SVM n°18 juin 1985
SVM n°18 juin 1985
  • Prix facial : 16 F

  • Parution : n°18 de juin 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 188

  • Taille du fichier PDF : 195 Mo

  • Dans ce numéro : l'amour par Minitel / l'Amstrad CPC 664 enfin un ordinateur à prix réaliste.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 80 - 81  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
80 81
SSAI COMPLE LE MONDE Après un an et demi de promesses déçues, le Sinclair QL fait son entrée en vraie grandeur sur le marché français. Le clavier, les logiciels d'origine et les manuels sont entièrement adaptés à notre langue ; les défauts de la première heure ont été largement corrigés ; un programme soutenu de commercialisation de logiciels supplémentaires et de périphériques commence à porter ses fruits. Cet ordinateur de 7 000 F'TTC seulement, à la technologie avancée (il fait partie des presque 32 bits », comme le Macintosh d'Apple), est aujourd'hui l'une des seules solutions sérieuses dans la catégorie semi-professionnelle. Il est temps pour nous de porter un second regard approfondi sur cette machine et son environnement, poursuivant ainsi une nouvelle rubrique inaugurée le mois dernier avec• Le monde de l'Amstrad DU SINCLAIR LE SINCLAIR QL ÉTAIT DÉJÀ DISPONIble en France depuis décembre dernier. Trois à quatre mille exemplaires de cette première version à toucher le sol français ont été vendus, dont 2 000 seulement par l'importateur officiel, Direco ; la diffusion volontairement restreinte, l'absence d'adaptation au français et l'attente d'une version plus performante ont freiné les choses. Aujourd'hui, la machine fait une seconde entrée, et par la grande porte. Les manuels, le clavier et les écrans des logiciels compris dans le prix (traitement de texte, gestionnaire de fichiers, tableur et traceur de graphiques) sont désormais francisés, ce qui est la moindre des choses pour un ordinateur à prétentions professionnelles. Mais ce n'est pas tout. La fiabilité des deux microdrive, minuscules lecteurs de microcassettes à bande magnétique sans fin remplaçant les disquettes, a été accrue. Le Basic et le système d'exploitation ont subi quelques améliorations. Les performances des quatre logiciels d'origine sont notablement meilleu- Un départ prometteur Photos THIERRY MORIN VERSION FRANÇAISE 80 SCIENCE & VIE MICRO N°18 - JUIN 1985
res. Une gamme complète de périphériques est en cours de commercialisation, pour lesquels l'importateur Direcoa fait en partie appel à des industriels français qui ont adapté des équipements existants. Il faut saluer ce rôle actif du représentant français de Sinclair, pas si fréquent, qui dénote une volonté certaine de soutenir les acheteurs du QL. Notons qu'un des premiers périphériques à être vendus sera un lecteur de disquettes, ce qui renforce l'orientation professionnelle de l'ordinateur, et prend en compte les critiques formulées à l'égard des microdrive. Côté logiciels, le tableau est moins rose. Certes, les quatre modules fournis couvrent une grande partie des besoins professionnels. Certes, les éditeurs anglais proposent une gamme étonnante de langages, dont un grand nombre doit être commercialisé en France ; on y trouve des outils aussi inhabituels sur des machines de ce prix que le C ou l'APL ; et ce ne sont pas que des langages d'initiation, on y trouve de véritables outils pouvant servir au programmeur professionnel. Le QL montre bien là l'un de ses principaux visages, celui d'une machine très technique, propre à séduire les amoureux de l'informatique. Reste que les éditeurs anglais ont quelque peu traîné à mettre au point jeux, logiciels horizontaux et autres programmes plus utiles au profane, notamment à cause des difficultés posées par la duplication des cartouches de microdrive, dans un premier temps. Il faudra patienter encore un peu... Tous ces progrès se payent : le QL français coûte 6 950 F TTC, avec ses 4 logiciels, contre 5 500 F pour la version anglaise. Si son rapport performances/prix reste exceptionnel, il n'en accuse pas moins une jolie hausse de 25%... Ceux qui possèdent un QL anglais peuvent l'amener au niveau du QL français, moyennant 1 500 F environ, ce qui correspond à la différence de prix entre les deux versions. Cette somme comprend la modification de l'ordinateur et la livraison des nouveaux logiciels. Détail important, ces logiciels francisés sont protégés et ne tournent pas sur les QL anglais (contrairement à la version 2 anglaise). Il faut donc impérativement posséder un QL français pour les utiliser. Cette politique a été adoptée par Direcopour mettre des bàtons dans les roues aux importateurs parallèles, qui pourraient sans cela vendre des QL anglais équipés de copies des logiciels en français à un prix inférieur à celui de la machine française. Cependant, Direcoassure que les QL anglais seront francisés sans discrimination d'origine. Un Basic enrichi Sur l'ordinateur, seul le clavier a changé : le nombre de touches reste le même, mais il s'agit d'une version Azerty accentuée complète. Tous les caractères sont accessibles comme sur une machine à écrire, y compris ceux surmontés de trémas ou d'accents circonflexes, ce qui n'est pas si fréquent sur un ordinateur de cette gamme de prix. Les chiffres sont accessibles directement, en mode minuscule, ce qui facilite la program- mation et l'usage du tableur, malgré l'absence regrettable de pavé numérique. Dans la boite du QL, une autre nouveauté, le manuel entièrement traduit, ce qui n'était pas encore le cas pour les documentations des quatre logiciels de Psion fournis avec la machine. Dans la mémoire morte du QL français se trouve la dernière version du langage Super- Basic et du système d'exploitation QDOS, dite MG, qui correspond à la version anglaise JS. Elle a été purgée d'un certain nombre d'anomalies et agrémentée de fonctions supplémentaires très utiles. Le SuperBasic bénéficie maintenant d'une instruction de récupération d'erreur, When Error, avec des paramètres Enfin et Ermum pour déterminer la ligne et le type de l'erreur survenue. L'instruction When permet également de déclencher une procédure dès qu'une condition particulière est remplie, quel que soit l'endroit du programme où cette condition a été vérifiée. Ainsi When x = 0: : End When permet de traiter le cas où la variable x devient nulle, à n'importe quel endroit du programme. Le QDOS a également été complété d'une instruction particulièrement utile pour la version française, la commande - tra Celle-ci permet d'accéder aux tables de transcodage des sorties RS232C. Gràce à la commande - tra il est ainsi possible de mettre en place un filtre entre l'ordinateur et le périphérique ; ce filtre traduit chaque caractère au moyen d'une Caractéristiques Microprocesseur : Motorola MC 68008 avec registres internes de 32 bits, mots de 16 bits et bus de données de 8 bits. Fréquence : 7,5 MHz. Système d'exploitation : Q-DOS, propre à Sinclair. Mémoire : Vive : 128 Ko (dont 32 Ko réservés à l'affichage), extensible ultérieurement à 640 Ko. Morte : 48 Ko (port d'extension prévu pour 16 Ko supplémentaires). Memoire de masse : 2 lecteurs de microcassettes Sinclair de 100 Ko chacun. &tension possible théorique : jusqu'à 8 lecteurs. Affichage : Moniteur ou téléviseur non fournis. Texte : 24 lignes de 84, 64 ou 42 caractères, possibilité de définir des fenêtres d'affichage. Graphique : 512 x 256 points en 4 couleurs, 256 x 256 en 8 couleurs (ou 8 niveaux de gris), possibilité de mélanger les couleurs pour obtenir 256 hachurés différents. Sorties vidéo, PAL et RVB. Clavier : AZERTY accentué mécanique à 65 touches répétitives, dont 5 touches de fonction. Interfaces : 2 RS 232 C paramétrables, 2 sorties réseau QL, sorties manettes de jeu (non disponibles). Connecteur pour cartouches de mémoire morte, extension mémoire, micro-lecteurs supplémentaires. Langage : Super Basic (incorporé). Alimentation : Par transformateur externe 220 V/9 V. Dimensions : 47,5 x 14 x 4,5 cm. Prix : 6 950 F TTC avec les 4 logiciels de Psion. Câble Péritel : 150 F. table qui peut être définie par l'utilisateur à partir du SuperBasic. Concrètement, cela permet par exemple de traduire les codes particuliers correspondant aux ê, à, û,i, ê... en une succession de trois caractères : accent, retour en arrière et lettre, pour obtenir une impres- Le clavier AZEKIY accentué du QL version française a une particularité : les chiffres sont directement accessibles en minuscule. sion correcte sur une imprimante. Cela permet aussi d'envoyer des caractères semi-graphiques à l'imprimante et enfin d'adapter votre QL aux caractéristiques spécifiques de votre imprimante ou de votre modem. Dernière gâterie, - tra permet de redéfinir les messages d'erreur, ce qui a été fait sur le QL version française qui émet maintenant ses protestations en français. Les logiciels de Psion ont bénéficié d'un réel effort de traduction : menus, commandes et messages d'erreur sont désormais en français. C'est certainement Quill, le logiciel de traitement de texte, qui a le plus bénéficié de la francisation et des améliorations du QDOS : il est maintenant capable d'afficher et d'imprimer les caractères accentués et de produire une impression justifiée correcte, sans décalages induits par les retours en arrière souvent nécessaires à l'impression des accents circonflexes. Des logiciels plus rapides Indépendamment de la francisation, les quatre logiciels de Psion livrés avec le QL français ont été considérablement améliorés techniquement. Il s'agit de la version 2.2 qui correspond à la version 2 anglaise. Précédemment écrits en langage C compilé, les logiciels ont été entièrement réécrits en assembleur 68000. Globalement, le résultat est très positif, il se traduit principalement par un gain en place mémoire et en rapidité d'exécution. Le plus faible encombrement des logiciels permet de réduire le nombre et la durée des accès aux microdrive. Les programmes ne nécessitent plus d'être chargés par petits bouts au fur et à mesure des besoins. A l'exception des textes d'aide, le programme entier est placé une fois pour toutes en mémoire. Le gain en temps de chargement est sensible : de 40 secondes, on passe à 15 ou 20 secondes. Comme pour la francisation, c'est Quill, le traitement de texte, qui a le plus bénéficié de ce remaniement. Quill version 1 était un logi- SCIENCE te VIE MICRO N°18 - JUIN 1985 81



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 18 juin 1985 Page 1SVM numéro 18 juin 1985 Page 2-3SVM numéro 18 juin 1985 Page 4-5SVM numéro 18 juin 1985 Page 6-7SVM numéro 18 juin 1985 Page 8-9SVM numéro 18 juin 1985 Page 10-11SVM numéro 18 juin 1985 Page 12-13SVM numéro 18 juin 1985 Page 14-15SVM numéro 18 juin 1985 Page 16-17SVM numéro 18 juin 1985 Page 18-19SVM numéro 18 juin 1985 Page 20-21SVM numéro 18 juin 1985 Page 22-23SVM numéro 18 juin 1985 Page 24-25SVM numéro 18 juin 1985 Page 26-27SVM numéro 18 juin 1985 Page 28-29SVM numéro 18 juin 1985 Page 30-31SVM numéro 18 juin 1985 Page 32-33SVM numéro 18 juin 1985 Page 34-35SVM numéro 18 juin 1985 Page 36-37SVM numéro 18 juin 1985 Page 38-39SVM numéro 18 juin 1985 Page 40-41SVM numéro 18 juin 1985 Page 42-43SVM numéro 18 juin 1985 Page 44-45SVM numéro 18 juin 1985 Page 46-47SVM numéro 18 juin 1985 Page 48-49SVM numéro 18 juin 1985 Page 50-51SVM numéro 18 juin 1985 Page 52-53SVM numéro 18 juin 1985 Page 54-55SVM numéro 18 juin 1985 Page 56-57SVM numéro 18 juin 1985 Page 58-59SVM numéro 18 juin 1985 Page 60-61SVM numéro 18 juin 1985 Page 62-63SVM numéro 18 juin 1985 Page 64-65SVM numéro 18 juin 1985 Page 66-67SVM numéro 18 juin 1985 Page 68-69SVM numéro 18 juin 1985 Page 70-71SVM numéro 18 juin 1985 Page 72-73SVM numéro 18 juin 1985 Page 74-75SVM numéro 18 juin 1985 Page 76-77SVM numéro 18 juin 1985 Page 78-79SVM numéro 18 juin 1985 Page 80-81SVM numéro 18 juin 1985 Page 82-83SVM numéro 18 juin 1985 Page 84-85SVM numéro 18 juin 1985 Page 86-87SVM numéro 18 juin 1985 Page 88-89SVM numéro 18 juin 1985 Page 90-91SVM numéro 18 juin 1985 Page 92-93SVM numéro 18 juin 1985 Page 94-95SVM numéro 18 juin 1985 Page 96-97SVM numéro 18 juin 1985 Page 98-99SVM numéro 18 juin 1985 Page 100-101SVM numéro 18 juin 1985 Page 102-103SVM numéro 18 juin 1985 Page 104-105SVM numéro 18 juin 1985 Page 106-107SVM numéro 18 juin 1985 Page 108-109SVM numéro 18 juin 1985 Page 110-111SVM numéro 18 juin 1985 Page 112-113SVM numéro 18 juin 1985 Page 114-115SVM numéro 18 juin 1985 Page 116-117SVM numéro 18 juin 1985 Page 118-119SVM numéro 18 juin 1985 Page 120-121SVM numéro 18 juin 1985 Page 122-123SVM numéro 18 juin 1985 Page 124-125SVM numéro 18 juin 1985 Page 126-127SVM numéro 18 juin 1985 Page 128-129SVM numéro 18 juin 1985 Page 130-131SVM numéro 18 juin 1985 Page 132-133SVM numéro 18 juin 1985 Page 134-135SVM numéro 18 juin 1985 Page 136-137SVM numéro 18 juin 1985 Page 138-139SVM numéro 18 juin 1985 Page 140-141SVM numéro 18 juin 1985 Page 142-143SVM numéro 18 juin 1985 Page 144-145SVM numéro 18 juin 1985 Page 146-147SVM numéro 18 juin 1985 Page 148-149SVM numéro 18 juin 1985 Page 150-151SVM numéro 18 juin 1985 Page 152-153SVM numéro 18 juin 1985 Page 154-155SVM numéro 18 juin 1985 Page 156-157SVM numéro 18 juin 1985 Page 158-159SVM numéro 18 juin 1985 Page 160-161SVM numéro 18 juin 1985 Page 162-163SVM numéro 18 juin 1985 Page 164-165SVM numéro 18 juin 1985 Page 166-167SVM numéro 18 juin 1985 Page 168-169SVM numéro 18 juin 1985 Page 170-171SVM numéro 18 juin 1985 Page 172-173SVM numéro 18 juin 1985 Page 174-175SVM numéro 18 juin 1985 Page 176-177SVM numéro 18 juin 1985 Page 178-179SVM numéro 18 juin 1985 Page 180-181SVM numéro 18 juin 1985 Page 182-183SVM numéro 18 juin 1985 Page 184-185SVM numéro 18 juin 1985 Page 186-187SVM numéro 18 juin 1985 Page 188