. La moyenne des dépenses est d'un peu plus de 80 € (525 F) par mois. Mais les 15-25 ans sont largement au-dessus de ces chiffres.
Certains sites payants chargent l'opérateur national NIT Docomo de collecter le prix de leurs services, généralement entre 100 et 300 yens, soit environ 0,85 à 2,55 € (6 et 17F) par site et par mois, qui sont au prix des communications téléphoniques du portable. Ils apparaissent aussi sur la liste des sites référencés par le portail de Docomo, ce qui leur assure une fréquentation élevée. En échange, NTT Docomo conserve 9% des sommes qu'il leur rétrocède. Selon NRI, à l'automne 2001, 21,6% des utilisateurs de keetai interrogés utilisaient des sites payants, alors que 10,4% ne se connectaient que sur des sites gratuits. Si NTT Docomo référence un peu plus de 1500 sites sur son portail, on estime à environ 50000 le nombre de sites compatibles iMode existant sur le Web, certains payants, d'autres pas. Le marché des sites payants de contenus au Japon, tous réseaux confondus, est estimé par NRI à 700 milliards de yens (6milliards d'euros). Les dépenses moyennes par utilisateur sur les sites payants sont de 455 yens (environ 4 €, 27 F) par mois, sans compter les frais de communication. Certains de ces sites sont créés par des particuliers, et la plupart du temps ils sont gratuits : étudiant ayant développé la version Java d'un jeu vidéo, petit restaurant de quartier qui crée un site pour annoncer le plat du jour aux entreprises avoisinantes... Des mobiles ouverts au langage Java Mais à côté des innovations technologiques (voir encadré page suivante) des keetai, une autre avancée décisive a été la possibilité de faire tourner des applications écrites en langage Java sur ces appareils. En recourant au standard Java (Java 2 Micro Edition ou J2ME), plutôt qu'à un langage propriétaire, on a donné aux mobiles nippons la possibilité de bénéficier d'un tas d'applications, dont le développement est à la portée de n'importe quel programmeur. Début décembre 2001, il y avait, au Japon, 9,4 millions de keetai compatibles Java sur le réseau Docomo, chiffre qui croît d'un million par mois depuis. Les programmes Java se multiplient donc, et collent de plus en plus aux désirs et besoins de la vie de tous les jours. L'un des programmes les plus utilisés permet, à la fin d'un dîner au restaurant, fréquent entre collègues de bureau, de calculer la somme que chacun des convives doit payer, somme qui varie selon la position hiérarchique des personnes présentes. Le programme, qui a été adopté par des millions de personnes, n'a besoin que de quelques informations comme le nombre et la fonction des convives, pour calculer la part de chacun. A côté de Tanaka San, un cadre d'une cinquantaine d'années vérifie le cours des actions de son portefeuille boursier, et envoie un ordre de vente sécurisé par une appli Java SSL. Si dans la tranche d'âge des 10-29 ans, 70% des personnes accèdent au Web via leur mobile, ils ne sont plus que 15,6% chez les plus de cinquante ans (source NRI). Mais ce chiffre même montre à quel point l'utilisa- ce Les portables font quasiment partis de l'uniforme des écoliers japonais, et dès l'âge de sept ans. "A l'école, on a toutes des keetai. Chacune d'entre nous utilise un opérateur différent. C'est Docomo qui est le plus populaire, car c'est le réseau qui dispose du plus grand nombre de sites Web. Mais c'est aussi le plus cher..., raconte Saitô San (au milieu sur la photo). Chacune d'entre nous dépense à peu près 50000 yens par mois (environ 430 €.12 800 F !), payés par nos parents." 0 Lion des keetai au Japon pour accéder au Net n'est pas réservée aux 10-30 ans. Saitô San, la lycéenne, descend à la station suivante. Tout en marchant, elle envoie un mail à son amie, Miwa. Comme la plupart des adolescents, qui ont grandi avec un keetai dans une main et une Game Boy dans l'autre, elle est experte en "blind touch" : sans quasiment regarder l'écran de son portable, elle compose à une vitesse affolante ses messages, tenant d'une seule main son appareil et sélectionnant du pouce les touches du clavier, dont elle connaît l'emplacement par coeur. La réponse de Miwa arrive instantanément : elle lui donne rendez-vous dans son En deux mois, 2,5 millions de Japonais ont été séduits par Shamel, un service pour envoyer et recevoir des photos couleur en pièces jointes via son mobile. Mai 2002 SVM 77



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 204 mai 2002 Page 1SVM numéro 204 mai 2002 Page 2-3SVM numéro 204 mai 2002 Page 4-5SVM numéro 204 mai 2002 Page 6-7SVM numéro 204 mai 2002 Page 8-9SVM numéro 204 mai 2002 Page 10-11SVM numéro 204 mai 2002 Page 12-13SVM numéro 204 mai 2002 Page 14-15SVM numéro 204 mai 2002 Page 16-17SVM numéro 204 mai 2002 Page 18-19SVM numéro 204 mai 2002 Page 20-21SVM numéro 204 mai 2002 Page 22-23SVM numéro 204 mai 2002 Page 24-25SVM numéro 204 mai 2002 Page 26-27SVM numéro 204 mai 2002 Page 28-29SVM numéro 204 mai 2002 Page 30-31SVM numéro 204 mai 2002 Page 32-33SVM numéro 204 mai 2002 Page 34-35SVM numéro 204 mai 2002 Page 36-37SVM numéro 204 mai 2002 Page 38-39SVM numéro 204 mai 2002 Page 40-41SVM numéro 204 mai 2002 Page 42-43SVM numéro 204 mai 2002 Page 44-45SVM numéro 204 mai 2002 Page 46-47SVM numéro 204 mai 2002 Page 48-49SVM numéro 204 mai 2002 Page 50-51SVM numéro 204 mai 2002 Page 52-53SVM numéro 204 mai 2002 Page 54-55SVM numéro 204 mai 2002 Page 56-57SVM numéro 204 mai 2002 Page 58-59SVM numéro 204 mai 2002 Page 60-61SVM numéro 204 mai 2002 Page 62-63SVM numéro 204 mai 2002 Page 64-65SVM numéro 204 mai 2002 Page 66-67SVM numéro 204 mai 2002 Page 68-69SVM numéro 204 mai 2002 Page 70-71SVM numéro 204 mai 2002 Page 72-73SVM numéro 204 mai 2002 Page 74-75SVM numéro 204 mai 2002 Page 76-77SVM numéro 204 mai 2002 Page 78-79SVM numéro 204 mai 2002 Page 80-81SVM numéro 204 mai 2002 Page 82-83SVM numéro 204 mai 2002 Page 84-85SVM numéro 204 mai 2002 Page 86-87SVM numéro 204 mai 2002 Page 88-89SVM numéro 204 mai 2002 Page 90-91SVM numéro 204 mai 2002 Page 92-93SVM numéro 204 mai 2002 Page 94-95SVM numéro 204 mai 2002 Page 96-97SVM numéro 204 mai 2002 Page 98-99SVM numéro 204 mai 2002 Page 100-101SVM numéro 204 mai 2002 Page 102-103SVM numéro 204 mai 2002 Page 104-105SVM numéro 204 mai 2002 Page 106-107SVM numéro 204 mai 2002 Page 108-109SVM numéro 204 mai 2002 Page 110-111SVM numéro 204 mai 2002 Page 112-113SVM numéro 204 mai 2002 Page 114-115SVM numéro 204 mai 2002 Page 116-117SVM numéro 204 mai 2002 Page 118-119SVM numéro 204 mai 2002 Page 120-121SVM numéro 204 mai 2002 Page 122-123SVM numéro 204 mai 2002 Page 124-125SVM numéro 204 mai 2002 Page 126-127SVM numéro 204 mai 2002 Page 128-129SVM numéro 204 mai 2002 Page 130-131SVM numéro 204 mai 2002 Page 132-133SVM numéro 204 mai 2002 Page 134-135SVM numéro 204 mai 2002 Page 136-137SVM numéro 204 mai 2002 Page 138-139SVM numéro 204 mai 2002 Page 140-141SVM numéro 204 mai 2002 Page 142-143SVM numéro 204 mai 2002 Page 144-145SVM numéro 204 mai 2002 Page 146-147SVM numéro 204 mai 2002 Page 148-149SVM numéro 204 mai 2002 Page 150-151SVM numéro 204 mai 2002 Page 152-153SVM numéro 204 mai 2002 Page 154-155SVM numéro 204 mai 2002 Page 156-157SVM numéro 204 mai 2002 Page 158-159SVM numéro 204 mai 2002 Page 160-161SVM numéro 204 mai 2002 Page 162-163SVM numéro 204 mai 2002 Page 164-165SVM numéro 204 mai 2002 Page 166-167SVM numéro 204 mai 2002 Page 168-169SVM numéro 204 mai 2002 Page 170-171SVM numéro 204 mai 2002 Page 172-173SVM numéro 204 mai 2002 Page 174-175SVM numéro 204 mai 2002 Page 176-177SVM numéro 204 mai 2002 Page 178-179SVM numéro 204 mai 2002 Page 180-181SVM numéro 204 mai 2002 Page 182-183SVM numéro 204 mai 2002 Page 184-185SVM numéro 204 mai 2002 Page 186-187SVM numéro 204 mai 2002 Page 188-189SVM numéro 204 mai 2002 Page 190-191SVM numéro 204 mai 2002 Page 192-193SVM numéro 204 mai 2002 Page 194