SVM n°204 mai 2002
SVM n°204 mai 2002
  • Prix facial : 3,80 €

  • Parution : n°204 de mai 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 194

  • Taille du fichier PDF : 174 Mo

  • Dans ce numéro : bugs... comment les corriger ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 134 - 135  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
134 135
tous nos tests/guide d'achat passer au... PC portable les matériels, les logiciels et les services Le portable réunit dans quelques centaines de grammes tous les composants et périphériques d'un ordinateur de bureau. Portrait de ces David de l'informatique, qui jouent aujourd'hui les Goliath en termes de performances. Alors que les PC de bureau traversaient une année difficile, les ventes d'ordinateurs portables ont explosé en 2001 et affichent une progression de 15%, avec 0,8 million d'unités vendues, à comparer aux 3,7 millions d'unités des ordinateurs de bureau (chiffres GfK). Il faut dire que bien des progrès ont été réa- AvANTIAPRÈS La mobilité Déplacer un ordinateur de bureau, c'est dur ! L'unité centrale est lourde, le moniteur pesant et encombrant, les périphériques de saisie multiples et les fils innombrables. L'opération prend plusieurs minutes et impose la disponibilité de plusieurs prises électriques. Le confort d'utilisation Le clavier est grand (touches bien espacées), doté d'un pavé numérique et parfois aussi de touches multimédias complémentaires. Le pointage souris est confortable et naturel et l'écran de grande taille. Les joueurs apprécieront aussi la possibilité de doter la configu- 130 svm Mai 2002 lisés depuis l'ère des premiers portables grand public, qui étaient plutôt des "transportables" (pas de batterie assurant une alimentation autonome) et accusaient tout de même quelque 10 kg sur la balance. La génération suivante, déjà plus mobile, souffrait encore sévèrement de la comparaison avec les ordinateurs de bureau, en termes de puissance comme en termes ration de cartes graphique et sonore 3D performantes. Les possibilités d'évolution II est aisé d'upgrader le processeur, la mémoire, les cartes, d'ajouter en interne un disque dur, un graveur, etc. La mobilité Plus la moindre complication ici. La légèreté et la facilité de transport/installation se conjuguent, le poste étant immédiatement opérationnel à son nouvel emplacement, sans nécessiter la moindre prise de courant. Pour une sécurité maximale, il suffit d'éteindre (ou de mettre en veille) le portable et de le refermer avant de le déplacer. d'équipement. Aujourd'hui, les portables sont quasiment aussi puissants et parfois mieux équipés que les configurations de bureau, et certains modèles d'entrée de gamme sont à peine plus chers que leurs homologues. Pour parvenir à cet exploit, les constructeurs ont dû miniaturiser à outrance et limiter au maximum la consommation d'énergie. En effet, même si les batte- Le confort d'utilisation Le clavier est plus exigu, limité aux seules touches indispensables. Le dispositif de pointage est moins intuitif et les possibilités ludiques plus restreintes. Mais pour de longues séances de travail, il est possible de doter le portable d'un vrai clavier, d'une souris et d'un autre écran. Les possibilités d'évolution En interne, elles se limitent à l'ajout de mémoire, opération déjà complexe du fait de l'exiguïté. En revanche, les possibilités seront multipliées par des périphériques externes, sans toutefois atteindre celles d'un poste fixe (pas de connecteur PCI). ries ont fait des progrès considérables depuis quelques années (amélioration de la capacité et disparition de l'effet mémoire qui réduisait progressivement la capacité de charge au fil des cycles de chargement/déchargement), les portables ont absorbé, dans le même temps, un nombre croissant de périphériques intégrés, gourmands en énergie. Traquer le gaspillage Cette course à la réduction de consommation se joue sur plusieurs tableaux. D'une part, le Bios des portables est le roi des économiseurs d'énergie, activant le mode veille dès que le portable est inutilisé et/ou le niveau de batterie faible. D'autre part, les constructeurs utilisent si possible d'un processeur adapté. C'est le cas, par exemple, des processeurs Intel SpeedStep, dont la fréquence de fonctionnement, et donc la consommation, se réduit lorsque le portable est alimenté par sa batterie. AMD n'est pas en reste avec sa technologie PowerNow. Cette baisse de consommation concerne aussi les processeurs graphiques embarqués dans les portables, grâce à la technologie Power- Play des Radeon ATI ou au PowerMizer des processeurs graphiques pour portables nVidia, moins étoffée. Autre économie d'énergie : le choix d'un disque dur 2,5 pouces, plus petit et bien moins
boulimique en énergie (la tête de lecture/écriture a des déplacements plus réduits à effectuer). Parallèlement, la miniaturisation fait rage, au point qu'on a du mal à imaginer comment les ingénieurs parviennent à loger autant d'éléments dans un si petit volume. Dans certains cas, cette compacité se solde par une intégration moindre : si lecteurs de disquettes et de CD-Rom sont bien fournis simultanément, ils se partagent une même baie d'accueil et doivent donc être utilisés en alternance. Cette miniaturisation extrême a d'autres revers : plus grande fragilité par rapport à un ordinateur de bureau et, surtout, difficulté d'accès. Alors que la simple ouverture du boîtier suffit à tout dévoiler d'une configuration de bureau, il n'est est rien sur un portable, tous les éléments s'imbriquant à l'intérieur. Il faut connaître l'ordre et la procédure de démontage, être bricoleur et avoir déjà un peu d'expérience dans ce domaine pour s'y retrouver. En pratique, il sera bien plus sage de confier cette tâche à un technicien spécialisé, qui n'aura, lui, guère de problème pour ajouter des barrettes mémoire. Jacques HarbonnA ce prix, le portable disposera déjà d'un processeur confortable (Celeron 1GHz), de 128 Mo de Ram, d'un écran de 14,1 pouces TFT à matrice active, d'entrées/sorties assez complètes (Ethernet, modem intégré) et d'un lecteur de CD-Rom. Mais le disque dur est un peu juste (10 Go), l'appareil est moins compact, l'autonomie limitée, le système d'exploitation optionnel et il ne s'agit pas, bien sûr, d'une marque de premier plan. Il n'en reste pas moins un excellent choix pour des applications bureautiques. Matériel Tout est dans I "boîte" C'est, bien sûr, l'élément clé de la configuration, qui se suffit à lui-même... en théorie.A privilégier : la puissance de traitement (processeur et taille mémoire), l'équipement (périphériques, ports d'entrées/sorties...), la compacité (volume et poids), l'autonomie. Viendront ensuite l'esthétique et, évidemment, le prix. 4 300 € (28 000 F) Souris Le trackpoint (petit ergot sensible à la pression et à la direction) ou le touchpad (minitablette tactile) n'offrent pas le même confort qu'une souris. Même s'il existe des modèles compacts dédiés aux portables (mais aux fonctions limitées), le recours à une souris sans fil et/ou optique multiboutons se justifie. Elle permet de transformer un portable en poste fixe, confortable et relié aux différents réseaux et périphériques. Souvent chère, elle n'est pas disponible sur tous les modèles. Reste la solution d'une station d'accueil multimarque, connectable sur le port PCMCIA, moins complète que les modèles dédiés. La seconde batterie L'utilisateur nomade ne dispose pas toujours d'une prise électrique. Et l'autonomie limitée de la batterie (3 h en moyenne) n'autorise pas de longues séances de travail. Une seconde batterie est donc indispensable. Il peut exister plusieurs modèles de batterie pour un même portable (autonomie classique ou doublée). 1 500 à 4 000 € Environ 15 € 800 à 900 € 150 à 250 € (10 000 à 26 000 F) (100 F) (5 200 à 6 000 F) (1 000 à 1 700 F) Le portable est un ordinateur à part entière, où tout est réuni (carte mère, processeur, mémoire, périphériques, écran, clavier et dispositif de pointage) dans un coffret de Le haut de gamme se pare d'un processeur prestigieux (Pentium 4 1,7 GHz), d'une mémoire largement dimensionnée (512 Mo), d'un écran exceptionnel (16 pouces TFT, résolution de 1 600 x 1 200 pixels), d'un combo lecteur DVD/graveur CD-RW, d'un éventail ultracomplet d'entrées/sorties et d'un système d'exploitation professionnel (Windows XP Pro). Toutes les applications sont possibles sur une telle machine, même le jeu 3D grâce à un processeur ATI Radeon 7500. dimensions réduites. Et il ne s'agit nullement d'un ordinateur au rabais, privé de divers éléments importants. Les derniers portables sont dotés d'un écran de grande taille (16 pouces LCD pour le haut de gamme !), de multiples périphériques de stockage (disque dur, lecteur de disquettes, de CD-Rom, voire lecteur de DVD ou combo lecteur DVD/graveur CD- RW), d'enceintes stéréo, d'un microphone et d'une flopée d'entrées/sorties qui feraient rougir plus d'un poste fixe. Jugez un peu : port parallèle, série, USB, Firewire, modem V90 intégré, Ethernet, sortie TV, entrée microphone, sortie enceintes, port clavier/souris ou même port sans fil infrarouge IrDA et/ou Bluetooth. Le portable ne se con- tente pas d'être compact, il est aussi autonome, sa batterie intégrée lui assurant un fonctionnement de plusieurs heures sans alimentation externe. Cette performance est imputable à la miniaturisation de nombreux éléments et à l'usage de composants économiseurs d'énergie (processeurs principal et graphique, Bios, etc.). Tout cela a bien sûr un coûta Pour donner un ordre d'idée, un portable est en général, à puissance et équipement comparables, 50% plus cher qu'une configuration fixe. Il existe toutefois des exceptions, certains modèles n'étant guère plus chers qu'une configuration de bureau. Du fait de ses possibilités d'évolution très limitées en interne, le choix d'un portable (puissance du Mai 2002 svm 131



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 204 mai 2002 Page 1SVM numéro 204 mai 2002 Page 2-3SVM numéro 204 mai 2002 Page 4-5SVM numéro 204 mai 2002 Page 6-7SVM numéro 204 mai 2002 Page 8-9SVM numéro 204 mai 2002 Page 10-11SVM numéro 204 mai 2002 Page 12-13SVM numéro 204 mai 2002 Page 14-15SVM numéro 204 mai 2002 Page 16-17SVM numéro 204 mai 2002 Page 18-19SVM numéro 204 mai 2002 Page 20-21SVM numéro 204 mai 2002 Page 22-23SVM numéro 204 mai 2002 Page 24-25SVM numéro 204 mai 2002 Page 26-27SVM numéro 204 mai 2002 Page 28-29SVM numéro 204 mai 2002 Page 30-31SVM numéro 204 mai 2002 Page 32-33SVM numéro 204 mai 2002 Page 34-35SVM numéro 204 mai 2002 Page 36-37SVM numéro 204 mai 2002 Page 38-39SVM numéro 204 mai 2002 Page 40-41SVM numéro 204 mai 2002 Page 42-43SVM numéro 204 mai 2002 Page 44-45SVM numéro 204 mai 2002 Page 46-47SVM numéro 204 mai 2002 Page 48-49SVM numéro 204 mai 2002 Page 50-51SVM numéro 204 mai 2002 Page 52-53SVM numéro 204 mai 2002 Page 54-55SVM numéro 204 mai 2002 Page 56-57SVM numéro 204 mai 2002 Page 58-59SVM numéro 204 mai 2002 Page 60-61SVM numéro 204 mai 2002 Page 62-63SVM numéro 204 mai 2002 Page 64-65SVM numéro 204 mai 2002 Page 66-67SVM numéro 204 mai 2002 Page 68-69SVM numéro 204 mai 2002 Page 70-71SVM numéro 204 mai 2002 Page 72-73SVM numéro 204 mai 2002 Page 74-75SVM numéro 204 mai 2002 Page 76-77SVM numéro 204 mai 2002 Page 78-79SVM numéro 204 mai 2002 Page 80-81SVM numéro 204 mai 2002 Page 82-83SVM numéro 204 mai 2002 Page 84-85SVM numéro 204 mai 2002 Page 86-87SVM numéro 204 mai 2002 Page 88-89SVM numéro 204 mai 2002 Page 90-91SVM numéro 204 mai 2002 Page 92-93SVM numéro 204 mai 2002 Page 94-95SVM numéro 204 mai 2002 Page 96-97SVM numéro 204 mai 2002 Page 98-99SVM numéro 204 mai 2002 Page 100-101SVM numéro 204 mai 2002 Page 102-103SVM numéro 204 mai 2002 Page 104-105SVM numéro 204 mai 2002 Page 106-107SVM numéro 204 mai 2002 Page 108-109SVM numéro 204 mai 2002 Page 110-111SVM numéro 204 mai 2002 Page 112-113SVM numéro 204 mai 2002 Page 114-115SVM numéro 204 mai 2002 Page 116-117SVM numéro 204 mai 2002 Page 118-119SVM numéro 204 mai 2002 Page 120-121SVM numéro 204 mai 2002 Page 122-123SVM numéro 204 mai 2002 Page 124-125SVM numéro 204 mai 2002 Page 126-127SVM numéro 204 mai 2002 Page 128-129SVM numéro 204 mai 2002 Page 130-131SVM numéro 204 mai 2002 Page 132-133SVM numéro 204 mai 2002 Page 134-135SVM numéro 204 mai 2002 Page 136-137SVM numéro 204 mai 2002 Page 138-139SVM numéro 204 mai 2002 Page 140-141SVM numéro 204 mai 2002 Page 142-143SVM numéro 204 mai 2002 Page 144-145SVM numéro 204 mai 2002 Page 146-147SVM numéro 204 mai 2002 Page 148-149SVM numéro 204 mai 2002 Page 150-151SVM numéro 204 mai 2002 Page 152-153SVM numéro 204 mai 2002 Page 154-155SVM numéro 204 mai 2002 Page 156-157SVM numéro 204 mai 2002 Page 158-159SVM numéro 204 mai 2002 Page 160-161SVM numéro 204 mai 2002 Page 162-163SVM numéro 204 mai 2002 Page 164-165SVM numéro 204 mai 2002 Page 166-167SVM numéro 204 mai 2002 Page 168-169SVM numéro 204 mai 2002 Page 170-171SVM numéro 204 mai 2002 Page 172-173SVM numéro 204 mai 2002 Page 174-175SVM numéro 204 mai 2002 Page 176-177SVM numéro 204 mai 2002 Page 178-179SVM numéro 204 mai 2002 Page 180-181SVM numéro 204 mai 2002 Page 182-183SVM numéro 204 mai 2002 Page 184-185SVM numéro 204 mai 2002 Page 186-187SVM numéro 204 mai 2002 Page 188-189SVM numéro 204 mai 2002 Page 190-191SVM numéro 204 mai 2002 Page 192-193SVM numéro 204 mai 2002 Page 194