SVM n°204 mai 2002
SVM n°204 mai 2002
  • Prix facial : 3,80 €

  • Parution : n°204 de mai 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 194

  • Taille du fichier PDF : 174 Mo

  • Dans ce numéro : bugs... comment les corriger ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 186 - 187  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
186 187
l'encyclo de la micro Compression sans perte Outil Format Bits/pixel utilisé de fichier CCITT Groupe 4 Tif 1 LZW Git Tif 4,8,24 L277 PNG 1 4,8 24 Ondelettes Taux moyen constaté 20/1 2/1 2/1 DWr JP2 8,16,24,32 2/1 Compression avec perte Outil Format Bits/pixel utilisé de fichier DCT JPG 8,24 Ondelettes DWr JP2 Fractale Fif Taux moyen constaté 20/1 (1/1 - 60/1) 8,16,24,32 40/1 (5/1 - 300/1) 8,16,24,32 60/1 (20/1 - 300/1) L'image Les formats de compression Comprimer : agir sur un corps de manière à en réduire le volume. Compression numérique : technique de réduction du volume des signaux numérisés, en vue d'optimiser leur transmission ou leur stockage. (Le petit Larousse illustré 2002.) L'UNITÉ 1 existe deux formes de compression : on peut choisir de perdre des données pour gagner en vitesse de transfert ou choisir de soigner la qualité de l'image. Tout dépend en fait du taux de compression. 182 SVM Mal 2002 Les performances des PC durant les vingt dernières années ont suivi la loi de Moore. La puissance du processeur et, par voie de conséquence, la capacité de traitement du PC ont été multipliées par deux tous les dix huit mois. Mais d'autres facteurs ont progressé bien plus vite que cette loi de Moore. Ainsi, en janvier 1996, personne n'échangeait des chansons sur Internet. En février 2002, les sociétés de mesures du trafic Internet ont comptabilisé plus de 85 millions de visiteurs sur les trois premiers sites d'échanges de musique en peer-to-peer. De tels phénomènes se sont reproduits tout au long de l'évolution de l'informatique. Même si la tendance naturelle de l'homme est de résister au changement, il s'y habitue très rapidement jusqu'à demander plus que ce que le progrès peut lui apporter. Ce besoin impérieux de transporter toujours plus d'information selon une technologie donnée a 1805 Jr a entraîné, depuis très longtemps, la recherche des moyens pour atteindre ce but sans manipuler plus de données. Ce phénomène, on le retrouve dans la transmission des images numériques, avec un nombre limité de couleurs, afin de limiter la quantité de données à enregistrer. Une bonne carte vidéo en mode "couleur vraie" peut afficher jusqu'à un maximum de couleurs, soit plus de 4 milliards. Chaque point de l'image est donc défini par un nombre de 32 bits. Comme il existe 1920 000 points dans une image de 1 200 x 1 600 points, la taille de la représentation numérique de cette image est de 1 920 000 valeurs de 32 bits, soit encore 7,68 Mo. Bien qu'une telle image présente une résolution et une palette de nuances de couleurs inférieures à celles fournies par une image argentique obtenue par tirage d'une diapositive, elle nécessite 6 disquettes pour son stockage ! On voit i qc uq eu a. redleinsvIennstcer il ta spurreumni ètirses vaigael en u mé - à métier tisser mécanique utilisant les cartes perforées : un trou dans une carte laisse passer l'aiguille. Un plein la repousse. Une carte correspond au filage d'une trame et le tissage d'une pièce nécessite l'utilisation d'une suite de cartes qui constitue le programme.
que la méthode de codage qui vient d'être décrite, consistant à enregistrer, pour chaque point, sa couleur sur 32 bits, présente l'inconvénient majeur de créer des fichiers "lourds". C'est le cas des fichiers BMP (dits bitmap) de Wmdows. Il existe deux catégories de compressions : la compression sans perte et la compression avec perte. Prenons cet exemple simple : comment réduire la taille d'un article de SVM imprimé sur 4 pages et le stocker sur une seule ? La première méthode consiste à utiliser des fontes plus petites pour que chaque page n'occupe qu'un quart de page. Nous aurons ainsi réalisé une compression par un facteur quatre. L'opération de décompression sera possible grâce à une loupe et permettra de lire l'article originel sans perte d'information. L'autre solution consiste à demander au journaliste qui a écrit l'article d'en écrire un résumé d'une seule page. Comme le journaliste est doué, il va restituer 80% de l'information dans son résumé. Nous aurons obtenu une compression par un facteur quatre comme précédemment, mais aucune opération de décodage ne pourra restituer le texte d'origine. Il y a eu perte d'information. Cette perte, si elle est suffisamment faible, peut être acceptable en regard du gain de place réalisé. La combinaison de ces deux méthodes peut aussi être envisagée pour obtenir une compression d'un facteur seize. 1963 Le détail des formats de compression, au sein d'un dossier complet, est sur httryllsvm vrninet fr L'INVENTEUR enoît Mandelbrot, polycà technicien d'origine polonaise, fuit l'Europe lors de la seconde Guerre Mondiale pour poursuivre ses recherches sur les "objets fractals" aux Etats Unis. Le terme sera trouvé et posé en 1975. Il désigne des courbes géométriques complexes dans lesquelles toute portion, aussi petite soit-elle, est identique au tout. Mandelbrot fait valoir qu'il existe de nombreux objets fractals dans la nature (nuages, cristaux, feuilles de fougères...). Mais surtout, en approchant l'infiniment petit, et en piégeant les redondances et récurrences, les algorithmes donnant naissance aux fractales s'avèrent précieux pour l'encodage et la compression des images. Car derrière toute image, se cache une fractale. Dans le cas des images, le compresseur est, en fait, un algorithme qui se charge de réduire les éléments redondants présentes dans l'image, lesquelles proviennent de ses caractéristiques statistiques. Il prend aussi en compte les caractéristiques du récepteur auquel sont destinées les images décompressées, tel que l'oeil humain. Le compresseur parfait ne pourra jamais exister. A tout le moins peut-on le choisir en fonction du type d'image à compres- Au MIT, Ivan Sutherland met au point le Premier logiciel graphique interactif utilisant un stylo optique pour dessiner sur un écran des schémas techniques. Le premier ordinateur capable d'exécuter une image vient de naître. ser : photographies, dessins en couleur, plans, pages de texte numérisées, etc. Enfin, il existe une méthodologie récente pour réaliser une compression très efficace, les algorithmes utilisant les fractales. Le système repose sur l'idée qu'une image peut être décrite à partir d'un ensemble de motifs identiques en nombre limité, transformés par translations, rotations, symétries et agrandissements ou réductions. Pour coder l'image, il suffit de décrire les motifs originaux et les transformations utilisées. Le codage d'une image devient donc indépendant de sa taille. Jean-Paul Cognot 9 Voici le tout 198) premier ordinateur à être entièrement et exclusivement piloté via une souris et une interface graphique. C'est un Apple mais, surtout, il ouvre la voie à une nouvelle ère : l'image est reine et c'est elle qui commande. Il coûte 10 000 $. Mai 2002 svm 183



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 204 mai 2002 Page 1SVM numéro 204 mai 2002 Page 2-3SVM numéro 204 mai 2002 Page 4-5SVM numéro 204 mai 2002 Page 6-7SVM numéro 204 mai 2002 Page 8-9SVM numéro 204 mai 2002 Page 10-11SVM numéro 204 mai 2002 Page 12-13SVM numéro 204 mai 2002 Page 14-15SVM numéro 204 mai 2002 Page 16-17SVM numéro 204 mai 2002 Page 18-19SVM numéro 204 mai 2002 Page 20-21SVM numéro 204 mai 2002 Page 22-23SVM numéro 204 mai 2002 Page 24-25SVM numéro 204 mai 2002 Page 26-27SVM numéro 204 mai 2002 Page 28-29SVM numéro 204 mai 2002 Page 30-31SVM numéro 204 mai 2002 Page 32-33SVM numéro 204 mai 2002 Page 34-35SVM numéro 204 mai 2002 Page 36-37SVM numéro 204 mai 2002 Page 38-39SVM numéro 204 mai 2002 Page 40-41SVM numéro 204 mai 2002 Page 42-43SVM numéro 204 mai 2002 Page 44-45SVM numéro 204 mai 2002 Page 46-47SVM numéro 204 mai 2002 Page 48-49SVM numéro 204 mai 2002 Page 50-51SVM numéro 204 mai 2002 Page 52-53SVM numéro 204 mai 2002 Page 54-55SVM numéro 204 mai 2002 Page 56-57SVM numéro 204 mai 2002 Page 58-59SVM numéro 204 mai 2002 Page 60-61SVM numéro 204 mai 2002 Page 62-63SVM numéro 204 mai 2002 Page 64-65SVM numéro 204 mai 2002 Page 66-67SVM numéro 204 mai 2002 Page 68-69SVM numéro 204 mai 2002 Page 70-71SVM numéro 204 mai 2002 Page 72-73SVM numéro 204 mai 2002 Page 74-75SVM numéro 204 mai 2002 Page 76-77SVM numéro 204 mai 2002 Page 78-79SVM numéro 204 mai 2002 Page 80-81SVM numéro 204 mai 2002 Page 82-83SVM numéro 204 mai 2002 Page 84-85SVM numéro 204 mai 2002 Page 86-87SVM numéro 204 mai 2002 Page 88-89SVM numéro 204 mai 2002 Page 90-91SVM numéro 204 mai 2002 Page 92-93SVM numéro 204 mai 2002 Page 94-95SVM numéro 204 mai 2002 Page 96-97SVM numéro 204 mai 2002 Page 98-99SVM numéro 204 mai 2002 Page 100-101SVM numéro 204 mai 2002 Page 102-103SVM numéro 204 mai 2002 Page 104-105SVM numéro 204 mai 2002 Page 106-107SVM numéro 204 mai 2002 Page 108-109SVM numéro 204 mai 2002 Page 110-111SVM numéro 204 mai 2002 Page 112-113SVM numéro 204 mai 2002 Page 114-115SVM numéro 204 mai 2002 Page 116-117SVM numéro 204 mai 2002 Page 118-119SVM numéro 204 mai 2002 Page 120-121SVM numéro 204 mai 2002 Page 122-123SVM numéro 204 mai 2002 Page 124-125SVM numéro 204 mai 2002 Page 126-127SVM numéro 204 mai 2002 Page 128-129SVM numéro 204 mai 2002 Page 130-131SVM numéro 204 mai 2002 Page 132-133SVM numéro 204 mai 2002 Page 134-135SVM numéro 204 mai 2002 Page 136-137SVM numéro 204 mai 2002 Page 138-139SVM numéro 204 mai 2002 Page 140-141SVM numéro 204 mai 2002 Page 142-143SVM numéro 204 mai 2002 Page 144-145SVM numéro 204 mai 2002 Page 146-147SVM numéro 204 mai 2002 Page 148-149SVM numéro 204 mai 2002 Page 150-151SVM numéro 204 mai 2002 Page 152-153SVM numéro 204 mai 2002 Page 154-155SVM numéro 204 mai 2002 Page 156-157SVM numéro 204 mai 2002 Page 158-159SVM numéro 204 mai 2002 Page 160-161SVM numéro 204 mai 2002 Page 162-163SVM numéro 204 mai 2002 Page 164-165SVM numéro 204 mai 2002 Page 166-167SVM numéro 204 mai 2002 Page 168-169SVM numéro 204 mai 2002 Page 170-171SVM numéro 204 mai 2002 Page 172-173SVM numéro 204 mai 2002 Page 174-175SVM numéro 204 mai 2002 Page 176-177SVM numéro 204 mai 2002 Page 178-179SVM numéro 204 mai 2002 Page 180-181SVM numéro 204 mai 2002 Page 182-183SVM numéro 204 mai 2002 Page 184-185SVM numéro 204 mai 2002 Page 186-187SVM numéro 204 mai 2002 Page 188-189SVM numéro 204 mai 2002 Page 190-191SVM numéro 204 mai 2002 Page 192-193SVM numéro 204 mai 2002 Page 194