SVM n°180 mars 2000
SVM n°180 mars 2000
  • Prix facial : 29 F

  • Parution : n°180 de mars 2000

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 244

  • Taille du fichier PDF : 235 Mo

  • Dans ce numéro : ADSL... l'Internet à haut débit.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
ACTUALITÉS L'enquête CONTRE-ESPIONNAGE INDUSTRIEL Pour lutter contre l'espionnage technologique, la DST sort de l'ombre. Objectif : armer les entreprises françaises pour mener fle la guerre économique qui bat son plein. PAR LAURE DUMONT CERTES, CE PC ÉTAIT dépassé : 3 000 F à l'Argus à tout casser. Mais son disque dur comprenait les derniers développements d'un programme maison, soit trois années de programmation. Le vieux micro a été volé. Résultat, une perte sèche de 300 000 F pour l'entreprise propriétaire. Il y a aussi cette PME provinciale qui avait développé un logiciel totalement inédit, sans avoir eu les moyens de déposer un brevet. Juste avant de s'attaquer au marché américain, ses dirigeants ont découvert que "leur" concept venait tout juste d'être commercialisé par un géant américain du logiciel. Et puis il y a cet ingénieur, parti pour affaires en Asie, qui a constaté pendant son voyage de retour en avion que le disque dur de son portable avait été copié au cours de la seule soirée de son séjour où il s'en était séparé. Mal remonté par les pirates, le disque a tout simplement brûlé dès la mise en route du PC. A la DST (Direction de la surveillance du territoire), des histoires comme celles-ci, qui relèvent toutes de l'espionnage technologique, on en connaît à la pelle. Et des dizaines de policiers, disséminés dans la France entière, y consacrent tout leur temps et la plus minutieuse attention au sein du service de sécurité économique active. Créé en 1950, en pleine guerre froide, ce 24 SVM Une guerre complexe des alliances et concurrences service était à l'origine venu s'inscrire en complément du contreespionnage classique pour protéger des secteurs stratégiques tels que l'armement et l'aéronautique. Depuis, le mur de Berlin est tombé, mais une nouvelle guerre fait rage.. économique celle-là. Ce conflit d'un nouveau genre, Pascal Lointier, responsable de la commission "Menaces" au Clusif (Club de la sécurité des systèmes d'information français) l'a baptisé "L'info guerre", dans son dernier ouvrage*. Car c'est précisément grâce et à cause des systèmes d'information qu'elle se déploie, avec une vitesse et une inventivité fulgurantes. MARS 2000 HTTP://SVM.VNUNET.FR
La menace est-elle si préoccupante ? Justifie-t-elle une paranoïa qui tend à rappeler les heures les plus sombres de la guerre froide ? Une perte de 10 milliards de francs ? D'après le dernier rapport du Clusif sur le sujet, datant de 1996, l'espionnage économique progresse de manière significative. Ses conséquences représentaient déjà, à l'époque, une perte de 1,1 milliard de francs pour les entreprises françaises. Et encore, cette somme n'est que la partie émergée de l'iceberg, puisque la plupart des victimes d'espionnage ou de vols technologiques cachent ces attaques et leurs conséquences, de peur de nuire à leur propre image. Selon la DST, le véritable coût de ces manipulations frauduleuses pourrait être dix fois supérieur au chiffre annoncé par le Clusif. Face à ces atteintes aux "intérêts fondamentaux de la nation", et en partie désoeuvrée par la fin des grandes guerres idéologiques, la DST a décidé de prendre le patrimoine économique sous son aile. POURQUOI LA DST SE MET À TABLE p, AR DÉFINITION, la culture de notre métier ne nous portait pas particulièrement à la communication", commente un commissaire de la DST. Et pour cause. En principe, le contre-espionnage se tiltifait dans le secret et en SVM MARS 2 0 0 0 HTTP//SVM VNUNET.FR "Chaque année, 60% des agressions contre la France sont concentrées sur les domaines technologiques, scientifiques et industriels", y explique-t-on. Mais c'est une guerre complexe :'Nos alliés politiques sont maintenant nos concurrents économiques, indique Isabelle Rolland, commissaire de po- cachette. Alors, que se passe-t-il au contre-espionnage ? "Les enjeux et l'ampleur de l'espionnage technologique nous poussent à parler. On ne peut pas faire de la prévention auprès des entreprises françaises sans avoir un discours clair et ouvert sur le sujet." Y compris auprès de la presse ? "Oui, c'est le dernier bastion qui est en train de tomber" Pour le service de protection du patrimoine, tout au moins. Les autres services de la DST, eux, garderont le silence. 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 180 mars 2000 Page 1SVM numéro 180 mars 2000 Page 2-3SVM numéro 180 mars 2000 Page 4-5SVM numéro 180 mars 2000 Page 6-7SVM numéro 180 mars 2000 Page 8-9SVM numéro 180 mars 2000 Page 10-11SVM numéro 180 mars 2000 Page 12-13SVM numéro 180 mars 2000 Page 14-15SVM numéro 180 mars 2000 Page 16-17SVM numéro 180 mars 2000 Page 18-19SVM numéro 180 mars 2000 Page 20-21SVM numéro 180 mars 2000 Page 22-23SVM numéro 180 mars 2000 Page 24-25SVM numéro 180 mars 2000 Page 26-27SVM numéro 180 mars 2000 Page 28-29SVM numéro 180 mars 2000 Page 30-31SVM numéro 180 mars 2000 Page 32-33SVM numéro 180 mars 2000 Page 34-35SVM numéro 180 mars 2000 Page 36-37SVM numéro 180 mars 2000 Page 38-39SVM numéro 180 mars 2000 Page 40-41SVM numéro 180 mars 2000 Page 42-43SVM numéro 180 mars 2000 Page 44-45SVM numéro 180 mars 2000 Page 46-47SVM numéro 180 mars 2000 Page 48-49SVM numéro 180 mars 2000 Page 50-51SVM numéro 180 mars 2000 Page 52-53SVM numéro 180 mars 2000 Page 54-55SVM numéro 180 mars 2000 Page 56-57SVM numéro 180 mars 2000 Page 58-59SVM numéro 180 mars 2000 Page 60-61SVM numéro 180 mars 2000 Page 62-63SVM numéro 180 mars 2000 Page 64-65SVM numéro 180 mars 2000 Page 66-67SVM numéro 180 mars 2000 Page 68-69SVM numéro 180 mars 2000 Page 70-71SVM numéro 180 mars 2000 Page 72-73SVM numéro 180 mars 2000 Page 74-75SVM numéro 180 mars 2000 Page 76-77SVM numéro 180 mars 2000 Page 78-79SVM numéro 180 mars 2000 Page 80-81SVM numéro 180 mars 2000 Page 82-83SVM numéro 180 mars 2000 Page 84-85SVM numéro 180 mars 2000 Page 86-87SVM numéro 180 mars 2000 Page 88-89SVM numéro 180 mars 2000 Page 90-91SVM numéro 180 mars 2000 Page 92-93SVM numéro 180 mars 2000 Page 94-95SVM numéro 180 mars 2000 Page 96-97SVM numéro 180 mars 2000 Page 98-99SVM numéro 180 mars 2000 Page 100-101SVM numéro 180 mars 2000 Page 102-103SVM numéro 180 mars 2000 Page 104-105SVM numéro 180 mars 2000 Page 106-107SVM numéro 180 mars 2000 Page 108-109SVM numéro 180 mars 2000 Page 110-111SVM numéro 180 mars 2000 Page 112-113SVM numéro 180 mars 2000 Page 114-115SVM numéro 180 mars 2000 Page 116-117SVM numéro 180 mars 2000 Page 118-119SVM numéro 180 mars 2000 Page 120-121SVM numéro 180 mars 2000 Page 122-123SVM numéro 180 mars 2000 Page 124-125SVM numéro 180 mars 2000 Page 126-127SVM numéro 180 mars 2000 Page 128-129SVM numéro 180 mars 2000 Page 130-131SVM numéro 180 mars 2000 Page 132-133SVM numéro 180 mars 2000 Page 134-135SVM numéro 180 mars 2000 Page 136-137SVM numéro 180 mars 2000 Page 138-139SVM numéro 180 mars 2000 Page 140-141SVM numéro 180 mars 2000 Page 142-143SVM numéro 180 mars 2000 Page 144-145SVM numéro 180 mars 2000 Page 146-147SVM numéro 180 mars 2000 Page 148-149SVM numéro 180 mars 2000 Page 150-151SVM numéro 180 mars 2000 Page 152-153SVM numéro 180 mars 2000 Page 154-155SVM numéro 180 mars 2000 Page 156-157SVM numéro 180 mars 2000 Page 158-159SVM numéro 180 mars 2000 Page 160-161SVM numéro 180 mars 2000 Page 162-163SVM numéro 180 mars 2000 Page 164-165SVM numéro 180 mars 2000 Page 166-167SVM numéro 180 mars 2000 Page 168-169SVM numéro 180 mars 2000 Page 170-171SVM numéro 180 mars 2000 Page 172-173SVM numéro 180 mars 2000 Page 174-175SVM numéro 180 mars 2000 Page 176-177SVM numéro 180 mars 2000 Page 178-179SVM numéro 180 mars 2000 Page 180-181SVM numéro 180 mars 2000 Page 182-183SVM numéro 180 mars 2000 Page 184-185SVM numéro 180 mars 2000 Page 186-187SVM numéro 180 mars 2000 Page 188-189SVM numéro 180 mars 2000 Page 190-191SVM numéro 180 mars 2000 Page 192-193SVM numéro 180 mars 2000 Page 194-195SVM numéro 180 mars 2000 Page 196-197SVM numéro 180 mars 2000 Page 198-199SVM numéro 180 mars 2000 Page 200-201SVM numéro 180 mars 2000 Page 202-203SVM numéro 180 mars 2000 Page 204-205SVM numéro 180 mars 2000 Page 206-207SVM numéro 180 mars 2000 Page 208-209SVM numéro 180 mars 2000 Page 210-211SVM numéro 180 mars 2000 Page 212-213SVM numéro 180 mars 2000 Page 214-215SVM numéro 180 mars 2000 Page 216-217SVM numéro 180 mars 2000 Page 218-219SVM numéro 180 mars 2000 Page 220-221SVM numéro 180 mars 2000 Page 222-223SVM numéro 180 mars 2000 Page 224-225SVM numéro 180 mars 2000 Page 226-227SVM numéro 180 mars 2000 Page 228-229SVM numéro 180 mars 2000 Page 230-231SVM numéro 180 mars 2000 Page 232-233SVM numéro 180 mars 2000 Page 234-235SVM numéro 180 mars 2000 Page 236-237SVM numéro 180 mars 2000 Page 238-239SVM numéro 180 mars 2000 Page 240-241SVM numéro 180 mars 2000 Page 242-243SVM numéro 180 mars 2000 Page 244