SVM n°20 septembre 1985
SVM n°20 septembre 1985
  • Prix facial : 18 F

  • Parution : n°20 de septembre 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 196

  • Taille du fichier PDF : 197 Mo

  • Dans ce numéro : les constructeurs sûrs, les ordinateurs conseillés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
511:4 85 NCR redécouvre la micro informatique. Jusqu'au début de l'année, le Déci sion V, machine perfor mante mais peu compati PC4i ble avec l'IBM PC, PC 6 constituait la seule offre micro de la marque. Depuis, NCR a changé de stratégie en présen tant d'abord le PC4i et en annonçant pour ce SICOB 85 deux nouvelles machines, le PC 6 et le PC 8, toutes compatibles IBM. Le PC 4i semble avoir été inspiré par les anciens démons de NCR. Il conserve en effet Le PC6 avec cartouche de sauvegarde. NCR l'imposant volume du Décision V dont il a conservé l'écran intégré, donc non orientable, et le poids, plus de 21 kg d'un seul bloc. Il perd heureusement le clavier peu ergonomique du Décision V pour adopter un nouveau modèle commun au PC6 et 8. A part cela, il s'agit d'un vrai compatible IBM, comportant 256 Ko de mémoire, deux lecteurs de disquet tes de 320 Ko au format 5 1/4 pouces, une sortie série et une parallèle ainsi qu'un écran haute résolution. Cette configuration coûte 24 600 F HT (30 343 F chez IBM), le PC 4i muni d'un disque dur de 10 Mo vaut pour sa part 39100 F HT (45 366 F pour IBM). A la différence du PC 4i, le PC6 a l'esthéti que classique des micro-ordinateurs du mar ché oû clavier, unité centrale et écran sont des unités séparées. Mieux qu'un simple concur rent de l'IBM PCXT, le PC6 fait partie de cette nouvelle catégorie de machines révélées par ce SICOB 85, plus puissantes et dotées d'un certain nombre d'originalités. Avec un micro processeur Intel 8088, le PC6 permet l'exécu tion lente à 4,77 MHz ou rapide, à 8 MHz, des programmes ; les lecteurs de disquettes d'une capacité de 360 Ko sont gérés par un contrôleur capable de supporter jusqu'à trois disques durs de 10 Mo sur la mème machine, soit 60 Mo au total, associé au lecteur de disquettes : outre les sorties série et parallèle, le PC 6 comprend huit connecteurs d'exten sion dont deux sont au format court ; il peut LE CENTENAIRE VEUT RAJEUNIR NCR fait partie du BUNCH, le fameux club des pionniers américains de l'informatique qui tire son nom des initiales de ses membres (Burroughs, UnivacSperry, NCR, Contrai Data, Honey well). Ce quintet un peu sclérosé spécialisé dans l'informatique classique perd régulièrement des parts de marché depuis 10 ans. NCR, n°4 mondial de l'informatique, auparavant n°2 en 1980, vient de fèter son centenaire en 1984. li démarre son activité par la production de caisses enregistreuses, un domaine qui reste prédominant jusqu'au début des années 70 oû il figure encore dans le peloton de tête mondial. La firme de Dayton (Ohio) aborde la grande informati que dès les années 50 tout en portant ses efforts vers ses secteurs préférés dont il ne sortira guère : la distribution et la banque. En 1980, NCR se lance dans les composants, dont 80% de la production est commercialisée à l'extérieur du groupe. En matière de bureautique, il fait appel à la technologie de la firme Convergent. Le groupe saisit très tardivement l'importance de la micro et ne s'y engage qu'à partir de 1983 avec un produit pas réellement compatible IBM et dont la diffusion reste confidentielle. NCR a compris la leçon : il devient un chaud partisan du standard dominant et annonce une gamme complète de compatibles (PC4, PC6, PC8), mais ses performances commerciales restent marginales (les acheteurs sont surtout ses clients habi tuels). Curieusement sa production mondiale de micros est centralisée à Augsbourg (RFA). En France, NCR aurait vendu 5 000 micros depuis 1983 et table sur un parc installé de 10 000, fin 85. Comme ses quatre autres partenaires du BUNCH, NCR a enregistré en 1984 une faible croissance : + 9% seulement pour atteindre un chiffre d'affaires de 4 milliards de dollars. Un mastodonte qui a du mal à s'adapter. 66 recevoir un disque dur de 20 Mo et une car touche de sauvegarde de 10 Mo. A terme, un disque dur de 40 Mo et une cartouche de 20 Mo sont prévus. Muni d'une mémoire de 640 Ko, d'un lecteur de disquettes de 360 Ko, d'un disque dur de 20 Mo et d'une sauvegarde sur bande magnétique de 10 Mo, le prix du PC 6 devrait s'établir à 58 900 F HT. Nouveauté encore avec le PC8 qui se situe sur le marché de l'IBM PC-AT avec lequel il est compa tible. A lui le micropro PC 8 cesseur Intel 80286, les lecteurs de disquettes de 1,2 Mo, les disques durs de 20 Mo, le système d'exploitation DOS 3.0 ou Xenix 3.2. Le PC8 est une machine résolument destinée aux applications les plus lourdes. La mémoire de 640 Ko est extensible à 3 Mo ; le contrôleur mixte disque dur - lecteur de disquettes peut supporter jusqu'à deux disques durs de 20 Mo et deux lecteurs de disquettes. Il comporte une batterie qui, en cas de coupure, alimente une heure durant l'unité centrale. L'écran monochrome a un format de 15 pouces. La fourniture de caisses enregis treuses a permis à NCR de s'implanter solide ment dans la restauration et l'hôtellerie. Aussi le Décision V et le PC 4i comportent de nom breux logiciels développés pour les hôteliers, les restaurants d'entreprise et les réseaux de grande distribution. Quant à la nouvelle gamme, NCR la diffusera à travers un réseau qui compte une cinquantaine de distribu teurs, 100 boutiques et 36 agences commerciales. La maintenance est le point fort de NCR qui compte 640 techniciens répartis sur 36 centres techniques. Le coût moyen d'un contrat de maintenance en atelier est de 10% de la valeur du matériel. Point faible : la garan tie des machines est de trois mois seulement. Le PCB est compatible avec l'/Bf1 PC-AT. SCIENCE. Vit : MICRO N°20• St:l'Tt:M6Kt : 1985
Enfin un constructeur de micro-ordinateurs qui n'a jamais organisé de coup d'état en Amérique Latine, n'a jamais ra OP TURBO cheté qui que ce soit et n'occupe pas une tour entière à La Défense ! Du fond de son Coten tin, Normerel fabrique deux microordina teurs compatibles avec l'IBM PC, l'OP lite et l'OP turbo, qui n'auraient pas figuré dans ce dossier, si, depuis janvier 1985, ils n'étaient distribués et soutenus par l'important réseau de distribution de la société américaine Rank Xerox. Avantage pour Normerel mais égale ment pour RankXerox qui, tout en complé tant sa gamme d'équipements de bureau, peut proposer aux marchés publics des ma chines françaises. L'acheteur n'y perd pas non plus qui bénéficie au travers de quelque 22 boutiques (les Xerox Stores•), 25 conces sionnaires et 50 distributeurs, des conseils et de l'assistance de spécialistes en micro-infor matique et bureautique. La structure du ser vice après-vente de RankXerox constitue éga lement un atout non négligeable. Le réseau national compte 1 500 techniciens toutes spé cialités confondues (photocopie, microinfor matique...), auquel s'associe la société spé cialisée Spectral (filiale de SG2). Originalité : les contrats de maintenance de RankXerox sont parmi les moins chers du marché. En effet, le coût annuel d'un contrat de mainte nance sur site représente en moyenne 8% seulement de la valeur du matériel. Premier micro-ordinateur réalisé par Normerel, l'OP lite est une machine réputée transportable, inspirée par Truong Trong Thi. Les amateurs de machines de ce type ap précieront l'écran détachable et la possibilité d'intégrer un disque dur de 10 Mo. Il ne leur restera plus qu'à surmonter deux handicaps : le poids trop élevé (15 kilos) et une esthétique discutable. Des deux machines de la gamme, nous conseillerons plutôt l'OP turbo, par na tionalisme (bien qué les machines soient ven dues sous létiquette RankXerox) mais égale ment pour les équipements qu'il reçoit en standard. Ainsi, bien qu'il possède le même processeur Intel 8088 que l'IBM PC, il est capable, à la différence de ce dernier, de fonc tionner en mode lent (4,77 MHz) ou en mode rapide (8 MHz). Autre avantage : la mémoire, à l'origine de 256 Ko (la plupart de ses concur rents n'offrant que 128 Ko), est extensible à 640 Ko sans adjonction de carte supplémen taire. Egalement en standard, l'OP turbo est équipé d'une carte graphique couleur. li dis pose d'une sortie série et d'une parallèle et de trois sorties destinées à la connexion de diffé SCIENCE VIE MICRO N°20 SEPTEMBRE 1985 NORMEREL 85 Signés Rank-Xerox,/'OP lite et/'OP turbo, une classique machine de bureau compatible. rents moniteurs, dont une sortie Péritel qui permet de brancher des moniteurs français bon marché, voire un téléviseur (bien que cette dernière possibilité ait peu d'intérêt pra tique). L'OP turbo accepte des disques durs de 10 ou 20 méga-octets et peut, en option, recevoir une cartouche de bande magnétique de sau vegarde d'une capacité de 20 Mo. La machine garde 4 connecteurs d'extensions disponibles pour toutes les cartes au foi-mat IBM. Malheu reusement l'avantage de prix par rapport à l'IBM PC n'est pas très grand : 26 000 F HT pour la version de 256 Ko de mémoire vive, deux lecteurs de disquettes de 360 Ko et un écran monochrome graphique. Normerel ne manque pas de projets. La société normande affirriie préparer un micro ordinateur compatible avec l'IBM PCAT ; mais elle attend pour le lancer que le marché du PCAT a.it vraiment pris son essor. La signa ture en août d'un nouvel accord avec Rank Xerox doit aboutir à la création d'une filiale commune, NMX, plus particulièrement char gée de la distribution et dÙ développement de nouveaux produits. # LENT DEMARRAGE Normerel a un long passé : sa création en 1977 résulte indirectement de l'échec de Bull à développer une stratégie cohérente en matière de micro-informatique. Les principaux diri geants de Normerel sont en effet issus de R2E, la société dirigée par Truong Trong Thi qui a créé le premier micro professionnel au monde. Achetée par Bull, R2E et sa créativité sont alors complètement laissées à l'abandon. D'où la création de Normerel pour tenter de réussir en dehors d'une grande structure. La société débute par la fabrication en sous-traitance de sous ensembles électroniques puis décide en 1983 de produire un micro professionnel. Truong Trong Thi, chargé des spécifications techniques et du marketing, décide que ce sera un compatible IBM. L'OP lite - c'est sqn nom - est produit à partir de décembre 1984. On peut cependant s'interroger sur cette entrée si tardive dans la micro, alors que les dirigeants possédaient la technologie requise : il semble que le manque de moyens financiers y soit pour'beaucoup. Normerel, dont la quasi-totalité du capital est détenue par ses dirigeants, signe un accord de distribution début 85 avec Xerox qui a pratiquement abandonné le développement de ses propres machines et a choisi de distribuer d'autres marques dans ses Xerox Stores. Le démarrage de Normerel est très lent : 100 machines livrées en 1984, 2 000 commandées en 1985 avec un doublement espéré des ventes pour 1986. Le chiffre d'affaires reste ridiculement bas par apport à n'importe quel autre concurrent étranger : 14 millions de francs en 1984, 45 prévus cette année. Atteindre une taille minimum est une impérieuse nécessité. 67



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 20 septembre 1985 Page 1SVM numéro 20 septembre 1985 Page 2-3SVM numéro 20 septembre 1985 Page 4-5SVM numéro 20 septembre 1985 Page 6-7SVM numéro 20 septembre 1985 Page 8-9SVM numéro 20 septembre 1985 Page 10-11SVM numéro 20 septembre 1985 Page 12-13SVM numéro 20 septembre 1985 Page 14-15SVM numéro 20 septembre 1985 Page 16-17SVM numéro 20 septembre 1985 Page 18-19SVM numéro 20 septembre 1985 Page 20-21SVM numéro 20 septembre 1985 Page 22-23SVM numéro 20 septembre 1985 Page 24-25SVM numéro 20 septembre 1985 Page 26-27SVM numéro 20 septembre 1985 Page 28-29SVM numéro 20 septembre 1985 Page 30-31SVM numéro 20 septembre 1985 Page 32-33SVM numéro 20 septembre 1985 Page 34-35SVM numéro 20 septembre 1985 Page 36-37SVM numéro 20 septembre 1985 Page 38-39SVM numéro 20 septembre 1985 Page 40-41SVM numéro 20 septembre 1985 Page 42-43SVM numéro 20 septembre 1985 Page 44-45SVM numéro 20 septembre 1985 Page 46-47SVM numéro 20 septembre 1985 Page 48-49SVM numéro 20 septembre 1985 Page 50-51SVM numéro 20 septembre 1985 Page 52-53SVM numéro 20 septembre 1985 Page 54-55SVM numéro 20 septembre 1985 Page 56-57SVM numéro 20 septembre 1985 Page 58-59SVM numéro 20 septembre 1985 Page 60-61SVM numéro 20 septembre 1985 Page 62-63SVM numéro 20 septembre 1985 Page 64-65SVM numéro 20 septembre 1985 Page 66-67SVM numéro 20 septembre 1985 Page 68-69SVM numéro 20 septembre 1985 Page 70-71SVM numéro 20 septembre 1985 Page 72-73SVM numéro 20 septembre 1985 Page 74-75SVM numéro 20 septembre 1985 Page 76-77SVM numéro 20 septembre 1985 Page 78-79SVM numéro 20 septembre 1985 Page 80-81SVM numéro 20 septembre 1985 Page 82-83SVM numéro 20 septembre 1985 Page 84-85SVM numéro 20 septembre 1985 Page 86-87SVM numéro 20 septembre 1985 Page 88-89SVM numéro 20 septembre 1985 Page 90-91SVM numéro 20 septembre 1985 Page 92-93SVM numéro 20 septembre 1985 Page 94-95SVM numéro 20 septembre 1985 Page 96-97SVM numéro 20 septembre 1985 Page 98-99SVM numéro 20 septembre 1985 Page 100-101SVM numéro 20 septembre 1985 Page 102-103SVM numéro 20 septembre 1985 Page 104-105SVM numéro 20 septembre 1985 Page 106-107SVM numéro 20 septembre 1985 Page 108-109SVM numéro 20 septembre 1985 Page 110-111SVM numéro 20 septembre 1985 Page 112-113SVM numéro 20 septembre 1985 Page 114-115SVM numéro 20 septembre 1985 Page 116-117SVM numéro 20 septembre 1985 Page 118-119SVM numéro 20 septembre 1985 Page 120-121SVM numéro 20 septembre 1985 Page 122-123SVM numéro 20 septembre 1985 Page 124-125SVM numéro 20 septembre 1985 Page 126-127SVM numéro 20 septembre 1985 Page 128-129SVM numéro 20 septembre 1985 Page 130-131SVM numéro 20 septembre 1985 Page 132-133SVM numéro 20 septembre 1985 Page 134-135SVM numéro 20 septembre 1985 Page 136-137SVM numéro 20 septembre 1985 Page 138-139SVM numéro 20 septembre 1985 Page 140-141SVM numéro 20 septembre 1985 Page 142-143SVM numéro 20 septembre 1985 Page 144-145SVM numéro 20 septembre 1985 Page 146-147SVM numéro 20 septembre 1985 Page 148-149SVM numéro 20 septembre 1985 Page 150-151SVM numéro 20 septembre 1985 Page 152-153SVM numéro 20 septembre 1985 Page 154-155SVM numéro 20 septembre 1985 Page 156-157SVM numéro 20 septembre 1985 Page 158-159SVM numéro 20 septembre 1985 Page 160-161SVM numéro 20 septembre 1985 Page 162-163SVM numéro 20 septembre 1985 Page 164-165SVM numéro 20 septembre 1985 Page 166-167SVM numéro 20 septembre 1985 Page 168-169SVM numéro 20 septembre 1985 Page 170-171SVM numéro 20 septembre 1985 Page 172-173SVM numéro 20 septembre 1985 Page 174-175SVM numéro 20 septembre 1985 Page 176-177SVM numéro 20 septembre 1985 Page 178-179SVM numéro 20 septembre 1985 Page 180-181SVM numéro 20 septembre 1985 Page 182-183SVM numéro 20 septembre 1985 Page 184-185SVM numéro 20 septembre 1985 Page 186-187SVM numéro 20 septembre 1985 Page 188-189SVM numéro 20 septembre 1985 Page 190-191SVM numéro 20 septembre 1985 Page 192-193SVM numéro 20 septembre 1985 Page 194-195SVM numéro 20 septembre 1985 Page 196