SVM n°196 septembre 2001
SVM n°196 septembre 2001
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°196 de septembre 2001

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 200

  • Taille du fichier PDF : 188 Mo

  • Dans ce numéro : spécial nouveautés... le guide de la rentrée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
actualités éclairage DES PROFILEURS CONTRE LES "HACKERS" raître exagérée. Mondes réel et virtuel ne ressortent a priori pas des mêmes domaines de compétences. Mais pour Terry Gudaitis, il n'y a pas de différences à partir du moment où "une attaque informatique est, dans tous les cas, commise par un ou des individus et que les programmes d'attaque sont écrits par des êtres humains". La matière est donc toujours la même. Chaque fois il s'agit pour elle de traquer les caractéristiques psychologiques et comportementales à partir d'une multitude de données. Deux écoles pour les profileurs Reste que les profileurs interviennent surtout lorsque les seules données techniques ne suffisent pas à remonter à l'origine d'une attaque informatique. Qu'il s'agisse de piratage, d'espionnage de données, d'extorsion de fonds par voie électronique, de menaces, de harcèlement, de chantage ou encore de rumeurs on-line, le profileur est là pour mettre la police sur la bonne piste. Et particulièrement lorsque l'attaque a été menée contre une cible spécifique. Car dans le cyberespace, le problème est de retrouver une aiguille dans une meule de foin. Tous les profileurs ne travaillent pas de la même façon. Il y a, en effet, deux grandes écoles de pensées. La première se base sur les catégories prédéfinies de criminels et délinquants et s'appuie sur des données déjà connues et répertoriées. C'est la méthode dite in- ductive. Une affaire se présente : les spécialistes vont d'abord tenter de voir à quelle catégorie appartient le cybercriminel ; une fois ce profil établi, ils consultent leurs bases de données à la recherche d'un cas similaire. Problème de la méthode, tous les cas ne sont pas déjà répertoriés et les catégories sont trop larges pour identifier précisément l'auteur d'un méfait. En outre, elle ne tient pas compte du fait que les hackers évoluent et que leurs techniques d'attaque peuvent changer au fil du temps ; dès lors, ils échappent à la catégorie à laquelle ils appartenaient précédemment. A cette approche, encore trop vague et trop statique, Terry Gudaitis préfère une autre démarche : la méthode déductive. Ici, chaque affaire est traitée au cas par cas. L'analyse se focalise sur le délit en présence, sans considérer les cas similaires ou les catégories. C'est en interprétant spécifiquement les éléments du délit que le profileur construit le spectre du cybercriminel. Aux Etats-Unis, les profileurs sont déjà intégrés dans certaines unités de police — en particulier au FBI et dans des sociétés de sécurité informatique ou d'investigateurs privés. Mais en France, on traîne les pieds. A ce jour, les enquêteurs de police et de gendarmerie n'intègrent pas encore de professionnels du profilage dans les affaires de cybercriminalité. Y croire ou pas ? Pire, le principe du profilage est parfois fraîchement accueilli chez nous. " Lapechologie ne nous sert à rien. Nous, pour remonter au pirate, on suit la trace physique des données informatiques et des télécoms", déclare ainsi Marcel Vigouroux, Directeur de l'OCLCTIC (Office central de lutte contre la criminalité informatique). Pour sa part, Pascal Courtin, le patron du BEFTI (Brigade d'enquêtes sur les fraudes aux technologies de l'information) avoue n'avoir "jamais eu de contact avec une personne qui se présente comme - berprofilee, avant d'ajou- ter : "Je m'interroge d'ailleurs sur l'utilité d:y avoir recours." Au fond, il n'y croit pas. "C'est vraisemblablement un marché porteur, concède-t-il, mais je me me:fie des gens qui ont tôt fait de se présenter comme expert de ci ou de ça. Je ne vois pas à quoi powrait servir le profilage dans nos enquêtes, sauf peut-être en amont, dans une activité de sensibilisation auprès des jeunes, et encore. D'après mon expérience, je constate que les compétences techniques du pirate informatique n'ont rien à voir avec sa personnalité ou son niveau sociologique." Tout autre est le son de cloche recueilli auprès de programmeurs et de pirates : "De la même façon qu'en regardant un tableau on comprend la sensibilité du peintre, je peux, en examinant une réalisation technique, définir les caractéristiques psychologiques de la personne qui l'a conçue", explique ainsi Serge Humpich. Celui qui a "cassé" l'an passé les secrets du terminal bancaire assure même que cette dimension psychologique l'a aidé dans son entreprise. Le mé ter de drofileuse selon Tejrv GLICIUM "Le temps Ire Innt ou cas sur lequel pour établir un profil varie énormément d'une affaire à l'autre. Si j'ai toutes les données, techniques et brutes, c'est-à-dire les e-mails, les posts, ainsi que les fichiers compromis, je peux générer un profil préliminaire en 24 heures environ. En fait, tout dépend du volume de données que j'ai à traiter et à quelle vitesse je suis en mesure de trouver des corrélations au sein de ces données., Parfois, ce sont les anomalies ou des aspects inhabituels d'une attaque qui sont les plus révélateurs. Une chose est sûre, chaque j'ai travaillé, jusqu'à présent, est différent. Dans mon travail, je me fiche de savoir si les hackers sont déprimés, bipolaires, maniaques ou s'ils entrent dans une quelconque catégorie de diagnostic psychiatrique. Je ne m'intéresse qu'à leur comportement : ce qu'ils font (techniquement) et comment je peux prévoir leur attitude future d'après leurs actes précédents." 38 SVM SEPTEMBRE 2 0 0 1 HTTP://SVM.VNUNET.FR
Dragon NaturallySpeaking TM Solutions professionnelles avec dictionnaires spécialisés Mysoft SOLUTION PROIESSONgU E ROISoomuz SOLUTION PROFESSIONNELLE DE DICTÉE CONTINUE. Tuiles ro eterellySpedil Cell le Lepaute du &Houei "114 o ^, SOLUTION PROFESSIONNELLE DE DICTÉE CONTINUE 1')ragon NaturallyiSpeakii NaturallySpeakin D DICTIONNA1 I jj SOLUTIO Tu:,i 113 1 11101113 df ItelerellySpiell ? retend PROFESSIONNELL sic tien DE DICTÉE CONTINUE 31 31, fis 1 :'3114 ; ril 111 [ken NaturallySpeaking DICI1ONIMAIRE n dictée vocale, la qualité de reconnaissance est le résultat de deux facteurs : la précision du moteur de reconnaissance vocale proprement dit et l'adéquation du vocabulaire fourni avec celui que vous utilisez réellement. Jouez deux fois gagnant avec les solutions proposées par Mysoft ! Elles associent en effet d'immenses dictionnaires conçus spécifiquement pour une utilisation professionnelle - comme le dictionnaire Affaires & Juridique ou le dictionnaire Médical ou bien encore le dictionnaire BTP & Architecture - au formidable moteur de reconnaissance vocale qui fait de Dragon NaturallySpeaking le logiciel de dictée continue le plus primé au monde. Ce moteur permet de dicter de la façon la plus naturelle qui soit, sans avoir à marquer de pause entre les mots à 140 mots par minute et plus. Il se distingue surtout par sa précision de reconnaissance incomparable, que vous dictiez en milieu calme ou bruyant. Enregistreur L'enregistreur Voice It est le premier enregistreur numérique conçu pour la reconnaissance vocale : il dispose en effet d'un logiciel qui rend particulièrement aisé le transfert des enregistrements pour transformation en fichiers textes. ET INGÉNIERIE LOGICIELS. r Micro-casque USB La solution en cas de carte son inadaptée : cet excellent microcasque Telex comporte en effet son propre analyseur de son qui se substitue à la carte son. Je désire recevoir une documentation gratuite sur : Je suis : n Dragon NaturallySpeaking Enregistreur ❑ Micro-casque USB Nom, Prénom Fonction Société Microphone à main Ce microphone Philips d'un design élégant associe dans un même boîtier un microphone professionnel de dictée, un haut-parleur et une souris. C'est la solution pour tous ceux que rebutent le port d'un micro-casque et qui préfèrent la tenue à la main. r'utilisateur revendeur, Microphone à main Adresse E Code postal Ville ce Tél. Fax (D CI)



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 196 septembre 2001 Page 1SVM numéro 196 septembre 2001 Page 2-3SVM numéro 196 septembre 2001 Page 4-5SVM numéro 196 septembre 2001 Page 6-7SVM numéro 196 septembre 2001 Page 8-9SVM numéro 196 septembre 2001 Page 10-11SVM numéro 196 septembre 2001 Page 12-13SVM numéro 196 septembre 2001 Page 14-15SVM numéro 196 septembre 2001 Page 16-17SVM numéro 196 septembre 2001 Page 18-19SVM numéro 196 septembre 2001 Page 20-21SVM numéro 196 septembre 2001 Page 22-23SVM numéro 196 septembre 2001 Page 24-25SVM numéro 196 septembre 2001 Page 26-27SVM numéro 196 septembre 2001 Page 28-29SVM numéro 196 septembre 2001 Page 30-31SVM numéro 196 septembre 2001 Page 32-33SVM numéro 196 septembre 2001 Page 34-35SVM numéro 196 septembre 2001 Page 36-37SVM numéro 196 septembre 2001 Page 38-39SVM numéro 196 septembre 2001 Page 40-41SVM numéro 196 septembre 2001 Page 42-43SVM numéro 196 septembre 2001 Page 44-45SVM numéro 196 septembre 2001 Page 46-47SVM numéro 196 septembre 2001 Page 48-49SVM numéro 196 septembre 2001 Page 50-51SVM numéro 196 septembre 2001 Page 52-53SVM numéro 196 septembre 2001 Page 54-55SVM numéro 196 septembre 2001 Page 56-57SVM numéro 196 septembre 2001 Page 58-59SVM numéro 196 septembre 2001 Page 60-61SVM numéro 196 septembre 2001 Page 62-63SVM numéro 196 septembre 2001 Page 64-65SVM numéro 196 septembre 2001 Page 66-67SVM numéro 196 septembre 2001 Page 68-69SVM numéro 196 septembre 2001 Page 70-71SVM numéro 196 septembre 2001 Page 72-73SVM numéro 196 septembre 2001 Page 74-75SVM numéro 196 septembre 2001 Page 76-77SVM numéro 196 septembre 2001 Page 78-79SVM numéro 196 septembre 2001 Page 80-81SVM numéro 196 septembre 2001 Page 82-83SVM numéro 196 septembre 2001 Page 84-85SVM numéro 196 septembre 2001 Page 86-87SVM numéro 196 septembre 2001 Page 88-89SVM numéro 196 septembre 2001 Page 90-91SVM numéro 196 septembre 2001 Page 92-93SVM numéro 196 septembre 2001 Page 94-95SVM numéro 196 septembre 2001 Page 96-97SVM numéro 196 septembre 2001 Page 98-99SVM numéro 196 septembre 2001 Page 100-101SVM numéro 196 septembre 2001 Page 102-103SVM numéro 196 septembre 2001 Page 104-105SVM numéro 196 septembre 2001 Page 106-107SVM numéro 196 septembre 2001 Page 108-109SVM numéro 196 septembre 2001 Page 110-111SVM numéro 196 septembre 2001 Page 112-113SVM numéro 196 septembre 2001 Page 114-115SVM numéro 196 septembre 2001 Page 116-117SVM numéro 196 septembre 2001 Page 118-119SVM numéro 196 septembre 2001 Page 120-121SVM numéro 196 septembre 2001 Page 122-123SVM numéro 196 septembre 2001 Page 124-125SVM numéro 196 septembre 2001 Page 126-127SVM numéro 196 septembre 2001 Page 128-129SVM numéro 196 septembre 2001 Page 130-131SVM numéro 196 septembre 2001 Page 132-133SVM numéro 196 septembre 2001 Page 134-135SVM numéro 196 septembre 2001 Page 136-137SVM numéro 196 septembre 2001 Page 138-139SVM numéro 196 septembre 2001 Page 140-141SVM numéro 196 septembre 2001 Page 142-143SVM numéro 196 septembre 2001 Page 144-145SVM numéro 196 septembre 2001 Page 146-147SVM numéro 196 septembre 2001 Page 148-149SVM numéro 196 septembre 2001 Page 150-151SVM numéro 196 septembre 2001 Page 152-153SVM numéro 196 septembre 2001 Page 154-155SVM numéro 196 septembre 2001 Page 156-157SVM numéro 196 septembre 2001 Page 158-159SVM numéro 196 septembre 2001 Page 160-161SVM numéro 196 septembre 2001 Page 162-163SVM numéro 196 septembre 2001 Page 164-165SVM numéro 196 septembre 2001 Page 166-167SVM numéro 196 septembre 2001 Page 168-169SVM numéro 196 septembre 2001 Page 170-171SVM numéro 196 septembre 2001 Page 172-173SVM numéro 196 septembre 2001 Page 174-175SVM numéro 196 septembre 2001 Page 176-177SVM numéro 196 septembre 2001 Page 178-179SVM numéro 196 septembre 2001 Page 180-181SVM numéro 196 septembre 2001 Page 182-183SVM numéro 196 septembre 2001 Page 184-185SVM numéro 196 septembre 2001 Page 186-187SVM numéro 196 septembre 2001 Page 188-189SVM numéro 196 septembre 2001 Page 190-191SVM numéro 196 septembre 2001 Page 192-193SVM numéro 196 septembre 2001 Page 194-195SVM numéro 196 septembre 2001 Page 196-197SVM numéro 196 septembre 2001 Page 198-199SVM numéro 196 septembre 2001 Page 200