SVM n°202 mars 2002
SVM n°202 mars 2002
  • Prix facial : 3,80 €

  • Parution : n°202 de mars 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 190

  • Taille du fichier PDF : 41,6 Mo

  • Dans ce numéro : virus, les nouveaux poisons du Web.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 114 - 115  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
114 115
tous nos tests nouveautés matériel La performance brute Ordinateur portatif Maxdata Pro 660X Env. 2 990 € TTC (19 600 F) Portatif équipé d'un Pentium III à 1 GHz, 256 Mo de mémoire, disque dur de 30 Go, modem 56 K et circuit vidéo ATI Radeon Mobility, écran 15,1 pouces. Poids  : 3,3 kg. Autonomie  : 3 h 02 min. Logiciels  : Works Suite 2001, McAfee Viruscan et PowerDVD 3.0. Le portable Pro 660X représente le "top" de la marque allemande Maxdata. Et son équipement le prouve  : processeur à 1 GHz, 256 Mo de mémoire et 30 Go de disque dur. La partie multimédia est elle aussi très riche et d'excellente qualité  : DVD, carte son, ports USB, prise Firewire, puce graphique haut de gamme, lecteur de Memory Stick, emplacement SD Card... ouf ! Ajoutons à cela que la machine semble solide et la finition est impeccable. Mais cette robustesse se traduit, hélas, par un poids élevé (3,3 kg) qui fera souffrir les voyageurs. Second reproche, l'absence de graveur, alors que les portables de ce prix chez HP et Compaq en embarquent un presque systématiquement. Et pas la moindre touche de raccourcis pour lire les CD audio, par exemple. Mais dans l'ensemble, le Pro 660X est performant, l'affichage d'excellente qualité, la connectique très complète et il est livré avec une sacoche de transport, un CD de restauration et une offre logicielle complète.s.o. Tout petit et tellement autonome Ordinateur portatif Sony PCG-SRX41P Env. 2 590 € TTC (17 000 F) Moins d'1,3 kg, c'est le poids qu'affiche sur la balance le nouveau portable de Sony. Bien entendu, il a fallu rogner sur la taille de l'écran, par exemple, ou encore retirer tout lecteur optique. Mais la bête n'est pas pour autant dénuée d'intérêt. Déjà, le SRX41P embarque un processeur Pentium III à 114 svm Mars 2002 Ultra portable avec Pentium III (Ultra lowvoltage) 800 MHz, 128 Mo de mémoire, disque dur 30 Go, jeu de composants Intel i815EM, modem 56K, Ethernet 10/10Q 1 USB, 1Firewire. Ecran TFT 10,4 pouces 1024 X 768. Technologies sans fil Bluetoolti et 1M-fi. Poids  : 1,260 kg. Autonomie  : 4 h 56 min. Windows XP. 800MHz, suffisamment véloce pour bon nombre de logiciels. De plus, on retrouve tout l'équipement d'un portable "classique", à savoir une carte son, un modem, une prise Ethernet et un emplacement mémoire pour la fameuse mini-carte Memory Stick. Mais le constructeur a aussi casé deux technologies sans fils, Bluetooth et Wi-fi, bien pratiques pour communiquer avec son GSM ou un réseau local. La partie graphique n'est POUR L'équipement très complet et — performant ; les emplacements pour les mémoires au format Memory Stick et SD Card. CONTRE Le look austère et le poids élevé... bref, il manque un peu de fioritures (boutons de raccourcis, couleurs). pas trop mal, la matrice de l'écran mesure 10,4 pouces, et la puce graphique est signée Intel. Mais la cerise sur le gâteau, c'est l'autonomie, qui atteint presque cinq heures, idéal pour tous ceux qui voyagent beaucoup. Seule véritable regret, le prix, encore et toujours élevé, mais Sony nous y a presque habitués. S.O. **** POUR Son poids, 1,260 kg, qui en fait — un vrai portable ; le sans-fil Bluetooth et Wi-fi ; l'autonomie excellente. CONTRE L'écran un peu petit, bien que très lisible ; l'absence de lecteur optique (CD/DVD). Chauffe, Maxtor ! Disque dur Maxtor DiamondMax D540X Env. 490 € TTC (3 200 F) Disque dur de 160 Go au format 3,5 pouces avec interface ATA-133 et 2 Mo de mémoire tampon. Disque composé de 8 têtes et 4 plateaux tournant à 5 400 trs/min. Temps d'accès mesuré  : 14,6 ms, débit mini/maxi en lecture  : 20,2 à 36,6 Mo/s ; 15,3 à 26 Mo/s en écriture. Bien que le DiamondMax D540X accuse 160Go à la pesée, notre avis sur ce disque reste mitigé. Il possède une interface rapide, l'ATA-133 (133 Mo/s), mais elle est largement sous-exploitée (36,6 Mo/s en lecture). Précisons que cette interface est indispensable pour franchir la limite des 137 Go. Comme aucun PC ne gère l'ATA-133 pour l'instant, nous avons eu recours à une carte spéciale, elle aussi de marque Maxtor (l'installation fut capricieuse). Côté performances, ce n'est pas si mal, bien qu'un peu juste en écriture, mais le disque chauffe beaucoup. Etonnant pour un disque à 5 400 tours/min ! On évitera donc de le confiner dans un boîtier "silencieux", ce qui risquerait d'accroître encore la tempéra- ture. Enfin, le temps de formatage est vraiment très long. S.O. *** POUR La capacité du disque ; l'interface ATA-133 utilisant l'adressage sur 48 bits, contre 24 bits précédemment, soit une nouvelle limitation à 144 péta-octets. CONTRE Le disque dur chauffe ; les performances moyennes en écriture.
Un petit Il lit toutes les cartes poids Lecteur de carte Sitecom MuRi Memory Reader Writer Env. 120 € TTC (800 F) chez soi PC de bureau HP e-pc 42 Env. 1 068 € TTC (7 000 F) Mallei011,8ffleffle,1, - PC avec Pentium4 à 2GHz, 256Mo de SDRam PC133, disque 20 Go ATA133 à 7200trs/min, lecteur CD 24X, puce graphique ATI Rage 128 Pro Ultra 16 Mo de SGRam, Ethernet Intel Pro 100. Livré sous Win XP Pro ou Edition familiale. Bien qu'HP destine ses e-pc aux entreprises, nous n'avons pas résisté à la tentation de tester le petit dernier pour plusieurs raisons  : très petit, très silencieux, très bien fini, et puissant. Avec ces atouts, on se demande pourquoi HP ne s'adresse pas aux particuliers ! D'autant que le constructeur a réussi l'exploit d'y intégrer le volumineux couple Pentium 4-ventilation, et le chipset i845. Du coup, le boîtier a été redessiné pour obtenir un refroidissement optimal, tout en limitant au maximum le bruit. Le tout est très stable et les performances de haut niveau en bureautique comme en multimédia "lourd". Un bémol  : les performances 3D très insuffisantes pour les fans de Quake III. L'autre déception vient de l'alimentation, externe et confiée à un transformateur assez imposant. Mais l'unité centrale (très simple à démonter) est à peine plus grande qu'une page A4, épaisse de 10 cm, pour 4,7 kg. Dommage que l'ensemble coûte plus de 1000 € sans l'écran... S.O. POUR La taille ; la légèreté ; l'ergonomie ; les performances hors jeux 3D ; la finition ; le silence. CONTRE L'affichage 3D très juste, et inchangeable ; l'évolutivité très limitée. Tout en un, ce lecteur de carte universel Sitecom n'a besoin d'aucun adaptateur pour fonctionner. Autoalimenté par la prise USB, le CN-300 est capable d'avaler en même temps les Multimedia Card (MMC), Secure Digital (SD), Smart Media, Compact Flash (type I et II) et autres Memory Stick. L'installation ne pause pas de problème particulier sous Windows Millennium et 98, qui ne demandent qu'un Parmi les huit produits de la gamme vidéo Dazzle, le kit DVD.master ne laisse pas indifférent. Il propose de passer du VHS au DVD en trois étapes  : la numérisation d'une vidéo à partir d'une source analogique, son montage et, enfin, la gravure sur DVD, si vous disposez du graveur adéquat. L'acquisition s'effectue POUR La simplicité d'utilisation ; le côté pratique ; le transfert de carte à carte. CONTRE Le lecteur plante Windows XP, mais de futurs pilotes sont prévus, à télécharger sur le site du constructeur. Lecteur de carte universel à la norme USB 1.1 supportant les formats Multimedia Card (MMC), Secure Digital (SD), Smart Media, Compact Flash (type I et II) et Memory Stick. Livré avec documentation électronique en français. Compatible Windows 98/Me/2000/Mac OS. Repiquez vos K7 sur des DVD Montage vidéo Dazzle DVD.master Env. 456 € TTC (3 000 F) Kit d'acquisition analogique avec une carte PCI, un boîtier externe composé de 6 entrées et sorties composites (audio et vidéo) et S- Vidéo, des câbles, le logiciel de montage MovieStar et sa notice. Compatible Windows 98/Me/2000/XP. redémarrage. A contrario, sous XP, il faudra attendre l'arrivée de nouveaux pilotes (c'est prévu), ceux livrés plantant littéralement le système. Une fois le lecteur en place, le poste de travail de Windows se voit pourvu de quatre nouvelles lettres de disques, avec des icônes qui, malheureusement, ne changent pas d'aspect lorsque l'on insère une carte mémoire. Côté rapidité de transfert, pas de soucis, l'USB est exploité à son maximum, seul le transfert de carte à carte se révèle un peu lent. Une initiative bien pratique à souligner  : durant les transferts de fichiers, via un boîtier relié à un caméscope, magnétoscope ou à un téléviseur ; l'encodage est fait en temps réel en Mpeg2 grâce à un composant C-Cube intégré à la carte PCI. Seul gros défaut pour ceux qui souhaitent numériser leurs vieilles cassettes VHS, l'incompatibilité avec le Secam. Côté entrées et sorties, c'est impeccable puisque le boîtier est doté de connecteurs classiques de type composite ou S-Vidéo, et tous les câbles sont fournis. Une fois l'acquisition terminée, le logiciel MovieStar un témoin lumineux clignote. Au final, on a affaire à un produit dans l'ensemble très correct, donc, juste regrette-t-on que le prix soit tout de même élevé pour un "simple" lecteur de cartes. S.O. dédié au montage propose transitions et titrages divers (mais ses fonctions restent modestes). Enfin, le choix du format et du support est vaste  : on peut exporter le montage soit en numérique, aidé par DVDit ! (édition limitée) sur un DVD ou un CD-R (VCD ou S-VCD), soit en analogique vers un magnétoscope ou un caméscope. Lionel Morillon **** POUR L'encodage Mpeg-2 temps réel ; la simplicité d'utilisation du logiciel ; les nombreuses connexions ; le jeu de câbles livré. CONTRE L'incompatibilité avec le standard Secam ; les fonctions un peu restreintes de moviestar. Mars 2002 svm 115



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 202 mars 2002 Page 1SVM numéro 202 mars 2002 Page 2-3SVM numéro 202 mars 2002 Page 4-5SVM numéro 202 mars 2002 Page 6-7SVM numéro 202 mars 2002 Page 8-9SVM numéro 202 mars 2002 Page 10-11SVM numéro 202 mars 2002 Page 12-13SVM numéro 202 mars 2002 Page 14-15SVM numéro 202 mars 2002 Page 16-17SVM numéro 202 mars 2002 Page 18-19SVM numéro 202 mars 2002 Page 20-21SVM numéro 202 mars 2002 Page 22-23SVM numéro 202 mars 2002 Page 24-25SVM numéro 202 mars 2002 Page 26-27SVM numéro 202 mars 2002 Page 28-29SVM numéro 202 mars 2002 Page 30-31SVM numéro 202 mars 2002 Page 32-33SVM numéro 202 mars 2002 Page 34-35SVM numéro 202 mars 2002 Page 36-37SVM numéro 202 mars 2002 Page 38-39SVM numéro 202 mars 2002 Page 40-41SVM numéro 202 mars 2002 Page 42-43SVM numéro 202 mars 2002 Page 44-45SVM numéro 202 mars 2002 Page 46-47SVM numéro 202 mars 2002 Page 48-49SVM numéro 202 mars 2002 Page 50-51SVM numéro 202 mars 2002 Page 52-53SVM numéro 202 mars 2002 Page 54-55SVM numéro 202 mars 2002 Page 56-57SVM numéro 202 mars 2002 Page 58-59SVM numéro 202 mars 2002 Page 60-61SVM numéro 202 mars 2002 Page 62-63SVM numéro 202 mars 2002 Page 64-65SVM numéro 202 mars 2002 Page 66-67SVM numéro 202 mars 2002 Page 68-69SVM numéro 202 mars 2002 Page 70-71SVM numéro 202 mars 2002 Page 72-73SVM numéro 202 mars 2002 Page 74-75SVM numéro 202 mars 2002 Page 76-77SVM numéro 202 mars 2002 Page 78-79SVM numéro 202 mars 2002 Page 80-81SVM numéro 202 mars 2002 Page 82-83SVM numéro 202 mars 2002 Page 84-85SVM numéro 202 mars 2002 Page 86-87SVM numéro 202 mars 2002 Page 88-89SVM numéro 202 mars 2002 Page 90-91SVM numéro 202 mars 2002 Page 92-93SVM numéro 202 mars 2002 Page 94-95SVM numéro 202 mars 2002 Page 96-97SVM numéro 202 mars 2002 Page 98-99SVM numéro 202 mars 2002 Page 100-101SVM numéro 202 mars 2002 Page 102-103SVM numéro 202 mars 2002 Page 104-105SVM numéro 202 mars 2002 Page 106-107SVM numéro 202 mars 2002 Page 108-109SVM numéro 202 mars 2002 Page 110-111SVM numéro 202 mars 2002 Page 112-113SVM numéro 202 mars 2002 Page 114-115SVM numéro 202 mars 2002 Page 116-117SVM numéro 202 mars 2002 Page 118-119SVM numéro 202 mars 2002 Page 120-121SVM numéro 202 mars 2002 Page 122-123SVM numéro 202 mars 2002 Page 124-125SVM numéro 202 mars 2002 Page 126-127SVM numéro 202 mars 2002 Page 128-129SVM numéro 202 mars 2002 Page 130-131SVM numéro 202 mars 2002 Page 132-133SVM numéro 202 mars 2002 Page 134-135SVM numéro 202 mars 2002 Page 136-137SVM numéro 202 mars 2002 Page 138-139SVM numéro 202 mars 2002 Page 140-141SVM numéro 202 mars 2002 Page 142-143SVM numéro 202 mars 2002 Page 144-145SVM numéro 202 mars 2002 Page 146-147SVM numéro 202 mars 2002 Page 148-149SVM numéro 202 mars 2002 Page 150-151SVM numéro 202 mars 2002 Page 152-153SVM numéro 202 mars 2002 Page 154-155SVM numéro 202 mars 2002 Page 156-157SVM numéro 202 mars 2002 Page 158-159SVM numéro 202 mars 2002 Page 160-161SVM numéro 202 mars 2002 Page 162-163SVM numéro 202 mars 2002 Page 164-165SVM numéro 202 mars 2002 Page 166-167SVM numéro 202 mars 2002 Page 168-169SVM numéro 202 mars 2002 Page 170-171SVM numéro 202 mars 2002 Page 172-173SVM numéro 202 mars 2002 Page 174-175SVM numéro 202 mars 2002 Page 176-177SVM numéro 202 mars 2002 Page 178-179SVM numéro 202 mars 2002 Page 180-181SVM numéro 202 mars 2002 Page 182-183SVM numéro 202 mars 2002 Page 184-185SVM numéro 202 mars 2002 Page 186-187SVM numéro 202 mars 2002 Page 188-189SVM numéro 202 mars 2002 Page 190