SVM n°19 jui/aoû 1985
SVM n°19 jui/aoû 1985
  • Prix facial : 16 F

  • Parution : n°19 de jui/aoû 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 200 Mo

  • Dans ce numéro : la micro-informatique expliquée par Bill Gates, le pape du logiciel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
LE PARADIS DE LA MICRO- INFORMATIQUE, jadis envahi par une multitude de constructeurs, se vide de ses occupants qui apparaissent comme les survivants d'une bataille encore inachevée. Même les valeurs sûres ont du plombdans l'aile : Sinclair, le fleuron britannique, considéré jusqu'ici comme le symbole de la réussite, vient d'être racheté par Robert Maxwell, patron des éditions anglaises Pergamon Press qui publient notamment le quotidien The Daily Mirror, En même temps, Sir Clive Sinclair lui-même est écarté de toute responsabilité de gestion et devra se contenter d'un rôle de conseiller pour la recherche : une coïncidence significative avec la mise à l'écart d'un autre pionnier de la micro, SteveJobs (voir notre article sur Apple page 6). Pergamon Press, par le biais de sa filiale Mollis, apporte 12 millions de livres au ARRIVA AMIGA ! HAY11AV AMIGO ! AMIGA ARRIVE. AMIGA ? La future machine 16-32 bits de Commodore. Elle pourrait être officiellement annoncée aux Etats-Unis courant juillet. Macintosh va compter un nouveau concurrent... L'Amiga, qui utilisera un microprocesseur 68000, devrait posséder 256 Ko de mémoire vive extensible à 512 Ko et un système d'exploitation dénonmé » Intuition » qui, ô surprise, se manie à l'aide d'une souris et affiche à l'écran icônes et fenêtres. La résolution maximum serait de 640 x 400 points avec des lignes de 60 ou 80 colonnes. Trois circuits intégrés, Agnus (I), Daphné (H) et Portia (II !), géreront animation, graphique et son. Ce qui nous donnerait 4 096 couleurs disponibles et pour le son, quatre voies sur neuf octaves. Moniteur et lecteur de disquettes 31/2 pouces seront intégrés à l'unité centrale qui comptera des interfaces série, parallèle et synchronisation vidéo (type genlocker). Commodore envisage de présenter une gamme de périphériques : imprimante, lecteur de disquette supplémentaire, modem, disque dur, interface MIDI, - et surtout un contrôleur vidéo permettant à l'ordinateur de gérer directement banc de montage et caméras vidéo. Amiga sera lancé au prix de 1 995 $, soit environ 18 000 F. C'est deux fois plus que l'Atari ST 520, son concurrent le plus direct. Mais sa disponibilité n'est pas immédiate ; au mieux, il devrait aborder les rives britanniques au début de 1986. La filiale française de Commodore est un peu plus optimiste : D'ici la fin de l'année », dit-elle... SINCLAIR RACHETÉ, SIR CLIVE ÉCARTÉ Cigare au bec, Robert Maxwell s'est payé Sinclair Research. Au tapis vert, Clive Sinclairjoue et perd... capital de Sinclair, soit 75% du total. Le renversement de situation est total : Sir Clive détenait jusqu'ici entre ses mains 85% des parts, ce qui était tout à fait anormal pour une société parvenue à cette phase de croissance. A la suite d'importantes difficultés de trésorerie, Sinclair Research s'était mise à la recherche d'un financier pour être renflouée. Les causes de ce marasme sont connues : le marché britannique de la micro familiale a souffert d'un brusque retournement de tendance depuis Noël, le public manifestant un engouement nettement moins prononcé pour tout ce qui touche de près ou de loin à une puce. Aussi la liste des victimes s'allonget-elle : Dragon racheté par une firme espagnole, Tycom, Lynx (qui semble en passe de redémarrer), Oric (voir notre article page 9), Acom dont Olivetti a pris le contrôle. Cette chute de la demande a laissé d'importants stocks sur les bras des distributeurs, stocks dont ils ont cherché à se débarrasser à tout prix. Ils ont cependant bradé les petites marques, de peur que cellesci ne disparaissent en premier. Ceci explique que les Spectrum et les QL soient restés sur les étagères, à un moment où la firme avait un important besoin d'argent pour lancer ses futurs modèles. Les difficultés dans la mise au point du QL ont également porté un rude coup à ses performances commerciales : 60 000 exemplaires vendus, au total, alors que la production devait atteindre 100 000 par mois... Sinclair estime que cette période confuse sera temporaire, à la différence d'autres entreprises qui affirment que la micro familiale se rapproche du marché de la console de jeu et connaîtra le même sort peu enviable. A l'heure où nous écrivions ces lignes, on ne connaissait pas encore les intentions des nouveaux dirigeants de la firme concernant les produits futurs. L'une des mesures qui pourraient être prises serait une séparation des activités annexes, et notamment de la production des super-puces à tranches de silicium : si Sinclair affirme avoir achevé leur mise au point, on ne sait pas encore comment elles seront produites industriellement pour la future mémoire de masse de 500 Ko du QL. Une remise en ordre s'impose parmi les nombreuses activités aussi ambitieuses que risquées de Sinclair : téléviseurs de poche, télécommunications... Avant l'intervention de Pergamon Press, et suite à des ventes décevantes, Sir Clive avait considérablement réduit la production de sa voiture électrique C5 équipée d'un moteur de machine à laver (ne riez pas, elle roule vraiment) ; il faut dire qu'elle est issue d'une entreprise distincte de Sinclair Research. Robert Maxwell, l'un des hommes d'affaires les plus respectés de Grande-Bretagne, parait bien placé pour assainir la gestion de Sinclair. Avec ses trois quotidiens qui représentent dix millions d'exemplaires par jour, ses 350 revues techniques, son activité d'éditeur de livres et sa filiale de logiciels familiauxMirrorsoft, il connaît bien les problèmes de la distribution grand public. (L'un des distributeurs d'ordinateurs familiaux les plus importants, en Angleterre, est la chaîne de librairies W.H. Smith.) Accessoirement, les problèmes financiers de Sinclair expliquent que la création de la filiale française, annoncée l'année dernière, n'ait toujours pas été concrétisée.• NOUS AVIONS ÉCRIT dans notre numéro 17 que la clé électronique Microphar, dispositif antipiratage associé à des logiciels comme Décisionnel Graphique, bloquait le port série de l'ordinateur. Microphar nous fait savoir que ce n'est plus le cas : la version actuelle de la clé peut s'intercaler entre le port série et le câble d'imprimante, par exemple.• DEUX NOUVEAUX PROGRAMMES pour Amstrad chez Logicys. Le premier, Udos 1.2, permet l'accès direct : on peut lire ou écrire sur quatre fichiers de type indexé simultanément ; le second est une facturation. Tél. : (56) 20.92.57.• UNE ERREUR dans l'article du mois dernier sur » L'amour par Minitel » : pour accéder aux services Télétel, il faut composer, depuis la province, (3) 615.91.77 ou (3) 614.91.66 ou (3) 613.91.55. Les messageries conviviales continuent à bourdonner. En voici une nouvelle qui devrait ouvrir en juillet, et être accessible par le 615. Elle s'appelle Diatel et son code d'accès est N7. Renseignements : tél. (1) 687.48.20.• DEUX ORGANISMES de stage ont récemment obtenu le label de qualité « AFIN- GOFI » pour la formation d'analysteprogrammeur : Bull (Tél. : (1) 304.98.55) et BTE (Tél. : (1) 780.72.65). 8 SCIENCE & VIE MICRO N°19 -JUILLET-AOÛT 1985
UN INFIRMIER FRANÇAIS AU CHEVET D'ORIC QUAND UNE ENTREPRISE FRANÇAISE remet à flot une société étrangère en faillite, cela mérite d'ètre signalé, mais lorsqu'il s'agit du domaine de l'informatique, cela constitue une véritable exception. L'entreprise malade, c'est le britannique Oric, qui avait déposé son bilan en janvier dernier (voir SVM n°15). L'infirmier venu à son secours, c'est la petite société Euréka Informatique, un grossiste spécialisé dans l'importation de micros familiaux. L'accord intervenu en juin prévoit la cession des droits sur la marque, les brevets, le savoir-faire d'Oric, mais ne concerne ni le personnel, ni la chaine de montage située près de Londres. En outre, Euréka acquiert un stock de 5 à Le Stratos n'est pour l'instant qu'un prototype. 6 000 machines et un lot de produits semifinis et de composants.• Cette opération ne vise pas à brader un stock, mais à constituer une véritable marque française dont l'ambition est de devenir l'une des premières en Europe., affirme avec optimisme Jean-Claude Talar, PDG d'Euréka. La tàche risque d'être rude, car l'audience internationale d'Oric s'était considérablement réduite depuis plusieurs mois. Véritable météore de la micro britannique, la firme n'avait pas su renouveler ses produits par manque d'argent : le Stratos, annoncé au début 1984, n'a toujours pas vu le jour. De plus, Oric a été fortement affecté par une demande moins forte que prévue du marché britannique. Face à une concurrence acharnée en Grande-Bretagne, la société a donc été contrainte de baisser ses prix, de diminuer ses marges, ce qui lui a porté un coup fatal, L'essentiel des ventes s'effectuait en France (65% du total) et accessoirement en Grande Bretagne, en RFA et en Espagne. C'est en raison de cette position dominante de notre pays qu'une autre société française s'était également mise sur les rangs pour la reprise d'Oric : l'importateur officiel d'Oric, ASN Diffusion. Denis Taïeb, ancien responsable d'Oric chez ASN, réconcilié depuis sa démission avec son frère Claude, PDG d'ASN, semblait assuré de remporter l'affaire ; mais Euréka a été plus rapide. Euréka n'a pas peur des symboles : elle a choisi le pays de l'andouille pour démarrer la production. C'est en effet dans la petite ville normande de Vire que les Oric• made in France• seront fabriqués dès la fin de cette année dans les ateliers de la firme ATV Electronique, spécialisée dans la production d'interfaces pour la vidéo et la micro. Créée en juillet 1983, ATV emploie une quarantaine de personnes pour un chiffre d'affaires de 22 millions de francs et Euréka y a pris une participation financière minoritaire.• Nous continuerons d'assurer des prix attractifs., assure Jean-Claude Talar. Ainsi l'Atmos avec trois logiciels de jeux et une prise Péritel sera vendu à 990 F.• Nous allons examiner les plans de développement des machines futures, mais nous pensons déjà pouvoir sortir le Stratos avant la fin de l'année, probablement sous un autre nom., poursuit Jean-Claude Talar qui a eu en mains un prototype jugé peu satisfaisant. On peut néanmoins s'interroger sur les chances de réussite d'une telle entreprise : les métiers d'importateur et ceux de concepteur et fabricant d'ordinateurs sont radicalement différents. Comment Euréka, simple commerçant, va-t-il faire pour améliorer la fiabilité et les performances des futurs modèles, alors qu'il ne s'appuiera sur aucun ingénieur d'Oric ? Petite société qui a réalisé un chiffre d'affaires de 35 millions de francs en vendant des micros Amstrad, Sinclair, Lansay et Hector notamment, Euréka aura-t-elle l'envergure et le soutien financier nécessaires pour assurer son développement,rriramment à l'exportation ? Beaucoup d'obstacles restent à franchir pour réussir. (Euréka, 39, rue Victor-Massé, 75009 Paris. Tél. : (1) 281.20.02). LA SOCIÉTÉ CONTROLE X MET LA dernière main à une nouvelle version de son produit vedette pour Macintosh. CX Mac Base 500 (plus compliqué, comme nom, tu meurs), garde la structure de fichier et la dynamique de CX Mac Base, et demeure compatible avec ses fichiers. Il est possible d'ouvrir en une seule opération jusqu'à neuf fichiers qui peuvent échanger des données. La grande nouveauté est la possibilité de créer dix programmes par fichier au moyen d'un langage de programmation étendu. Ce langage en français, très simple d'emploi, autorise l'échange de données entre fichiers et l'ouverture de boites d'alarme et de dialogue, typiques du Macintosh. Un utilitaire sous le menu• Pomme• permet de récupérer des portions de fichiers créés avec Mac Write et Mac Paint sans avoir besoin de passer par de laborieuses opérations de couper-coller et de chargement des programmes. Avec CX Mac Base 500, on devrait donc voir apparaître des développements faits par des sociétés de EPSON S'AMÉLIORE EPSON REMPLACE SON MODÈLE RX-80 PAR une autre imprimante, dite LX-80. Un mieux : la LX-80 possède en standard une qualité d'impression• courrier• (il fallait auparavant l'acheter en option). Autres qualités d'impression : listing (100 caractères par seconde), graphique et semi-graphique. Onze jeux de caractères sont disponibles, l'alimentation du papier se fait par friction (une alimentation automatique étant possible en option) et l'imprimante dispose d'une mémoire tampon de 1000 caractères. Du point de vue technique, la LX-80 est une matricielle à impact, dotée d'une tête à neuf aiguilles. Elle est notamment adaptée aux ordinateurs Epson, IBM PC, Apple Ile et Ilc. Prix public : 3 090 F tiT. (Technology Resources, 114, rue Marius-Aufan, 92300 Levallois-Perret. Tél. : (1) 757.31.33).• IBM CANADA diffuse, au Canada seulement, un logiciel de comptabilité conçu par Attaché Software Canada et tournant sous Topview. CX MAC BASE 500 : DE PLUS EN PLUS FORT c er finie litait/lires Fatum R Fournisseurs Articles II Mat Dow. 500 Info gesticlt Mouvements Client Avoir (4e : Echéonmer Canoteur Liste Etat EU. Mut !. On pourra ouvrir neuf fichiers en même temps avec CX Mac Base 500. service qui pourront commercialiser des solutions spécifiques pour différentes catégories d'utilisateurs. CX Mac Base 500 sera vendu environ 5 000 F, à partir de septembre. Il nécessite un Macintosh 512 Ko, deux lecteurs de disquettes sont conseillés. (ContrôleX, Tour Montpamasse, 33, av. du Maine, 75755 Paris Cedex 15. Tél. : (1) 538.98.87). SCIENCE & VIE MICRO No 19 - JUILLET-AOÛT 1985 9 ti



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 1SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 2-3SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 4-5SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 6-7SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 8-9SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 10-11SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 12-13SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 14-15SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 16-17SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 18-19SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 20-21SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 22-23SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 24-25SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 26-27SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 28-29SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 30-31SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 32-33SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 34-35SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 36-37SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 38-39SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 40-41SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 42-43SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 44-45SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 46-47SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 48-49SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 50-51SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 52-53SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 54-55SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 56-57SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 58-59SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 60-61SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 62-63SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 64-65SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 66-67SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 68-69SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 70-71SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 72-73SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 74-75SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 76-77SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 78-79SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 80-81SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 82-83SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 84-85SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 86-87SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 88-89SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 90-91SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 92-93SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 94-95SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 96-97SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 98-99SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 100-101SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 102-103SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 104-105SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 106-107SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 108-109SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 110-111SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 112-113SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 114-115SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 116-117SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 118-119SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 120-121SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 122-123SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 124-125SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 126-127SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 128-129SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 130-131SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 132