SVM n°197 octobre 2001
SVM n°197 octobre 2001
  • Prix facial : 25 F

  • Parution : n°197 de octobre 2001

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 248

  • Taille du fichier PDF : 223 Mo

  • Dans ce numéro : dossier...forfaits internet.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 238 - 239  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
238 239
l'encyclo de la micro

Vitesse, traitement, échanges...

La tGraal des puces puissance Sai
L'UNITÉ

L

e nombre de transistors mesure le gain de puissance des puces. Il double tous les 18 mois, chaque fois que la finesse de gravure du silicium est divisée par 2. Si, en 1993, le tout premier Pentium exploitait 3 millions de transistors, on en compte à présent 42 millions gravés en 0,18 micron. Et bientôt 1 milliard, Intel ayant dévoilé sa technologie à 0,045 micron!
Date Finesse de gravure Transistors gravés 3 millions 6 millions
12 millions 24 millions 42 millions

Un ordinateur est un système complexe mettant en jeu divers composants. Autrement dit, ce que l'on appelle ordinairement "puissance" est en réalité le résultat d'une performance globale, elle-même déduite de la combinaison des performances obtenues par chacun des éléments d'une configuration: le microprocesseur, la mémoire, le système d'exploitation, etc. Pour mesurer la puissance d'un PC, il faut d'abord se demander ce que l'on mesure. De fait, un bon couteau suisse est un piètre couteau de boucher; dans le même esprit, le meilleur PC de jeux s'avère un piètre serveur de fichiers. Idéalement, la puissance d'un microordinateur serait un nombre représentant le plus fidèlement possible sa capacité à terminer une tâche en un temps le plus court possible, ou bien sa capacité à exécuter le plus grand nombre de tâches identiques en un temps

donné. Un PC dédié au jeu et qui met 2 secondes pour éliminer le "bruit" de fond d'une image haute résolution sera dit deux fois plus puissant que celui qui met 4 secondes pour effectuer la même opération. Oui, mais un programme de traitement d'images fait fortement appel aux fonctions en virgule flottante du CPU (Central Processing Unit) et à la quantité de mémoire présente dans la machine, alors que dans des applications de bases de données, le CPU est exclusivement sollicité sur les fonctions de nombres entiers et réalise de très nombreuses lectures et écritures dans la base de données qui se trouve sur les disques durs. Dans ce cas, le paramètre le plus représentatif de la puissance du PC s'exprime en transactions par seconde (TPS)... Bref, il existe plusieurs sortes de puissance, mesurables de diverses manières. Et pourtant, quel agrément

1981
Zo
Zœ Zm

Une puce à 4,77 MHz, 40 Ko de mémoire : l'IBM-PS1 coûtait 3 000 dollars.

t>8

1993 1995 1997 1998 2000 2002 2007

0,8 micron
0,5 micron 0,35 micron 0,25 micron

0,18 micron 0,13 micron
0,045 micron

1946

64 millions
1 000 millions

30 tonnes sur 72 m2, vitesse d'horloge de 1001(Hz: l'Eniac (Electronic Numérical Intégrator and Computer) effectuait 330 multiplications/seconde.

11111111111111111

1

220 SVM Octobre 2001

si l'on pouvait dire qu'un PC a puissance des microL'INVENTEUR dispose de 130 "chevaux informatiques" par rapport à un processeurs double tous les autre qui ne disposerait que 18 mois." C'est en 1965 que de 75 CI ! On pourrait alors comparer les PC entre eux et Gordon Moore, cofondateur d'Intel avec Bob Noyce et déterminer le plus rapide ou celui Andy Grove, aurait édicté cette "loi" qui, depuis, a servi de qui ale meilleur rapport qualité/ boussole à l'industrie de la micro. Pourtant, les vrais débuts prix... Eh bien, c'est ainsi qu'est devenue peu à peu prépondérante la du processeur datent de 1969: pour honorer la commande d'une notion de "vitesse d'exécution", même calculatrice à 4 opérations, Ted Hof, ingénieur chez Intel, décida si cette dernière ne couvre pas tous les types d'applications. de suppléer les connectiques classiques d'une carte électronique Cela dit, même en mettant en vedetpar un moteur logique à base de transistors gravés à même le silite la vitesse d'exécution, difficile d'obtenir des chiffres intangibles, puisque cium: la technologie devenait ainsi évolutive. La puce était née. cette vitesse varie en cours d'utilisation du PC. Comme si l'on voulait définir la consommation pour 100 km d'un véhicule roulant en ligne droite à vitesse Cette étude statistique a aussi donde communication que dans les appliconstante par beau temps... ce qui ne se né lieu à une cartographie des fonctions cations bureautiques ou audio. Au vu réalise jamais dans les faits. Pour les plus utilisées. Si une série d'instrucdes résultats, les fabricants se sont attecontourner le problètions revient très soulés à faire évoluer le "jeu d'instructions" me, les acteurs de vent dans tous les pro(voir Lexique) de leurs puces pour dol'industrie ont donc grammes de traiteper les performances de leurs PC. Cifous souhaitez établi, à partir de ment d'images, par tons ici les instructions MMX, introduien savoir plus? programmes d'analyexemple, il devient tes par Intel, ou celles 3DNow! d'AMD. ses statistiques, cerintéressant d'ajouter Ce furent les premières améliorations SVM met en ligne tains indices prenant au CPU un code capadécoulant de ces études statistiques. en compte les types un dossier complet ble de réaliser cette De nombreuses autres ont suivi. La d'instructions réellesérie en une seule opé- dernière en date, due à Intel, intègre sur son si ment exécutées selon ration. Dès lors, l'exé144 nouvelles instructions supplémenle type d'application cution du programme taires dans le Pentium 4. Ces instruchttp://svm.vnunet.ft mis en œuvre. Au bout s'en trouve accélérée. tions permettent tout à la fois l'accélédu compte, cela a perEffectuée pour la ration des programmes de traitement mis de définir un indice représentatif quasi-totalité des types d'applications, de la vidéo et des images, la manipulapour les applications bureautiques, un cette étude statistique a ainsi permis de tion des objets 3D, mais aussi la reconautre concernant les logiciels de bases déterminer toutes les séquences d'insnaissance de la parole et l'encodage/ de données, un autre encore pour les tructions les plus utilisées aussi bien décodage sécuritaire des données enapplications graphiques, etc. dans les jeux vidéo ou les programmes voyées sur le Net. Jean-Paul Coigneau

1999

La matrice (wafer) d'un Pentium III : le silicium gravé à 0,18 micron permet de loger 28 millions de transistors dans la puce, qui atteint 400 MHz.

2010 LB:,
l'un des rares à persister dans la mise au point d'un ordinateur optique. L'idée: transmettre les infos à la vitesse de la lumière et les stocker dans des hologrammes. Une alternative au silicium...
Octobre 2001

SVM 221




Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 197 octobre 2001 Page 1SVM numéro 197 octobre 2001 Page 2-3SVM numéro 197 octobre 2001 Page 4-5SVM numéro 197 octobre 2001 Page 6-7SVM numéro 197 octobre 2001 Page 8-9SVM numéro 197 octobre 2001 Page 10-11SVM numéro 197 octobre 2001 Page 12-13SVM numéro 197 octobre 2001 Page 14-15SVM numéro 197 octobre 2001 Page 16-17SVM numéro 197 octobre 2001 Page 18-19SVM numéro 197 octobre 2001 Page 20-21SVM numéro 197 octobre 2001 Page 22-23SVM numéro 197 octobre 2001 Page 24-25SVM numéro 197 octobre 2001 Page 26-27SVM numéro 197 octobre 2001 Page 28-29SVM numéro 197 octobre 2001 Page 30-31SVM numéro 197 octobre 2001 Page 32-33SVM numéro 197 octobre 2001 Page 34-35SVM numéro 197 octobre 2001 Page 36-37SVM numéro 197 octobre 2001 Page 38-39SVM numéro 197 octobre 2001 Page 40-41SVM numéro 197 octobre 2001 Page 42-43SVM numéro 197 octobre 2001 Page 44-45SVM numéro 197 octobre 2001 Page 46-47SVM numéro 197 octobre 2001 Page 48-49SVM numéro 197 octobre 2001 Page 50-51SVM numéro 197 octobre 2001 Page 52-53SVM numéro 197 octobre 2001 Page 54-55SVM numéro 197 octobre 2001 Page 56-57SVM numéro 197 octobre 2001 Page 58-59SVM numéro 197 octobre 2001 Page 60-61SVM numéro 197 octobre 2001 Page 62-63SVM numéro 197 octobre 2001 Page 64-65SVM numéro 197 octobre 2001 Page 66-67SVM numéro 197 octobre 2001 Page 68-69SVM numéro 197 octobre 2001 Page 70-71SVM numéro 197 octobre 2001 Page 72-73SVM numéro 197 octobre 2001 Page 74-75SVM numéro 197 octobre 2001 Page 76-77SVM numéro 197 octobre 2001 Page 78-79SVM numéro 197 octobre 2001 Page 80-81SVM numéro 197 octobre 2001 Page 82-83SVM numéro 197 octobre 2001 Page 84-85SVM numéro 197 octobre 2001 Page 86-87SVM numéro 197 octobre 2001 Page 88-89SVM numéro 197 octobre 2001 Page 90-91SVM numéro 197 octobre 2001 Page 92-93SVM numéro 197 octobre 2001 Page 94-95SVM numéro 197 octobre 2001 Page 96-97SVM numéro 197 octobre 2001 Page 98-99SVM numéro 197 octobre 2001 Page 100-101SVM numéro 197 octobre 2001 Page 102-103SVM numéro 197 octobre 2001 Page 104-105SVM numéro 197 octobre 2001 Page 106-107SVM numéro 197 octobre 2001 Page 108-109SVM numéro 197 octobre 2001 Page 110-111SVM numéro 197 octobre 2001 Page 112-113SVM numéro 197 octobre 2001 Page 114-115SVM numéro 197 octobre 2001 Page 116-117SVM numéro 197 octobre 2001 Page 118-119SVM numéro 197 octobre 2001 Page 120-121SVM numéro 197 octobre 2001 Page 122-123SVM numéro 197 octobre 2001 Page 124-125SVM numéro 197 octobre 2001 Page 126-127SVM numéro 197 octobre 2001 Page 128-129SVM numéro 197 octobre 2001 Page 130-131SVM numéro 197 octobre 2001 Page 132-133SVM numéro 197 octobre 2001 Page 134-135SVM numéro 197 octobre 2001 Page 136-137SVM numéro 197 octobre 2001 Page 138-139SVM numéro 197 octobre 2001 Page 140-141SVM numéro 197 octobre 2001 Page 142-143SVM numéro 197 octobre 2001 Page 144-145SVM numéro 197 octobre 2001 Page 146-147SVM numéro 197 octobre 2001 Page 148-149SVM numéro 197 octobre 2001 Page 150-151SVM numéro 197 octobre 2001 Page 152-153SVM numéro 197 octobre 2001 Page 154-155SVM numéro 197 octobre 2001 Page 156-157SVM numéro 197 octobre 2001 Page 158-159SVM numéro 197 octobre 2001 Page 160-161SVM numéro 197 octobre 2001 Page 162-163SVM numéro 197 octobre 2001 Page 164-165SVM numéro 197 octobre 2001 Page 166-167SVM numéro 197 octobre 2001 Page 168-169SVM numéro 197 octobre 2001 Page 170-171SVM numéro 197 octobre 2001 Page 172-173SVM numéro 197 octobre 2001 Page 174-175SVM numéro 197 octobre 2001 Page 176-177SVM numéro 197 octobre 2001 Page 178-179SVM numéro 197 octobre 2001 Page 180-181SVM numéro 197 octobre 2001 Page 182-183SVM numéro 197 octobre 2001 Page 184-185SVM numéro 197 octobre 2001 Page 186-187SVM numéro 197 octobre 2001 Page 188-189SVM numéro 197 octobre 2001 Page 190-191SVM numéro 197 octobre 2001 Page 192-193SVM numéro 197 octobre 2001 Page 194-195SVM numéro 197 octobre 2001 Page 196-197SVM numéro 197 octobre 2001 Page 198-199SVM numéro 197 octobre 2001 Page 200-201SVM numéro 197 octobre 2001 Page 202-203SVM numéro 197 octobre 2001 Page 204-205SVM numéro 197 octobre 2001 Page 206-207SVM numéro 197 octobre 2001 Page 208-209SVM numéro 197 octobre 2001 Page 210-211SVM numéro 197 octobre 2001 Page 212-213SVM numéro 197 octobre 2001 Page 214-215SVM numéro 197 octobre 2001 Page 216-217SVM numéro 197 octobre 2001 Page 218-219SVM numéro 197 octobre 2001 Page 220-221SVM numéro 197 octobre 2001 Page 222-223SVM numéro 197 octobre 2001 Page 224-225SVM numéro 197 octobre 2001 Page 226-227SVM numéro 197 octobre 2001 Page 228-229SVM numéro 197 octobre 2001 Page 230-231SVM numéro 197 octobre 2001 Page 232-233SVM numéro 197 octobre 2001 Page 234-235SVM numéro 197 octobre 2001 Page 236-237SVM numéro 197 octobre 2001 Page 238-239SVM numéro 197 octobre 2001 Page 240-241SVM numéro 197 octobre 2001 Page 242-243SVM numéro 197 octobre 2001 Page 244-245SVM numéro 197 octobre 2001 Page 246-247SVM numéro 197 octobre 2001 Page 248