SVM n°194 juin 2001
SVM n°194 juin 2001
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°194 de juin 2001

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 216

  • Taille du fichier PDF : 192 Mo

  • Dans ce numéro : Windows XP... pour Internet cliquez ici !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 112 - 113  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
112 113
produits & technos ** ; pourquoi ça marche L'Internet sur té Le GPRS est le dernier-né des réseaux de téléphonie mobile, greffé sur le GSM et voué à l'Internet. Avec son nouveau mode de communication et de facturation, il promet un débit de deux à trois fois supérieur à celui du Wap actuel. Explications. PAR ERIC LE BOURLOUT - INFOGRAPHIES PATRICE LIMONET Le voilà, peutêtre discrètement, mais le voilà. Plus ou moins occulté par l'UMTS et par le battage fait autour de ses licences, le GPRS est en effet sur le point d'être lancé en France. Disonsle franchement, il est moins impressionnant au niveau technique que son coûteux petit frère UMTS. En fait, le "General Packet Radio Service" est une évolution du système GSM actuel, une étape charnière entre la deuxième et la troisième génération de terminaux mobiles. Le GPRS, que les spécialistes ont également baptisé "phase 2+", inaugure la "communication par paquets" pour la circulation de données sur système GSM. Avec votre téléphone actuel, les transferts de données, et notamment Wap, fonc- En route pour la révolution "Always-on" tionnent, en effet, selon un mode "circuit". Pour bien saisir la nuance, il faut d'abord savoir que le canal hertzien qui relie votre téléphone à l'antenne de l'opérateur est divisé en huit circuits (ou huit sous-canaux, si vous préférez). Or, en GSM, une connexion monopolise le même circuit du canal durant toute la durée de la communication. Ce qui n'est pas le cas avec le GPRS, où il n'y a pas un flot continu de données : la communication se retrouve donc morcelée en petits "paquets" et peut dès lors transiter par plusieurs circuits du même canal. "Le GPRS réutilise le même réseau d'accès radio que le GSM, mais introduit un deuxième haut de COMMUNICATIONS GSM VOCALES CANAL GPRS N réseau, appelé'Core Network GPRS', en parallèle au réseau MSC du GSM. Lorsqu'on allume son mobile on s'attache au service'voix'classique, puis au réseau GPRS, sur lequel on peut à tout moment ouvrir une session vers un portail de services, l'Internet ou un intranet", explique Arnaud Peel, directeur technique chez France Télécom. Cette procédu- COMMUNICATIONS GPRS (DONNÉES) re d'attachement, qui dure 5 à 6 secondes, est symbolique du GPRS : elle le rend "Always-on", c'est-àdire "toujours connecté" ! Une fois relié au GPRS, le mobile se voit attribuer une adresse IP (dynamique ou statique) et il est alors en mesure d'envoyer et de recevoir les paquets. Premier gros avantage de cette technique : l'augmentation notable du dé- 119 evu 11111Y1 9nni 1..ITTO/if V., /.111KIrr STATION DE BASE DÉTER- MINANT UNE CELLULE GSM
léphone GPRS CONTRÔLEUR BSC o 111111M1111111111111111111 o SCGN o o o immammomi o— MSC GGSN bit par rapport à celui du GSM, lequel plafonne à 9,6 Kbits/s pour les données. Le GPRS, lui, peut idéalement grimper jusqu'à 171 Kbits/s, même si, en pratique, une telle vitesse demeure illusoire. Car dans les faits, le débit effectif d'un mobile GPRS dépend de deux paramètres : le nombre de "time dots" et le codage utilisés. Les time dots, our —Quai 7 points— Pas de chance ! 1 bonnes réponses 4 mauvaises réponses 2=1. Options L "intervalles de temps", sont matérialisés par les huit circuits du canal dont nous avons déjà parlé. Lors d'une communication vocale GSM, on utilise un seul de ces intervalles de temps, durant lequel les informations sont reçues ou envoyées. A l'inverse, un mobile GPRS peut happer plusieurs intervalles, et même les partager avec d'au- 1 - Un seul réseau pour le GSM et le GPRS Sur notre infographie, l'utilisateur du haut passe un classique appel sur son mobile GSM. Sur le même réseau, les deux autres personnes émettent et reçoivent des données depuis leur téléphone et assistant personnel : la transmission GPRS s'effectue par paquets. Les communications empruntent les cellules installées pour le réseau GSM, mais pas de la même manière... 2 - une communication modulable Zoomons sur 2 des 124 canaux que compte une cellule GSM. Chaque canal est divisé en 8 intervalles de temps ("time-slots") et accepte donc jusqu'à 8 communications. En mode "vocal", l'utilisateur accapare un seul et même time-slot durant toute la durée de la communication. Le débit se trouve alors limité à 9,6 Kbits/s. L'avantage du GPRS apparaît sur le deuxième canal : les paquets de données verts et rouges empruntent n'importe quel time-slot disponible, et donc multiplient le débit (les paquets gris représentent d'autres communications assumées par la cellule). Les téléphones GPRS gérant de 1 à 4 time-slots, le débit moyen du GPRS sera donc de 20 à 30 Kbits/s. 3 - Les paquets en transit Les informations parviennent à la station de base, qui les redirige grâce à un logiciel spécialement ajouté pour le GPRS. Arrivés au contrôleur de station de base (BSC), les paquets de données reçus sont reconnus comme tels et envoyés sur les routeurs dédiés au GPRS (respectivement, en envoi, le SCGN - noeud de support GPRS -, puis le GGSN, qui s'occupe des interconnexions avec les réseaux terrestres par paquets). Ces dispositifs ont pour mission d'authentifier l'utilisateur et d'autoriser la communication ainsi que de la commuter vers le réseau adéquat. Les communications vocales passent aussi par le BSC. 4 - La voix suit sa route Notre boussole est en fait un MSC ("Mobile Switch Center"), qui guide l'appel vers le correspondant. Ce commutateur assure l'interconnexion d'un mobile GSM avec un autre ou avec une ligne RTC ou RNIS, voire avec un réseau IP dans le cas d'une connexion Wap classique. 5 - Les données bifurquent vers l'Internet Les données GPRS sont routées sur l'Internet, et les requêtes, toujours sous forme de paquets IP, aboutissent sur un serveur qui renverra les pages à afficher. SVM e JUIN 2 0 0 1 HTTP://SVM.VNUNET.FR 113



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 194 juin 2001 Page 1SVM numéro 194 juin 2001 Page 2-3SVM numéro 194 juin 2001 Page 4-5SVM numéro 194 juin 2001 Page 6-7SVM numéro 194 juin 2001 Page 8-9SVM numéro 194 juin 2001 Page 10-11SVM numéro 194 juin 2001 Page 12-13SVM numéro 194 juin 2001 Page 14-15SVM numéro 194 juin 2001 Page 16-17SVM numéro 194 juin 2001 Page 18-19SVM numéro 194 juin 2001 Page 20-21SVM numéro 194 juin 2001 Page 22-23SVM numéro 194 juin 2001 Page 24-25SVM numéro 194 juin 2001 Page 26-27SVM numéro 194 juin 2001 Page 28-29SVM numéro 194 juin 2001 Page 30-31SVM numéro 194 juin 2001 Page 32-33SVM numéro 194 juin 2001 Page 34-35SVM numéro 194 juin 2001 Page 36-37SVM numéro 194 juin 2001 Page 38-39SVM numéro 194 juin 2001 Page 40-41SVM numéro 194 juin 2001 Page 42-43SVM numéro 194 juin 2001 Page 44-45SVM numéro 194 juin 2001 Page 46-47SVM numéro 194 juin 2001 Page 48-49SVM numéro 194 juin 2001 Page 50-51SVM numéro 194 juin 2001 Page 52-53SVM numéro 194 juin 2001 Page 54-55SVM numéro 194 juin 2001 Page 56-57SVM numéro 194 juin 2001 Page 58-59SVM numéro 194 juin 2001 Page 60-61SVM numéro 194 juin 2001 Page 62-63SVM numéro 194 juin 2001 Page 64-65SVM numéro 194 juin 2001 Page 66-67SVM numéro 194 juin 2001 Page 68-69SVM numéro 194 juin 2001 Page 70-71SVM numéro 194 juin 2001 Page 72-73SVM numéro 194 juin 2001 Page 74-75SVM numéro 194 juin 2001 Page 76-77SVM numéro 194 juin 2001 Page 78-79SVM numéro 194 juin 2001 Page 80-81SVM numéro 194 juin 2001 Page 82-83SVM numéro 194 juin 2001 Page 84-85SVM numéro 194 juin 2001 Page 86-87SVM numéro 194 juin 2001 Page 88-89SVM numéro 194 juin 2001 Page 90-91SVM numéro 194 juin 2001 Page 92-93SVM numéro 194 juin 2001 Page 94-95SVM numéro 194 juin 2001 Page 96-97SVM numéro 194 juin 2001 Page 98-99SVM numéro 194 juin 2001 Page 100-101SVM numéro 194 juin 2001 Page 102-103SVM numéro 194 juin 2001 Page 104-105SVM numéro 194 juin 2001 Page 106-107SVM numéro 194 juin 2001 Page 108-109SVM numéro 194 juin 2001 Page 110-111SVM numéro 194 juin 2001 Page 112-113SVM numéro 194 juin 2001 Page 114-115SVM numéro 194 juin 2001 Page 116-117SVM numéro 194 juin 2001 Page 118-119SVM numéro 194 juin 2001 Page 120-121SVM numéro 194 juin 2001 Page 122-123SVM numéro 194 juin 2001 Page 124-125SVM numéro 194 juin 2001 Page 126-127SVM numéro 194 juin 2001 Page 128-129SVM numéro 194 juin 2001 Page 130-131SVM numéro 194 juin 2001 Page 132-133SVM numéro 194 juin 2001 Page 134-135SVM numéro 194 juin 2001 Page 136-137SVM numéro 194 juin 2001 Page 138-139SVM numéro 194 juin 2001 Page 140-141SVM numéro 194 juin 2001 Page 142-143SVM numéro 194 juin 2001 Page 144-145SVM numéro 194 juin 2001 Page 146-147SVM numéro 194 juin 2001 Page 148-149SVM numéro 194 juin 2001 Page 150-151SVM numéro 194 juin 2001 Page 152-153SVM numéro 194 juin 2001 Page 154-155SVM numéro 194 juin 2001 Page 156-157SVM numéro 194 juin 2001 Page 158-159SVM numéro 194 juin 2001 Page 160-161SVM numéro 194 juin 2001 Page 162-163SVM numéro 194 juin 2001 Page 164-165SVM numéro 194 juin 2001 Page 166-167SVM numéro 194 juin 2001 Page 168-169SVM numéro 194 juin 2001 Page 170-171SVM numéro 194 juin 2001 Page 172-173SVM numéro 194 juin 2001 Page 174-175SVM numéro 194 juin 2001 Page 176-177SVM numéro 194 juin 2001 Page 178-179SVM numéro 194 juin 2001 Page 180-181SVM numéro 194 juin 2001 Page 182-183SVM numéro 194 juin 2001 Page 184-185SVM numéro 194 juin 2001 Page 186-187SVM numéro 194 juin 2001 Page 188-189SVM numéro 194 juin 2001 Page 190-191SVM numéro 194 juin 2001 Page 192-193SVM numéro 194 juin 2001 Page 194-195SVM numéro 194 juin 2001 Page 196-197SVM numéro 194 juin 2001 Page 198-199SVM numéro 194 juin 2001 Page 200-201SVM numéro 194 juin 2001 Page 202-203SVM numéro 194 juin 2001 Page 204-205SVM numéro 194 juin 2001 Page 206-207SVM numéro 194 juin 2001 Page 208-209SVM numéro 194 juin 2001 Page 210-211SVM numéro 194 juin 2001 Page 212-213SVM numéro 194 juin 2001 Page 214-215SVM numéro 194 juin 2001 Page 216