SVM n°18 juin 1985
SVM n°18 juin 1985
  • Prix facial : 16 F

  • Parution : n°18 de juin 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 188

  • Taille du fichier PDF : 195 Mo

  • Dans ce numéro : l'amour par Minitel / l'Amstrad CPC 664 enfin un ordinateur à prix réaliste.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 84 - 85  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
84 85
850 F.) Le Lisp Development Kit de Metacomco (850 F) est une version de ce langage d'intelligence artificielle dotée de nombreuses primitives. En particulier, elle dispose de toute une panoplie d'instructions graphiques, dont une série d'instructions » tortue » qui accentue encore l'air de famille qu'il y a entre ces deux langages. Dérivé du Lisp du BBC, le Lisp du QL a été très étendu. Outre les fonctions graphiques, il existe en particulier une bibliothèque complète de fonctions d'entréessorties permettant de traiter des données sur microdrive, d'enchaîner des expressions lues sur une microcassette, de gérer les fenétres... La taille mémoire disponible pour la pile du langage est raisonnable (52 Ko) et les performances de l'interpréteur sont honorables. Il est possible d'exécuter en même temps un programme SuperBasic et l'interpréteur Lisp, ou encore le Lisp et l'inévitable éditeur Metacomco qui est une fois de plus fourni avec ce langage. Il manque quelques primitives évoluées, comme les macros, pour égaler les Lisp de dernière génération ; mais vous aurez de quoi faire avant d'en épuiser toutes les possibilités. mdvljunoi,pos procedure doundisc (var f : text ; discno, pos const toppos = 6 ; vs-'currpos, topos : integer ; begin currpos : = tcleors ; topos : = toppirt + pol.ehe - discheigh Lei 1. e currpos topos do begin neudisc (f, discra, orrpos) ; aimes currpos + 1 ; neudisc (f, discno, cixryx,s+disd7eight-1 end ; beep (16+(discno+.1)1[8,8,8,588,8,8,8,8 end ; procedure pondis, : (n disc ; from, tto : int Computer mne asca t Touers of Hanoi Puzzle, rel pet et ■ 2 Reloue error text,) or ten, frompos, topos, space, i : tnteger ch : char ; Selection : t 4 or Digit I Execute : enter I Return to Editor : Fi - I : I. Lood hie Sa...4E a'sting Le système Pascal de Computer One est un environnement complet éditeur et compilateur, surtout destiné à l'initiation... L'APL est un langage très puissant que l'on a peu l'habitude de voir sur les micro-ordinateurs personnels, et encore moins sur ceux de la gamme de prix du QL. L'APL pour QL de Micro APL est probablement unique dans cette catégorie. Cela est d'autant plus remarquable qu'il ne s'agit pas d'une version édulcorée du langage, mais d'une forme assez complète... L'APL classique utilise un tas de symboles particuliers et de lettres grecques pour représenter ses opérateurs. Dans le QL/APL, ceux-ci ont été remplacés par des mots clés, qui n'exigent pas un clavier spécial. Par exemple, l'opérateur de structuration, classiquement représenté par la lettre grecque p a été remplacé par le mot clé » Size ». La principale limitation de cet APL est la place mémoire laissée à l'utilisateur. En effet, l'interpréteur APL occupe une place très importante, répartie entre une mémoire morte enfichable et la mémoire vive. L'espace restant à l'utilisateur n'est plus que de 25 Ko environ, ce qui est peu pour certaines applications dans ce langage. Ce système donnera donc toute sa mesure sur un QL doté d'une extension mémoire. Il faut citer également au crédit de QL/APL sa volumineuse documentation (en anglais) très complète, à la fois pratique et didactique. Enfin, comme la plupart des langages sur le QL, APL permet d'accéder au graphisme de la machine, non sans quelques efforts, il est vrai. Si vous souhaitez découvrir APL, QL/APL est certainement un bon choix. fie quittons pas ce chapitre sans mentionner un remarquable utilitaire pour les programmeurs, le QL Toolkit, à 280 F seulement. Il enrichit le Basic et le QDOS de précieuses routines : contrôle du multitâches à partir du Basic, accès direct, » pipes » empruntés à Unix Le Pascal accède au graphisme du QL. QL Chess de Psion, un champion par son niveau de jeu et sa qualité graphique. qui permettent d'alimenter un programme quelconque avec le résultat d'un autre, etc. Retard sur les jeux Encore peu nombreux, les jeux sont, pour la plupart, sérieux et de qualité ainsi que l'illustre fort bien QL Chess de Psion (350 F) dont nous avons décrit le match contre Sargon III sur Macintosh dans » SVM n°16. Ce programme est remarquable par son niveau de jeu et ses qualités graphiques. De plus, il est fidèle à la présentation des quatre logiciels Psion de base, ce qui facilite la maîtrise des nombreuses options. Dans le domaine des jeux de réflexion, CP Software propose un programme de bridge qui, bien qu'écrit en SuperBasic, est assez performant et constitue un bon moyen de s'initier. Son principal défaut est d'utiliser un système d'enchère dit » La longue », auquel on préfère aujourd'hui la majeure cinquième », Bridge sera bientôt disponible en France. En Angleterre, la firme Talent Software propose deux jeux d'aventure en texte » The lost kingdom of Zkul » et » West », réputés très complexes. Il faudra attendre la rentrée pour avoir des aventures en français. Le plus spectaculaire des utilitaires, Qraphi QL, de Talent Software, devrait être disponible en France vers la fin du mois de juin. Il crée des images qui peuvent ensuite être utilisées dans n'importe quel programme, Super Basic ou autre. Graphi QL fonctionne en mode basse résolution (256 x 256 pixels en 8 couleurs) et est doté de toutes les fonctions classiques d'un éditeur graphique : tracé de points, de droites, de cercles et d'ellipses, coloriage de contours, mode loupe, » coupercoller » sur des fragments du dessin. Il est possible de jongler avec les couleurs, de les intervertir ou de les mélanger, de changer la couleur d'un contour. Plus étonnante encore, la possibilité de définir une trame de coloriage. On peut ainsi peindre à rayures, en écossais ou avec un fond de petits coeurs. Depuis sa sortie en Angleterre, le QL a vu sa gamme de périphériques se développer, essentiellement par le fait de constructeurs indépendants. On trouve surtout des lecteurs de disquettes et des extensions mémoire. La politique de l'importateur français est de privilégier des solutions françaises. Ainsi, c'est Jasmin, jadis constructeur d'un lecteur de disquettes pour Oric, qui devrait fournir un 84 SCIENCE et VIE MICRO N°18 -JUIN 1985
lecteur 3 1/2 pouces pour le QL, d'une capacité de 500 Ko formatés et pour 3 500 F environ. Disponibilité prévue : en juin. Direcoenvisage également une solution française pour l'affichage, avec un moniteur couleur anti-reflets Océanic habillé spécialement pour le QL. Il est également question d'une solution économique avec un moniteur noir et blanc Telic, type Minitel, pour moins de 900 F. Côté imprimantes, les sorties RS 232 C permettent de raccorder à peu près n'importe quoi, à condition de vous procurer le cordon Sinclair adapté (195 F). Si vous avez une imprimante à sortie Centronics, il existe une interface qui se branche entre la sortie série du QL et l'imprimante. Il est important de remarquer que de nombreux programmes sont prévus pour une Epson de la série 80, en particulier tous ceux qui effectuent des recopies d'écran graphique (Easel ou Graphi QL). Plus typiquement français, un ensemble d'émulation Minitel est en cours de réalisation. Il comprend un logiciel et une interface se connectant sur la prise péri-informatique du Minitel. L'ensemble devrait avoisiner les 1 500 F. Seule ombre dans ce panorama, les extensions mémoire, qui, elles, seront importées d'Angleterre. Il s'agit de celles distribuées par la Société Quest et qui couvrent la gamme 64 Ko à 512 Ko, mais qui ne sont malheureusement pas disponibles pour l'instant. Du côté de chez Sinclair, on annonce une mémoire de masse de 512 Ko sur wafer ces plaquettes de circuits intégrés, sans qu'aucune date ne soit avancée. Grâce à une alimentation permanente par accumulateurs qui conserverait les données, ce type de mé- MICRODRIVE : EN PROGRÈS Notre premier banc d'essai du QL (SVM n°12) avait révélé une fiabilité désastreuse des premiers microdrive : au bout de 60 à 120 cycles d'écriture, lecture puis effacement d'un fichier de 50 Ko, soit une à deux heures de fonctionnement continu, les microcassettes devenaient impossibles à formater. La machine testée et ses microcassettes avaient été achetées en octobre dernier dans une boutique anglaise. Nous avons fait subir le méme test à la méme machine, mais avec des microcassettes plus récentes, achetées en avril dernier. Elles ont résisté 5 à 10 fois plus longtemps : plus de 10 heures, soit 600 cycles. Il semble donc bien que la fabrication des cassettes elle-méme a été améliorée. Le progrès est réel. Mais la fiabilité des microdrive n'est pas encore comparable à celle des disquettes, d'autant que des zones d'ombre subsistent. Il semble, par exemple, que l'inactivité prolongée soit néfaste aux microcassettes. Ainsi, les quatre logiciels fournis avec notre QL ont refusé de se charger après quelques mois de stockage. Heureusement, nous avons pu les recopier. Avec Graphi QL de Talent Software, on peut créer des images réutilisables en Basic. moire remplacerait le disque dur, qui semble pour l'instant oublié. Pas de nouvelles non plus des unités de microdive additionnels, ce qui n'est guère étonnant étant donné les réserves suscitées par ce type de stockage. Ces microdrive additionnels seront avantageusement remplacés par les lecteurs de disquettes, d'autant que ceux-ci sont entièrement compatibles avec le QDOS, et que de nombreux logiciels sont déjà prévus pour étre transférés sur disquette. La qualité et les performances des quelques logiciels aujourd'hui disponibles pour le QL mettent en valeur les possibilités de cette machine étonnante. Etant donné son prix modique, elle devrait se tailler un certain succès parmi la clientèle des étudiants et des lycéens avertis. Pour environ 7 000 F, on dispose d'une machine dotée d'un microprocesseur parmi les plus puissants du marché et d'une capacité mémoire au-dessus du lot des machines familiales qui rentrent traditionnelle- car IMMO ! ASIR. ERRIBIR 1111111111 1 al URRIMMI Ogfir4 =BI Le logiciel de bridge est écrit en Basic mais constitue un bon système d'apprentissage. ment dans cette gamme de prix. Pour ce qui concerne l'utilisation professionnelle du QL, la principale pierre d'achoppement était les microdrive. Les choses se sont aujourd'hui améliorées (voir notre article). Les microdive sont donc un bon compromis performan- ces/prix, d'autant que le prix des microcassettes est passé de 79 F à 39 F ; mais ils ne peuvent prétendre soutenir une utilisation professionnelle intensive. Il faudra donc attendre le lecteur de disquettes 3 1/2 pouces annoncé, sur lequel beaucoup de choses vont reposer. La qualité des logiciels Psion livrés avec le QL constituerait alors un argument important en sa faveur. Le prix d'une configuration minimale avec imprimante (QL+câble Peritel + imprimante Epson RX 80 avec interface RS232 C et câble) se situe autour de 11 500 F. Si vous voulez un moniteur couleur, cela vous coûtera 14 300 F. Lorsque le lecteur de disquettes sera disponible, cela donnera une configuration complète avec logiciels pour environ 18 000 F TTC (QL, imprimante, moniteur couleur, lecteur de disquettes). C'est un prix très compétitif dans le marché de la petite informatique professionnelle, si on le compare par exemple au prix d'une configuration équivalente pour un Apple Ilc dont les possibilités intrinsèques sont loin de valoir celles du QL. Il serait dommage que les erreurs des débuts et les espoirs trop longtemps insatisfaits éloigent du QL le succès qu'il mérite. Il serait dommage aussi que son aspect un peu amateur et le tapage fait par ses concurrents plus récents fassent oublier ses qualités en bien des points inégalées. N'oublions pas que le Macintosh est près de quatre fois plus cher. N'oublions pas que l'annonce de l'Atari ST ne vaut pour l'instant que ce que valent les promesses. N'oublions pas non plus que l'Amstrad CPC 664 - sûrement son adversaire le plus redoutable sur le créneau des artisans, commerçants, petites applications professionnelles - est certes beaucoup moins cher, mais que ses seuls logiciels capables de rivaliser avec ceux du QL, les logiciels Micropro, coûtent davantage que l'ordinateur luiméme... Frédéric NEUVILLE Petros GONDICAS SCIENCE & VIE MICRO N°18 - JUIN 1985 85



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 18 juin 1985 Page 1SVM numéro 18 juin 1985 Page 2-3SVM numéro 18 juin 1985 Page 4-5SVM numéro 18 juin 1985 Page 6-7SVM numéro 18 juin 1985 Page 8-9SVM numéro 18 juin 1985 Page 10-11SVM numéro 18 juin 1985 Page 12-13SVM numéro 18 juin 1985 Page 14-15SVM numéro 18 juin 1985 Page 16-17SVM numéro 18 juin 1985 Page 18-19SVM numéro 18 juin 1985 Page 20-21SVM numéro 18 juin 1985 Page 22-23SVM numéro 18 juin 1985 Page 24-25SVM numéro 18 juin 1985 Page 26-27SVM numéro 18 juin 1985 Page 28-29SVM numéro 18 juin 1985 Page 30-31SVM numéro 18 juin 1985 Page 32-33SVM numéro 18 juin 1985 Page 34-35SVM numéro 18 juin 1985 Page 36-37SVM numéro 18 juin 1985 Page 38-39SVM numéro 18 juin 1985 Page 40-41SVM numéro 18 juin 1985 Page 42-43SVM numéro 18 juin 1985 Page 44-45SVM numéro 18 juin 1985 Page 46-47SVM numéro 18 juin 1985 Page 48-49SVM numéro 18 juin 1985 Page 50-51SVM numéro 18 juin 1985 Page 52-53SVM numéro 18 juin 1985 Page 54-55SVM numéro 18 juin 1985 Page 56-57SVM numéro 18 juin 1985 Page 58-59SVM numéro 18 juin 1985 Page 60-61SVM numéro 18 juin 1985 Page 62-63SVM numéro 18 juin 1985 Page 64-65SVM numéro 18 juin 1985 Page 66-67SVM numéro 18 juin 1985 Page 68-69SVM numéro 18 juin 1985 Page 70-71SVM numéro 18 juin 1985 Page 72-73SVM numéro 18 juin 1985 Page 74-75SVM numéro 18 juin 1985 Page 76-77SVM numéro 18 juin 1985 Page 78-79SVM numéro 18 juin 1985 Page 80-81SVM numéro 18 juin 1985 Page 82-83SVM numéro 18 juin 1985 Page 84-85SVM numéro 18 juin 1985 Page 86-87SVM numéro 18 juin 1985 Page 88-89SVM numéro 18 juin 1985 Page 90-91SVM numéro 18 juin 1985 Page 92-93SVM numéro 18 juin 1985 Page 94-95SVM numéro 18 juin 1985 Page 96-97SVM numéro 18 juin 1985 Page 98-99SVM numéro 18 juin 1985 Page 100-101SVM numéro 18 juin 1985 Page 102-103SVM numéro 18 juin 1985 Page 104-105SVM numéro 18 juin 1985 Page 106-107SVM numéro 18 juin 1985 Page 108-109SVM numéro 18 juin 1985 Page 110-111SVM numéro 18 juin 1985 Page 112-113SVM numéro 18 juin 1985 Page 114-115SVM numéro 18 juin 1985 Page 116-117SVM numéro 18 juin 1985 Page 118-119SVM numéro 18 juin 1985 Page 120-121SVM numéro 18 juin 1985 Page 122-123SVM numéro 18 juin 1985 Page 124-125SVM numéro 18 juin 1985 Page 126-127SVM numéro 18 juin 1985 Page 128-129SVM numéro 18 juin 1985 Page 130-131SVM numéro 18 juin 1985 Page 132-133SVM numéro 18 juin 1985 Page 134-135SVM numéro 18 juin 1985 Page 136-137SVM numéro 18 juin 1985 Page 138-139SVM numéro 18 juin 1985 Page 140-141SVM numéro 18 juin 1985 Page 142-143SVM numéro 18 juin 1985 Page 144-145SVM numéro 18 juin 1985 Page 146-147SVM numéro 18 juin 1985 Page 148-149SVM numéro 18 juin 1985 Page 150-151SVM numéro 18 juin 1985 Page 152-153SVM numéro 18 juin 1985 Page 154-155SVM numéro 18 juin 1985 Page 156-157SVM numéro 18 juin 1985 Page 158-159SVM numéro 18 juin 1985 Page 160-161SVM numéro 18 juin 1985 Page 162-163SVM numéro 18 juin 1985 Page 164-165SVM numéro 18 juin 1985 Page 166-167SVM numéro 18 juin 1985 Page 168-169SVM numéro 18 juin 1985 Page 170-171SVM numéro 18 juin 1985 Page 172-173SVM numéro 18 juin 1985 Page 174-175SVM numéro 18 juin 1985 Page 176-177SVM numéro 18 juin 1985 Page 178-179SVM numéro 18 juin 1985 Page 180-181SVM numéro 18 juin 1985 Page 182-183SVM numéro 18 juin 1985 Page 184-185SVM numéro 18 juin 1985 Page 186-187SVM numéro 18 juin 1985 Page 188