SVM n°198 novembre 2001
SVM n°198 novembre 2001
  • Prix facial : 25 F

  • Parution : n°198 de novembre 2001

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 232

  • Taille du fichier PDF : 209 Mo

  • Dans ce numéro : écrans plats... la micro change d'image !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 86 - 87  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
86 87
vie pratique

3 > Services bancaires
Banq ues virtue lles

Banque Directe : le tout en ligne
Créée en septembre 1994, la première banque à distance française a mis en place un service téléphonique accessible 24 h/24 avant d'ouvrir un site Web en 1997. Placée en tête du classement des banques purement virtuelles dans la zone euro par le cabinet d'études Forrester en 2000, la filiale du groupe BNP Paribas a fêté son 100 000' client en avril dernier, soit une progression de 50 % par rapport au premier trimestre 2000.

Les banques en ligne cassent les prix...
...Avec de nombreux services gratuits et des produits bien moins chers que dans les agences traditionnelles.
La différence de prix entre les services des banques traditionnelles et des banques virtuelles, qui ne possèdent aucune agence physique, est frappante. Il faut dire que les banques classiques fonctionnent souvent à partir des anciennes règles de leur maison, à savoir la souscription à un abonnement mensuel ou annuel pour tout service supplémentaire. Dès lors, la consultation de vos comptes sur le Web, et l'utilisation de toutes les autres fonctions associées, ne sera possible qu'après avoir payé un forfait. A l'inverse, dans une banque 100 % en ligne, les services de base sont presque toujours gratuits (consultation des comptes avec leur historique, consultation de l'encours de votre carte bancaire, commande de chéquier, simulations de crédit, suivi de l'évolution de votre portefeuille de titres, ordre de virement interne, etc.). D'autres services peuvent être payants, mais ils sont toujours inférieurs aux tarifs des agences traditionnelles (ordres de Bourse, opposition, virement externe, etc.). Logique : pas de guichet, pas d'agence et aucun personnel pour vous recevoir égalent moins de frais de fonctionnement. Ce qui explique cette politique des prix agressive sur des produits classiques. Ainsi, les cartes bancaires sont bien moins chères, voire remboursées à 50 % ou 100 % selon le montant annuel de vos achats. Les comptes qui rapportent font aussi partie des services courants et certains produits d'épargne offrent des taux d'intérêts avantageux. Enfin, les ordres de Bourse passés en France peuvent afficher des tarifs inférieurs de 20 à 50% à ceux d'une agence classique. Des arguments qui ne laisseront pas indifférents... A.M.

Grâce au suivi informatique des correspondances, les opérations courantes peuvent bénéficier de conseils personnalisés. Pour les plus complexes, telles les demandes de crédit, un conseiller attitré suit l'affaire jusqu'à son terme. Services exclusifs : la Direct Card est un moyen de paiement original qui garantit les transactions en ligne. En cas de fraude, Banque Directe s'engage à rembourser le montant sous 48 h avec un plafond de 3 000 € par an (19 680 F) et remplace gratuitement la carte. Si le bien livré est endommagé, ne correspond pas à la commande ou n'est tout simplement pas livré, la banque prend en charge son renvoi ou son remboursement éventuel à hauteur de 2 500 € (16400 F) par an. Le service MinutePay permet d'envoyer et de recevoir jusqu'à 2 500 F par e-mail sans commission.

Banques tra d itionnelles

Crédit Lyonnais Interactif: multiguichet
Au premier trimestre 2001, le Crédit Lyonnais comptait 310 000 clients abonnés à ses services de banque en ligne, comptabilisant plus de 5 millions de visites en trois mois. Ainsi, depuis plus de trois ans, les clients de la banque peuvent gérer leurs comptes à distance via le Crédit Lyonnais Interactif. Mais pour attirer une clientèle plus au fait des nouvelles technologies, le Crédit Lyonnais a ouvert en septembre 2000 une banque 100 % en ligne, e-creditlyonnais.

L'abonnement mensuel pour les utilisateurs les plus actifs est de 6,9€ (45,26 F) avec possibilités de réduction (20 % par exemple pour les détenteurs d'une carte Visa Premier). Les visiteurs occasionnels peuvent payer à l'usage sur la base de 1€ par jour. Le service est accessible par Internet, Minitel ou téléphone. On peut consulter ses comptes, commander ses chéquiers, effectuer des virements et télécharger ses relevés dans son logiciel de gestion financière. On peut aussi gérer son portefeuille de titres et suivre son évolution en temps réel. Un service d'alerte par e-mail ou message texte SMS avertit de l'exécution des ordres boursiers. Les propriétaires d'un téléphone Wap peuvent consulter le solde de leurs comptes et faire des virements.

84 svm Novembre 2001

le face-à-face
Zebank : l'hypermarché
bank

ING Direct: pour épargner

ING ite DIRECT

Créé en juillet 1999 par un ancien dirigeant du courtier en ligne Fimatex, Zebank a lancé son site Internet au début de l'année. Ses actionnaires sont Europ@web, le pole Internet du groupe de l'homme d'affaires Bernard Arnault, et la banque franco-belge Dexia. Zebank se veut le premier hypermarché en ligne de produits et de services financiers pour les particuliers : il distribue à des prix préférentiels des produits conçus par d'autres établissements comme Cetelem, Axa ou le Crédit Lyonnais.

Lancé en avril 2000, le site d'ING Direct en France s'appuie sur la puissance du premier groupe financier international hollandais. ING Direct, dont la devise est "là où votre argent est heureux", ne veut pas se substituer aux établissements fréquentés par ses clients mais souhaite simplement devenir une banque complémentaire. Elle a décidé de concentrer son activité sur la commercialisation de produits compétitifs comme l'Epargne Orange.

Au menu du site
Les opérations courantes sont traitées en temps réel sept jours sur sept. On peut obtenir des précisions sur les services en appelant le service client, disponible du lundi au vendredi de 8 h à 22 h et le samedi de 9 h à 20 h. Plusieurs outils sont mis à la disposition des usagers pour faciliter leur information: des simulateurs permettant de comparer différents produits d'épargne ou de crédit en fonction de ses capacités financières, des lexiques, des fiches techniques ou encore des formations en ligne. Le site propose également des forums de discussion libres d'accès et des articles sur l'actualité financière.

Au menu du site
Pour ouvrir un compte sur livret Epargne Orange, un compte titres ou un PEA, il suffit de remplir un formulaire en ligne qu'il faut retourner signé avec les pièces justificatives. Le compte est ouvert quand le dossier est complet. En cas de besoin, une assistance téléphonique est disponible 24 h/24 sauf les jours fériés pour le compte Epargne Orange, et du lundi au samedi de 7 h à 22 h pour les autres comptes. Par ailleurs, ING Direct a mis en place deux espaces d'accueil en région parisienne et compte en ouvrir un troisième à Lille. A noter que l'on a la possibilité de tester le service.

d

1

BNP Net: le précurseur

7t3r PARIBAS 4.•

r CMB: banquier tous azimuts

1

Crédit Mutuel de Bretagne

La BNP est une des premières banques traditionnelles à s'ouvrir sur le Web avec le site BNP Net lancé en avril 1997. A la fin de l'année 2000, ce dernier comptait 417 000 abonnés et il fut fréquenté par 212 127 visiteurs uniques pendant le mois de juin 2001. Le groupe BNP Paribas se déploie massivement sur Internet en faisant jouer la complémentarité entre ses différentes filiales comme e-Cortal ou Banque Directe.

Déjà présent sur le Minitel au début des années 80, le Crédit Mutuel de Bretagne poursuit une stratégie multicanal tous azimuts en exploitant tous les supports possibles : téléphone fixe et mobile, assistant personnel, télévision interactive et, bien sûr, le Web. une convention bancaire permet d'accéder aux services de la banque via tous ces supports avec le même identifiant.

Au menu du site
L'abonnement mensuel est de 6,86 € (45 F) pour les particuliers et de 11,43 € (75 F) pour les professionnels. Les jeunes de 18-25 ans bénéficient du service gratuitement, ils disposent par ailleurs d'une version du site adaptée à leurs besoins. On peut consulter les relevés d'opérations des trente derniers jours sur tous ses comptes et les télécharger pour les importer dans son logiciel de gestion financière. Les professionnels peuvent aussi les télécharger dans un format compatible avec les principaux logiciels de comptabilité. De même, les relevés de portefeuille titres sont importables sur Excel. On peut aussi suivre en direct les cours de la Bourse, éditer ses RIB ou faire opposition sur une carte bancaire, un L prélèvement ou un chèque.

Au menu du site
L'abonnement mensuel est de 15,02 F pour qui se connecte au moins une fois dans le mois, sinon le service n'est pas facturé. Il est moitié moins cher pour les moins de 25 ans et il est gratuit la première année pour les titulaires d'un livret jeune. On peut bien sûr effectuer ses opérations courantes mais aussi commander ses chéquiers et ses devises, faire opposition sur ses cartes bancaires, consulter les cours de la Bourse et passer ses ordres en temps réel. Le site offre également la possibilité de consulter l'échéancier de ses prêts et de faire des simulations.

Novembre 2001

sv rn 85




Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 198 novembre 2001 Page 1SVM numéro 198 novembre 2001 Page 2-3SVM numéro 198 novembre 2001 Page 4-5SVM numéro 198 novembre 2001 Page 6-7SVM numéro 198 novembre 2001 Page 8-9SVM numéro 198 novembre 2001 Page 10-11SVM numéro 198 novembre 2001 Page 12-13SVM numéro 198 novembre 2001 Page 14-15SVM numéro 198 novembre 2001 Page 16-17SVM numéro 198 novembre 2001 Page 18-19SVM numéro 198 novembre 2001 Page 20-21SVM numéro 198 novembre 2001 Page 22-23SVM numéro 198 novembre 2001 Page 24-25SVM numéro 198 novembre 2001 Page 26-27SVM numéro 198 novembre 2001 Page 28-29SVM numéro 198 novembre 2001 Page 30-31SVM numéro 198 novembre 2001 Page 32-33SVM numéro 198 novembre 2001 Page 34-35SVM numéro 198 novembre 2001 Page 36-37SVM numéro 198 novembre 2001 Page 38-39SVM numéro 198 novembre 2001 Page 40-41SVM numéro 198 novembre 2001 Page 42-43SVM numéro 198 novembre 2001 Page 44-45SVM numéro 198 novembre 2001 Page 46-47SVM numéro 198 novembre 2001 Page 48-49SVM numéro 198 novembre 2001 Page 50-51SVM numéro 198 novembre 2001 Page 52-53SVM numéro 198 novembre 2001 Page 54-55SVM numéro 198 novembre 2001 Page 56-57SVM numéro 198 novembre 2001 Page 58-59SVM numéro 198 novembre 2001 Page 60-61SVM numéro 198 novembre 2001 Page 62-63SVM numéro 198 novembre 2001 Page 64-65SVM numéro 198 novembre 2001 Page 66-67SVM numéro 198 novembre 2001 Page 68-69SVM numéro 198 novembre 2001 Page 70-71SVM numéro 198 novembre 2001 Page 72-73SVM numéro 198 novembre 2001 Page 74-75SVM numéro 198 novembre 2001 Page 76-77SVM numéro 198 novembre 2001 Page 78-79SVM numéro 198 novembre 2001 Page 80-81SVM numéro 198 novembre 2001 Page 82-83SVM numéro 198 novembre 2001 Page 84-85SVM numéro 198 novembre 2001 Page 86-87SVM numéro 198 novembre 2001 Page 88-89SVM numéro 198 novembre 2001 Page 90-91SVM numéro 198 novembre 2001 Page 92-93SVM numéro 198 novembre 2001 Page 94-95SVM numéro 198 novembre 2001 Page 96-97SVM numéro 198 novembre 2001 Page 98-99SVM numéro 198 novembre 2001 Page 100-101SVM numéro 198 novembre 2001 Page 102-103SVM numéro 198 novembre 2001 Page 104-105SVM numéro 198 novembre 2001 Page 106-107SVM numéro 198 novembre 2001 Page 108-109SVM numéro 198 novembre 2001 Page 110-111SVM numéro 198 novembre 2001 Page 112-113SVM numéro 198 novembre 2001 Page 114-115SVM numéro 198 novembre 2001 Page 116-117SVM numéro 198 novembre 2001 Page 118-119SVM numéro 198 novembre 2001 Page 120-121SVM numéro 198 novembre 2001 Page 122-123SVM numéro 198 novembre 2001 Page 124-125SVM numéro 198 novembre 2001 Page 126-127SVM numéro 198 novembre 2001 Page 128-129SVM numéro 198 novembre 2001 Page 130-131SVM numéro 198 novembre 2001 Page 132-133SVM numéro 198 novembre 2001 Page 134-135SVM numéro 198 novembre 2001 Page 136-137SVM numéro 198 novembre 2001 Page 138-139SVM numéro 198 novembre 2001 Page 140-141SVM numéro 198 novembre 2001 Page 142-143SVM numéro 198 novembre 2001 Page 144-145SVM numéro 198 novembre 2001 Page 146-147SVM numéro 198 novembre 2001 Page 148-149SVM numéro 198 novembre 2001 Page 150-151SVM numéro 198 novembre 2001 Page 152-153SVM numéro 198 novembre 2001 Page 154-155SVM numéro 198 novembre 2001 Page 156-157SVM numéro 198 novembre 2001 Page 158-159SVM numéro 198 novembre 2001 Page 160-161SVM numéro 198 novembre 2001 Page 162-163SVM numéro 198 novembre 2001 Page 164-165SVM numéro 198 novembre 2001 Page 166-167SVM numéro 198 novembre 2001 Page 168-169SVM numéro 198 novembre 2001 Page 170-171SVM numéro 198 novembre 2001 Page 172-173SVM numéro 198 novembre 2001 Page 174-175SVM numéro 198 novembre 2001 Page 176-177SVM numéro 198 novembre 2001 Page 178-179SVM numéro 198 novembre 2001 Page 180-181SVM numéro 198 novembre 2001 Page 182-183SVM numéro 198 novembre 2001 Page 184-185SVM numéro 198 novembre 2001 Page 186-187SVM numéro 198 novembre 2001 Page 188-189SVM numéro 198 novembre 2001 Page 190-191SVM numéro 198 novembre 2001 Page 192-193SVM numéro 198 novembre 2001 Page 194-195SVM numéro 198 novembre 2001 Page 196-197SVM numéro 198 novembre 2001 Page 198-199SVM numéro 198 novembre 2001 Page 200-201SVM numéro 198 novembre 2001 Page 202-203SVM numéro 198 novembre 2001 Page 204-205SVM numéro 198 novembre 2001 Page 206-207SVM numéro 198 novembre 2001 Page 208-209SVM numéro 198 novembre 2001 Page 210-211SVM numéro 198 novembre 2001 Page 212-213SVM numéro 198 novembre 2001 Page 214-215SVM numéro 198 novembre 2001 Page 216-217SVM numéro 198 novembre 2001 Page 218-219SVM numéro 198 novembre 2001 Page 220-221SVM numéro 198 novembre 2001 Page 222-223SVM numéro 198 novembre 2001 Page 224-225SVM numéro 198 novembre 2001 Page 226-227SVM numéro 198 novembre 2001 Page 228-229SVM numéro 198 novembre 2001 Page 230-231SVM numéro 198 novembre 2001 Page 232