SVM n°201 février 2002
SVM n°201 février 2002
  • Prix facial : 3,80 €

  • Parution : n°201 de février 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 184

  • Taille du fichier PDF : 167 Mo

  • Dans ce numéro : le nouveau coup d'Apple.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
l'événement
France Télécom a rendu publics les tarifs proposés à ses concurrents pour l'accès à son réseau. Mais au vu des conditions, les opérateurs se disent pour l'instant incapables de proposer des abonnements Internet RTC illimités.

Rit illimité les FAI se défaussent L
JEAN-CHRISTOPHE LE TOWN
Délégué permanent de l'Association des fournisseurs d'accès : "Sans montage économique astucieux de la part des fournisseurs, ni baisse du Service universel côté gouvernement, pas de solution..."

a publication, à la fin novembre 2001, par France Télécom, du très attendu "catalogue d'interconnexion" induit immédiatement la question de l'avenir de l'accès Internet par modem sur le réseau téléphonique commuté (RTC). Ce document essentiel recense tous les tarifs proposés par l'opérateur historique à ses concurrents pour l'emprunt de ses infrastructures de boucle locale et l'acheminement des appels et données de leurs propres clients.

Elaboré sous la surveillance de l'Autorité de régulation des télécommunications (ART), il est censé tenir compte des attentes des opérateurs et des FAI, mais aussi des promesses gouvernementales et des consommateurs ; sans que France Télécom renonce totalement à sa très juteuse position dominante. La quadrature du cercle, en quelque sorte. Le moins que l'on puisse dire, c'est que ce catalogue a reçu un accueil plutôt frais chez les FAI. A tel point qu'on peut légitimement

Par où transitent
Concrètement, quel chemin parcourt votre appel téléphonique Internet, pour peu que vous ayez choisi un fournisseur d'accès indépendant de France Télécom? A la sortie de votre prise téléphonique, votre appel rejoint les commutateurs locaux (appelés commutateurs d'abonnés, ou CA) puis régionaux (appelés commutateurs de transit, ou Cl) de France Télécom: c'est le passage, pour l'instant obligé, sur la boucle locale. L'appel est ensuite

vos données ?
aiguillé vers l'un des commutateurs de votre FAI ou de son opérateur de collecte, au cas où le FAI ne disposerait pas de son propre réseau (c'est le cas d'AOL, par exemple). L'aiguillage des commutateurs de France Télécom vers les commutateurs de votre FAI se fait via un bloc primaire numérique (ou BPN). Et c'est là que tout se joue... Chaque BPN, acheté au forfait une fois l'an, ne peut aiguiller que trente lignes, soit trente internautes connectés en même temps. Au FAI, donc, de bien connaître le nombre et la répartition géographique de ses abonnés, pour optimiser ses BPN forfaitaires, quitte à acheter des possibilités de débordement, facturées à la minute transportée. Or, pour des raisons de coût et de stratégie, les BPN des opérateurs sont presque tous situés dans les commutateurs régionaux. D'où le problème de la suppression des possibilités de débordement au niveau régional.

MARTIAL DELPUECH
Porte-parole de Tiscali. Il déplore les brusques changements dans la règle du jeu, entre les premières versions du catalogue à l'été 2001, et la version définitive: "Pour nous, c'est clair, ni Infonie, ni Liberty Surf n'iront vers l'illimité."

26

svm Février 2002

J ACQUESFEINE

Le Service univercoi
explique Jean-Christophe Le Toquin, délégué permanent de l'Association des fournisseurs d'accès. Or, elle

hiffres
3,9111€
Part du service universel que reverse le FA! à France Télécom pour sa mission de service public.

11,02 €
Part que r it le FAI pour, entre autres, l'accès au réseau France Télécom.

vient d'être supprimée au niveau régional des Cl; précisément là où tous les opérateurs sont installés!, poursuit-il. S'ils veulent toujours bénéficier du débordement, ils devront s'implanter au niveau local des CA [commutateurs d'abonnés, ndlr], ce qui leur reviendra fort cher"
Les FAI sont d'autant plus mécontents que cet été encore, dans les propositions provisoires de France Télécom, le débordement était toujours prévu. Ceci a incité l'opérateur Tiscali (propriétaire de Liberty Surf et d'Infonie), à s'équiper: "Nous venons à peine

Sans tenir compte du prix de location des BPN, AOL, avec son forfait 50 heures à 15 €, reverse donc d'emblée plus de 25% du prix de l'abonnement à France Télécom.

net. Sur un forfait de 50 heures, elle coûte d'emblée 3,98€ (26,10F). Les opérateurs réclament donc une révision du mode de calcul,"sinon

les opérateurs ne seront pas enclins à aller vers l'illimité", prévient JeanChristophe Le Toquin. Son de cloche à peine plus enthousiaste chez AOL, par la voix de Bénédicte Lucien-Brun qui, tout en félicitant l'ART pour sa négociation avec France Télécom, veut se donner le temps de la réflexion:

s'interroger sur le devenir de l'accès RTC. En effet, celui-ci semble céder le pas, dans les projets des fournisseurs d'accès, à l'accès haut débit, et notamment à l'ADSL.

d'être livrés de nos équipements que les règles changent et qu'il faut nous rééquiper, proteste Martial Delpuech, porte-parole de Tiscali, sans compter que si France Télécom a en effet baissé ses tarifs [de 30%, ndlr], ces prix sans débordement sont toujours trop chers." Une manière de
dire que ce que France Télécom donne d'une main, elle le reprend de l'autre. Et aussi d'annoncer la couleur pour les intemautes: "Clai-

"On espère que ça ira vers l'illimité, mais nous devons d'abord étudier les solutions avec nos partenaires".
Alexandre Archambault, responsable des affaires réglementaires chez l'opérateur/fournisseur Free, se déclare, lui, très satisfait de ce catalogue, et salue très diplomatiquement la représentation de l'ART et l'action de France Télécom, qu'il invite à poursuivre ses efforts pour l'année prochaine. Alors, l'illimité chez Free pour bientôt? Hélas!

Le problème du débordement
Les fournisseurs d'accès à Internet se sont tout spécialement penchés sur les conditions d'achat et d'utilisation des blocs primaires numériques (BPN) de France Télécom, passage incontournable pour accéder à la boucle locale (voir encadré). Ainsi, au niveau des commutateurs locaux, le BPN est à 15 600 € (plus de 102 000 F) en interconnexion forfaitaire simple, et à 21 000 € (presque 138 000 F) avec possibilité de débordement. Dans ce dernier cas, l'opérateur est autorisé à dépasser le volume de données initialement prévu sur la ligne. Au niveau régional — les commutateurs sont alors dits de transit (Cl') —, le BPN est proposé à 30000€ (quelque 197 000F) et France Télécom n'offre ici aucune possibilité de débordement. Et c'est là que le bât blesse. "Cette notion de débor-

rement, nous ne pouvons pas, en l'état, nous orienter vers des forfaits illimités. Nous pouvons envisager de prolonger notre opération de gros forfaits au-delà de la fin février, mais

"En Angleterre, le RTC illimité a tué l'ADSL. Or, nous préférons l'ADSL"
guère plus. Nous travaillons surtout maintenant sur l'ADSL."
Autre écueil à l'évolution du RTC, et plus particulièrement aux forfaits illimités : le paiement, par les FAI, du Service universel. Il s'agit d'une redevance fixe versée à France Télécom pour l'exercice de sa mission de service public — cabines téléphoniques, accès égalitaire au réseau — et qui s'élève à 0,0013 € la minute (0,0087 F), quel que soit le type de communication. Cette redevance handicape surtout les spécialistes en connexion Inter-

"Le réseau téléphonique commuté fonctionne sur le partage dynamique des lignes et la mutualisation des équipements. Il n'est pas prévu pour une utilisation à fins exclusives comme la connexion illimitée et permanente. Regardez en Angleterre : le RTC illimité a tué l'ADSL. Or nous, nous préférons l'ADSL", explique-t-il, ajoutant que
des forfaits "gonflés" ne sont cependant pas à exclure. Le RTC sera-t-il la dernière roue du carrosse? "De toute façon, le

temps que les opérateurs s'équipent et mettent au point leurs modèles économiques, rien de décisif ne sera fait d'ici à septembre 2002",
confirme, au nom de l'ensemble de la profession, Jean-Christophe Le Nicolas RobauX Toquin.
Février 2002

dement est vraiment importante,

SVM 27




Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 201 février 2002 Page 1SVM numéro 201 février 2002 Page 2-3SVM numéro 201 février 2002 Page 4-5SVM numéro 201 février 2002 Page 6-7SVM numéro 201 février 2002 Page 8-9SVM numéro 201 février 2002 Page 10-11SVM numéro 201 février 2002 Page 12-13SVM numéro 201 février 2002 Page 14-15SVM numéro 201 février 2002 Page 16-17SVM numéro 201 février 2002 Page 18-19SVM numéro 201 février 2002 Page 20-21SVM numéro 201 février 2002 Page 22-23SVM numéro 201 février 2002 Page 24-25SVM numéro 201 février 2002 Page 26-27SVM numéro 201 février 2002 Page 28-29SVM numéro 201 février 2002 Page 30-31SVM numéro 201 février 2002 Page 32-33SVM numéro 201 février 2002 Page 34-35SVM numéro 201 février 2002 Page 36-37SVM numéro 201 février 2002 Page 38-39SVM numéro 201 février 2002 Page 40-41SVM numéro 201 février 2002 Page 42-43SVM numéro 201 février 2002 Page 44-45SVM numéro 201 février 2002 Page 46-47SVM numéro 201 février 2002 Page 48-49SVM numéro 201 février 2002 Page 50-51SVM numéro 201 février 2002 Page 52-53SVM numéro 201 février 2002 Page 54-55SVM numéro 201 février 2002 Page 56-57SVM numéro 201 février 2002 Page 58-59SVM numéro 201 février 2002 Page 60-61SVM numéro 201 février 2002 Page 62-63SVM numéro 201 février 2002 Page 64-65SVM numéro 201 février 2002 Page 66-67SVM numéro 201 février 2002 Page 68-69SVM numéro 201 février 2002 Page 70-71SVM numéro 201 février 2002 Page 72-73SVM numéro 201 février 2002 Page 74-75SVM numéro 201 février 2002 Page 76-77SVM numéro 201 février 2002 Page 78-79SVM numéro 201 février 2002 Page 80-81SVM numéro 201 février 2002 Page 82-83SVM numéro 201 février 2002 Page 84-85SVM numéro 201 février 2002 Page 86-87SVM numéro 201 février 2002 Page 88-89SVM numéro 201 février 2002 Page 90-91SVM numéro 201 février 2002 Page 92-93SVM numéro 201 février 2002 Page 94-95SVM numéro 201 février 2002 Page 96-97SVM numéro 201 février 2002 Page 98-99SVM numéro 201 février 2002 Page 100-101SVM numéro 201 février 2002 Page 102-103SVM numéro 201 février 2002 Page 104-105SVM numéro 201 février 2002 Page 106-107SVM numéro 201 février 2002 Page 108-109SVM numéro 201 février 2002 Page 110-111SVM numéro 201 février 2002 Page 112-113SVM numéro 201 février 2002 Page 114-115SVM numéro 201 février 2002 Page 116-117SVM numéro 201 février 2002 Page 118-119SVM numéro 201 février 2002 Page 120-121SVM numéro 201 février 2002 Page 122-123SVM numéro 201 février 2002 Page 124-125SVM numéro 201 février 2002 Page 126-127SVM numéro 201 février 2002 Page 128-129SVM numéro 201 février 2002 Page 130-131SVM numéro 201 février 2002 Page 132-133SVM numéro 201 février 2002 Page 134-135SVM numéro 201 février 2002 Page 136-137SVM numéro 201 février 2002 Page 138-139SVM numéro 201 février 2002 Page 140-141SVM numéro 201 février 2002 Page 142-143SVM numéro 201 février 2002 Page 144-145SVM numéro 201 février 2002 Page 146-147SVM numéro 201 février 2002 Page 148-149SVM numéro 201 février 2002 Page 150-151SVM numéro 201 février 2002 Page 152-153SVM numéro 201 février 2002 Page 154-155SVM numéro 201 février 2002 Page 156-157SVM numéro 201 février 2002 Page 158-159SVM numéro 201 février 2002 Page 160-161SVM numéro 201 février 2002 Page 162-163SVM numéro 201 février 2002 Page 164-165SVM numéro 201 février 2002 Page 166-167SVM numéro 201 février 2002 Page 168-169SVM numéro 201 février 2002 Page 170-171SVM numéro 201 février 2002 Page 172-173SVM numéro 201 février 2002 Page 174-175SVM numéro 201 février 2002 Page 176-177SVM numéro 201 février 2002 Page 178-179SVM numéro 201 février 2002 Page 180-181SVM numéro 201 février 2002 Page 182-183SVM numéro 201 février 2002 Page 184