SVM n°180 mars 2000
SVM n°180 mars 2000
  • Prix facial : 29 F

  • Parution : n°180 de mars 2000

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 244

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : ADSL... l'Internet à haut débit.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
DOSSIER A la une tation à cinq ans des licences des opérateurs, comme c'est le cas au Canada ; une façon de les contraindre à investir, progressivement, sur tout le territoire. Service universel ? "C'est tout simplement surréaliste ! ", s'exclame-t-on au secrétariat d'Etat à l'Industrie, pour qui la loi française fixe la durée des autorisations à quinze ans et n'a aucune raison d'être modifiée. "Les opérateurs ont besoin de cette stabilité réglementaire pour investir", appuie encore le ministère de PEconomie. Quant au câble, l'autre accès aux hauts débits existant en France, il est lui aussi totalement urbain. Aujourd'hui, seuls 7 millions de foyers sont câblés pour l'Internet, tous concentrés dans les grandes agglomérations et les villes moyennes. Un manque d'infras- tructures, donc, qui complique la tâche des localités dans leur développement économique. Et mêmes angoisses du côté des PME, pour qui l'accès aux hauts débits est une priorité. "Un retard technologique les éliminerait définitivement du commerce e7ectronique martèle Bernard Dupré, de l'Association française des utilisateurs du téléphone et des télécommunications. Le Net, un service universel, comme le téléphone ? C'est ce que plaide depuis longtemps, selon son entourage, Christian Pierret, secrétaire d'Etat à l'Industrie, auprès de la Commission européenne. Sans véritable écho... Car nombreux sont ceux qui pensent que l'équipement en hauts débits se fera tout seul, au gré des lois du marché. Même pour les campagnes ? On aimerait y croire. D.S. Haut débit : Après un plan câble raté, la France n'a plus le droit de se tromper. Et pour rester dans la course aux hauts débits, l'ADSL est un pari à tenir. 11 A EUX MÉGABITS pour tous en l'an 2005", c'est le tout dernier slogan de la Délégation à l'aménagement du territoire et à l'action régionale (Datar). On en est encore bien loin. Et toute la question est de savoir comment l'on peut s'en approcher. Dans la famille des hauts débits, l'ADSL constitue, à ce jour, la der- nière carte que possède la France pour entrer vraiment dans la compétition de l'accès au Réseau. "Nous n'investissons plus dans des infrastructures câblées. Il est plus rentable de proposer l'ADSL à un abonné plutôt que de tirer un câble dans sa localité", explique-t-on à France Télécom. L'Hexagone, très peu câblé comparativement à ses voisins — RETARD FRANÇAIS ADSL et câble, deux entrées sur le marché de l'accès haut débit A l'heure des comptes, la France n'est pas dans le peloton de tête des pays équipés en haut débit. L'espoir réside néanmoins dans une exception nationale l'infrastructure téléphonique. Un réseau bien étendu et de bonne qualité. Ageeeelkimillions d'ordinateurs sont connectés ànternet Piaut mercialisation aux Etats-Unis, seuls 500 000 internautes résidentiels débit -câble et ADSL dans le monde. les taux passent par l'ADSL, malgré un plan de déploiement particulièrement d'abonnement varient fortement d'un pays à l'autre. agressif, allant jusqu'à proposer des lignes gratuites : l'ADSL intéresse déjà : en juin 1999, 65% des ordinateurs étaient reliés aux davantage les entreprises américaines, qui y voient une alternative s-U.4:4 Allemagne, 14% en Espagne, concurrentielle aux liaisons spécialisées. Les dernières estimations pro- e et e Frane, et 1% en italie, selon une étude jettent qu'en 2002 les Etats-Unis compteront 10 millions de lignes Aga menée par, Autorité allemande de régulation à cette période. A elle et 9 millions de connexions par câble. seule, l'Europe détient 1,11 million de modems câble et ADSL. La France fait pâle figure avec seulement 172 00'nectésien En France, on attend.172+000 abonnés à l'Inter aut débit pour haut débit (ADSL et câble confondus). Cependan G pas perdu la fin 2000 et 1 million en 2002 (d'après Salomon S h Barnet). Mais car notre pays possède une infrastructure de qualité : à lui seul, le câble ces abonnés devraien une minorité par ilesinternautes, s'octroie un taux de pénétration de 40% des foyers français. Et le rés4au soit un sur cinq en 2003. Dans cette technologie, comme dans la plupart téléphonique est suffisamment développé pour supporter partout des autres, les Etats-Unis font figure de tête de proue atière d'équi- l'ADSL. Si l'on en croit France Telecom, en effet la couverture ADSL pour- pement des ménages ; le câble, avec 2 millions de f américains rait atteindre 70% de la population française d'ici à cinq ans. Une belle connectés reste, de loi''acçOs préféré. Après deux an es de com- marge de progression. B.P. duc. 60 svra MARS 2000 HTTP://SVM.VNUNET.FR
l'ultime chance européens, n'a donc plus le droit à l'erreur s'il veut conserver des chances de combler son retard technologique (voir encadré). Et l'opérateur historique a, là, un rôle à jouer. Quel opérateur ? Le premier rôle même, puisque France Télécom détient aujourd'hui, à lui seul, la totalité des lignes cuivre du réseau téléphonique et, donc, de l'infrastructure nécessaire au développement de l'ADSL. Mais chez l'opérateur, on ne paraît pas plus concerné que ça : "Nous sommes prêts à déployer l'ADSL massivement... Ce sont nos concurrents qui sont en retard"... Après tout, le service public, ce n'est plus son Une mission de service public en complète déshérence problème. Surtout que, pour ce qui est de l'Internet, la loi de 1996, qui a fixé le code des télécommunications (une extension du code des PTT), reste muette. France Télécom est tenu d'assurer sa mission de service universel en matière de téléphonie (installer des cabines téléphoniques, entretenir un annuaire des abonnés, etc.), mais c'est tout. Alors, qui va se dévouer pour équiper le territoire dans sa totalité ? Quel opérateur sera assez fou pour investir à perte dans les zones rurales ?... Aucun, évidemment. A moins, bien entendu, d'y être par la loi contraint... Mais au niveau gouvernemental, dans les minis- tères et même parmi les associations, personne ne croit en une telle démarche. "L'époque des plans, avec l'argent public, comme celui le cas avec le câble en 1982, est bel et bien révolue ?'explique Bernard Dupré, 6 SECONDES SUFFISENT pour récupérer une petite démonstration du jeu Untral Tournament. Les 320 Ko du fichier sont téléchargés à une vitesse de 49 Ko/s. Un excellent débit. L'OMBRE DU PLAN CÂBLE En 1982, l'Etat demandait à France Télécom de doter le pays d'un accès à hauts débits à l'Internet, avec l'argent public. Ce fut le "plan câble". A la fin des inscriptions, en 1986, il était prévu que 50 sites soient équipés. Une belle idée, qui a laissé un goût d'amertume dans toutes les mémoires. A l'Afutt, pas de doute, ce plan était une "catastrophe". Chez France Télécom, aussi propriétaire de Wanadoo Câble, on nuance les critiques : "Nous avons installé 1,700 million de prises et le câble connaît un taux de pénétration commerciale de 40%. Cela grâce au plan. Sinon, qui aurait investit ? ". Pour autant, le plan reste encore en travers de la gorge de l'opérateur historique : "Ça nous a coûté 20 à 25 milliards de francs, et a généré 18 milliards de francs de pertes". Aujourd'hui, les langues se délient chez France Télécom, et le venin ne demande qu'à sortir : "Rien n'a été fait pour nous aider : lancement en 1984 de Canal +, qui draine les 3 millions de clients potentiels du câble ; lancement de deux chaînes hertziennes (la 5 et la 6) ; coûts d'ingénierie particulièrement élevés... Quant à la dualité d'exploitation entre France Télécom (propriétaire du réseau) et deux entreprises privées, la Lyonnaise des Eaux et NC Numéricâble (chargées de la gestion commerciale), elle a rendu les choses ingérables". Depuis, l'opérateur a ouvert son réseau câblé à la vente. Au secrétariat d'Etat à l'Industrie, on n'est pas mécontent de cette situation. Des erreurs passées qui semblent avoir définitivement convaincu tout le monde que... les plans, plus jamais ! D.S. D Velsen Isee Rews.Send me free e-mail enncoreernents deep PuloéTene.vents,updates, special offers, ard products Select your ope,.tires ovale « I Quine irae for 1.1eMost. 0 OulekTlene for Windows 95/99/NT, Reu,oremer, ter Download QuickTirre 21 SECONDES, un temps de téléchargement moyennement satisfaisant (débit constaté de 18 Ko/s) pour les 380 Ko d'un installettr" de Quich- time. Gestionnaire de téléchargement, à.lfegliMgeteeeg, icheer Et « I mai. I Transféré nee zoo) 15rra 6 71.10 A 36 9 Mo, 33 6o/sec 01111.11MMISS.1111 11 mlnU1s 169 60 de 380 Ko, 18 Ko/sec SVM MARS 2 0 0 0 HTTP://SVM.VNUNET.FR 61



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 180 mars 2000 Page 1SVM numéro 180 mars 2000 Page 2-3SVM numéro 180 mars 2000 Page 4-5SVM numéro 180 mars 2000 Page 6-7SVM numéro 180 mars 2000 Page 8-9SVM numéro 180 mars 2000 Page 10-11SVM numéro 180 mars 2000 Page 12-13SVM numéro 180 mars 2000 Page 14-15SVM numéro 180 mars 2000 Page 16-17SVM numéro 180 mars 2000 Page 18-19SVM numéro 180 mars 2000 Page 20-21SVM numéro 180 mars 2000 Page 22-23SVM numéro 180 mars 2000 Page 24-25SVM numéro 180 mars 2000 Page 26-27SVM numéro 180 mars 2000 Page 28-29SVM numéro 180 mars 2000 Page 30-31SVM numéro 180 mars 2000 Page 32-33SVM numéro 180 mars 2000 Page 34-35SVM numéro 180 mars 2000 Page 36-37SVM numéro 180 mars 2000 Page 38-39SVM numéro 180 mars 2000 Page 40-41SVM numéro 180 mars 2000 Page 42-43SVM numéro 180 mars 2000 Page 44-45SVM numéro 180 mars 2000 Page 46-47SVM numéro 180 mars 2000 Page 48-49SVM numéro 180 mars 2000 Page 50-51SVM numéro 180 mars 2000 Page 52-53SVM numéro 180 mars 2000 Page 54-55SVM numéro 180 mars 2000 Page 56-57SVM numéro 180 mars 2000 Page 58-59SVM numéro 180 mars 2000 Page 60-61SVM numéro 180 mars 2000 Page 62-63SVM numéro 180 mars 2000 Page 64-65SVM numéro 180 mars 2000 Page 66-67SVM numéro 180 mars 2000 Page 68-69SVM numéro 180 mars 2000 Page 70-71SVM numéro 180 mars 2000 Page 72-73SVM numéro 180 mars 2000 Page 74-75SVM numéro 180 mars 2000 Page 76-77SVM numéro 180 mars 2000 Page 78-79SVM numéro 180 mars 2000 Page 80-81SVM numéro 180 mars 2000 Page 82-83SVM numéro 180 mars 2000 Page 84-85SVM numéro 180 mars 2000 Page 86-87SVM numéro 180 mars 2000 Page 88-89SVM numéro 180 mars 2000 Page 90-91SVM numéro 180 mars 2000 Page 92-93SVM numéro 180 mars 2000 Page 94-95SVM numéro 180 mars 2000 Page 96-97SVM numéro 180 mars 2000 Page 98-99SVM numéro 180 mars 2000 Page 100-101SVM numéro 180 mars 2000 Page 102-103SVM numéro 180 mars 2000 Page 104-105SVM numéro 180 mars 2000 Page 106-107SVM numéro 180 mars 2000 Page 108-109SVM numéro 180 mars 2000 Page 110-111SVM numéro 180 mars 2000 Page 112-113SVM numéro 180 mars 2000 Page 114-115SVM numéro 180 mars 2000 Page 116-117SVM numéro 180 mars 2000 Page 118-119SVM numéro 180 mars 2000 Page 120-121SVM numéro 180 mars 2000 Page 122-123SVM numéro 180 mars 2000 Page 124-125SVM numéro 180 mars 2000 Page 126-127SVM numéro 180 mars 2000 Page 128-129SVM numéro 180 mars 2000 Page 130-131SVM numéro 180 mars 2000 Page 132-133SVM numéro 180 mars 2000 Page 134-135SVM numéro 180 mars 2000 Page 136-137SVM numéro 180 mars 2000 Page 138-139SVM numéro 180 mars 2000 Page 140-141SVM numéro 180 mars 2000 Page 142-143SVM numéro 180 mars 2000 Page 144-145SVM numéro 180 mars 2000 Page 146-147SVM numéro 180 mars 2000 Page 148-149SVM numéro 180 mars 2000 Page 150-151SVM numéro 180 mars 2000 Page 152-153SVM numéro 180 mars 2000 Page 154-155SVM numéro 180 mars 2000 Page 156-157SVM numéro 180 mars 2000 Page 158-159SVM numéro 180 mars 2000 Page 160-161SVM numéro 180 mars 2000 Page 162-163SVM numéro 180 mars 2000 Page 164-165SVM numéro 180 mars 2000 Page 166-167SVM numéro 180 mars 2000 Page 168-169SVM numéro 180 mars 2000 Page 170-171SVM numéro 180 mars 2000 Page 172-173SVM numéro 180 mars 2000 Page 174-175SVM numéro 180 mars 2000 Page 176-177SVM numéro 180 mars 2000 Page 178-179SVM numéro 180 mars 2000 Page 180-181SVM numéro 180 mars 2000 Page 182-183SVM numéro 180 mars 2000 Page 184-185SVM numéro 180 mars 2000 Page 186-187SVM numéro 180 mars 2000 Page 188-189SVM numéro 180 mars 2000 Page 190-191SVM numéro 180 mars 2000 Page 192-193SVM numéro 180 mars 2000 Page 194-195SVM numéro 180 mars 2000 Page 196-197SVM numéro 180 mars 2000 Page 198-199SVM numéro 180 mars 2000 Page 200-201SVM numéro 180 mars 2000 Page 202-203SVM numéro 180 mars 2000 Page 204-205SVM numéro 180 mars 2000 Page 206-207SVM numéro 180 mars 2000 Page 208-209SVM numéro 180 mars 2000 Page 210-211SVM numéro 180 mars 2000 Page 212-213SVM numéro 180 mars 2000 Page 214-215SVM numéro 180 mars 2000 Page 216-217SVM numéro 180 mars 2000 Page 218-219SVM numéro 180 mars 2000 Page 220-221SVM numéro 180 mars 2000 Page 222-223SVM numéro 180 mars 2000 Page 224-225SVM numéro 180 mars 2000 Page 226-227SVM numéro 180 mars 2000 Page 228-229SVM numéro 180 mars 2000 Page 230-231SVM numéro 180 mars 2000 Page 232-233SVM numéro 180 mars 2000 Page 234-235SVM numéro 180 mars 2000 Page 236-237SVM numéro 180 mars 2000 Page 238-239SVM numéro 180 mars 2000 Page 240-241SVM numéro 180 mars 2000 Page 242-243SVM numéro 180 mars 2000 Page 244