SVM n°18 juin 1985
SVM n°18 juin 1985
  • Prix facial : 16 F

  • Parution : n°18 de juin 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 188

  • Taille du fichier PDF : 195 Mo

  • Dans ce numéro : l'amour par Minitel / l'Amstrad CPC 664 enfin un ordinateur à prix réaliste.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
Chaque jour, des milliers de Français s'adonnent à une drogue dont les ravages ne font que croitre. Les symptômes : l'oeil fixe et les doigts nerveux. Le pire, c'est que, distants parfois de centaines de kilomètres, ces drogués sont en liberté. Où ? Sur les messageries conviviales. Qui aurait prévu que le sage Minitel deviendrait un jour la plaque tournante de tous les fantasmes ? UR PARMINITEL LUCIENNE RIFLARD ÉLOIGNA EN tremblant le téléphone de son oreille. Non, elle ne rêvait pas : cette voix était bien celle d'Adonis - 28 ans, 1 m 85, yeux bleus - qui lui susurrait depuis deux mois sur Minitel des folies si troublantes. Mais c'était surtout la voix du petit Monsieur Mougenot, son collègue de bureau depuis vingt-cinq ans. Ce merveilleux Minitel avait décidément un gros défaut : il transformait les crapauds en princes charmants, car n'importe qui pouvait s'en servir. Et comment savoir qui était n'importe qui ? Cette question troublante est la loi des messageries conviviales. Une véritable explosion ! Au son de la musique du Minitel, tout le monde danse : échangez vos cavalières, changez de pseudo, sautez d'une messagerie à l'autre, perdez-vous en route, retrouvez-vous sous un autre masque. Mais avant d'entrer dans la danse, un mode d'emploi n'est pas inutile. Pour ne pas faire tapisserie, sachez que les messageries citées ici s'obtiennent par le (1) 615.91.77. Une messagerie permet d'envoyer des messages à des correspondants par l'intermédiaire du Minitel. On distingue les messageries privées, où les deux correspondants sont strictement identifiés, des messageries conviviales - dont nous parlons ici - et qui permettent à des correspondants anonymes de communiquer en direct sans se connaître préalablement. Le Minitel a beau étre distribué à 700 000 exemplaires (chiffre d'avril dernier), il reste que la majorité des 23 millions d'abonnés au réseau téléphonique ne connaissent cet engin que par ouï-dire. Cette petite boite est un terminal informatique simplifié, constituée d'un écran et d'un clavier alphanumérique. Son coeur comprend des cartes électroniques et un modem. Le terminal se branche sur la ligne téléphonique et permet d'accéder à des serveurs d'informations soit par le réseau commuté (réseau téléphonique ordinaire), soit par un réseau spécial appelé Transpac relié au réseau commuté par les PAVI (Points 28 SCIENCE & VIE MICRO N°18 - JUIN 1985
d'Accès Videotex). On accède à Transpac par trois numéros : (1) 613.91.55, (1) 614.91.66, (1) 615.91.77. Le numéro est composé sur téléphone, le Minitel étant allumé ; on entend une tonalité aigùe, il ne reste plus ensuite qu'à appuyer sur CONNEXION pour connecter le Minitel, sur lequel on écrit ensuite le nom abrégé du service auquel on veut accéder. Pour les messageries, on a le choix : il y avait l'ancêtre Gretel (1982), mais l'hiver et le printemps ont vu la floraison d'une vingtaine de nouvelles messageries conviviales comme P001 (février), GR (par le 615 depuis mars), Anti, Reso, Funi (mars), Turlu, GP (avril),... Elles ne désemplissent pas et sont saturées pour les plus courues. Ce succès inattendu fait penser aux débuts de laC.B. ou à l'engouement pour les radios libres en 1980. La presse est pour une bonne part à l'origine de ce boum : si les Dernières Nouvelles d'Alsace sont responsables de Gretel, les messageries du Parisien Libéré (PL), de Libération (Turlu), du Progrès de Lyon (P001), de la Dépêche du Midi (Dépéche) ont su se greffer récemment sur le mouvement. Mais beaucoup d'autres messageries sont créées par des groupes de francs-tireurs : le Serveur médical (SM) l'a été par de jeunes médecins ; ils ont au départ utilisé la télématique comme outil professionnel avant de découvrir les délices du dialogue collectif. Mégatel (Reso) est née de l'initiative de six commerçants marseillais qui s'en nuyaient à vendre des habits. Maxitel (Anti) des attentes aussi longues qu'un voyage intergalactique. En tout état de cause, les utilisateurs de Minitel se sont rués sur les messageries comme un chat sur une assiette de croquettes. Hors de prix Cette Commedia dell'arte de l'ère télématique invente ses propres règles, parfois contradictoires : on recherche la compagnie la plus large en restant seul chez soi, des heures durant. On élabore un nouveau langage pour aller plus vite : ponctuation supprimée, abréviations envahissantes. On paie très cher ces soirées et ces nuits passées à dire n'importe quoi à quelqu'un qu'on ne verra jamais. D'où vient que quiconque, s'étant branché un soir de désoeuvrement sur Reso ou Gretel, y reviendra immanquablement, comme en manque ? Une drogue ? C'est ce qui ressort d'une lettre d'un Lyonnais, Jean-Luc Charrat, publiée par Libération le 10 mai dernier : » Toute mon énergie était absorbée par cette• coke• d'un nouveau style. Je commençais à• avoir la haine•, je me méprisais, tous mes copains m'incendiaient sévèrement, mais rien n'y faisait (...) Et lundi, je rendais• l'engin• à des postières encore mal réveillées, tout ébahies de me voir refuser ce symbole de l'an 2000, cette merveille de la technique française, au moment précis où l'arrivée de l'annuaire élec- permet de dialoguer à plusieurs en même temps : chaque salon reçoit cinq convives qui affichent leur nom et disposent de deux lignes pour écrire leurs messages. On lit simultanément les textes des quatre autres et on répond à tous sur le méme écran. Le va-et-vient est permanent : il suffit de taper SOMMAIRE pour disparaître, et le numéro d'un salon pour intégrer un groupe. Si deux ou trois partenaires veulent discuter dans l'intimité, ils peuvent créer un. salon privé. ou une. île• ; ils créent leur propre voie d'accès et ne sont plus observés par quiconque. - la. messagerie croisée• est employée par Turlu ou Reso ; l'appelant se cache sous un pseudonyme que le serveur inscrit sur la liste des partenaires. On peut envoyer des messages à n'importe lequel d'entre eux, autant de fois qu'on le désire. On reçoit des messages de leur part de la même façon. On est ainsi conduit à mener plusieurs conversations particulières à la fois. - la. partie de tennis., à laquelle on joue sur Funi ou CQ, réunit deux partenaires et eux seuls. On inscrit son pseudo qui apparaît sur une liste de joueurs. On choisit un des présents et, s'il accepte, on se retrouve avec lui sur un même écran divisé en deux parties. Les deux interlocuteurs tapent leurs messages à tour de rôle et les voient s'afficher en quelques secondes. - une autre méthode est le « forum cyclique., utilisé par Crac ou Elletel. Elle fonctionne en C'est l'explosion : à notre banc d'essai, plus de vingt messageries électroniques grand public. rassemble des informaticiens montpelliérains qui ont flairé le bon créneau au bon moment. Enfin, d'autres forums ont vu le jour gràce à des professionnels de la télématique qui visent gros, comme G. CAM, qui coproduit Pluriel (GP) avec TF01, ou System (Funi), issue de l'inspiration de professionnels du jeu grand public comme le loto. L'initiative n'est donc pas isolée. Mais le plus important reste que ce tir groupé et quasi simultané a tout de suite été reçu : Funi annonce 4 000 appels par jour pour son seul jeu• Dialogue à distance », Anti en recense environ 2 500, SM estime son chiffre à 5 000 sur 48 voies d'accès... encore qu'une statistique précise est difficile. En effet, la comptabilité s'opère souvent au niveau de la page d'accueil où les convives peuvent repasser plusieurs fois, et surtout les appels ne sont pas enregistrés au cas où le serveur, saturé, ne peut plus les accepter. C'est pourquoi on compte plutôt en heures de connexion, sachant que la durée moyenne d'appel s'établit entre dix et vingt minutes. Et la demande est suffisamment pressante pour que les serveurs envisagent presque tous d'augmenter leur capacité, généralement en terme de doublement. Ou pour que les nouveaux venus négligent le 48 voies standard pour s'attaquer de suite à la grosse artillerie. OBS, le service du Nouvel Observateur, se présente d'emblée aux minitélistes avec 250 accès. Mais il y a un os pour l'OBS : le succès n'est pas au rendezvous, en raison d'un logiciel qui n'offre que tronique dans mon quartier me le rendait gratuit (...) Je savais qu'avril serait le mois du• règlement de comptes à FIT Corral. mais tout de méme, lorsque je lus 3 466,67 F sur ma facture, j'en suis tombé assis par terre, face à ma boite aux lettres•. Avant d'en arriver à une telle extrémité, lecteurs de SVM, sachez au moins comment vous aussi, prochainement, le Minitel vous ruinera. Vous rencontrerez des messageries conviviales de plusieurs types : - le salon, inventé par SM et repris par Anti, temps différé. On accède à une liste de messages énumérés dans l'ordre chronologique. On peut soi-même en écrire un, il sera saisi plus tard. On peut répondre à chaque message individuellement, la réponse étant lue par le correspondant grâce à son code attribué au départ. En fait, ce forum ne permet pas de dialoguer en direct. Si les messages sont publics, le dialogue ne peut s'engager que par des boites aux lettres. Le principe du forum cyclique est repris par Cyan de manière plus dynamique. Tous les messages sont affichés SCIENCE & VIE MICRO N°18 - JUIN 1985 29 ee



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 18 juin 1985 Page 1SVM numéro 18 juin 1985 Page 2-3SVM numéro 18 juin 1985 Page 4-5SVM numéro 18 juin 1985 Page 6-7SVM numéro 18 juin 1985 Page 8-9SVM numéro 18 juin 1985 Page 10-11SVM numéro 18 juin 1985 Page 12-13SVM numéro 18 juin 1985 Page 14-15SVM numéro 18 juin 1985 Page 16-17SVM numéro 18 juin 1985 Page 18-19SVM numéro 18 juin 1985 Page 20-21SVM numéro 18 juin 1985 Page 22-23SVM numéro 18 juin 1985 Page 24-25SVM numéro 18 juin 1985 Page 26-27SVM numéro 18 juin 1985 Page 28-29SVM numéro 18 juin 1985 Page 30-31SVM numéro 18 juin 1985 Page 32-33SVM numéro 18 juin 1985 Page 34-35SVM numéro 18 juin 1985 Page 36-37SVM numéro 18 juin 1985 Page 38-39SVM numéro 18 juin 1985 Page 40-41SVM numéro 18 juin 1985 Page 42-43SVM numéro 18 juin 1985 Page 44-45SVM numéro 18 juin 1985 Page 46-47SVM numéro 18 juin 1985 Page 48-49SVM numéro 18 juin 1985 Page 50-51SVM numéro 18 juin 1985 Page 52-53SVM numéro 18 juin 1985 Page 54-55SVM numéro 18 juin 1985 Page 56-57SVM numéro 18 juin 1985 Page 58-59SVM numéro 18 juin 1985 Page 60-61SVM numéro 18 juin 1985 Page 62-63SVM numéro 18 juin 1985 Page 64-65SVM numéro 18 juin 1985 Page 66-67SVM numéro 18 juin 1985 Page 68-69SVM numéro 18 juin 1985 Page 70-71SVM numéro 18 juin 1985 Page 72-73SVM numéro 18 juin 1985 Page 74-75SVM numéro 18 juin 1985 Page 76-77SVM numéro 18 juin 1985 Page 78-79SVM numéro 18 juin 1985 Page 80-81SVM numéro 18 juin 1985 Page 82-83SVM numéro 18 juin 1985 Page 84-85SVM numéro 18 juin 1985 Page 86-87SVM numéro 18 juin 1985 Page 88-89SVM numéro 18 juin 1985 Page 90-91SVM numéro 18 juin 1985 Page 92-93SVM numéro 18 juin 1985 Page 94-95SVM numéro 18 juin 1985 Page 96-97SVM numéro 18 juin 1985 Page 98-99SVM numéro 18 juin 1985 Page 100-101SVM numéro 18 juin 1985 Page 102-103SVM numéro 18 juin 1985 Page 104-105SVM numéro 18 juin 1985 Page 106-107SVM numéro 18 juin 1985 Page 108-109SVM numéro 18 juin 1985 Page 110-111SVM numéro 18 juin 1985 Page 112-113SVM numéro 18 juin 1985 Page 114-115SVM numéro 18 juin 1985 Page 116-117SVM numéro 18 juin 1985 Page 118-119SVM numéro 18 juin 1985 Page 120-121SVM numéro 18 juin 1985 Page 122-123SVM numéro 18 juin 1985 Page 124-125SVM numéro 18 juin 1985 Page 126-127SVM numéro 18 juin 1985 Page 128-129SVM numéro 18 juin 1985 Page 130-131SVM numéro 18 juin 1985 Page 132-133SVM numéro 18 juin 1985 Page 134-135SVM numéro 18 juin 1985 Page 136-137SVM numéro 18 juin 1985 Page 138-139SVM numéro 18 juin 1985 Page 140-141SVM numéro 18 juin 1985 Page 142-143SVM numéro 18 juin 1985 Page 144-145SVM numéro 18 juin 1985 Page 146-147SVM numéro 18 juin 1985 Page 148-149SVM numéro 18 juin 1985 Page 150-151SVM numéro 18 juin 1985 Page 152-153SVM numéro 18 juin 1985 Page 154-155SVM numéro 18 juin 1985 Page 156-157SVM numéro 18 juin 1985 Page 158-159SVM numéro 18 juin 1985 Page 160-161SVM numéro 18 juin 1985 Page 162-163SVM numéro 18 juin 1985 Page 164-165SVM numéro 18 juin 1985 Page 166-167SVM numéro 18 juin 1985 Page 168-169SVM numéro 18 juin 1985 Page 170-171SVM numéro 18 juin 1985 Page 172-173SVM numéro 18 juin 1985 Page 174-175SVM numéro 18 juin 1985 Page 176-177SVM numéro 18 juin 1985 Page 178-179SVM numéro 18 juin 1985 Page 180-181SVM numéro 18 juin 1985 Page 182-183SVM numéro 18 juin 1985 Page 184-185SVM numéro 18 juin 1985 Page 186-187SVM numéro 18 juin 1985 Page 188