SVM n°19 jui/aoû 1985
SVM n°19 jui/aoû 1985
  • Prix facial : 16 F

  • Parution : n°19 de jui/aoû 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 200 Mo

  • Dans ce numéro : la micro-informatique expliquée par Bill Gates, le pape du logiciel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 82 - 83  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
82 83
E E des disques durs de commenter la fiche technique du dernier disque Winchester le 6188 R de BASF. Ces mêmes caractéristiques sont utilisées pour décrire les spécifications des lecteurs de disquettes. Le tableau de caractéristiques se présente sous la forme de deux colonnes correspondant à deux modèles du disque. La deuxième colonne étant consacrée au même disque mais avec deux plateaux au lieu d'un. L'opération qui consiste à repérer pistes et secteurs sur le disque s'appelle le formatage. La norme ST 506 confie cette opération à l'utilisateur qui devra l'effectuer lors de la mise en service. BASF 6188 R Slim-line Fixed Disk Drive H 203 irr Technical Data 203 orn - 203 n'Ir" La capacité non formatée (unformatted capacity), exprimée en méga-octets (mégabytes), représente la capacité totale du disque. C'est-à-dire la somme des données utiles et des données nécessaires au formatage et à la détection des erreurs. Il faut savoir que 12,7 méga-octets non formatés correspondent à environ 10 méga-octets de données utiles. Le mode d'enregistrement (recording method) MFM signifie Modulation de Fréquence Modifiée ; c'est l'un des trois modes d'enregistrement utilisés par les disques et disquettes. Moins gourmand en place que le classique mode FM, il permet des densités deux fois plus élevées. Le mode M2 FM est encore plus performant. Nombre de surfaces (number of data surfaces), c'est généralement le nombre de plateaux multiplié par deux sauf si une surface sert à l'asservissement du positionneur de téte. Nombre de surfaces d'asservissement (number of servo surfaces). 0 ou 1 si le positionneur est asservi. Densité de piste (track density). C'est le nombre de pistes par inch (1 inch : 2,54 cm) exprimé en tpi (track per inch). Nombre de pistes par surface (track per surface), en le multipliant par le nombre de surfaces, on obtient le nombre total de pistes. Vitesse de rotation (rotational speed). La variation maximale de vitesse est exprimée en pourcentage. Une faible variation est garante d'un taux d'erreur de lecture faible. Densité (bit density). Elle exprime la densité maximum d'informations pour la piste Capacity unformatted 12.7 MB 25.4 MB Recording method MFM MFM Transfer rate 5 Mbit/s 5 Mbit/s Number of data surfaces 2 4 Number of servo surfaces - - Number of heads 2 4 Track density 585 tpi 585 tpi Tracks per surface 612 612 Rotational speed 3600 min-1 ± 1% 3600 min-1 ± 1% Bit density (inner track) 9800 9800 Media Oxid coated disk Latency (avg.) <15 ms <15 ms Access time (track to track) <15 ms <15 ms Access time (avg.) < 78 ms < 78 ms Access time (max.) <171 ms <171 ms Interface ST 506/412 ST 506/412 Physical dimensions Height 40.6 mm (1.60") Width 146 mm (5.75") Depth 203 mm (8.00") Weight 14 N (1.4 kg)(3.1 lbs) Voltage + 12V ±10%/+5V± 5% Power consumption 17 W typical Environmental conditions : Ambient temperature Humidity (Max. Wetbulb Temp. 25°C) MTBF Lifetime 4° C-50°C 15% - 80% 11.000 hours 5 years 30 min. Error rates Soft error 1 per 1010 Bits read liard error 1 per 1012 Bits read Seek error 1 per 106 seeks située le plus à l'intérieur (les pistes extérieures plus longues ont une densité moindre à capacité d'information égale). Le nombre de secteurs par piste n'est pas exprimé dans la mesure où il dépend des caractéristiques du formatage du disque. Connaissant ces caractéristiques (taille du secteur, taille des en-têtes, etc), on peut déduire de la densité le nombre de secteurs par piste et la capacité réelle du disque. Media désigne la nature du support magnétique. Ici, il s'agit d'un disque enduit d'oxyde de fer à couchage rotatif. Temps de latence (latency). Il s'agit du temps moyen entre le moment où la tête de lecture est positionnée sur la piste et celui où l'information recherchée est disponible. Temps d'accès piste à piste (access time, track to track). C'est le temps de déplacement du bras d'une piste à une des pistes contiguês. Temps d'accès moyen (average access time). C'est le temps d'accès moyen à une piste donnée. Temps d'accès maximum (maximum access time). C'est le temps maximum d'accès à une piste (dans le pire des cas). Interface. L'interface ST 506 et ses améliorations ST 412 et ST 419 développées par Seagate et utilisées par IBM sur l'IBM PC sont devenues standard de fait sur les micro-ordinateurs. Taux d'erreur (error rates). Les taux d'erreurs sont représentés pour 3 types d'erreur : - Les erreurs fugitives (soft error) représentent les erreurs qui ne réapparaissent pas après une deuxième lecture. - Les erreurs matérielles (hard error) dues au support lui-même. Elles sont permanentes et irréparables. - Les erreurs de positionnement (seek error). Demain, le laser Stimulé par la popularité des logiciels intégrés particulièrement voraces en mémoire de masse, le marché des disques durs, depuis l'introduction en mars 1983 de l'IBM PC-XT, n'a cessé de croitre : de 2,5 millions d'unités vendues en 1984, il devrait atteindre environ 6 millions d'unités en 1987, selon Datapro. Quarante sociétés produisent des disques dans le monde. Aux disques de 5 1/4 pouces de diamètre et de 10 à 20 millions de caractères de la première génération succèdent des disques de la même taille avec des capacités pouvant aller jusqu'à 750 M-octets et des disques de 31/2 pouces moins chers à fabriquer, mais répondant à une demande importante de disques de faible capacité (10 à 20 Mo). A l'inverse des micro-ordinateurs, le marché des disques magnétiques et des lecteurs de disquettes est beaucoup moins lié aux efforts de marketing des sociétés productrices qu'à la recherche d'un coùt de production toujours plus faible pour une qualité croissante. Le coùt du méga-octet de mémoire de masse devrait décroitre de 25% en 1985 (source Datapro). Enfin, il n'est pas possible de passer sous silence les fameux disques à lecture optique, qui, bien qu'encore balbutiants, promettent des capacités de stockage 100 fois, voire 1000 fois plus élevées que leur vieil oncle magnétique. C'est que les disques optiques emploient un faisceau laser qui brûle la surface du disque, le marquant d'un creux de quelques centièmes de microns et permettant une densité d'informations bien supérieure au disque magnétique. Malheureusement, cette technologie ne fera son apparition sur les marchés de grande consommation que dans une dizaine d'années. Pour l'instant, seules quelques sociétés japonaises produisent à des prix très élevés des disques optiques que l'on peut ré-enregistrer (Canon, Matsushsita, Sharp, Sony). Aux Etats-Unis, Tallgrass Technology, l'un des plus importants fournisseurs de disque magnétique du monde, a annoncé un plan de 8 millions de dollars pour mettre au point un disque optique de 100 méga-octets pour micro-ordinateurs. Siméon-Victor MICRO 82 SCIENCE & VIE MICRO N°19• JUILLET-AOÛT 1985
L'ENCYCLOPÉDIE PRATIQUE DE LA MICRO-ELECTRONIQUE IveT DU MICRO-ORDINATEUR SAVOIR Un ensemble de 16 volumes, divisé en trois parties : Les quatre premiers volumes, consacrés aux bases fondamentales de l'Electronique, ont pour objectif de rendre cette matière accessible à tous, sans autres connaissances préalables. Les cinq volumes suivants traitent de la technique des micro-circuits intégrés et digitaux. Dans les sept derniers volumes sont étudiés en détail, le fonctionnement des microprocesseurs et leurs applications dans les systèmes de micro-informatique. En fonction de votre niveau, ces trois parties peuvent s'acquérir séparément. SAVOIR + FAIRE lt es eurotechnique FAIRE POUR SAVOIR rue Fernand-Holweck, 21100 DIJON FAIRE 16 coffrets de matériel vous permettront, après de nombreuses expériences et manipulations, de passer progressivement au montage de différents appareils. Pour finir, vous réaliserez vous-même votre micro-ordinateur "ELETTRA. COMPUTER SYSTEM", basé sur le Z 80, avec son extension de programmation de mémoire EPROM. Eurotechnique vous aide à réaliser le rêve de tout électronicien : être capable de monter, manipuler et éventuellement réparer un micro-ordinateur. Le Hardware n'aura plus de secret pour vous. LA REALISATION DE VOTRE PREMIER MICRO-ORDINATEUR BON POUR UNE DOCUMENTATION GRATUITE A découper et à retourner à EUROTECHNIQUE, rue Fernand-Holweck, 21100 DIJON. 24064 Je désire recevoir gratuitement et sans engagement de ma part vote documentation sur le Livre Pratique de l'Electronique Digitale et du Micro-Ordinateur. NOM PRENOM ADRESSE CODE POSTAL 111111 VILLE TÉL. i',/')/4470),



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 1SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 2-3SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 4-5SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 6-7SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 8-9SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 10-11SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 12-13SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 14-15SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 16-17SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 18-19SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 20-21SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 22-23SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 24-25SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 26-27SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 28-29SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 30-31SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 32-33SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 34-35SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 36-37SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 38-39SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 40-41SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 42-43SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 44-45SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 46-47SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 48-49SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 50-51SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 52-53SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 54-55SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 56-57SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 58-59SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 60-61SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 62-63SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 64-65SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 66-67SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 68-69SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 70-71SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 72-73SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 74-75SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 76-77SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 78-79SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 80-81SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 82-83SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 84-85SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 86-87SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 88-89SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 90-91SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 92-93SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 94-95SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 96-97SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 98-99SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 100-101SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 102-103SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 104-105SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 106-107SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 108-109SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 110-111SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 112-113SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 114-115SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 116-117SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 118-119SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 120-121SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 122-123SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 124-125SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 126-127SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 128-129SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 130-131SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 132