SVM n°197 octobre 2001
SVM n°197 octobre 2001
  • Prix facial : 25 F

  • Parution : n°197 de octobre 2001

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 248

  • Taille du fichier PDF : 223 Mo

  • Dans ce numéro : dossier...forfaits internet.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 126 - 127  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
126 127
digitales

Poussez la et devenez
Ils sont plus de trois cents. Et habitent un petit village qui ne figure sur aucune carte. Normal: il s'agit d'une communaute virtuelle I Le site Levillage org existe en effet depuis trois ans sur le Web, et ne laisse d'etonner. "Voici le principe: on met des outils de communication et dechange à disposition des internautes. qui en font ce qu'ils veulent- . explique Thierry Caillot, à la direction marketing du site. Parmi ces outils, des chats. des forums. un annuaire de visioconference et un vrai petit village. avec sa mairie. sa bibliothèque. ses habitations Ru depart. le village n'est qu'une salle de chat en 30. issue de la technologie Fictive Worlds. Chaque utilisateur deplace son avatar à son gre et peut discuter. au coin d'une rue. avec un autre avatar via une fenètre de discussions. Mais avec Fictive Worlds, les habitants peuvent aussi. moyennant un abonnement. construire leurs propres lieux de rendez-vous à partir d'une bibliothèque d'objets et de ses elements personnels. Pour s'établir dans le village et construire sa maison. Il faut devenir "citoyen", pour la somme de 130 F (20 €1 par an. Une redevance qui permet de choisir son avatar parmi 150 disponibles. Il n'est pas pour autant nécessaire de payer

Un nouvel habitacle : votre voiture
Transformer l'automobile en salon roulant : telle est l'ambition de Bertone avec sa Filo. R [Intel-leur de ce monospace developpe par ces designers italiens. le changement est effectivement au rendezvous. Rbsence de montant central, banquettes transformées en divans et, surtout. un module de commande révolutionnaire, pensé pour bouleverser notre vision de l'automobile... et notre facon de conduire. Dans la Filo, il n'y a en effet plus ni pedales, ni volant, ni boiter de vitesses. R la place, un manche à balai qui reunit toutes les commandes de bord. Il est là, le secret de cet habitacle spacieux: la direction comme la boîte de vitesses ou l'accélérateur sont actionnés grâce à des contrôles électroniques. Du coup, des pièces essentielles à nos bonnes vieilles autos (comme la dangereuse colonne de direction) disparaissent sur la Filo au profit du confort des passagers. Habitacle bien plus confortable, mais aussi plus communicant. Pour transformer la voiture en ventable lieu de vie. les ingenieurs ont aussi pense à la tourner vers l'extérieur. Rinsi, la Filo embarque évidemment un module GPS, mais elle sera aussi parée pour Internet. Développé par Nokia, le système de téléphonie UMTS embarqué dans la voiture offrira non seulement la connexion à la Toile. mais encore des diagnostics en ligne en cas de pépin. Et pourquoi pas abolir la frontière entre maison et voiture? Le terminal devrait en effet permettre de contrôler à distance son home sweet home. du magnetoscope à l'eclairage... Eric Le Bourlout

http://www.bertone.it/

http://www.levillage.org

108 svm

porte du villa e virtuel citoyen du eb pour 130 francs
pour visiter le village. Le quidam peut s'y rendre en "touriste", mais ne pourra ni participer a la vie de la cite, ni choisir d'autre avatar que celui d'un touriste muni d'un gros appareil photo! Dommage. car quelle activité dans ce qui est l'une des plus grandes communautés francophones de la Toile. Cela grace a la motivation des citoyens: "95 % des
contenus sont réalisés par les villageois, s'exclame notre guide. Les plus passionnés sont les adjoints au maire, qui édictent des lois et attribuent les terrains aux nouveaux citoyens." Si

Le robot qui vous connaît!

touristes. "Les villageois organisent des jeux, des fêtes, des mariages. On a même eu un enterrement', précise Thierry Caillot, qui conclut "Notre objectif est
de faire naître des amitiés."

Pari tenu puisque des groupes d'amis et méme des couples se seraient formés sur le site. Et ce n'est qu'un début. Car Levillage org

compte bien développer son idée et fonder de nouveaux mondes. Comment? En vendant l'idée a d'autres sites. Jeuxvideo.com aura ainsi bientôt sa propre enceinte 3D. Mais rien qu'au village, les mondes se multiplient, à l'instar de l'arene de jeux ou de l'espace dédié à la radio NRJ. De quoi sortir de la confidentialité... E.L.B.
É

le maire [anonyme) est l'un des initiateurs du site, ses adjoints sont. eux, des citoyens bénévoles qui organisent la vie du village. Un cas de "démocratie directe". glisse Thierry Caillot... On s'amuse aussi au village, de nombreux citoyens animant activement les lieux. C'est le cas de Sakura. rencontrée sur la place de la mairie. Membre de l'équipe d'accueil, elle se charge de faire visiter les lieux à des touristes ou à des néophytes. Parallelement, elle rencontre les autres citoyens pour élaborer des projets d'animation. Tous les vendredis, une course de voitures chauffe ainsi le bitume du circuit du village également le vendredi, un "blind test" musical attire pas mal de

''oncle ,9,1
fax de vcus pour eige kléparté clans le Lue Yer. refe., Kee Carte Mer 22 ee 11 -60; "wtz.vOur qu'entant am doyen du Monde Cyberte eln b N90klwn/. vose per.resi rSae em, nom Me ae affle, ça/ erfir, or.> A.J., P0 ifinNn.nre eau renf e men. /..ele a zdertenne,

"sr

ener En..0*. ,

Keteet

Un journaliste... automatique
Développé au Département des sciences de l'informatique de l'université de Caroline du Nord, Storybook est un logiciel de génération de textes qui parvient à restituer une prose de plusieurs paragraphes dans un anglais et une grammaire corrects! Ses développeurs sont si satisfaits de leur bébé qu'ils estiment pouvoir faire de lui un vrai journaliste écrivant des articles à partir de sources tirées de l'actualité. Pour ce faire, Storybook réunit tous les documents utiles dans une base de données, puis il imbrique les pièces du puzzle. Seule contrainte: il faut lui préciser la chronologie des événements pour obtenir une histoire qui tienne debout. E.L.B.

Il est dépourvu de membres, ne se déplace pas, et pourtant il veille au grain: c'est Sig, un petit androïde, créé par des ingénieurs nippons, qui dispose de deux caméras et de deux micros multidirectionnels cachés sous sa coque de plastique. Résultat: il est en mesure de traquer en temps réel les propos et déplacements d'un ou plusieurs individus. Toujours à l'écoute. il tourne la tête en moins de 200 millisecondes pour s'orienter vers celui qui lui adresse la parole, meme dans un lieu bruyant. Un systeme de reconnaissance et de synthèse vocales lui permet ensuite de dialoguer avec lui. Sig devient alors presque inquiétant : via son module de reconnaissance d'images, il peut identifier son interlocuteur en fonction d'informations comme la couleur de la peau et d'une base de données de visages. E.L.B

http://www.cso.nosu.edu/ eos/users/l/lester/www/ime dia/papers.html#compling




Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 197 octobre 2001 Page 1SVM numéro 197 octobre 2001 Page 2-3SVM numéro 197 octobre 2001 Page 4-5SVM numéro 197 octobre 2001 Page 6-7SVM numéro 197 octobre 2001 Page 8-9SVM numéro 197 octobre 2001 Page 10-11SVM numéro 197 octobre 2001 Page 12-13SVM numéro 197 octobre 2001 Page 14-15SVM numéro 197 octobre 2001 Page 16-17SVM numéro 197 octobre 2001 Page 18-19SVM numéro 197 octobre 2001 Page 20-21SVM numéro 197 octobre 2001 Page 22-23SVM numéro 197 octobre 2001 Page 24-25SVM numéro 197 octobre 2001 Page 26-27SVM numéro 197 octobre 2001 Page 28-29SVM numéro 197 octobre 2001 Page 30-31SVM numéro 197 octobre 2001 Page 32-33SVM numéro 197 octobre 2001 Page 34-35SVM numéro 197 octobre 2001 Page 36-37SVM numéro 197 octobre 2001 Page 38-39SVM numéro 197 octobre 2001 Page 40-41SVM numéro 197 octobre 2001 Page 42-43SVM numéro 197 octobre 2001 Page 44-45SVM numéro 197 octobre 2001 Page 46-47SVM numéro 197 octobre 2001 Page 48-49SVM numéro 197 octobre 2001 Page 50-51SVM numéro 197 octobre 2001 Page 52-53SVM numéro 197 octobre 2001 Page 54-55SVM numéro 197 octobre 2001 Page 56-57SVM numéro 197 octobre 2001 Page 58-59SVM numéro 197 octobre 2001 Page 60-61SVM numéro 197 octobre 2001 Page 62-63SVM numéro 197 octobre 2001 Page 64-65SVM numéro 197 octobre 2001 Page 66-67SVM numéro 197 octobre 2001 Page 68-69SVM numéro 197 octobre 2001 Page 70-71SVM numéro 197 octobre 2001 Page 72-73SVM numéro 197 octobre 2001 Page 74-75SVM numéro 197 octobre 2001 Page 76-77SVM numéro 197 octobre 2001 Page 78-79SVM numéro 197 octobre 2001 Page 80-81SVM numéro 197 octobre 2001 Page 82-83SVM numéro 197 octobre 2001 Page 84-85SVM numéro 197 octobre 2001 Page 86-87SVM numéro 197 octobre 2001 Page 88-89SVM numéro 197 octobre 2001 Page 90-91SVM numéro 197 octobre 2001 Page 92-93SVM numéro 197 octobre 2001 Page 94-95SVM numéro 197 octobre 2001 Page 96-97SVM numéro 197 octobre 2001 Page 98-99SVM numéro 197 octobre 2001 Page 100-101SVM numéro 197 octobre 2001 Page 102-103SVM numéro 197 octobre 2001 Page 104-105SVM numéro 197 octobre 2001 Page 106-107SVM numéro 197 octobre 2001 Page 108-109SVM numéro 197 octobre 2001 Page 110-111SVM numéro 197 octobre 2001 Page 112-113SVM numéro 197 octobre 2001 Page 114-115SVM numéro 197 octobre 2001 Page 116-117SVM numéro 197 octobre 2001 Page 118-119SVM numéro 197 octobre 2001 Page 120-121SVM numéro 197 octobre 2001 Page 122-123SVM numéro 197 octobre 2001 Page 124-125SVM numéro 197 octobre 2001 Page 126-127SVM numéro 197 octobre 2001 Page 128-129SVM numéro 197 octobre 2001 Page 130-131SVM numéro 197 octobre 2001 Page 132-133SVM numéro 197 octobre 2001 Page 134-135SVM numéro 197 octobre 2001 Page 136-137SVM numéro 197 octobre 2001 Page 138-139SVM numéro 197 octobre 2001 Page 140-141SVM numéro 197 octobre 2001 Page 142-143SVM numéro 197 octobre 2001 Page 144-145SVM numéro 197 octobre 2001 Page 146-147SVM numéro 197 octobre 2001 Page 148-149SVM numéro 197 octobre 2001 Page 150-151SVM numéro 197 octobre 2001 Page 152-153SVM numéro 197 octobre 2001 Page 154-155SVM numéro 197 octobre 2001 Page 156-157SVM numéro 197 octobre 2001 Page 158-159SVM numéro 197 octobre 2001 Page 160-161SVM numéro 197 octobre 2001 Page 162-163SVM numéro 197 octobre 2001 Page 164-165SVM numéro 197 octobre 2001 Page 166-167SVM numéro 197 octobre 2001 Page 168-169SVM numéro 197 octobre 2001 Page 170-171SVM numéro 197 octobre 2001 Page 172-173SVM numéro 197 octobre 2001 Page 174-175SVM numéro 197 octobre 2001 Page 176-177SVM numéro 197 octobre 2001 Page 178-179SVM numéro 197 octobre 2001 Page 180-181SVM numéro 197 octobre 2001 Page 182-183SVM numéro 197 octobre 2001 Page 184-185SVM numéro 197 octobre 2001 Page 186-187SVM numéro 197 octobre 2001 Page 188-189SVM numéro 197 octobre 2001 Page 190-191SVM numéro 197 octobre 2001 Page 192-193SVM numéro 197 octobre 2001 Page 194-195SVM numéro 197 octobre 2001 Page 196-197SVM numéro 197 octobre 2001 Page 198-199SVM numéro 197 octobre 2001 Page 200-201SVM numéro 197 octobre 2001 Page 202-203SVM numéro 197 octobre 2001 Page 204-205SVM numéro 197 octobre 2001 Page 206-207SVM numéro 197 octobre 2001 Page 208-209SVM numéro 197 octobre 2001 Page 210-211SVM numéro 197 octobre 2001 Page 212-213SVM numéro 197 octobre 2001 Page 214-215SVM numéro 197 octobre 2001 Page 216-217SVM numéro 197 octobre 2001 Page 218-219SVM numéro 197 octobre 2001 Page 220-221SVM numéro 197 octobre 2001 Page 222-223SVM numéro 197 octobre 2001 Page 224-225SVM numéro 197 octobre 2001 Page 226-227SVM numéro 197 octobre 2001 Page 228-229SVM numéro 197 octobre 2001 Page 230-231SVM numéro 197 octobre 2001 Page 232-233SVM numéro 197 octobre 2001 Page 234-235SVM numéro 197 octobre 2001 Page 236-237SVM numéro 197 octobre 2001 Page 238-239SVM numéro 197 octobre 2001 Page 240-241SVM numéro 197 octobre 2001 Page 242-243SVM numéro 197 octobre 2001 Page 244-245SVM numéro 197 octobre 2001 Page 246-247SVM numéro 197 octobre 2001 Page 248