SVM n°200 janvier 2002
SVM n°200 janvier 2002
  • Prix facial : 20 F

  • Parution : n°200 de janvier 2002

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 202

  • Taille du fichier PDF : 184 Mo

  • Dans ce numéro : les imprimantes photoréalistes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 140 - 141  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
140 141
tous nos tests/guide d'achat
passer au... MP3

Le MP3
Les matériels, les logiciels et les services

T

moins contraignant car il n'y a plus à jongler avec les CD, il suffit de cliquer sur leur intitulé dans un logiciel de Le MP3 nécessitepeu de matériel, peu de connaissances lecture MP3. Ensuite, on peut facilement se créer des comet s'exploite avec des logiciels gratuits. Autant de pilations, une pratique que raisons pour franchir le pas de la musique en ligne. l'on avait oubliée depuis la disparition —ou presque— des out le battage fait le labo allemand Fraunhofer, férer sa discothèque sur un cassettes audio. Enfin, le PC peut tout à fait servir de PC. Il suffit d'installer un logiil était impensable de stocautour du MP3 a de quoi étonner. ker un morceau de musique ciel d'encodage. Celui-ci lira chaîne hi-fi indépendante en reliant la sortie de la carte sur le PC d'un particulier. les pistes du CD inséré dans Peut-être excessif, il consacre cepen- Quels que soient le format le lecteur de CD-Rom (ou le son à l'ampli du salon. On a dant une révolution numé- et le codage retenus (Wav et graveur), et les transformera même vu des amateurs rique, et le mot n'est pas trop PCM, généralement), un mor- en fichiers numériques codés acharnés relier en plus la sorfort. Le MP3 désigne à la fois ceau occupait à peu près en MP3. A titre d'exemple, tie vidéo à la télé, via un un algorithme de compres- 10 Mo par minute. Le MP3 une discothèque de cent CD adaptateur, pour piloter le réduit ce taux à 1 Mo/min tient sur 5 à 7 Go. L'intérêt de juke-box sur la télévision ! sion, un standard international du multimédia et un avec une qualité proche du l'opération est multiple. Tout Tout est possible. Les industriels ont bien saisi l'occad'abord, écouter de la mufichier musical. Avant l'apCD. Une telle compacité persique en travaillant est bien sion, et on voit chaque jour parition du premier, créé par met à n'importe qui de transapparaître de nouveaux appareils utilisant le MP3. En plus de savoir lire les CD audio, ils reconnaissent les CD de données comportant usage. La gravure a elle aussi sur le PC était d'insérer un CD tellement évolué qu'il suffit des fichiers MP3. C'est déjà dans le lecteur et de le lire de stocker les morceaux que le cas de plusieurs lecteurs avec l'utilitaire de Windows L'enregistrement : avant vous aimez le moins sur des de DVD de salon, mais les "Lecteur multimédia" ou un l'avènement du MP3, il n'était CD, éventuellement réinsplatines CD ou encore les logiciel annexe. pas question d'enregistrer les criptibles. Ça fait toujours autoradios sont concernés. pistes audio sur le disque dur, 640 Mo de gagné à chaque faute de pilote de compression Un forfait mensuel opération. ("codec") efficace. Enregistrée

AvANT/APRÈS

au format Wav, une minute de son faisait environ 10 Mo avec un excellent "codec". En conséquence, un album occupait près de 600 Mo. Le stockage : le problème, c'est que les disques de 2 Go étaient la norme il y a quatre ans. Un album en Wav occupait donc théoriquement 30 % du disque. Autant dire que la numérisation de CD n'existait pas du tout. La lecture : la seule solution pour écouter de la musique

L'enregistrement : la

compression s'est améliorée
(euphémisme, puisque les fichiers prennent dix fois moins de place en MP3) à tel point que le format Wav n'est presque plus utilisé, même dans les jeux vidéo. Le stockage : les disques durs ont grandi, 15 à 20 Go en standard, jusqu'à 50 Go ou plus. Le stockage n'est plus un problème et il n'est pas rare de voir des disques entièrement dédiés à cet

La lecture : les logiciels de MP3 sont des usines à gaz. On y lit les CD ou les fichiers mais on peut aussi organiser l'ordre des morceaux dans des listes de lecture. A la lecture, la plupart affichent de beaux effets psychédéliques, superflus mais bien jolis. Le son peut être trituré à loisir à l'aide d'un équaliseur, présent sur les principaux logiciels, ou à l'aide de plug-ins. Bref, l'écoute de musique sur PC a bien changé...

pour puiser des MP3
A raison d'un méga-octet par

minute, le MP3 s'échange aussi sans problème sur Internet. Sans problème technique, du moins, car juridiquement, c'est une autre histoire... Les majors américaines multiplient les offensives légales pour protéger leur patrimoine musical, mis en libre-service mondial par le biais de logiciels spécialisés dans la recherche et le téléchargement. Pour se prémunir d'une baisse de reve-

138 svm Janvier 2002

nus programmée (éthique et morale mises à part, qui achèterait encore des CD quand ils sont disponibles gratuitement sur Internet ?), les géants du disque ou de la diffusion prennent les devants. Sony, Universal, BMG, Warner et EMI, entre autres, lanceront prochainement deux services concurrents permettant de télécharger ce que l'on veut contre un abonnement mensuel d'une cinquantaine de francs.

Matériel

Transférer les CD dans le PC
Ordinateur Carte son Graveur de CD
Lecteur MP3
PHOTOS JACQUESFEINS

Un format d'avenir
De nouveaux formats sont apparus depuis. Le VQF (ou TwinVQ), plus performant pour la compression et offrant une meilleure qualité audio dans les bas échantillonnages (96 Kbits/ s), ne connaît pas les faveurs du grand public. Microsoft tente de son côté d'imposer le WMA, perpétuant sa longue tradition de réinvention de la roue à son propre profit. Le WMA aurait des chances de s'imposer s'il protégeait efficacement les fichiers contre le piratage, ce que ne sait pas faire le MP3. Malheureusement pour Microsoft, à peine sorti, le WMA est déjà piraté. Il existe d'autres formats, mais aucun ne menace réellement la suprématie du MP3, dont le successeur est déjà en cours d'élaboration. Vous pouvez donc commencer à vous initier à ce domaine, il n'est pas prêt de disparaître... Sylvain Simoneau


"---k

. ....Z.=

Pas besoin de s'acheter une bête de course, il faut juste être dans la norme : vérifiez donc que vous avez un disque dur d'au moins 20 Go, un processeur de 500 MHz ou plus, et 256 Mo de mémoire.

N'importe quelle carte son fera l'affaire mais il en faut une. Les modèles haut de gamme n'apportent rien de plus car ils se distinguent surtout par leur capacité Midi (aucun rapport avec le MP3).

Le lecteur de CD est indispensable pour traduire les plages audio en fichiers MP3, le graveur servant à créer des compilations. Inutile d'acheter les deux, le graveur étant capable de lire les CD.

Le baladeur MP3 existe en de nombreuses versions mais optez plutôt pour un modèle avec disque dur. Ce n'est pas plus cher et stocke environ 100 CD (voir notre comparatif paru dans le SVM n° 199).

(6 000 à 8 000 F)

915 à 1 220 €

46 €
(300 F)

122 €
(800 F)

144 à 457 €
(950 à 3 000 F) fera pas des quelques miettes de gigaoctets récupérées sur le disque principal, il faudra acheter un disque dur entièrement dédié à cet usage. Autre point à vérifier, la rapidité du PC. Pour être si efficace, la compression MP3 fait d'imposants calculs et réquisitionne pour cela le processeur et la mémoire. A partir de 500 MHz, le processeur est suffisamment puissant pour travailler sans ralentir les autres opérations effectuées en même temps, surtout s'il est épaulé par assez de mémoire vive. Vu le prix actuel des barrettes (environ 1 F / Mo), ce point n'est plus un problème. Bien entendu, ce sont des critères de confort à ne pas prendre au pied de la lettre, il est tout à fait possible de lancer une
Janvier 2002

C

onvertir les CD audio en fichiers, organiser sa discothèque sur le disque dur, préparer ses compilations à emporter avec son baladeur MP3, tout cela ne réclame pas de matériel de haut de gamme. Il faut quand même faire attention à plusieurs

Vous disposez déjà d'un ordinateur, avec une carte son et un graveur ? Inutile de dépenser quoi que ce soit. Téléchargez CDex pour numériser les CD, Winamp, MusicMatch ou Sonique pour écouter les morceaux. Le logiciel de gravure, pour les compilations, est normalement fourni avec le graveur.

Comptez 122 E (800 F) pour un disque dur de 20 Go, 305 E (2 000 F) pour un baladeur MP3, et 23 (150 F) pour le logiciel MusicMatch qui fera office d'encodeur, de lecteur et de graveur. Avec un tel équipement, vous serez classé sans aucun doute dans la catégorie des utilisateurs acharnés.

points. Le plus important concerne le disque dur. En choisissant de convertir les morceaux avec une qualité proche de celle des CD audio (128 Kbits / s, 44 KHz), une minute occupera 1 Mo. C'est assez efficace et économique, mais songez à l'usage que vous ferez de votre PC de mélomane : s'agit-il d'avoir sous la main une dizaine de CD choisis parmi vos favoris ou alors de disposer d'une large palette de styles dans lesquels vous piocherez au gré de vos envies ? Dans le second cas, notre disque de 17 Go (le must à l'époque, comme le temps passe vite !) a été rapidement saturé par le stockage d'une discothèque de 300 CD. En conséquence, un usage acharné du juke-box sur le PC ne se satis-

svm 139




Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 200 janvier 2002 Page 1SVM numéro 200 janvier 2002 Page 2-3SVM numéro 200 janvier 2002 Page 4-5SVM numéro 200 janvier 2002 Page 6-7SVM numéro 200 janvier 2002 Page 8-9SVM numéro 200 janvier 2002 Page 10-11SVM numéro 200 janvier 2002 Page 12-13SVM numéro 200 janvier 2002 Page 14-15SVM numéro 200 janvier 2002 Page 16-17SVM numéro 200 janvier 2002 Page 18-19SVM numéro 200 janvier 2002 Page 20-21SVM numéro 200 janvier 2002 Page 22-23SVM numéro 200 janvier 2002 Page 24-25SVM numéro 200 janvier 2002 Page 26-27SVM numéro 200 janvier 2002 Page 28-29SVM numéro 200 janvier 2002 Page 30-31SVM numéro 200 janvier 2002 Page 32-33SVM numéro 200 janvier 2002 Page 34-35SVM numéro 200 janvier 2002 Page 36-37SVM numéro 200 janvier 2002 Page 38-39SVM numéro 200 janvier 2002 Page 40-41SVM numéro 200 janvier 2002 Page 42-43SVM numéro 200 janvier 2002 Page 44-45SVM numéro 200 janvier 2002 Page 46-47SVM numéro 200 janvier 2002 Page 48-49SVM numéro 200 janvier 2002 Page 50-51SVM numéro 200 janvier 2002 Page 52-53SVM numéro 200 janvier 2002 Page 54-55SVM numéro 200 janvier 2002 Page 56-57SVM numéro 200 janvier 2002 Page 58-59SVM numéro 200 janvier 2002 Page 60-61SVM numéro 200 janvier 2002 Page 62-63SVM numéro 200 janvier 2002 Page 64-65SVM numéro 200 janvier 2002 Page 66-67SVM numéro 200 janvier 2002 Page 68-69SVM numéro 200 janvier 2002 Page 70-71SVM numéro 200 janvier 2002 Page 72-73SVM numéro 200 janvier 2002 Page 74-75SVM numéro 200 janvier 2002 Page 76-77SVM numéro 200 janvier 2002 Page 78-79SVM numéro 200 janvier 2002 Page 80-81SVM numéro 200 janvier 2002 Page 82-83SVM numéro 200 janvier 2002 Page 84-85SVM numéro 200 janvier 2002 Page 86-87SVM numéro 200 janvier 2002 Page 88-89SVM numéro 200 janvier 2002 Page 90-91SVM numéro 200 janvier 2002 Page 92-93SVM numéro 200 janvier 2002 Page 94-95SVM numéro 200 janvier 2002 Page 96-97SVM numéro 200 janvier 2002 Page 98-99SVM numéro 200 janvier 2002 Page 100-101SVM numéro 200 janvier 2002 Page 102-103SVM numéro 200 janvier 2002 Page 104-105SVM numéro 200 janvier 2002 Page 106-107SVM numéro 200 janvier 2002 Page 108-109SVM numéro 200 janvier 2002 Page 110-111SVM numéro 200 janvier 2002 Page 112-113SVM numéro 200 janvier 2002 Page 114-115SVM numéro 200 janvier 2002 Page 116-117SVM numéro 200 janvier 2002 Page 118-119SVM numéro 200 janvier 2002 Page 120-121SVM numéro 200 janvier 2002 Page 122-123SVM numéro 200 janvier 2002 Page 124-125SVM numéro 200 janvier 2002 Page 126-127SVM numéro 200 janvier 2002 Page 128-129SVM numéro 200 janvier 2002 Page 130-131SVM numéro 200 janvier 2002 Page 132-133SVM numéro 200 janvier 2002 Page 134-135SVM numéro 200 janvier 2002 Page 136-137SVM numéro 200 janvier 2002 Page 138-139SVM numéro 200 janvier 2002 Page 140-141SVM numéro 200 janvier 2002 Page 142-143SVM numéro 200 janvier 2002 Page 144-145SVM numéro 200 janvier 2002 Page 146-147SVM numéro 200 janvier 2002 Page 148-149SVM numéro 200 janvier 2002 Page 150-151SVM numéro 200 janvier 2002 Page 152-153SVM numéro 200 janvier 2002 Page 154-155SVM numéro 200 janvier 2002 Page 156-157SVM numéro 200 janvier 2002 Page 158-159SVM numéro 200 janvier 2002 Page 160-161SVM numéro 200 janvier 2002 Page 162-163SVM numéro 200 janvier 2002 Page 164-165SVM numéro 200 janvier 2002 Page 166-167SVM numéro 200 janvier 2002 Page 168-169SVM numéro 200 janvier 2002 Page 170-171SVM numéro 200 janvier 2002 Page 172-173SVM numéro 200 janvier 2002 Page 174-175SVM numéro 200 janvier 2002 Page 176-177SVM numéro 200 janvier 2002 Page 178-179SVM numéro 200 janvier 2002 Page 180-181SVM numéro 200 janvier 2002 Page 182-183SVM numéro 200 janvier 2002 Page 184-185SVM numéro 200 janvier 2002 Page 186-187SVM numéro 200 janvier 2002 Page 188-189SVM numéro 200 janvier 2002 Page 190-191SVM numéro 200 janvier 2002 Page 192-193SVM numéro 200 janvier 2002 Page 194-195SVM numéro 200 janvier 2002 Page 196-197SVM numéro 200 janvier 2002 Page 198-199SVM numéro 200 janvier 2002 Page 200-201SVM numéro 200 janvier 2002 Page 202