SVM n°180 mars 2000
SVM n°180 mars 2000
  • Prix facial : 29 F

  • Parution : n°180 de mars 2000

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 244

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : ADSL... l'Internet à haut débit.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
PRODUITS ET TECHNOS î OVERCLOCKING DEPUIS PEU, C'est prouvé Nous avons tenté l'expérience de "pousser" jusqu'à 1 GHz un Pentium III à 750 MHz. C'est raté... mais l'aventure, pleine d'enseignements, vaut le détour. Kryotech commercialise aux Etats-Unis un PC avec un Athlon 800 poussé à... 1 GHz. Pour y parvenir, Kryotech a dû le doter de systèmes de refroidissement "béton". En PAR STANISLAS ODINOT UN COUP DE FOUET QUI AFFECTE TOUT LE PC Frequence aott4 everclocking effet, lorsqu'on "0% erclocke" à 1000 mégahertz un Athlon prévu pour tourner à 800, sa température grimpe en flèche (plus de 50° !) et il a dès lors toutes les chances de divaguer drôlement. N'empêche, l'Athlon a fait ses preuves. Et le Pen- tium est lui aussi un bon candidat à l'overclocking. Meilleur, même, car nul besoin de fer à souder avec lui, ni de casser sa tirelire dans un système de refroidissement... Reste à savoir jusqu'où on peut le pousser. Nous avons fait l'expérience avec le plus POUSSER LA FRÉQUENCE d'un Pentium III 750 a des incidences sur bien d'autres composants de la carte mère. En bleu vous sont indiquées lesfréquences en conditions normales : après overclocking à 855 MHz (en noir), on voit que la mémoire vive, mais aussi les bus AGP,'PCI et Isa subissent une acce7ération d'environ 15%. Ce qui peut mener à des plantages même si le PC semble stable. puissant des Pentium III, celui à 750 MHz (le 800 était encore introuvable début février). Pour le seconder, un petit ventilateur supplémentaire (env. 100 F), c'est tout. 105 MHz grappillés En partant de 750 MHz, nous n'avions certes pas l'espoir d'atteindre le gigaherz, mais quand même de le frôler. Le résultat est loin du compte : 855 MHz. Mais, in fine, ce n'est pas si mal : 105 MHz on été grappillés, avec un processeur et une mémoire vive gagnant chacun 15% de performances. On s'explique. Mais d'abord, une colle : savez-vous distinguer un Pentium 111600 d'un 750 ? Simple : il faut regarder la suite de chiffres gravée sur la tranche de leur boîtier (vérifiez sur le vôtre...). Le nôtre indiquait 75025610016, ce qui signifie : 750 MHz, 256 Ko de 66 SVM MARS 2000 HTTP://SVM.VNUNET.FR
mémoire cache, bus 100 et voltage 1,6 V. Pour nos tests, la carte mère choisie n'avait rien de particulier, il s'en vend d'équivalentes à moins de 1000 F. Ah si : contrairement à une carte mère d'un PC griffé, sur cette carte Chaintech CT-6ATA2, on fixe soi-même, et au mégahertz près, la fréquence du bus — de 66 à 156 MHz —, et ici, les coefficients multiplicateurs vont de 2 à 8 (le rôle de ces paramètres sera détaillé plus loin). En outre, on modifie le voltage aisément. Bref, une carte mère idéale pour "overclockeur" patenté, avec toutes les options paramétrables via les menus du Bios. Pour les autres composants, ils étaient standards : carte graphique G- Pour rester le maître de ses Pentium, Intel les bride 400 Max., disque Western Digital, lecteur de CD 24X et, dans le rôle de la mémoire vive, une barrette de 128 Mo Cube Memory certifiée PC133, donc supportant 133 MHz... Voilà, tout était prêt, il n'y avait plus qu'à assembler... Une grosse demi-heure plus tard, c'est fait : la machine est assemblée, Windows 98 est installé. Le bus du PIII 750 turbinant normalement à 100 MHz, on indique dans le Bios une fréquence FSB ("Front Side Bus") de 100 MHz et un coefficient multiplicateur de 7,5. Le calcul est vite fait : 100 x 7,5 donne bien 750 MHz. Avec le logiciel Sisoft Sandra, on note les performances du processeur et de la mé- SVM MARS 2 0 0 0 HTTP://SVM.VNUNET.FR moire. Et pour évaluer les résultats de la carte graphique, on s'en remet au test 3Dmark 2000. A priori, pour pousser la fréquence du Pentium, il suffirait d'augmenter le coefficient : le passer, par exemple, de 7,5 à 8 pour obtenir 800 MHz... Oui mais, Intel met son veto et fige exprès le coefficient des Pentium et Celeron pour empêcher l'overclocking — en tout cas le rendre plus périlleux... Résultat : avec un Intel, on ne peut jouer que sur la fréquence du bus et sur le voltage. Lançons-nous en douceur. Passons la fréquence du bus de 100 à 106 MHz. A 795 MHz (7,5 x 106), on frise les 800. Le PC démarre, Windows mouline bien, les tests aussi ; moins de deux minutes ont suffi pour gagner 50 MHz. Du coup, les 850 MHz sem- blent à portée. Essayons 7,5 x 113 MHz. Hum... 847,5 MHz, ça ne sonne pas bien rond. D'ailleurs, le redémarrage piétine, l'écran reste noir, ça y est, les ennuis commencent... On relance le PC... Ah, là, ça marche. Comme quoi il faut persévérer. On croise les doigts : Windows passe, Sisoft Sandra aussi... mais pas 3Dmark 2000, qui plante... et on retourne Pour tester sa machine ? http://www.sisoftware.demon.co.uk/au système d'exploitation. Un autre essai raté plus tard, inutile d'insister. En forçant le bus mémoire à 113 MHz, on a du même coup passé le bus AGP de la carte 3D à 75,33 MHz au lieu des 66 MHz de base (voir l'infographie) ; c'était peut-être exagéré... Pas découragés, on recommence avec, cette fois, juste un petit mégahertz 67



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 180 mars 2000 Page 1SVM numéro 180 mars 2000 Page 2-3SVM numéro 180 mars 2000 Page 4-5SVM numéro 180 mars 2000 Page 6-7SVM numéro 180 mars 2000 Page 8-9SVM numéro 180 mars 2000 Page 10-11SVM numéro 180 mars 2000 Page 12-13SVM numéro 180 mars 2000 Page 14-15SVM numéro 180 mars 2000 Page 16-17SVM numéro 180 mars 2000 Page 18-19SVM numéro 180 mars 2000 Page 20-21SVM numéro 180 mars 2000 Page 22-23SVM numéro 180 mars 2000 Page 24-25SVM numéro 180 mars 2000 Page 26-27SVM numéro 180 mars 2000 Page 28-29SVM numéro 180 mars 2000 Page 30-31SVM numéro 180 mars 2000 Page 32-33SVM numéro 180 mars 2000 Page 34-35SVM numéro 180 mars 2000 Page 36-37SVM numéro 180 mars 2000 Page 38-39SVM numéro 180 mars 2000 Page 40-41SVM numéro 180 mars 2000 Page 42-43SVM numéro 180 mars 2000 Page 44-45SVM numéro 180 mars 2000 Page 46-47SVM numéro 180 mars 2000 Page 48-49SVM numéro 180 mars 2000 Page 50-51SVM numéro 180 mars 2000 Page 52-53SVM numéro 180 mars 2000 Page 54-55SVM numéro 180 mars 2000 Page 56-57SVM numéro 180 mars 2000 Page 58-59SVM numéro 180 mars 2000 Page 60-61SVM numéro 180 mars 2000 Page 62-63SVM numéro 180 mars 2000 Page 64-65SVM numéro 180 mars 2000 Page 66-67SVM numéro 180 mars 2000 Page 68-69SVM numéro 180 mars 2000 Page 70-71SVM numéro 180 mars 2000 Page 72-73SVM numéro 180 mars 2000 Page 74-75SVM numéro 180 mars 2000 Page 76-77SVM numéro 180 mars 2000 Page 78-79SVM numéro 180 mars 2000 Page 80-81SVM numéro 180 mars 2000 Page 82-83SVM numéro 180 mars 2000 Page 84-85SVM numéro 180 mars 2000 Page 86-87SVM numéro 180 mars 2000 Page 88-89SVM numéro 180 mars 2000 Page 90-91SVM numéro 180 mars 2000 Page 92-93SVM numéro 180 mars 2000 Page 94-95SVM numéro 180 mars 2000 Page 96-97SVM numéro 180 mars 2000 Page 98-99SVM numéro 180 mars 2000 Page 100-101SVM numéro 180 mars 2000 Page 102-103SVM numéro 180 mars 2000 Page 104-105SVM numéro 180 mars 2000 Page 106-107SVM numéro 180 mars 2000 Page 108-109SVM numéro 180 mars 2000 Page 110-111SVM numéro 180 mars 2000 Page 112-113SVM numéro 180 mars 2000 Page 114-115SVM numéro 180 mars 2000 Page 116-117SVM numéro 180 mars 2000 Page 118-119SVM numéro 180 mars 2000 Page 120-121SVM numéro 180 mars 2000 Page 122-123SVM numéro 180 mars 2000 Page 124-125SVM numéro 180 mars 2000 Page 126-127SVM numéro 180 mars 2000 Page 128-129SVM numéro 180 mars 2000 Page 130-131SVM numéro 180 mars 2000 Page 132-133SVM numéro 180 mars 2000 Page 134-135SVM numéro 180 mars 2000 Page 136-137SVM numéro 180 mars 2000 Page 138-139SVM numéro 180 mars 2000 Page 140-141SVM numéro 180 mars 2000 Page 142-143SVM numéro 180 mars 2000 Page 144-145SVM numéro 180 mars 2000 Page 146-147SVM numéro 180 mars 2000 Page 148-149SVM numéro 180 mars 2000 Page 150-151SVM numéro 180 mars 2000 Page 152-153SVM numéro 180 mars 2000 Page 154-155SVM numéro 180 mars 2000 Page 156-157SVM numéro 180 mars 2000 Page 158-159SVM numéro 180 mars 2000 Page 160-161SVM numéro 180 mars 2000 Page 162-163SVM numéro 180 mars 2000 Page 164-165SVM numéro 180 mars 2000 Page 166-167SVM numéro 180 mars 2000 Page 168-169SVM numéro 180 mars 2000 Page 170-171SVM numéro 180 mars 2000 Page 172-173SVM numéro 180 mars 2000 Page 174-175SVM numéro 180 mars 2000 Page 176-177SVM numéro 180 mars 2000 Page 178-179SVM numéro 180 mars 2000 Page 180-181SVM numéro 180 mars 2000 Page 182-183SVM numéro 180 mars 2000 Page 184-185SVM numéro 180 mars 2000 Page 186-187SVM numéro 180 mars 2000 Page 188-189SVM numéro 180 mars 2000 Page 190-191SVM numéro 180 mars 2000 Page 192-193SVM numéro 180 mars 2000 Page 194-195SVM numéro 180 mars 2000 Page 196-197SVM numéro 180 mars 2000 Page 198-199SVM numéro 180 mars 2000 Page 200-201SVM numéro 180 mars 2000 Page 202-203SVM numéro 180 mars 2000 Page 204-205SVM numéro 180 mars 2000 Page 206-207SVM numéro 180 mars 2000 Page 208-209SVM numéro 180 mars 2000 Page 210-211SVM numéro 180 mars 2000 Page 212-213SVM numéro 180 mars 2000 Page 214-215SVM numéro 180 mars 2000 Page 216-217SVM numéro 180 mars 2000 Page 218-219SVM numéro 180 mars 2000 Page 220-221SVM numéro 180 mars 2000 Page 222-223SVM numéro 180 mars 2000 Page 224-225SVM numéro 180 mars 2000 Page 226-227SVM numéro 180 mars 2000 Page 228-229SVM numéro 180 mars 2000 Page 230-231SVM numéro 180 mars 2000 Page 232-233SVM numéro 180 mars 2000 Page 234-235SVM numéro 180 mars 2000 Page 236-237SVM numéro 180 mars 2000 Page 238-239SVM numéro 180 mars 2000 Page 240-241SVM numéro 180 mars 2000 Page 242-243SVM numéro 180 mars 2000 Page 244