SVM n°203 avril 2002
SVM n°203 avril 2002
  • Prix facial : 3,80 €

  • Parution : n°203 de avril 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 218

  • Taille du fichier PDF : 192 Mo

  • Dans ce numéro : le guide pratique de vos messages personnels.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 134 - 135  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
134 135
tous nos tests comparatif 12 assistants numériques de 280 à 980 € L'informatique miniature vous fait de l'oeil ? Tentés ? Pour un investissement conséquent, l'utilité et l'amusement sont garantis... Voici nos favoris. S'il est un univers qui a bougé ces derniers mois, c'est bien celui des assistants numériques personnels, ces concentrés d'informatique qui se proposent de mettre jeux, multimédia et bureautique dans votre poche. Une cohorte de nouveaux entrants n'attendait que l'arrivée du système d'exploitation Pocket PC 2002 (ou Windows CE 3.01), lancé par Microsoft en début d'année, pour se jeter sur un marché ultra-concurrentiel. Toshiba, Nec (et très bientôt Packard Bell) ont assez vite rejoint le trio des défricheurs Casio, HP et Compaq. En face, la famille des PalmOS, menée par l'amiral américain Palm, n'est pas restée inactive, toujours leader du marché, malgré les croupiè- res de plus en plus sérieuses que lui taille son concurrent. Face au dynamisme de l'univers Pocket PC, Palm a tenté de maintenir son système d'exploitation à flot, hélas sans convaincre tout à fait. Car ce sont bien là deux univers différents : selon votre choix, vous ne pourrez réaliser les mêmes choses, ou bénéficier de la même souplesse d'utilisation. LES BONS CRITÈRES Palm ou Pocket PC, il faut choisir son camp. En particulier pour goûter au multimédia... L'écran Les extensions Le multimédia Au royaume des Pocket PC, guère de choix en dehors des 240 x 320 pixels pour 65 536 couleurs ; côté PalmOS, du 160 x 160 N &B au 320 x 320 en 65 536 couleurs (ici, le Clié). 102 svm Avril 2002 Si vous envisagez d'acheter des extensions (mémoire ou périphériques) il est indispensable de vérifier que votre assistant dispose bien d'au moins un port d'extension. Pour exploiter des applications multimédias (ici le jeu Rayman en action) sans passer par de coûteux périphériques, pas de secret : c'est un Pocket PC qu'il vous faut. C'est ainsi que le système PalmOS, léger et rapide, nécessite très peu de puissance, et très peu de mémoire vive pour tourner correctement, ce qui explique en grande partie les prix intéressants de la famille Palm. De plus, PalmOS se révèle être un système très agréable d'utilisation : sa prise en main est immédiate, et quelques minutes suffisent pour en maîtriser les rudiments. Tous ses logiciels de gestion des informations personnelles sont réputés, à juste titre, comme les meilleurs, notamment grâce à leur facilité d'usage. Par la suite, si vous désirez installer d'autres programmes sur votre machine, vous n'aurez que l'embarras du choix, tant ceux-ci sont nombreux : cartographie, jeux, lecteurs de livres et de journaux électroniques, outils Internet et même des éditeurs de documents Office... Tout est là, sauf le multimédia. Pour leur part, les Pocket PC s'adressent à tous ceux qui recherchent vraiment un PC en miniature. On y retrouve donc une puissance qui fait défaut aux Palm, et qui autorise le multimédia (MP3, vidéo en continu, y compris DivX), le multitâche (lancer ICQ et un MP3 en même temps que vous êtes dans Pocket Word). Mais cette puissance se paie, d'autant que l'ensemble, conçu comme un véritable ordinateur, est un peu plus difficile d'accès qu'un Palm. Côté logiciels, rien à redire : depuis l'avènement de Windows CE 3, la communauté des développeurs a pris son envol, et la logithèque de Pocket PC vaut bien celle des Palm. Nicolas Robaux
Casio E-200 F : ces petits détails qui changent tout Les précédents Pocket PC de Casio avaient déjà recueilli notre préférence lors de nos derniers comparatifs. Cette livraison se révèle être à l'identique : le E200 surprend par bien des détails. Ainsi les 2 ports d'extension : un pour les minicartes SD/MMC, l'autre pour les cartes Compact Flash de type I et II, utile pour compléter les 64 Mo de mémoire vive dont il est pourvu. Autre avantage : la présence sur le sabot de synchronisation d'un port USB maître, qui pourra accueillir des périphériques (clavier, imprimante)... dès que les pilotes seront prêts ! Sans oublier la pile bouton de secours, destinée à relayer la batterie ***** POUR Les 2 ports SD/MMC et Compact Flash I et II ; la batterie de secours ; le port USB maître ; le prix. CONTRE Le boîtier en plastique brillant un peu "cheap", comme le stylet ; le peu de logiciels excitants sur le CD fourni. rOSiiiBA principale au cas où. Côté écran, on regrettera que Casio, comme le reste de la concurrence, se soit aligné sur le modèle de l'iPaq de Compaq et ait adopté un écran de type réflectif : moins nerveux, les couleurs sont plus ternes que sur les précédents Casio. D'autant plus que la visibilité en plein soleil n'est pas évidente... Env. 850 € ttc (5 600 F) Toshiba e570 : un coup de maître Le spécialiste japonais des ordinateurs portables frappe un grand coup. Pour un coup d'essai, le e570 est presque un sans-faute. On y retrouve le très utile double port SD/MMC et Compact Flash de type I et II. Niveau équipement, tout est dans la norme des Pocket PC : processeur Intel Strongarmà 206 MHz, 64Mo de Ram, **** POUR 2 portsSb/Mre et Compact Flash I et II ; la finition du boîtier ; les menus de lancement. CONTRE Presque aucun logiciel fourni ; pas de molette ; le prix. Compaq iPaq H3850 : toujours la référence Si Pocket PC a connu un tel succès, c'est grâce à Compaq. Malgré des bugs d'affichage et des erreurs de conception, l'aspect futuriste des premiers iPaq a toujours fait mouche, et gouverne le marché. Le H3850, de la vague Pocket PC 2002, corrige certains défauts, mais pas tous : ainsi est-il enfin doté d'un clapet **** POUR Les logiciels ; la prise série/USB ; la compatibilité avec les extensions de la série H36xx ; l'écran. CONTRE Pas de molette ; pas deport Compact Flash inclus ; pas d'étui. de protection adaptable aux jaquettes d'extension, et d'un port d'extension standard sur l'appareil : un port SD/MMC. Pourtant parmi les meilleurs, l'écran souffre, comme les autres TFT réflectifs, d'une lisibilité difficile en extérieur. Bravo à la double prise série/USB, et aux nombreux logiciels fournis. Env. 820 € ttc (5 400 F) Assistant électronique sous Pocket PC 2002, processeur Intel Strongarm206 MHz, écran couleur TFT 240 x 320 à 65 536 couleurs, 64 Mo de Ram, 32 Mo de Rom Flash, port infrarouge, SD/MMC, Compact Flash 1/11, prise USB. 32 Mo de Rom flashable, écran TFT réflectif 65 536 couleurs. Outre la qualité du hautparleur intégré, on apprécie le boîtier à l'aspect sobre, solide et rassurant, le tout pour un poids de 180 g. Dommage qu'il manque une mollette de défilement, très utile pour feuilleter les e-gazettes d'une seule main. Env. 980 « TTC (6 400 F) Avril 2002 SVM 103



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 203 avril 2002 Page 1SVM numéro 203 avril 2002 Page 2-3SVM numéro 203 avril 2002 Page 4-5SVM numéro 203 avril 2002 Page 6-7SVM numéro 203 avril 2002 Page 8-9SVM numéro 203 avril 2002 Page 10-11SVM numéro 203 avril 2002 Page 12-13SVM numéro 203 avril 2002 Page 14-15SVM numéro 203 avril 2002 Page 16-17SVM numéro 203 avril 2002 Page 18-19SVM numéro 203 avril 2002 Page 20-21SVM numéro 203 avril 2002 Page 22-23SVM numéro 203 avril 2002 Page 24-25SVM numéro 203 avril 2002 Page 26-27SVM numéro 203 avril 2002 Page 28-29SVM numéro 203 avril 2002 Page 30-31SVM numéro 203 avril 2002 Page 32-33SVM numéro 203 avril 2002 Page 34-35SVM numéro 203 avril 2002 Page 36-37SVM numéro 203 avril 2002 Page 38-39SVM numéro 203 avril 2002 Page 40-41SVM numéro 203 avril 2002 Page 42-43SVM numéro 203 avril 2002 Page 44-45SVM numéro 203 avril 2002 Page 46-47SVM numéro 203 avril 2002 Page 48-49SVM numéro 203 avril 2002 Page 50-51SVM numéro 203 avril 2002 Page 52-53SVM numéro 203 avril 2002 Page 54-55SVM numéro 203 avril 2002 Page 56-57SVM numéro 203 avril 2002 Page 58-59SVM numéro 203 avril 2002 Page 60-61SVM numéro 203 avril 2002 Page 62-63SVM numéro 203 avril 2002 Page 64-65SVM numéro 203 avril 2002 Page 66-67SVM numéro 203 avril 2002 Page 68-69SVM numéro 203 avril 2002 Page 70-71SVM numéro 203 avril 2002 Page 72-73SVM numéro 203 avril 2002 Page 74-75SVM numéro 203 avril 2002 Page 76-77SVM numéro 203 avril 2002 Page 78-79SVM numéro 203 avril 2002 Page 80-81SVM numéro 203 avril 2002 Page 82-83SVM numéro 203 avril 2002 Page 84-85SVM numéro 203 avril 2002 Page 86-87SVM numéro 203 avril 2002 Page 88-89SVM numéro 203 avril 2002 Page 90-91SVM numéro 203 avril 2002 Page 92-93SVM numéro 203 avril 2002 Page 94-95SVM numéro 203 avril 2002 Page 96-97SVM numéro 203 avril 2002 Page 98-99SVM numéro 203 avril 2002 Page 100-101SVM numéro 203 avril 2002 Page 102-103SVM numéro 203 avril 2002 Page 104-105SVM numéro 203 avril 2002 Page 106-107SVM numéro 203 avril 2002 Page 108-109SVM numéro 203 avril 2002 Page 110-111SVM numéro 203 avril 2002 Page 112-113SVM numéro 203 avril 2002 Page 114-115SVM numéro 203 avril 2002 Page 116-117SVM numéro 203 avril 2002 Page 118-119SVM numéro 203 avril 2002 Page 120-121SVM numéro 203 avril 2002 Page 122-123SVM numéro 203 avril 2002 Page 124-125SVM numéro 203 avril 2002 Page 126-127SVM numéro 203 avril 2002 Page 128-129SVM numéro 203 avril 2002 Page 130-131SVM numéro 203 avril 2002 Page 132-133SVM numéro 203 avril 2002 Page 134-135SVM numéro 203 avril 2002 Page 136-137SVM numéro 203 avril 2002 Page 138-139SVM numéro 203 avril 2002 Page 140-141SVM numéro 203 avril 2002 Page 142-143SVM numéro 203 avril 2002 Page 144-145SVM numéro 203 avril 2002 Page 146-147SVM numéro 203 avril 2002 Page 148-149SVM numéro 203 avril 2002 Page 150-151SVM numéro 203 avril 2002 Page 152-153SVM numéro 203 avril 2002 Page 154-155SVM numéro 203 avril 2002 Page 156-157SVM numéro 203 avril 2002 Page 158-159SVM numéro 203 avril 2002 Page 160-161SVM numéro 203 avril 2002 Page 162-163SVM numéro 203 avril 2002 Page 164-165SVM numéro 203 avril 2002 Page 166-167SVM numéro 203 avril 2002 Page 168-169SVM numéro 203 avril 2002 Page 170-171SVM numéro 203 avril 2002 Page 172-173SVM numéro 203 avril 2002 Page 174-175SVM numéro 203 avril 2002 Page 176-177SVM numéro 203 avril 2002 Page 178-179SVM numéro 203 avril 2002 Page 180-181SVM numéro 203 avril 2002 Page 182-183SVM numéro 203 avril 2002 Page 184-185SVM numéro 203 avril 2002 Page 186-187SVM numéro 203 avril 2002 Page 188-189SVM numéro 203 avril 2002 Page 190-191SVM numéro 203 avril 2002 Page 192-193SVM numéro 203 avril 2002 Page 194-195SVM numéro 203 avril 2002 Page 196-197SVM numéro 203 avril 2002 Page 198-199SVM numéro 203 avril 2002 Page 200-201SVM numéro 203 avril 2002 Page 202-203SVM numéro 203 avril 2002 Page 204-205SVM numéro 203 avril 2002 Page 206-207SVM numéro 203 avril 2002 Page 208-209SVM numéro 203 avril 2002 Page 210-211SVM numéro 203 avril 2002 Page 212-213SVM numéro 203 avril 2002 Page 214-215SVM numéro 203 avril 2002 Page 216-217SVM numéro 203 avril 2002 Page 218