SVM n°194 juin 2001
SVM n°194 juin 2001
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°194 de juin 2001

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 216

  • Taille du fichier PDF : 192 Mo

  • Dans ce numéro : Windows XP... pour Internet cliquez ici !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 84 - 85  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
84 85
produits & technos ** tendance CIDOCI C1000 MMOCI IMMO La main Souvent utilisée aux Etats-Unis, par exemple pour ouvrir une porte, l'analyse de la main étudie par infrarouge la forme de la main, la taille et la longueur des doigts (et non les empreintes digitales). Mais des erreurs sont possibles... entre jumeaux. La voix Un imitateur saura peut-être tromper un être humain, mais pas un système informatique, qui capture des signaux inaudibles pour nous. Ces systèmes choisissent souvent au hasard une phrase à faire prononcer, pour éviter les enregistrements. analyse Permanentes et uniques, les empreintes digitales sont formées avant y, la naissance de l'individu et eur dessin demeure le même pendant toute la vie. En outre, chaque doigt est différent ! Une image de l'empreinte est prise grâce à un capteur, puis analysée par un logiciel, qui la simplifie pour obtenir une vision schématique des sillons. Ln savoir plus sur les techniques de biométrie http://biometrie.online.fr/pour imiter l'empreinte, — que ce soit par moulage, avec de la pâte à modeler chaude, de la farine et du scotch, via une photo, en remplaçant des fichiers ou même en changeant des DLL de Windows et du logiciel Biologon —, il nous a été impossible de bluffer le système. Même le pire semble avoir été prévu : "Le lecteur détecte si le doigt est vivant. Si je vous le coupe et que je le présente sur le lecteur, ce dernier refusera l'accès", précise Laurent Saada, de Zalix Biomé- L'enregistrement Les fins de crêe L tes et bifurca- Dr, ❑ E tions sont re- O u pérées : appelés "minuties", u u ❑ ❑ ces points caractéristiques permettent d'obtenir une empreinte digitale réduite, ou EDR. Une EDR contient de 50 à 80 minuties (selon la taille du doigt), toutes n'étant pas forcément retenues pour la comparaison. En fait, une quinzaine de minuties suffisent pour avoir une EDR reconnaissable entre des millions. trie. Nos tentatives n'ont pas été plus fructueuses pour abuser le système de reconnaissance de signature Penflow, conçu par Wondernet. Cette fois, il s'agit d'une tablette graphique signée du spécialiste dans ce domaine, Wacom (ou bien d'un assistant numérique Palm), accompagnée d'un logiciel ayant mission d'analyser des critères précis comme la pression, l'accélération, Des sy stèmes totale ment inviola bles ! la souplesse et les courbes décrites par le stylet. Pour être authentifié, votre paraphe file ensuite tout droit sur un serveur Web de Zalix, lequel le compare à trois originaux stockés dans sa base. Estce à dire que votre signature transitera, un jour, par Internet pour alimenter une gigantesque base de données ? Cela n'en prend heureusement pas le chemin. De fait, les systèmes Le visage Une simple caméra suffit pour l'analyse du visage, qui consiste à évaluer la distance entre ses différentes composantes. Moustache et barbe peuvent en revanche gêner l'authentification. Mais l'analyse est ultrarapide, qui convient même à un flux de personnes. La prise de vue, assez contraignante, s'effectue par une caméra noir et blanc (la couleur de l'iris peut en effet varier au cours du temps) équipée d'un objectif macro. La reconnaissance est très fiable car chaque oeil est différent... y compris ceux de frères jumeaux. L'authentification Cette phase I3 consiste à com- 0 0 D parer deux EDR. L'algorith- 0 a me de compa- ° raison ajuste o l'orientation relative des deux EDR, puis mesure la proximité des deux nuages de minuties. Point important : votre empreinte digitale n'est pas conservée dans la base de données, qui n'enregistre que les minuties. Cela limite le stockage à quelque 256 octets par empreinte. de sécurité biométriques commerciaux ne transmettent sur le Réseau (et ne conservent donc en mémoire) que les signes distinctifs de votre signature ou de vos empreintes digitales. Signes à partir desquels il est impossible de déduire l'original. N'y voyez pas seulement le désir de respecter votre vie privée : dans les bases de données, il s'agit aussi de limiter le stockage des mesures biométriques et d'en accélérer l'exploration. Même lorsque l'analyse porte sur... 84 SVM JUIN 2 0 0 1 HTTP://SVM.VNUNET.FR
Le nouvel appareil numérique FinePix 6800 Zoom vous fait entrer dans l'ère multimédia grâce à des technologies ultra innovantes. De plus, sa station d'accueil vous libère de toutes les contraintes de connexions pour le transfert de vos images. Zoom optique 3X FUJINON Super EBC et zoom numérique 4,4 X Focale équivalente 36-106 mm Sensibilité ISO 100/200/400 Modes auto ou manuel Flash multiprogrammes Moniteur LCD haute définition'Stockage sur carte Smartmédia (3,3 V, jusqu'à 128 Mo) Interface USB Légendage sonore des images Capture vidéo/audio Fonctions dictaphone et webcam pour vidéoconférence Format de fichier JPEG (Exif 2.1) avec 3 niveaux de compression'Station d'accueil USB avec connexion pour recharge automatique des batteries'Livré avec une offre complète de logiciels Pour obtenir des tirages de qualité réellement photographique, - faites confiance à votre magasin Photo ou connectezvous fuji'SUPER ECO apteur photo numérique- Super CCD de 3,3 millions de photodiodes pour une image haute résolution de B millions de pixels Reproduction fidèle des couleurs Plage dynamique plus large Rapport signal/bruit plus élevé.rd:1 FUJIFILM FinePix6800Zoos P OWER 0 1, OPEN BAC. ›...A DISP/0K www.fujifilm.fr www.fujifilmnet.com DESIGN BY EAPORSCHEFUJIFILM I&I-Imaging & Information FUJIFILM, AUSSI SENSIBLE QUE VOUS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 194 juin 2001 Page 1SVM numéro 194 juin 2001 Page 2-3SVM numéro 194 juin 2001 Page 4-5SVM numéro 194 juin 2001 Page 6-7SVM numéro 194 juin 2001 Page 8-9SVM numéro 194 juin 2001 Page 10-11SVM numéro 194 juin 2001 Page 12-13SVM numéro 194 juin 2001 Page 14-15SVM numéro 194 juin 2001 Page 16-17SVM numéro 194 juin 2001 Page 18-19SVM numéro 194 juin 2001 Page 20-21SVM numéro 194 juin 2001 Page 22-23SVM numéro 194 juin 2001 Page 24-25SVM numéro 194 juin 2001 Page 26-27SVM numéro 194 juin 2001 Page 28-29SVM numéro 194 juin 2001 Page 30-31SVM numéro 194 juin 2001 Page 32-33SVM numéro 194 juin 2001 Page 34-35SVM numéro 194 juin 2001 Page 36-37SVM numéro 194 juin 2001 Page 38-39SVM numéro 194 juin 2001 Page 40-41SVM numéro 194 juin 2001 Page 42-43SVM numéro 194 juin 2001 Page 44-45SVM numéro 194 juin 2001 Page 46-47SVM numéro 194 juin 2001 Page 48-49SVM numéro 194 juin 2001 Page 50-51SVM numéro 194 juin 2001 Page 52-53SVM numéro 194 juin 2001 Page 54-55SVM numéro 194 juin 2001 Page 56-57SVM numéro 194 juin 2001 Page 58-59SVM numéro 194 juin 2001 Page 60-61SVM numéro 194 juin 2001 Page 62-63SVM numéro 194 juin 2001 Page 64-65SVM numéro 194 juin 2001 Page 66-67SVM numéro 194 juin 2001 Page 68-69SVM numéro 194 juin 2001 Page 70-71SVM numéro 194 juin 2001 Page 72-73SVM numéro 194 juin 2001 Page 74-75SVM numéro 194 juin 2001 Page 76-77SVM numéro 194 juin 2001 Page 78-79SVM numéro 194 juin 2001 Page 80-81SVM numéro 194 juin 2001 Page 82-83SVM numéro 194 juin 2001 Page 84-85SVM numéro 194 juin 2001 Page 86-87SVM numéro 194 juin 2001 Page 88-89SVM numéro 194 juin 2001 Page 90-91SVM numéro 194 juin 2001 Page 92-93SVM numéro 194 juin 2001 Page 94-95SVM numéro 194 juin 2001 Page 96-97SVM numéro 194 juin 2001 Page 98-99SVM numéro 194 juin 2001 Page 100-101SVM numéro 194 juin 2001 Page 102-103SVM numéro 194 juin 2001 Page 104-105SVM numéro 194 juin 2001 Page 106-107SVM numéro 194 juin 2001 Page 108-109SVM numéro 194 juin 2001 Page 110-111SVM numéro 194 juin 2001 Page 112-113SVM numéro 194 juin 2001 Page 114-115SVM numéro 194 juin 2001 Page 116-117SVM numéro 194 juin 2001 Page 118-119SVM numéro 194 juin 2001 Page 120-121SVM numéro 194 juin 2001 Page 122-123SVM numéro 194 juin 2001 Page 124-125SVM numéro 194 juin 2001 Page 126-127SVM numéro 194 juin 2001 Page 128-129SVM numéro 194 juin 2001 Page 130-131SVM numéro 194 juin 2001 Page 132-133SVM numéro 194 juin 2001 Page 134-135SVM numéro 194 juin 2001 Page 136-137SVM numéro 194 juin 2001 Page 138-139SVM numéro 194 juin 2001 Page 140-141SVM numéro 194 juin 2001 Page 142-143SVM numéro 194 juin 2001 Page 144-145SVM numéro 194 juin 2001 Page 146-147SVM numéro 194 juin 2001 Page 148-149SVM numéro 194 juin 2001 Page 150-151SVM numéro 194 juin 2001 Page 152-153SVM numéro 194 juin 2001 Page 154-155SVM numéro 194 juin 2001 Page 156-157SVM numéro 194 juin 2001 Page 158-159SVM numéro 194 juin 2001 Page 160-161SVM numéro 194 juin 2001 Page 162-163SVM numéro 194 juin 2001 Page 164-165SVM numéro 194 juin 2001 Page 166-167SVM numéro 194 juin 2001 Page 168-169SVM numéro 194 juin 2001 Page 170-171SVM numéro 194 juin 2001 Page 172-173SVM numéro 194 juin 2001 Page 174-175SVM numéro 194 juin 2001 Page 176-177SVM numéro 194 juin 2001 Page 178-179SVM numéro 194 juin 2001 Page 180-181SVM numéro 194 juin 2001 Page 182-183SVM numéro 194 juin 2001 Page 184-185SVM numéro 194 juin 2001 Page 186-187SVM numéro 194 juin 2001 Page 188-189SVM numéro 194 juin 2001 Page 190-191SVM numéro 194 juin 2001 Page 192-193SVM numéro 194 juin 2001 Page 194-195SVM numéro 194 juin 2001 Page 196-197SVM numéro 194 juin 2001 Page 198-199SVM numéro 194 juin 2001 Page 200-201SVM numéro 194 juin 2001 Page 202-203SVM numéro 194 juin 2001 Page 204-205SVM numéro 194 juin 2001 Page 206-207SVM numéro 194 juin 2001 Page 208-209SVM numéro 194 juin 2001 Page 210-211SVM numéro 194 juin 2001 Page 212-213SVM numéro 194 juin 2001 Page 214-215SVM numéro 194 juin 2001 Page 216