SVM n°19 jui/aoû 1985
SVM n°19 jui/aoû 1985
  • Prix facial : 16 F

  • Parution : n°19 de jui/aoû 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 200 Mo

  • Dans ce numéro : la micro-informatique expliquée par Bill Gates, le pape du logiciel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
E SS AI F LASH GOUPIL Quand l'élève dépasse le maitre... Festoyons en tricolore : ce compatible français avec l'IBM PC se montre plus performant que le PC et surclasse le PC-AT pour toutes les opérations de calcul. Le secret ? Un microprocesseur véloce. tinte'80186. Ajoutez à ça un joli cadeau : le logiciel intégrateur Windows de Microsoft (à partir d'août seulement). Les prix ? A configuration équivalente, du même ordre que ceux d'IBM. Et vous hésitez encore ? Tout dans le microprocesseur ! Q UI SE SOUVIENT ENCORE DU GOUpil 1 (bleu), 2 (rose), ou 3 (gris) ? Ou bien de Goupil 3 PC, pas vraiment compatible malgré son nom ? Oubliez tous ces brouillons : une étoile est née, elle s'appelle Goupil G4. Plus compatible, on ne fait pas. Plus performant, difficile : selon nos tests, le G4 fait aussi bien et mieux que l'IBM PC. Et, de plus en plus fort : pour neuf opérations décisives (calcul en entier, en réel, en double précision, création d'un fichier direct sur disquette, etc.), il laisse derrière lui le PC-AT. Tout ça grâce à la rapidité du microprocesseur Intel 80186 et à son horloge à 8 MHz. Le G4 symbolise donc un toumant dans l'histoire de SMT-Goupil, une histoire qui se confond avec celle de la micro-informatique : le ralliement à la norme II3M. Un tournant particulièrement bien négocié. Dans le monde du compatible, toutes les machines se ressemblent fâcheusement. Tout, y compris les défauts les plus évidents du modèle de référence, est copié servilement par la plupart des constructeurs. Saluons donc d'abord, comme il se doit, la belle forme'MATÉRIEL TESTÉ : Machine de série avec disque dur, clavier AZERTY, documentation en français, souris. et la couleur noire du Goupil G4. Au premier coup d'oeil sur la machine, on remarque sa faible largeur : 38 centimètres contre 50 pour l'IBM PC. La forme de la machine elle-même ne laisse pas indifférent, et l'ensemble donne un sentiment de sérieux et d'originalité qui n'est pas démenti par la suite du test. Pourtant, la machine rappelle vaguement quelque chose à ceux qui suivent de près la microinformatique américaine. But Goupil is not Mad En effet, le Goupil G4 peut passer pour une copie du micro-ordinateur Mad, qui n'a jamais été importé en France. Une comparaison plus attentive montre pourtant des différences : le Mad a un coffret en deux parties, qui, superposées, le font ressembler au G4. L'examen de l'intérieur des deux machines confirme la parenté : la carte mère est différente, mais le contrôleur de disque est le méme. Les dirigeants de SMT ne cachent pas avoir passé un contrat avec la société Mad, comme avec Microsoft et Corvus. Le Goupil n'est pas un simple assemblage de techniques importées. Les ingénieurs de SMT, outre la carte de base, ont en effet dessiné une très originale carte graphique. Le clavier du Goupil G4 pose d'emblée un problème : il faut trouver où le bran- cher. Profitant de sa forme particulière, le connecteur, qui ressemble à celui des téléphones américains, se dissimule sous la machine. Le clavier est plus petit que celui de l'IBM PC, grâce à la disposition horizontale de touches de fonctions. Une disposition certainement plus logique, puisque la plupart du temps, les options correspondant à ces touches sont disposées horizontalement sur la vingt-cinquième ligne de l'écran. Cette entorse à la compatibilité stricte empêche l'utili-. sation des caches plastique qui rappellent la signification des touches de fonction. Le clavier numérique est séparé du clavier alphabétique, et les touches d'utilisation courante sont élargies. Notons une tentative de traduction des touches comme DEL, qui devient ANNUL, et la disparition, comme sur le clavier du PC-AT, des mentions GP Up et PG dn et Home, remplacées par des symboles. Là encore, même si ces modifications sont, du point de vue strictement ergonomique, des améliorations, il faut pourtant insister sur l'intérêt d'un clavier standard qui permet aux créateurs de logiciels de ne faire qu'une seule brochure, pour tous les compatibles. Puisque SMT a choisi de modifier le clavier, on peut se permettre de regretter l'absence de touche RETURN ou ENTER à droite du pavé numérique. 52 SCIENCE & VIE MICRO No 19 - JUILLET-AOÛT 1985
Après démontage - très facile - du Goupil 04, on découvre une machine bien conçue, prévue pour une maintenance facile. L'électronique a été pensée pour préserver les deux connecteurs d'extension. Le contrôleur de lecteur de disquettes est intégré dans la carte de base, comme les deux interfaces série et parallèle. La mémoire peut monter jusqu'à 512 Ko sur cette même carte. La carte d'affichage vidéo est unique, que ce soit pour un écran monochrome ou couleur. Dans les configurations à disque dur, la carte contrôleur vient se placer sur la carte mère, sans utiliser de connecteur d'extension. Le boîtier qui comprend lecteur de disquettes et disque dur est relié au reste de la machine grâce à trois connecteurs seulement. Le lecteur de disquettes et le disque sont plus rapides que ceux du PC, mais sans égaler ceux du PC-AT. Les cartes électroniques sont de conception sérieuse, mais il faut noter quelques petits fils soudés sur le circuit intégré, qui trahissent des mises au point de dernière minute sur le circuit. Le circuit intégré, l'Intel 80186, fonctionne avec une horloge de 8 MHz. Il surprend à la fois par sa taille et par sa forme carrée, surplombée par son dissipateur thermique. Les circuits intégrés sont montés sur des supports, sauf deux groupes de 64 Ko, qui sont directement soudés sur le circuit et qui correspondent aux 128 Ko de la configuration minimale. Chaque groupe de 64 Ko est composé de 9 boîtiers, disposition qui indique un contrôle de parité de la mémoire, comme sur l'IBM PC. Il n'y a pas de place pour un coprocesseur mathématique. La carte unité centrale prévoit une seconde sortie série, auquel il manque un connecteur. Cette deuxième sortie sera pratiquement indispensable en cas d'utilisation d'une souris qui se connecte sur la sortie série standard. Une horloge temps réel sauvegarde l'heure et la date grâce à une batterie, même pendant l'extinction de la machine. Les cartes d'extension en option seront principalement des cartes de communication avec l'extérieur, en particulier adaptation au réseau local Goupilnet, modem intelligent, télécommunications. Le Goupil G4 est livré soit avec un écran vert monochrome, soit avec un écran couleur. Contrairement à ce qui se passe avec l'IBM PC, les deux écrans sont graphiques. En monochrome, les quatres couleurs de la palette sont représentées par des grisés. Il faut se souvenir que l'écran et la carte d'adaptation monochromes de l'IBM PC ne peuvent pas faire de graphisme. Seul l'écran couleur le permet, et dans ce cas, il faut racheter une carte d'adaptation pour l'écran couleur, plus une carte pour la sortie parallèle de l'imprimante. Des sociétés comme Hercules ont prospéré en proposant des cartes additionnelles pour pallier ces bizarreries. Avec le Goupil SVM APPRÉCIE - La rapidité de fonctionnement - L'aspect agréable - L'intégrateur Windows et la souris en standard - Les deux connecteurs dispeinibles. SCIENCE & VIE MICRO N°19 JUILLET-AOÛT 1985 G4, ce genre de gymnastique est terminé, grâce à la sortie série et à la sortie parallèle que comporte la carte de base, et au connecteur de l'écran qui permet le branchement soit d'un écran monochrome, soit d'un écran couleur, tous deux en mode graphique. Le Goupil G4 ne propose que deux connecteurs d'extension internes (beaucoup moins que la plupart des compatibles IBM), mais ils seront rarement utilisés. En effet, la mémoire peut aller jusqu'à 512 Ko sur la carte de base, et la version avec disque dur n'occupe pas de connecteur supplémentaire. Atout soft La compatibilité est excellente, l'écran couleur de l'IBM PC se branche sans problème, E tout comme l'imprimante graphique. Tous les logiciels classiques fonctionnent, et SMT publie, comme il se doit, une liste impressionnante de logiciels classiques qui fonctionnent sur le G4. Remarquons toutefois que le microprocesseur étant plus rapide que celui de l'IBM PC, certains logiciels de communication Caractéristiques Microprocesseur : Intel 80186. Fréquence d'horloge : 8 MHz. Système d'exploitation : MS-DOS 2. 11 avec Windows. En option GEM de Digital Research. Mémoire : Vive : 128 Ko extensible à 512 Ko sur la carte de base. Mémoire de masse : un ou deux lecteurs de disquettes 5 1/4 pouces de 360 Ko. Une version avec un disque dur de 10 Mo. Affichage : Ecran monochrome graphique ou couleur graphique. Texte : 25 lignes de 80 caractères, graphique : 640 x 200 points. Clavier : AZER7Y de 84 touches dont 10 touches de fonction. Interfaces : Un connecteur série RS 232C, un connecteur parallèle, horloge temps réel, deux connecteurs internes d'extension. Périphériques : En option, réseau local Goupilnet, souris. Logiciels : GW-Basic 2.01. En option la plupart des logiciels destinés à l'IBM PC. Distributeur : SMT-Goupil, 22, rue Saint-Amand, 75015 Paris. Tél. : (1) 533.61.39. Prix : Configuration 1, monochrome, deux lecteurs, 256 Ko : 29 450 F HT. Configuration 2, couleur, deux lecteurs, 256 Ko : 35 450 F HT. Configuration 3, monochrome, disque dur, 512 Ko : 49 000 F HT. Configuration 4, couleur, disque dur, 512 Ko : 55 000 F HT. risquent de poser des problèmes. Dans le même ordre d'idées, des jeux comme Flight Simulator fonctionnent, mais deviennent plus difficiles à cause de l'augmentation de la vitesse d'exécution. 200 180 140 120 100 60 Windows est livré en standard avec le 04. Le meilleur atout du Goupil G4 est du côté du logiciel. Grande première en effet, le G4 est certainement le premier compatible livré en standard avec le logiciel d'intégration Windows, créé par Microsoft (voir SVM n°17). Attention si le G4 est immédiatement disponible, Windows se fera encore attendre deux mois. Le principe de ce logiciel est d'offrir une structure d'accueil commune à tous les programmes qui se déroulent dans des fenêtres de taille variable. Du point de vue pratique, c'est une couche de logiciel qui s'intercale entre le système d'exploitation et les programmes. La manipulation de ce logiciel oblige pour l'instant à l'utilisation d'une souris qui, dans le tarif de SMT, est une option. Signalons que GEM, le programme concurrent produit par Digital Research, est également disponible. Le Goupil G4 est donc bien armé pour recevoir les nouveaux logiciels qui vont apparaître sous GEM ou sous Windows. Du point de vue des prix, Il est comparable à l'IBM PC, à configuration égale, du moins pour le modèle à disquettes seules. On bénéficie en plus d'une horioge temps réel, du graphisme en monochrome et du logiciel Windows. Les configurations à disque dur sont 10% plus chères que chez IBM, à l'utilisateur de savoir si ces options en standard valent la différence... Yvon DARGERY 40 -0 L LE STANDARD SVM Notes : Goupil G4 (en gris) : 84% ; IBM K (en noir) : 33% ; Référence : IBM PC-AT : 100%. SVM REGRETTE - Le clavier non totalement compatible - Le connecteur clavier difficile d'accès - Le connecteur vidéo fragile. r 53



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 1SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 2-3SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 4-5SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 6-7SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 8-9SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 10-11SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 12-13SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 14-15SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 16-17SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 18-19SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 20-21SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 22-23SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 24-25SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 26-27SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 28-29SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 30-31SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 32-33SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 34-35SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 36-37SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 38-39SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 40-41SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 42-43SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 44-45SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 46-47SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 48-49SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 50-51SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 52-53SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 54-55SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 56-57SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 58-59SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 60-61SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 62-63SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 64-65SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 66-67SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 68-69SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 70-71SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 72-73SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 74-75SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 76-77SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 78-79SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 80-81SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 82-83SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 84-85SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 86-87SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 88-89SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 90-91SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 92-93SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 94-95SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 96-97SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 98-99SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 100-101SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 102-103SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 104-105SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 106-107SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 108-109SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 110-111SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 112-113SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 114-115SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 116-117SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 118-119SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 120-121SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 122-123SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 124-125SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 126-127SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 128-129SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 130-131SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 132