SVM n°204 mai 2002
SVM n°204 mai 2002
  • Prix facial : 3,80 €

  • Parution : n°204 de mai 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 194

  • Taille du fichier PDF : 174 Mo

  • Dans ce numéro : bugs... comment les corriger ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 104 - 105  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
104 105
tous nos tests comparatif 10 puces 3D spéciales joueurs L'offre pléthorique de puces 3D ne facilite pas le choix d'une carte graphique. Nous en avons sélectionné dix, testées sur une bête de course et un PC plus modeste. Six mois, c'est l'intervalle entre deux générations de circuits graphiques nVidia. Même s'il ne s'agit pas d'une révolution technologique à chaque fois, le rythme imposé par la marque laisse l'acheteur perplexe devant la pléthore de cartes disponibles. Chaque nouvelle puce est en effet déclinée en de multiples versions, différenciées par la fréquence de fonctionnement du processeur graphique et de la mémoire embarquée, mais aussi par le nombre de connecteurs disponibles, la présence d'un tuner TV... Mais à fréquences égales, les cartes équipées du même circuit graphique obtiennent les mêmes résultats, à très peu de choses près. La différence entre des GeForce 3 signées Leadtek, Creative ou Asus tient plus à la richesse des connecteurs présents et aux logiciels fournis qu'aux performances de l'électronique embarquée ! Plutôt qu'une étude exhaustive de toutes les cartes existantes, nous avons ici cherché à comparer les puces elles-mêmes. LES BONS CRITERES Une carte puissante, dotée d'entrées/sorties vidéo... et de bonus. La puissance Les connecteurs L'offre en jeux Dépassée, la course au mégahertz ? Que non ! La fréquence du circuit graphique et de la mémoire vive embarquée sur la carte comptent beaucoup. La gestion des instructions DirectX 8 et OpenGL est impérative pour les jeux récents. 100 svm Mai 2002 La prise DVI se généralise, mais elle sert surtout au double affichage. On s'intéressera donc plus à la sortie TV et aux éventuelles entrées pour l'acquisition vidéo, ou, pourquoi pas, au tuner TV intégré. Le prix moyen des cartes 3D performantes baisse... un peu. La facture passera mieux avec un bonus, sous forme de jeux récents ou de logiciel DVD. Côté pilotes, il faudra toujours se procurer les plus récents, distribués par ATI ou nVidia. Un histogramme vous présente les performances de chacune (voir encadré en p.102). Pour tirer la quintessence de ces petites merveilles, nous les avons d'abord installées sur un PC puissant, doté d'un Pentium 4 cadencé à 2,4 GHz et 256 Mo de mémoire DDR. Puis, dans un PC plus modeste, à base de Pentium III à 733 MHz, afin de mesurer l'impact de la puissance de la configuration sur les résultats. Avec les cartes nVidia les plus récentes, l'écart de performances va du simple au double ! Disons d'ailleurs que toutes les puces graphiques récentes, qui requièrent un port AGP rapide et consomment pas mal d'énergie, s'accommodent très mal des ordinateurs anciens. Dans certains cas extrêmes, la carte graphique ne fonctionnera même pas du tout. Le bilan ? S'agissant des performances 3D proprement dites, même si la palme revient au GeForce 4 de nVidia, le Radeon d'ATI nous séduit toujours autant avec une meilleure prise en compte des instructions de DirectX 8 (fonctions multimédias de Windows pour le jeu) et la décompression Mpeg matérielle (pour les DVD vidéo). La richesse fonctionnelle des architectures ATI "tout-en-un", All in Wonder 8500 et 7500 en tête, reste quant à elle sans équivalent ! Une bonne nouvelle, les prix baissent : même dans le très haut de gamme. Le meilleur rapport qualité/prix revient ici aux modèles à base de GeForce 3 Ti200, de petites bombes proposées aux alentours de 200 €. Patrick Bertholet
La loi du plus fort : Asus V8460Ultra GeForce 4 Ti 4600 Quel monstre ! Côté performances, la V8460 de la firme de Taipei se classe sans discussion en tête de notre comparatif, grâce la redoutable efficacité du processeur graphique qui l'anime, le GeForce 4 Ti 4600. Sous Quake III, la carte dépasse allégrement les 100 images par seconde en 1024 x 768 pixels, en qualité maximale sur le plus rapide de nos deux PC de référence. Selon les procédures de test, l'écart de performances avec les cartes GeForce 3 Ti 500 est de l'ordre de 20 à 30%. Le secret ? 63 millions de transistors, une fréquence d'horloge de 300MHz et une meilleure gestion matérielle des instructions de DirectX 8 (fonctions multimédias de Wmdows) et du lissage des images, le fameux anti-aliasing. La GeForce 4 Ti gère aussi **** POUR Les performances sans égales pour les jeux ; la qualité de la finition et du pack logiciel. CONTRE Le prix élevé ; toujours pas de gestion entièrement matérielle de la décompression vidéo. Carte vidéo AGP 4/2X équipée du processeur GeForce 4 Ti 4600 de nVidia et de 128 Mo de mémoire DDR. 3 sorties vidéo : VGA, DVI et s-vidéo (TV). Livrée avec trois jeux complets ainsi que le lecteur logiciel Asus DVD et l'interface Asus. La GeForce 4 au juste prix : Creative 3D Blaster 4 Titanium 4400 Nettement moins chères que les modèles à base de GeForce 4 Ti 4600, les cartes animées par des circuits graphiques GeForce 4 Ti 4400 offrent pourtant un niveau de performance presque comparable sous DirectX et OpenGL. En fait, côté architecture et fonctions, rien ne les distingue, hormis une fréquence inférieure et la mémoire **** POUR Le rapport qualité/prix. CONTRE La décompression seulement partielle des vidéos, ainsi que la pauvreté de l'offre en jeux de Creative. vidéo du Ti 4400. C'est que, face à l'offensive des dernières Radeon d'ATI, nVidia a dû adapter sa machine de guerre pour séduire : performances de premier ordre pour le jeu, gestion avancée du multi-écran, décompression vidéo semi-matérielle. La carte de Creative propose 2 sorties vidéo VGA et DVI et une prise TV Env. 430 F TTC (2800 F) Petite joueuse, douée pour la vidéo : MSI G4 MX460 VT Qu'on ne s'y trompe pas, le GeForce 4 MX n'en a que le nom... ou presque. N'intégrant qu'une petite partie du coeur processeur du GeForce 4 Ti, la puce s'apparente plus à un GeForce 2 MX, en plus rapide... Curieux hybride que cette MX version turbo, qui ignore à peu près totalement les instructions DirectX 8 : joueurs forcenés s'abstenir ! l'affichage simultané sur plusieurs écrans réglables différemment, téléviseur compris. Mais ne sait toujours pas maîtriser pleinement la lecture des DVD vidéo, à la différence de ses rivales d'ATI. On ajoutera qu'Asus fait ici payer un peu cher sa belle qualité et son pack logiciel. Env. 590 € TTC (3 900 F) *** POUR La gestion du multi-affichage ; la décompression Mpeg-2. CONTRE Les performances décevantes en 3D ; la non-prise en compte des instructions DirectX 8. Le niveau de performance en 3D reste honorable dans cette gamme de prix, et place la carte entre les GeForce 2 et 3. Son véritable intérêt est ailleurs : elle gère la décompression vidéo sans l'aide du processeur du PC, et présente un support très riche de l'affichage multiple, sur écran cathodique ou plat, et une bonne sortie TV Env. 220 € TTC (1450 F) Mai 2002 svm 101



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 204 mai 2002 Page 1SVM numéro 204 mai 2002 Page 2-3SVM numéro 204 mai 2002 Page 4-5SVM numéro 204 mai 2002 Page 6-7SVM numéro 204 mai 2002 Page 8-9SVM numéro 204 mai 2002 Page 10-11SVM numéro 204 mai 2002 Page 12-13SVM numéro 204 mai 2002 Page 14-15SVM numéro 204 mai 2002 Page 16-17SVM numéro 204 mai 2002 Page 18-19SVM numéro 204 mai 2002 Page 20-21SVM numéro 204 mai 2002 Page 22-23SVM numéro 204 mai 2002 Page 24-25SVM numéro 204 mai 2002 Page 26-27SVM numéro 204 mai 2002 Page 28-29SVM numéro 204 mai 2002 Page 30-31SVM numéro 204 mai 2002 Page 32-33SVM numéro 204 mai 2002 Page 34-35SVM numéro 204 mai 2002 Page 36-37SVM numéro 204 mai 2002 Page 38-39SVM numéro 204 mai 2002 Page 40-41SVM numéro 204 mai 2002 Page 42-43SVM numéro 204 mai 2002 Page 44-45SVM numéro 204 mai 2002 Page 46-47SVM numéro 204 mai 2002 Page 48-49SVM numéro 204 mai 2002 Page 50-51SVM numéro 204 mai 2002 Page 52-53SVM numéro 204 mai 2002 Page 54-55SVM numéro 204 mai 2002 Page 56-57SVM numéro 204 mai 2002 Page 58-59SVM numéro 204 mai 2002 Page 60-61SVM numéro 204 mai 2002 Page 62-63SVM numéro 204 mai 2002 Page 64-65SVM numéro 204 mai 2002 Page 66-67SVM numéro 204 mai 2002 Page 68-69SVM numéro 204 mai 2002 Page 70-71SVM numéro 204 mai 2002 Page 72-73SVM numéro 204 mai 2002 Page 74-75SVM numéro 204 mai 2002 Page 76-77SVM numéro 204 mai 2002 Page 78-79SVM numéro 204 mai 2002 Page 80-81SVM numéro 204 mai 2002 Page 82-83SVM numéro 204 mai 2002 Page 84-85SVM numéro 204 mai 2002 Page 86-87SVM numéro 204 mai 2002 Page 88-89SVM numéro 204 mai 2002 Page 90-91SVM numéro 204 mai 2002 Page 92-93SVM numéro 204 mai 2002 Page 94-95SVM numéro 204 mai 2002 Page 96-97SVM numéro 204 mai 2002 Page 98-99SVM numéro 204 mai 2002 Page 100-101SVM numéro 204 mai 2002 Page 102-103SVM numéro 204 mai 2002 Page 104-105SVM numéro 204 mai 2002 Page 106-107SVM numéro 204 mai 2002 Page 108-109SVM numéro 204 mai 2002 Page 110-111SVM numéro 204 mai 2002 Page 112-113SVM numéro 204 mai 2002 Page 114-115SVM numéro 204 mai 2002 Page 116-117SVM numéro 204 mai 2002 Page 118-119SVM numéro 204 mai 2002 Page 120-121SVM numéro 204 mai 2002 Page 122-123SVM numéro 204 mai 2002 Page 124-125SVM numéro 204 mai 2002 Page 126-127SVM numéro 204 mai 2002 Page 128-129SVM numéro 204 mai 2002 Page 130-131SVM numéro 204 mai 2002 Page 132-133SVM numéro 204 mai 2002 Page 134-135SVM numéro 204 mai 2002 Page 136-137SVM numéro 204 mai 2002 Page 138-139SVM numéro 204 mai 2002 Page 140-141SVM numéro 204 mai 2002 Page 142-143SVM numéro 204 mai 2002 Page 144-145SVM numéro 204 mai 2002 Page 146-147SVM numéro 204 mai 2002 Page 148-149SVM numéro 204 mai 2002 Page 150-151SVM numéro 204 mai 2002 Page 152-153SVM numéro 204 mai 2002 Page 154-155SVM numéro 204 mai 2002 Page 156-157SVM numéro 204 mai 2002 Page 158-159SVM numéro 204 mai 2002 Page 160-161SVM numéro 204 mai 2002 Page 162-163SVM numéro 204 mai 2002 Page 164-165SVM numéro 204 mai 2002 Page 166-167SVM numéro 204 mai 2002 Page 168-169SVM numéro 204 mai 2002 Page 170-171SVM numéro 204 mai 2002 Page 172-173SVM numéro 204 mai 2002 Page 174-175SVM numéro 204 mai 2002 Page 176-177SVM numéro 204 mai 2002 Page 178-179SVM numéro 204 mai 2002 Page 180-181SVM numéro 204 mai 2002 Page 182-183SVM numéro 204 mai 2002 Page 184-185SVM numéro 204 mai 2002 Page 186-187SVM numéro 204 mai 2002 Page 188-189SVM numéro 204 mai 2002 Page 190-191SVM numéro 204 mai 2002 Page 192-193SVM numéro 204 mai 2002 Page 194