SVM n°19 jui/aoû 1985
SVM n°19 jui/aoû 1985
  • Prix facial : 16 F

  • Parution : n°19 de jui/aoû 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 132

  • Taille du fichier PDF : 200 Mo

  • Dans ce numéro : la micro-informatique expliquée par Bill Gates, le pape du logiciel.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 116 - 117  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
116 117
DÉMOCRATISATION Les comptes des industriels américains de l'information électronique pour l'exercice 1984 viennent d'être présentés au public. Selon le cabinet Link Resources de New York, ils laissent apparaître une évolution de taille : , alors qu'en 1983, 85% des revenus des banques de données provenaient du secteur professionnel, cette part est tombée à 75% en 1984. En d'autres termes, un quart de leurs chiffres d'affaires provient désormais des particuliers. Gageons que cette évolution ne s'inversera pas en 1985. SUCCÈS De nombreuses banques de données référencent les logiciels pour micros (voir SVM n°14). L'une d'entre elles, l'américaine One Point, a vu son chiffre d'affaires croître, tenez-vous bien, de 770% entre 1982 et 1984 pour atteindre 12 millions de dollars. Une des raisons qui expliquent cet extraordinaire succès vient du fait que la présentation des logiciels est suivie d'un commentaire critique d'utilisateurs, ainsi que des bancs d'essais des principaux journaux spécialisés. One Point, 2835 Mitchell Drive Walnut Creek CA 94698. Tél. : 19 1 (45) 947.08.50. AÉRONAUTIQUE La banque Aero Space, référençant la quasi-totalité des publications concernant l'aéronautique et l'espace depuis 1962, vient d'être chargée sur Dialog. L'accroissement prévu est de 60 000 documents par an. Dialog : Mme Grenet. Tél. : 19.44 (865) 73.09.69. LE HIT-PARADE DES SERVEURS NE PETITE ENQUÊTE menée par SVM a permis d'établir un classement des principaux serveurs de banques de données mondiaux. On constatera sans surprise que le premier d'entre eux, Dow Jones News, est américain... ainsi que 8 des 10 suivants. Le premier français, Questel, ne vient qu'en onzième position. Notre classement se base sur le nombre de mots de passe (c'est-à-dire d'utilisateurs abonnés) déclarés par les ser- LE TUYAU DU MOIS Les opérateurs booléens les plus classiques tels que AND, OR et NOT sont parfois insuffisants pour retrouver rapidement l'information cherchée dans une banque de données. N'oubliez pas que les serveurs indexent souvent leurs textes à l'aide de plusieurs mots clés, rassemblés dans un thesaurus : consultez-le. Certains utilisent aussi, comme index, la nomenclature du SIC (Standard industrial classification). Seule une combinaison des opérateurs booléens et des mots clés adéquats vous assurera une bonne pèche. Au prix où sont les fichiers... UN QUOTIDIEN DE L'INFORMATIQUE Annoncée il y a quelques semaines, la banque de données de la Lettre de l'industrie informatique vient d'étre chargée sur le GCAM. Ce nouveau fichier réunit en texte intégral 600 numéros de ce quotidien, émanation de l'hebdomadaire professionnel » 01 » et diffusé, dans sa version papier, uniquement par abonnement. Le GCAM stocke ainsi 11 000 articles qui remontent jusqu'au 11 octobre 1982. Les professionnels ont fait un accueil exceptionnel à ce service, preuve que leurs systèmes d'informations ne doivent pas être sans faille ! Accès possible par micro ou Minitel. Prix : 510 F/heure.Renseignements. M. de Saint Quentin. Tél. : (1) 240.22.01. veurs pour l'année 1984. Un classement plus significatif tiendrait compte des heures de connexion facturées ; mais ce sont là des chiffres jalousement gardés secrets... Avec 170 000 mots de passe, le serveur financier américain Dow Jones témoigne de la passion du grand public américain pour la Bourse. Le numéro 2 est très en-dessous : c'est Quotron, serveur financier américain public professionnel, avec 75 000 mots de passe. Derrière, en no 3 : The Source, 64 000 mots de passe (américain, tous domaines, grand public) ; no 4 : Dialog, 60 000 (américain, tous domaines, grand public) ; n°5 : Reuters, 47 000 (anglais, financier, professionel) ; no 6 : Dun & Bradstreet, 20 000 (américain, financier, professionnel) ; n°7 : Telerate, MINISTÈRE, DANGER ! La Mission interministérielle de l'information scientifique et technique (MIDIST), dont le rôle est depuis de nombreuses années d'assurer la promotion des banques de données auprès des scientifiques et des entreprises, serait menacée par la création au sein du ministère de la Recherche d'une délégation à la culture scientifique et technique qui pourrait reprendre une partie des fonctions de l'ex-mission. Il y a fort à craindre que cette réorganisation ne paralyse pour de longs mois les efforts pourtant si appréciés des collaborateurs de la MI- DIST. L'ÈRE DU 1 200 BAUDS Si vous n'avez pas encore le modem indispensable pour lier votre micro aux banques de données, suivez donc le conseil de Bill Dunn, directeur général du plus grand serveur au monde, le Dow Jones News Retrieval : achetez un modem à 1 200 bauds. Il vous en coûtera peut-étre un peu plus cher, mais le 300 bauds risque d'étre abandonné d'ici peu par les grands serveurs. Vous pouvez croire Bill, il sait de quoi il parle. 15 000 (américain, financier, professionnel) ; no 8 : BRS, 12 000 (américain, tous domaines, grand public) ; n°9 : Mead, 9000 (américain, juridique et presse, professionnel) ; n°10 : IP Sharp, 6 000 (américain, scientifique et, technique, grand public) ; n°11 : Questel, 5 500 (français, tous domaines, professionnel). La position de Questel, aux côtés des plus grand mondiaux, est honorable. En ce moment, le serveur de Valbonne vend plus de 50 nouveaux contrats par mois. JOURNAL OFFICIEL Le 3 juin dernier, Questel a chargé le Bulletin des annonces civiles et commerciales (BO- DACC) produit par la direction des journaux officiels. Il est le reflet des registres du commerce. 50 000 modifications seront apportées chaque mois à ce fichier que les professionnels attendaient depuis longtemps. Il pourra permettre par exemple aux syndicats et aux gouvernements de suivre au jour le jour l'évolution de la natalité et de la moralité des entreprises françaises. Contrairement à ce que l'on a pu lire dans certains quotidiens, donc, c'est pour l'instant une petite partie seulement du Journal officiel qui est en ligne. Un plan de développement est cependant à l'étude. Questel, 83-85, bd Vincent-Auriol, 75013 Paris. Tél. : (1) 582.64.64. DISPARITIONS EN VUE On chuchotte que les banques de données à faible audience pourraient faire les frais de la rigueur financière qui s'installe chez les grands serveurs français. Seraient menacés dans un premier temps Titus, banque de données sur le textile, et Francis, fichier produit par le CNRS et couvrant toutes ses activités. Arnaud DAGUERRE 116 SCIENCE & VIE MICRO N0 19 - JUILLET-AOÛT 1985
INTELSAT SAUVE SA PMU Intelsat est une organisation discrète, mais importante : rassemblant la quasi-totalité des pays du globe, elle assure l'acheminement par satellite des communications internationales publiques. Sueur froide en décembre dernier : le président des Etats-Unis annonce que les compagnies privées américaines seront autorisées à lancer des satellites de communication - c'està-dire à concurrencer directement Intelsat. Les premières autorisations devaient être délivrées au printemps. Ce nouvel avatar de la déréglementation a rencontré un frein : les autres pays y sont pour la plupart hostiles, craignant de voir délaissées les liaisons les moins rentables. De plus, la déréglementation des télécoms a eu des effets suffisamment négatifs sur les consommateurs américains pour refroidir leur enthousiasme libéral. Résultat : la Chambre des représentants, à Washington, a posé des conditions à cet abandon de monopole, le repoussant - presque - aux calendes grecques. Aucune autorisation n'a donc été accordée pour l'instant. COOPÉRATION FRANCO-JAPONAISE En matière de télécoms, les relations franco-japonaises sont proches du néant. Les choses pourraient changer : suite à la dénationalisation de NTT (les VII japonaises), les Nippons recherchent des partenaires extérieurs qui ne soient pas seulement américains. La France et le Japon viennent donc de décider d'engager une collaboration technique portant sur les logiciels : un domaine où, une fois n'est pas coutume, les Français ont quelque chose à apporter aux Japonais. Une mission d'études de chercheurs japonais va ainsi venir travailler en France à partir de septembre prochain. Avec la perspective - éventuelle - d'accords plus importants. LA CGE SEULE EN LICE DEMS LE ler JUILLET,, !, n'y a plus qu'un important industriel français dans le secteur du téléphone : Alcatel-Thomson, né de la fusion des activités télécoms de Thomson et de la CGE, celle-ci prenant le contrôle du bébé. Prématuré (un an et demi d'avance), mais costaud : 25 milliards de francs de chiffre d'affaires, 50 000 employés, cinquième rang mondial derrière ATT, ITT, Siemens et Ericsson. Le nouveau monstre prend la route dans un contexte difficile : la concurrence est accrue du fait de la déréglementation américaine, la recherche at- HONG-KONG CASSE LES PRIX Vous connaissez les composeurs automatiques de numéros : très pratiques mais encore chers. A moins de recourir au Dealor 163, fabriqué à Hong-Kong : c'est un petit boîtier qui se place entre votre téléphone et la prise, et peut stocker 1024 caractères, soit près de 60 noms et numéros de correspondants ; une fois introduites ces coordonnées, il n'y a plus qu'à taper les trois premières lettres du nom désiré pour que son numéro soit composé. Principale performance de ce composeur alphanumérique, son prix pour l'instant imbattable : 690 F TTC. Promobjet International, 24, rue Brezin, 75014 Paris. Tél. : (1) 543.23. 74. teint des coûts faramineux, et le marché public français se restreint. Son but est simple : maintenir sa position. Les moyens : exportation à tout crin, notamment vers les Etats-Unis, et coopération européenne sur les nouveaux commutateurs publics. Ce regroupement d'Alcatel-Thomson a des effets sur les autres téléphonistes français : ainsi la CGCT recherche-telle, avec l'accord des PTT, un partenaire étranger dont elle distribuerait en France les commutateurs publics en échange d'une ouverture réciproque du marché. De même, l'absorption des activités téléphone de l'AOIP par Jeumont- Schneider est imminente. Conclusion de ce Monopoly : la CGE joue les poids lourds internationaux, et se trouve flanquée de trois chevau-légers tricolores : Jeumont-Schneider et Matra pour la téléphonie privée et la CGCT pour la commutation publique. RADIO-RÉPONDEURS : CONTRÔLABLES Un moyen d'information qui se lance rêve d'obtenir de la publicité : des sous I Le problème, c'est de convaincre le publicitaire que l'on a une bonne audience. C'est pour ça qu'existe l'OJD, Office de justification de la diffusion, dont les contrôles sont peu discutés. Une association liée à l'OJD s'est créée, dans le but d'offrir le même service aux nouveaux média : la CAST (Association nationale de contrôle des supports publicitaires audiovisuels et télématiques - ouf). Elle est notamment capable de réaliser des contrôles fiables sur l'audience des radio-répondeurs. Droit d'adhésion : 500 F par an, prix du contrôle de l'ordre de 3 000 F. Seul problème : la CAST n'a pour l'instant enregistré aucune demande de la part des radio-répondeurs. CAST, 40 bd Malesherbes, 75008 Paris. Tél. : (1) 742.72.51. AU VOLEUR ! Utile pour les anxieux : Superfon CT 650 est un téléphone sans fil d'une portée de 400m. La ruse, c'est qu'il se branche sur l'alarme de votre voiture : lorsqu'un aigrefin agresse votre nouvelle Alfa Roméo, l'alarme se déclenche et alerte le Superfon qui sonne là où vous êtes ; vous accourez et sauvez votre bien. Un détail : le prix de ce gadget japonais est à la mesure de ce que l'on veut protéger, 4 970 F TTC. Immédiat, 25 rue Feydeau, 75002 Paris. Tél. : (1) 296.58.58. VOIX ET DONNÉES SUR LE MÉME TERMINAL Le VDT 3 500, lancé ces tempsci par Thomson-CSF Téléphone, est un terminal à écran regroupant un téléphone évolué (mains libres, numérotation sans décrocher, 40 mémoires de numéros), et deux modems V 21 et V 23 qui le transforment en Minitel et terminal téléinformatique. Branché sur deux lignes téléphoniques, le VDT 3500 permet en même temps de téléphoner et de transmettre ou consulter des données. Un petit éditeur permet de composer des textes d'environ une page. Comme ses concurrents Alcatel 256 et Matra TTE 820, le VDT 3 500 aspire au marché des entreprises. Prix unitaire : 13 500 F HT. Thomson-CSF Téléphone, 146 boulevard de Walmy, 92707 Colombes-Cedex. Tél. : (1) 785.45.45. Hervé KEMPF SCIENCE & VIE MICRO N «, 19 -JUILLET-AOÛT 1985 117



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 1SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 2-3SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 4-5SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 6-7SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 8-9SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 10-11SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 12-13SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 14-15SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 16-17SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 18-19SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 20-21SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 22-23SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 24-25SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 26-27SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 28-29SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 30-31SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 32-33SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 34-35SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 36-37SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 38-39SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 40-41SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 42-43SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 44-45SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 46-47SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 48-49SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 50-51SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 52-53SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 54-55SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 56-57SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 58-59SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 60-61SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 62-63SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 64-65SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 66-67SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 68-69SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 70-71SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 72-73SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 74-75SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 76-77SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 78-79SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 80-81SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 82-83SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 84-85SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 86-87SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 88-89SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 90-91SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 92-93SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 94-95SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 96-97SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 98-99SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 100-101SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 102-103SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 104-105SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 106-107SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 108-109SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 110-111SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 112-113SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 114-115SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 116-117SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 118-119SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 120-121SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 122-123SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 124-125SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 126-127SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 128-129SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 130-131SVM numéro 19 jui/aoû 1985 Page 132