SVM n°198 novembre 2001
SVM n°198 novembre 2001
  • Prix facial : 25 F

  • Parution : n°198 de novembre 2001

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 232

  • Taille du fichier PDF : 209 Mo

  • Dans ce numéro : écrans plats... la micro change d'image !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 166 - 167  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
166 167
tous nos tests/guide d'achat
passer à...

Unternet rapide
V
ous êtes l'un de ces consommateurs assidus de l'Internet, surfant jusqu'à plus de 20 heures par mois sur la Toile et téléchargeant moult patchs, pilotes et autres sharewares? C'est sûr, l'Internet rapide est fait pour vous, qui perAVANT/AP met d'économiser du temps, mais aussi de l'argent. Découvert par le grand public via les offres des opérateurs de télévision par câble (réservées aux habitants des grandes villes et de leur couronne), l'Internet rapide s'est étendu à une tranche plus large de la population avec l'apparition de la techno-

Les matériels, les logiciels et les services
L'Internet rapide offre une qualité de services sans commune mesure avec la liaison modem, et cela au moindre coût. Voici comment passer à la vitesse supérieure!
logie ADSL. Son secret ? Elle fait transiter à grande vitesse les signaux numériques sur une banale ligne analogique RTC, tout en laissant la ligne téléphonique disponible pour les appels vocaux et fax Seule contrainte: être suffisamment proche d'un répartiteur France Télécom, la distance de 5 km
étant ici un maximum. Au passage, on notera que les possesseurs d'une ligne Numéris peuvent faire leur deuil de l'ADSL, à moins de faire reconvertir leur ligne en RTC. Câble et ADSL ne sont pas les seules solutions d'Internet rapide, même si ce sont de loin les plus répandues. France Télécom avait en effet déjà ouvert la voie avec son Numéris, dont les offres professionnelles (location de multiples canaux 64 Kbits/s pouvant être groupés et synchronisés) concurrencent et dépassent les débits du câble et de l'ADSL... à des tarifs qui restent toutefois réservés à des entreprises. Autre solution, la transmission par satellite, qui s'affranchit de la limite des 5 km de l'ADSL, mais bute sur le problème de la voie de retour. Des remèdes sont toutefois en passe d'être apportés pour éviter le recours à la liaison téléphonique RTC, pour le retour des données. Ce qui n'empêchera pas la solution satellite d'être pour l'instant hors de portée tarifaire pour les particuliers... Enfin, pour être complet, citons encore la location (coûteuse) de lignes spécialisées à haut débit ainsi que quelques technologies "outsider", au premier rang desquelles les courants porteurs (transmission des infos via le réseau électrique). Mais revenons au haut débit "classique", câble et ADSL. Qu'apporte-t-il par rapport à une connexion par modem?

RÈS
ments lui sont interdits en pratique, et la navigation est bien lente sur des pages chargées. La fiabilité de la connexion. Les utilisateurs le savent bien: c'est à la fin d'un long téléchargement que les déconnexions se plaisent à survenir, obligeant à tout recommencer - à moins d'user d'un utilitaire de téléchargement. mise à jour automatique des programmes. Le débit descendant est sans commune mesure (12 fois environ celui d'un modem 56 K). Quant au débit ascendant, réputé médiocre en câble/ ADSL, il est encore près de 4 fois plus rapide que celui d'un modem, qui plafonne à 33 Kbits/s (le V92 profitera d'un débit théorique de 48 K en émission). Les vidéoconférences, envois de mail et autres jeux en réseau s'en trouvent largement améliorés. En dehors d'incidents très occasionnels, la connexion est parfaitement fiable, autorisant des téléchargements de plusieurs heures sans risque de décrochage.

L'établissement de la connexion. Sauf à vouloir faire une rente à France Télécom, la liaison modem impose une connexion à la demande. Dans le meilleur des cas, elle réclame 24 secondes pour s'exécuter (ce délai se réduira à 14 s quand les FAI auront implémenté le protocole V92, ce qu'ils ne semblent guère pressés de faire!). Le débit. Avec ses 56 Kbits/s théoriques en voie descendante (45 Kbits/s en pratique), la liaison modem peut suffire à la visite de pages Web peu chargées ou pour le courrier électronique (pourvu que les pièces jointes ne soient pas trop lourdes). En revanche, les gros télécharge-

Grâce à la connexion permanente, l'utilisateur profite d'Internet à tout moment, au lieu de condenser le tout dans ces sessions comme avec un modem. Très utile aussi pour la

164

svrn Novembre 2001

Bien des choses en vérité, au point que l'essayer, c'est quasiment l'adopter. En premier lieu, exit les délais d'attente avant connexion. Celle-ci est à présent permanente et établie dès le démarrage de Windows. Cette connexion permanente gratuite (ou, pour être exact, non indexée sur la durée de connexion à Internet) modifie d'ailleurs les comportements: l'intemaute par câble/ ADSL ne recourt plus à la consultation hors ligne, profite de l'Active Desktop pour afficher en permanence son site favori et se laisse aller à récupérer de gros fichiers (de plusieurs centaines de Mo), lesquels seront téléchargés en tâche de fond ou pendant la nuit. Autre facteur de confort : la vitesse de transfert des informations. Alors qu'il faut une bonne demi-heure pour télécharger un fichier de 10 Mo avec un modem 56 K, la même opération ne prend plus que 3 minutes en liaison câble ou ADSL Les pages riches en éléments multimédias s'affichent en un clin d'oeil, les animations Flash ne nécessitent qu'un instant avant d'être exécutées... Bref, un surf tonique, qui évite les pauses-café trop souvent imposées par la lenteur du modem à afficher les pages lourdes. Enfin, dernier atout: le coût. Dès que l'on surfe plus de 20 ou 30h par mois, la connexion câble/ADSL s'avère plus économique que celle par modem, du fait de l'économie réalisée sur le prix des communications. Jacques Harbonn

Matériel

Les équi ments pour su r vite
Ordinateur Carte Ethernet Modem ADSL Le filtre

PHOTOS JACQ UES FEINE

Pour naviguer à grande vitesse, une configuration d'entrée de gamme suffit. En revanche, un disque dur de bonne capacité et/ou un graveur sont utiles pour stocker les éléments téléchargés.

Là aussi jouez l'économie. Une banale carte Ethernet 10 Mbits/s suffit ici, même pour des connexions "pro" à 1 Mbits/s, car les performances ne sont pas améliorées avec l'usage d'une carte 10/100 Mbits/s...

C'est la clé de voûte du Net véloce. Certains modèles disposant d'une double interface peuvent se raccorder aussi bien via Ethernet que par l'USB. Très utile pour parer à toutes les situations...

Remplaçant le filtre fixe des premières installations, il se présente désormais sous la forme d'une prise gigogne, à installer sur chacune des prises téléphoniques. Mais gare: 3 filtres sont un maximum sur la même ligne.

6 000 à 8 000 F (915 à 1 220 €)

80 à 150 F
(12 à 22 €)

1 000 à 2 000 F 50 F
(152 à 304 €) (8 €) seau Ethernet. Et là encore, inutile de vous tourner vers des cartes très performantes 10/100 Mbits/s : une simple carte d'entrée de gamme échangeant à 10 Mbits/s suffit largement, et ce, même pour un abonnement "professionnel" 1 Mbit/s. D'ailleurs, une antique carte Ethernet ISA 10 Mbits/s fait l'affaire (à condition qu'elle dispose d'un connecteur RJ 45), même si l'installation reste plus complexe qu'avec le Plug & Play du PCI. Si vous avez déjà un réseau local Ethernet, ne vous inquiétez pas : Windows gère sans problème deux cartes réseaux (ou plus). Petit conseil en passant : n'allez pas modifier, dans un but d'optimisation, les paramètres de la carte pour passer de la transNovembre 2001

'il fait profiter l'internaute d'une vitesse de surf bien supérieure, le haut débit n'impose absolument pas de posséder un ordinateur de course, à l'image de ceux nécessaires aux derniers jeux en réseau ou aux applications lourdes de type montage vidéo. Qu'on se

le dise, n'importe quelle configuration actuelle d'entrée de gamme suffira largement à la puissance réclamée. Quant aux configurations plus anciennes, le Pentium II constitue ici le minimum pour une navigation agréable. Les autres éléments, eux, dépendent en fait du type de connexion.

Le câble en position de monopole

QUELLE CONNEXION CHOISIR?
blé: haut débft.... Juste ADSL : plus chei, mais pour les grandes villes idéal pour les joueurs
Pour le câble, impossible de choisir son FAI : il est déterminé par la localisation géographique. Le débit est plus régulier aux heures de pointe qu'avec l'ADSL, mais le volume d'uploads est en général limité (sauf chez Chello), NC Numericâble comptabilisant aussi le volume de downloads. Avec l'ADSL, impossible de disposer de plus de trois prises sur la ligne téléphonique. A la différence du câble, le volume des échanges n'est pas limité, ce qui en fait la solution de rêve pour les jeux en ligne. Mais la facture globale est un peu plus élevée que pour le câble...

Pour le câble, il n'existe en fait qu'une seule configuration type : le modem câble externe, fourni en location par le fournisseur d'accès (si vous en avez déjà acheté un, vous ne serez pas au bout de vos peines car la plupart des fournisseurs d'accès au câble n'ont pas prévu de contrat sans location !). Ce modem ne requiert qu'une carte ré-

svm 165




Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 198 novembre 2001 Page 1SVM numéro 198 novembre 2001 Page 2-3SVM numéro 198 novembre 2001 Page 4-5SVM numéro 198 novembre 2001 Page 6-7SVM numéro 198 novembre 2001 Page 8-9SVM numéro 198 novembre 2001 Page 10-11SVM numéro 198 novembre 2001 Page 12-13SVM numéro 198 novembre 2001 Page 14-15SVM numéro 198 novembre 2001 Page 16-17SVM numéro 198 novembre 2001 Page 18-19SVM numéro 198 novembre 2001 Page 20-21SVM numéro 198 novembre 2001 Page 22-23SVM numéro 198 novembre 2001 Page 24-25SVM numéro 198 novembre 2001 Page 26-27SVM numéro 198 novembre 2001 Page 28-29SVM numéro 198 novembre 2001 Page 30-31SVM numéro 198 novembre 2001 Page 32-33SVM numéro 198 novembre 2001 Page 34-35SVM numéro 198 novembre 2001 Page 36-37SVM numéro 198 novembre 2001 Page 38-39SVM numéro 198 novembre 2001 Page 40-41SVM numéro 198 novembre 2001 Page 42-43SVM numéro 198 novembre 2001 Page 44-45SVM numéro 198 novembre 2001 Page 46-47SVM numéro 198 novembre 2001 Page 48-49SVM numéro 198 novembre 2001 Page 50-51SVM numéro 198 novembre 2001 Page 52-53SVM numéro 198 novembre 2001 Page 54-55SVM numéro 198 novembre 2001 Page 56-57SVM numéro 198 novembre 2001 Page 58-59SVM numéro 198 novembre 2001 Page 60-61SVM numéro 198 novembre 2001 Page 62-63SVM numéro 198 novembre 2001 Page 64-65SVM numéro 198 novembre 2001 Page 66-67SVM numéro 198 novembre 2001 Page 68-69SVM numéro 198 novembre 2001 Page 70-71SVM numéro 198 novembre 2001 Page 72-73SVM numéro 198 novembre 2001 Page 74-75SVM numéro 198 novembre 2001 Page 76-77SVM numéro 198 novembre 2001 Page 78-79SVM numéro 198 novembre 2001 Page 80-81SVM numéro 198 novembre 2001 Page 82-83SVM numéro 198 novembre 2001 Page 84-85SVM numéro 198 novembre 2001 Page 86-87SVM numéro 198 novembre 2001 Page 88-89SVM numéro 198 novembre 2001 Page 90-91SVM numéro 198 novembre 2001 Page 92-93SVM numéro 198 novembre 2001 Page 94-95SVM numéro 198 novembre 2001 Page 96-97SVM numéro 198 novembre 2001 Page 98-99SVM numéro 198 novembre 2001 Page 100-101SVM numéro 198 novembre 2001 Page 102-103SVM numéro 198 novembre 2001 Page 104-105SVM numéro 198 novembre 2001 Page 106-107SVM numéro 198 novembre 2001 Page 108-109SVM numéro 198 novembre 2001 Page 110-111SVM numéro 198 novembre 2001 Page 112-113SVM numéro 198 novembre 2001 Page 114-115SVM numéro 198 novembre 2001 Page 116-117SVM numéro 198 novembre 2001 Page 118-119SVM numéro 198 novembre 2001 Page 120-121SVM numéro 198 novembre 2001 Page 122-123SVM numéro 198 novembre 2001 Page 124-125SVM numéro 198 novembre 2001 Page 126-127SVM numéro 198 novembre 2001 Page 128-129SVM numéro 198 novembre 2001 Page 130-131SVM numéro 198 novembre 2001 Page 132-133SVM numéro 198 novembre 2001 Page 134-135SVM numéro 198 novembre 2001 Page 136-137SVM numéro 198 novembre 2001 Page 138-139SVM numéro 198 novembre 2001 Page 140-141SVM numéro 198 novembre 2001 Page 142-143SVM numéro 198 novembre 2001 Page 144-145SVM numéro 198 novembre 2001 Page 146-147SVM numéro 198 novembre 2001 Page 148-149SVM numéro 198 novembre 2001 Page 150-151SVM numéro 198 novembre 2001 Page 152-153SVM numéro 198 novembre 2001 Page 154-155SVM numéro 198 novembre 2001 Page 156-157SVM numéro 198 novembre 2001 Page 158-159SVM numéro 198 novembre 2001 Page 160-161SVM numéro 198 novembre 2001 Page 162-163SVM numéro 198 novembre 2001 Page 164-165SVM numéro 198 novembre 2001 Page 166-167SVM numéro 198 novembre 2001 Page 168-169SVM numéro 198 novembre 2001 Page 170-171SVM numéro 198 novembre 2001 Page 172-173SVM numéro 198 novembre 2001 Page 174-175SVM numéro 198 novembre 2001 Page 176-177SVM numéro 198 novembre 2001 Page 178-179SVM numéro 198 novembre 2001 Page 180-181SVM numéro 198 novembre 2001 Page 182-183SVM numéro 198 novembre 2001 Page 184-185SVM numéro 198 novembre 2001 Page 186-187SVM numéro 198 novembre 2001 Page 188-189SVM numéro 198 novembre 2001 Page 190-191SVM numéro 198 novembre 2001 Page 192-193SVM numéro 198 novembre 2001 Page 194-195SVM numéro 198 novembre 2001 Page 196-197SVM numéro 198 novembre 2001 Page 198-199SVM numéro 198 novembre 2001 Page 200-201SVM numéro 198 novembre 2001 Page 202-203SVM numéro 198 novembre 2001 Page 204-205SVM numéro 198 novembre 2001 Page 206-207SVM numéro 198 novembre 2001 Page 208-209SVM numéro 198 novembre 2001 Page 210-211SVM numéro 198 novembre 2001 Page 212-213SVM numéro 198 novembre 2001 Page 214-215SVM numéro 198 novembre 2001 Page 216-217SVM numéro 198 novembre 2001 Page 218-219SVM numéro 198 novembre 2001 Page 220-221SVM numéro 198 novembre 2001 Page 222-223SVM numéro 198 novembre 2001 Page 224-225SVM numéro 198 novembre 2001 Page 226-227SVM numéro 198 novembre 2001 Page 228-229SVM numéro 198 novembre 2001 Page 230-231SVM numéro 198 novembre 2001 Page 232