SVM n°19 jui/aoû 1985
SVM n°19 jui/aoû 1985
  • Prix facial : 16 F

  • Parution : n°19 de jui/aoû 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 200 Mo

  • Dans ce numéro : la micro-informatique expliquée par Bill Gates, le pape du logiciel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
LA MICRO- INFORMATIQUE EXPLIQUES PAR BILL GATES Exclusif : une interview pédagogique 22 SCIENCE & VIE MICRO No 19 - JUILLET-AOÛT 1985
usqu'ici, quand nous vous avons J parlé d'initiation à l'informatique, nous avons abordé le problème par le bas : comment programmer en Basic, qu'est-ce qu'un microprocesseur, etc. Il existe une autre façon d'approcher les ordinateurs pour la première fois : par le haut. Quelles sont les grandes philosophies des logiciels d'application, comment les systèmes d'exploitation peuvent changer la façon dont on parle à l'ordinateur, pourquoi le graphisme est-il important... Cette approche privilégie l'utilisateur novice de logiciels du commerce, par opposition à l'amateur qui veut maîtriser les moindres détails techniques pour élaborer ses propres programmes ; elle privilégie le logiciel par opposition au matériel ; elle est synthétique et non analytique. Avec l'apparition d'ordinateurs à la fois puissants et faciles à utiliser, comme le Macintosh d'Apple, elle est appelée à prendre de plus en plus d'importance. Nul n'était plus qualifié pour illustrer cette approche que Bill Gates, cofondateur et président du conseil d'administration de la société américaine Microsoft, la société de logiciel qui compte le plus dans le monde. Si Lotus le dépasse de peu en chiffre d'affaires, personne n'égale l'expérience et l'influence de Microsoft. Microsoft a adapté le Basic aux micro-ordinateurs (des centaines de constructeurs utilisent le Basic Microsoft) ; créé le système d'exploitation de l'IBM PC (le MS-DOS est un standard mondial) ; lancé des logiciels d'application à grand succès (Multiplan est l'un des tableurs les plus répandus) ; tenté de standardiser l'informatique familiale avec le système MSX (malgré un départ décevant, le marché potentiel du MSX est formidable). Microsoft a des pions partout dans les langages, les systèmes d'exploitation et les applications ; dans l'informatique professionnelle et familiale ; dans l'IBM PC, le Macintosh d'Apple et les machines d'ATT (les trois constructeurs qui comptent). Bill Gates, pro- grammeur génial qui sent avec un flair remarquable les tendances d'un marché bouillonnant, possède aussi un don rare pour expliquer simplement des choses compliquées. C'est pourquoi nous lui avons demandé de faire pour vous un tour d'horizon complet de la micro-informatique d'aujourd'hui et de demain - qui se trouve coïncider avec un tour d'horizon des activités de Microsoft. Ses propos intéresseront aussi bien les spécialistes que les novices. Pour aider les uns et les autres, nous avons fait suivre chaque réponse d'un marchepied » et d'un commentaire. Le premier explique les termes techniques et éclaire les allusions éventuelles ; si vous ne comprenez pas la question ou tel point de réponse, consultez-le. Le second analyse les implications des réponses de Bill Gates et intéressera les stratèges de l'industrie. Si certains points demeurent malgré tout obscurs, ne vous découragez pas : la compréhension viendra avec l'imprégnation. du fondateur de Microsoft, l'un des meilleurs experts mondiaux du logiciel pour micro-ordinateurs S.V.M. : Vous avez beaucoup insisté, ces derniers temps, sur le soutien de Microsoft au Macintosh d'Apple. Allezvous accroître ce soutien ? Bill Gates : Nous venons d'annoncer un logiciel qui s'appelle Excel, qui est très important pour nous. Excel n'est pas une application de plus, c'est l'illustration de toute notre philosophie des logiciels d'application. Or, nous avons choisi de sortir ce produit sur le Macintosh 512 Ko. Nous pensons que ce logiciel, à lui seul, peut donner une grande impulsion à cet ordinateur. Regardez l'histoire des succès passés, comme celui de l'Apple II avec Visicalc ou de l'IBM PC avec Multiplan ou Lotus 1-2-3 : ce sont ces logiciels qui ont véritablement lancé ces ordinateurs. Pour qu'une machine se vende, il faut qu'elle dispose de logiciels plus puissants que les autres. Nos investissements sur les logiciels destinés au Macintosh sont en hausse. Nous avons vendu plus d'une application par Macintosh vendu. Aucune famille de logiciels n'a jamais eu un taux de pénétration aussi élevé sur une machine donnée, et de loin. Une autre chose étonnante est que tous nos logiciels, Multiplan, Chart, Word, File, se vendent presque à quantités égales. Nous croyons que le Macintosh, sa puissance, son interface graphi- que, vont dans la bonne direction, que toute la micro-informatique finira par suivre cette direction, et qu'Apple est en avance sur tout le monde dans ce domaine. Notre marchepied : Microsoft est le premier éditeur indépendant à avoir sorti un logiciel pour Macintosh (Multiplan) ; toutes ses applications majeures ont été adaptées au Macintosh. Excel, annoncé pour septembre aux Etats-Unis, est un tableur puissant (logiciel manipulant des tableaux de chiffres), couplé à une gestion de fichiers et à un module graphique (voir SVM Actualités n°18). Il vise le même succès que 1-2-3, auquel il ressemble. Visicalc, de Software Arts, a été le premier tableur de l'histoire, avant d'être détrôné par Multiplan, de Microsoft, plus avancé. Chart trace des graphiques à partir de tableaux de chiffres. File gère des fichiers. L'interface utilisateur (qualifiée de graphique, sur Macintosh) est la physionomie offerte par un logiciel à son utilisateur, par opposition à ses performances internes ; c'est une notion étroitement liée à la facilité d'utilisation. Notre commentaire : Il faut nuancer la signification stratégique du choix du Macintosh pour lancer Excel. Excel devait d'abord être écrit sous l'intégrateur Windows (voir plus loin) pour l'IBM PC ; Windows n'étant pas prêt, le développement a commencé sur Macintosh. Quelle est la signification des problèmes actuels d'Apple ? L'arrêt du Macintosh XL, les nombreux départs accompagnés de ventes d'actions, tout cela veutil dire quelque chose pour vous ? Oh, bien sûr. Je parle avec les gens d'Apple presque chaque jour, et je les connais très bien. On est en train de se rendre compte que le marché de la micro-informatique connaît encore une croissance non négligeable, mais moindre qu'il y a quelques années. Quelques constructeurs possèdent l'envergure nécessaire pour durer. Apple en fait partie, sans aucun doute. Mais quand le marché ralentit un peu, il faut diminuer les frais généraux, repérer les secteurs de l'entreprise qui perdent de l'argent... En ce qui concerne le Ma-• cintosh XL, c'est très simple. Ils avaient produit suffisamment de Lisa pour faire la soudure jusqu'à la sortie du disque dur externe destiné au Macintosh. Mais, quand ils ont rebaptisé le Lisa Macintosh XL, ils ont tellement baissé son prix qu'aux Etats-Unis, au moins, les stocks ont été épuisés bien SCIENCE & VIE MICRO N. 19 - JUILLET-AOÛT 1985 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 1SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 2-3SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 4-5SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 6-7SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 8-9SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 10-11SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 12-13SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 14-15SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 16-17SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 18-19SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 20-21SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 22-23SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 24-25SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 26-27SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 28-29SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 30-31SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 32-33SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 34-35SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 36-37SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 38-39SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 40-41SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 42-43SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 44-45SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 46-47SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 48-49SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 50-51SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 52-53SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 54-55SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 56-57SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 58-59SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 60-61SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 62-63SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 64-65SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 66-67SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 68-69SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 70-71SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 72-73SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 74-75SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 76-77SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 78-79SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 80-81SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 82-83SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 84-85SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 86-87SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 88-89SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 90-91SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 92-93SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 94-95SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 96-97SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 98-99SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 100-101SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 102-103SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 104-105SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 106-107SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 108-109SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 110-111SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 112-113SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 114-115SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 116-117SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 118-119SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 120-121SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 122-123SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 124-125SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 126-127SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 128-129SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 130-131SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 132