SVM n°19 jui/aoû 1985
SVM n°19 jui/aoû 1985
  • Prix facial : 16 F

  • Parution : n°19 de jui/aoû 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 200 Mo

  • Dans ce numéro : la micro-informatique expliquée par Bill Gates, le pape du logiciel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 92 - 93  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
92 93
Une ébauche d'intelligence artificielle pour votre micro-ordinateur. - INDIVIDUS - mem f 2 TIGRE 3 JAGUAR 4 LEOPARD 5 ONCE 6 PUMA 8 PANTHERE NEBULEUSE 9 SERVAL 91111.51M - VARIABLES - PAGE H0.1/4 1 ASPECT DU PELAGE 2 - LONGUEUR DES POILS 3 - OREILLES 4 - TAILLERES AU GARROT ES - POIDS 6 LONGUEUR DU CORPS 7 - LONGUEUR RELATIVE DE LA QUEUE PAR RAPPORT AU CORPS 8 - TAILLE DES CANINES 9 - PRESENCE D'UN OS HYOIDE COMPLETEME NT. OSSIFIE 1111M1111 ■ PAGE N0.1.•2 X-PER, UN SYSTÈME CONNAISSEZ-VOUS LE FÉLIN QUI VIT en Eurasie, pèse moins de 80 kg et a un pelage tacheté ? A moins que vous ne soyez un habitué des zoos ou un grand explorateur, vous ne saurez le dire immédiatement. Par contre, vous poserez la question à votre ordinateur, et il vous répondra spontanément :. le lynx A condition que vous ayez chargé dans la gueule béante de votre lecteur de disquettes affamé le logiciel X-PER, l'un des premiers programmes d'intelligence artificielle pour micro-ordinateur personnel. Voulez-vous maintenant savoir le temps qu'il fera demain ? Observez la couleur des nuages dans le ciel, relevez la température, la pression atmosphérique et la hauteur du vol des hirondelles. L'ordinateur vous proposera ses prévisions, et vous saurez si vous avez intérêt à prendre votre parapluie en sortant. A condition, bien sûr, que vous ayez introduit vous-même les données nécessaires, c'est-à-dire joué le rôle de l'expert. Ainsi votre compagnon micro-informatique aurait-il été touché par la baguette magique de l'intelligence ? Non, simplement, le logiciel X-PER lui confère une ébauche d'intelligence artificielle. L'intelligence artificielle se définit comme l'ensemble des méthodes visant à analyser et à reproduire sur Une machine le comportement de l'intelligence humaine. Elle s'épanouit dans le domaine des robots, de la reconnaissance de formes et des systèmes experts. Comme son nom l'indique, le logiciel X-PER appartient à la troisième catégorie. Un système expert, c'est tout simplement un logiciel qui cherche à simuler le comportement d'un expert humain, de manière à ce que les non-experts soient capables de formuler un diagnostic d'expert. Par exemple, on• installe sur un bateau dépourvu de médecin E2 O un système expert médical qui portera un• premier diagnostic sur les maladies des pask.-'sagers. Ou bien, on promène sur les lieux `b. possibles de forage pétrolier un système expert capable de guider les recherches, sans avoir à déplacer un spécialiste chaque fois qu'un quidam croit avoir trouvé du pétrole. Débouchons le champagne, c'est bien la première fois que tout un chacun, pour moins de 1000 F (version Commodore 64), peut se procurer un logiciel aussi expert à installer sur son micro-ordinateur personnel. Mais ne le sablons pas avant de savoir si l'expert créé par la main humaine est vraiment capable d'intelligence... Comme l'expliquent avec une certaine modestie, les auteurs de Micro-Application dans la brochure, il vaut mieux parler d'identification assistée par ordinateur, ou en- core de logiciel de création et de traitement de bases de connaissances. Est-ce vraiment de l'intelligence artificielle ? Ça y ressemble en tous cas : non seulement X-PER est capable de trouver le nom du félin suscité à partir de quelques caractères que l'on donne sur lui, mais encore de faire déduire des règles générales du type :. Tous les félins d'Afrique grimpant aux arbres ont des griffes rétractiles ». Et ceci même si cette maxime bien connue de tous les explorateurs n'a jamais été confiée à la mémoire sans faille de la machine. Incollable Et n'essayez pas de l'induire en erreur : si vous lui demandez le nom d'un animal possèdant deux oreilles, deux pattes, des écailles, une queue poilue et des cornes, il vous répondra. Combinaison Impossible., à moins bien sûr que vous n'ayez décrit votre copain Belzébuth comme un félidé notoire. « N'est-ce pas un simple logiciel de fichier ? demanderont sournoisement ceux qui manient avec dextérité de tels programmes. Rien à voir, car un programme de fichier ne peut que restituer des faits après avoir effectué un tri. Il peut imprimer l'adresse de tous vos amis qui ont les yeux bleus et habitent à Carpentras, mais certainement pas tirer des lois générales sur la configuration de vos amis, ni faire un diagnostic : les logiciels de fichiers ne sont qu'un sous-ensemble simplifié des systèmes experts. Si vous brûlez de savoir comment ça marche, sachez que le système comprend quatre modules : un éditeur. qui crée et manipule les connaissances, un « détermineur. qui identifie les individus, un. imprimeur qui imprime les choix et un. réorganisateur pour structurer et connecter les bases de connaissances. Rappelons qu'un système expert comprend deux éléments : une base de connaissances qui rassemble toutes les données liées au champ d'expertise, et un moteur d'inférence qui permet de faire jouer et de développer les règles applicables. Quand on utilise l'éditeur, on commence par décomposer le phénomène étudié en trois catégories : l'individu, la variable et la modalité. Par exemple, dans la phrase. Le pelage du tigre est rayé », l'individu sera « le tigre., la variable• le pelage• et la modalité. rayé.. Ainsi, pous nos charmants félidés, ou grands chats (lion, tigre, jaguar, guépard, panthère et lynx), nous allons rentrer les variables (pelage, poids, méthode de chasse, continent, etc), puis les modalités prises par chaque variable pour chaque animal (pour le pelage : 92 SCIENCE & VIE MICRON°19 - JUILLET-AOÛT 1985
PRESQUE EXPERT rayé, tacheté, uni, etc). Un travail un peu fastidieux, sauf pour un expert passant toutes ses nuits au zoo de Vincennes ! Il suffit alors de passer au détermineur pour retrouver n'importe lequel de ces agréables compagnons à partir des modalités prises par chacune des variables. Notre système expert de poche peut faire plus, par exemple nous dire à quel niveau nous sommes arrivés dans la recherche, nous lister les individus restant en lice, nous indiquer les variables éliminées, etc. Par exemple, il précisera que, si le lion a été éliminé de la recherche, c'est parce qu'il vit en Afrique, qu'il pèse plus de 80 kg et qu'il a un pelage uni. Il y a une astuce : le système fonctionne sur le principe des tableaux croisés : les connaissances sont organisées en réseau, de manière à pouvoir être accessibles sur n'importe quel point de la trame. Le logiciel peut indiquer à partir de quelle question on arrivera le plus vite à une détermination. Il faut cependant une mémoire suffisante. Des trois versions existantes (Commodore 64 Apple II et IBM PC), celle de l'IBM PC est, bien sûr, la plus performante, puisqu'elle accepte 300 individus, 50 variables et 14 modalités par variable (limitées à 250 modalités maximum, dans la mesure où certaines variables ne possèdent que 2 ou 3 modalités), mais celle du Commodore la suit de près. La version Apple est, elle, moins performante (80 individus seulement). Système expert ou pas ? Pour qu'on puisse parler de système expert, une base de connaissances ne suffit pas : il faut qu'il existe un moteur d'inférence capable de déduire des règles, faute de quoi il s'agit d'un simple fichier. En ce qui concerne X-PER, la réponse n'est pas évidente. Le système n'est capable de proposer des règles générales qu'en passant par la constitution de groupes. Par exemple, on créera un groupe no 1 rassemblant tous les félins d'Afrique de moins de 80 kilos grimpant aux arbres. Puis on procèdera à des comparaisons à l'intérieur d'un groupe. Le système permettra de constater que tous les félins du groupe 1 ont des griffes rétractiles et de petites canines, ne rugissent pas et mangent de petites proies. Pas la peine d'écrire à l'Académie des Sciences pour lui faire part de cette découverte : la taille de la base de connaissances est trop restreinte pour que les règles ne soient pas sujettes à caution. Et pourtant, cela peut titre utile pour vérifier des hypothèses de travail et des règles en tous genres. Et aussi pour mesurer au moyen d'une échelle appelée. distance de Jacquard la similitude entre deux individus : saviezvous que le tigre est beaucoup plus proche du lion que le puma ? Il manque encore plusieurs éléments pour qu'il s'agisse d'un véritable système expert : la base de connaissances ne comporte que des déterminations, non des règles. Le moteur d'inférence, s'il existe, n'a ni véritable chaînage avant, ni chaînage arrière, c'est-à-dire qu'il n'est pas réellement capable d'un raisonnement. Il n'y a pas non plus de processus de résolution des conflits, puisqu'en l'absence de règles il ne peut exister de contradiction. Et pourtant, on ne peut pas dire qu'il n'y ait pas d'expertise, puisque le système est capable d'identification, donc de diagnostic. Si vous vous grattez l'occiput en vous demandant à quoi peut bien servir un tel logiciel, sachez qu'on peut y trouver de nombreuses applications tant personnelles qu'éducatives ou professionnelles. Là où X-PER peut se révéler utile, c'est d'abord dans le domaine pédagogique. Pour faire comprendre à quoi ressemble l'intelligence artificielle. Mais aussi pour construire de petits systèmes experts spécialisés permettant de faire saisir le principe des classements par variables et par modalités. X-PER est un système totalement ouvert, dans lequel l'utilisateur choisit et enregistre les individus et les variables sur lesquels il veut travailler, alors que la plupart des systèmes existants sont spécialisés dans un seul secteur : biologie, médecine, chimie, météorologie, agriculture, etc. A chaque utilisateur de créer ses propres utilisations : des mycologues ont communiqué à X-PER les caractéristiques de 300 espèces de champignons, ce qui leur permet de retrouver facilement le nom de celui qu'ils viennent de chasser au péril de leur vie, et d'éviter de perdre celle-ci définitivement après une absorption malencontreuse. Les ludiques créeront des jeux de portrait chinois consistant à retrouver le nom d'un personnage ou d'un objet à partir de ses caractéristiques. Des collectionneurs classeront leurs films préférés, leurs disques ou leurs cocktails habituels. Les manuels constitueront une base de connaissances permettant de détecter l'origine des pannes. Et les don Juan branchés classeront leurs petites amies par mensurations et par caractères pour savoir avec qui aller passer le prochain week-end. Pas si artificielle que ça, votre intelligence, Monsieur l'Expert ! Jean-François des ROBERT PAS, LYNX $ SI CONTINENT 3 1 1 leyaglee AMERICUÉI E UMM ■ 29 INDIVIDUS ELIMINES 1 QI CHAT TEMMINCK 2 QI CHAT TIGRIN 3 QI CHAT MARBRE 4 QI CHAT MANUL 5 01 LYNX CHAT DE BORNE° 7 01 CHAT MALAIS QI CHAT ROUILLEUX 9 - 01 CHAT DU BENGALE « MW el PAGE N0.1,, X-PER. Pour IBM PC, Commodore 64, Apple II. Chez Micro-Application, 147 av. Paul Doumer, 92500 Rueil-Malmaison. Tél. : (1) 732.92.54. Prix : Commodore 64 : 950 F, Apple II : 1 950 F (sous réserves), IBM PC : 3 000 F. Logiciel testé : logiciel du commerce avec manuel en français. SCIENCE & VIE MICRO re 19 - JUILLET-AOÛT 1985 93



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 1SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 2-3SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 4-5SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 6-7SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 8-9SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 10-11SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 12-13SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 14-15SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 16-17SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 18-19SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 20-21SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 22-23SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 24-25SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 26-27SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 28-29SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 30-31SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 32-33SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 34-35SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 36-37SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 38-39SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 40-41SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 42-43SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 44-45SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 46-47SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 48-49SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 50-51SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 52-53SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 54-55SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 56-57SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 58-59SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 60-61SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 62-63SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 64-65SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 66-67SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 68-69SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 70-71SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 72-73SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 74-75SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 76-77SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 78-79SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 80-81SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 82-83SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 84-85SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 86-87SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 88-89SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 90-91SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 92-93SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 94-95SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 96-97SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 98-99SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 100-101SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 102-103SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 104-105SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 106-107SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 108-109SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 110-111SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 112-113SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 114-115SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 116-117SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 118-119SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 120-121SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 122-123SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 124-125SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 126-127SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 128-129SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 130-131SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 132