SVM n°18 juin 1985
SVM n°18 juin 1985
  • Prix facial : 16 F

  • Parution : n°18 de juin 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 188

  • Taille du fichier PDF : 195 Mo

  • Dans ce numéro : l'amour par Minitel / l'Amstrad CPC 664 enfin un ordinateur à prix réaliste.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 146 - 147  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
146 147
Secouez vous lespuces. Les 14, 15, 16 juin 1985 Parc des Expositions. Paris. Porte de Versailles Bâtiment 1-1 Tout l'univers Apple sur 12 000 m2 : les machines, les périphériques, les logiciels, la télé-informatique personnelle, les connexions dans l'entreprise, les concessionnaires, les auteurs et éditeurs de logiciels, les conférences techniques et les rencontres, les ateliers pratiques non stop,... et la convivialité Apple. Plus du cinéma, un piano-bar, un restaurant californien, un Apple-garden pour vos enfants, des jeux, des animations en permanence... le 14 juin de 11h à 22 h le 15 juin de 9h 30 à 22 h le 16 juin de 9 h 30 à 19 h
DIALOGUE 2 Mourir noyé sous la paperasse ou se pendre devant un micro réfractaire et sa base de données sadique : deux façons d'en finir avec la gestion d'informations. C'était compter sans l'inépuisable génie français en général. Et Prologue Bull en particulier, à qui l'on doit Dialogue 2, une gestion de base de données innovatrice, adaptée aux utilisateurs débutants. Pour IBM PC et compatibles, ainsi que Bull 90/50. ONTRAIREMENT A CE QUE voudraient faire croire certains concepteurs de gestionnaires de base de données, archiver, classer, trier des milliers de documents n'est pas forcément un exercice enfantin. Mais le pire se situe sans doute au moment d'exploiter, suivant ce que le logiciel permet, la masse de renseignements péniblement accumulés. Mises à jour comprenant l'obligation de réindexer l'ensemble du fichier, complexité de la syntaxe des phrases de programmation de la base de données, temps de réponse parfois mesurables en heures. Bref, autant d'opérations capables de décourager les utilisateurs expérimentés et de rebuter les autres. L'arrivée de Dialogue 2 dans ce contexte constitue plus qu'une simple évolution des gestionnaires de base de données. En s'appuyant sur le postulat suivant lequel la plupart des applications développées par l'utilisateur d'une gestion de base de données sont des interrogations simples mais concemant plusieurs fichiers, le produit de Prologue Bull cherche, d'une part, à mettre ces applications toujours délicates à la portée des non-informaticiens et, d'autre part, à ramener les temps de calculs à l'échelle de la seconde. Un pari qui distingue Dialogue 2 des autres gestionnaires de bases de données tels DBase III, Knowledge-Man ou RBase 4 000. Pour assistés et béotiens La facilité de mise en oeuvre de Dialogue 2 est un des points forts du produit. De la fabrication des masques de saisie à l'interrogation de la base en passant par l'introduction des données, l'utilisateur est en permanence assisté. Comme la plupart des produits de ce genre, Dialogue 2 fonctionne par menus sélectifs. Plus original : chaque choix s'accompagne d'un bref résumé de la fonction choisie et des obligations qu'elle comporte. Ainsi, la création d'une base, l'appel d'un fichier, la définition d'une rubrique et autres étapes importantes s'accompagnent de quelques phrases qui rappellent à l'utilisateur de quoi se compose une base, à quoi correspond un fichier ou une rubrique. Un effort pédagogique complété par différents menus d'assistance. Conformément à sa vocation de produit destiné aux purs béotiens, Dialogue 2 cons- 11101MTICIIrR MII 11111000 IQ Une MII est tonposee d'un 11CIIIMMIII qui na parisette. à lenorisen l'ensnettila Cas paranntres ans applications définies par Ide (n= CeSle 11011 UMM cooporte un ou plusieurs fichiers. Le MI FM BQ est oR Me. IMRE de non de fichier : CLIENT't : Effacer texte I : Cetalome Inc : Fin deeimmile-1 Non de la Base I : IMBUS » ciente hue. Mt de pisse'l'. Auto ri sit Ions : Cius ; Lis. ; Sup. ; Ins. ; Ild. : lises à j11in ea mie IS/tandaed ou loups Miel ; S Ouverture des fichiers de la BlsE,patéentts Une base de données puissante et simple d'emploi 11111111181111111131•1M11111111•11111111111MIIIIIIIIIS truit l'application au fur et à mesure des réponses de l'utilisateur aux questions posées par le logiciel. L'exploitation de la base fait appel à un minimum de sens logique. Il s'agit pour l'usager de poser ses questions avec le vocabulaire que reconnaît le logiciel. A savoir des verbes d'interrogation (LISTER, COMP- TER et STAT), de mise à jour (INSÉRER, MODI- FIER et SUPPRIMER) que l'utilisateur associe au nom de ses fichiers, aux jointures (relations logiques crées entre fichiers) et aux liaisons (critères de recherche) qu'il a établies entre les rubriques des différents fichiers. Un ensemble assez simple pour permettre de rédiger des phrases dans un langage proche du quotidien. D'autant plus que l'utilisateur peut, en cas d'opérations répétitives, créer un mot FICHE DE PRÉSENTATION Nom : Dialogue 2 Type : Gestionnaire de base de données. Auteur : Prologue Bull. ZA de Courtaboeuf avenue du Québec, BP 73 Cedex. 91942 Les Ulis. Tél. : 928.85.00.'Matériel : Sous Prologue : Bull Micral 30 ou 90/50. Sous MS DOS : tous compatibles IBM. Su_pport : Disquette de 51/4 pouces. Prft : 5 900 Fil T. Documentation : Manuel en français comprenant un texte et une disquette LOGICIEL d'auto-formation. qui résume à lui seul toute une phrase d'interrogation. Par exemple le mot• débiteur• résumera l'ordre : • lister les clients qui ont un solde inférieur à 0 Le logiciel à roulette Prévu pour étre commode, Dialogue 2 l'est ô également pour étre rapide dans une fonction déterminée, celle que ses concepteurs ont jugée comme étant la plus fréquemment sollicitée. En effet, ce logiciel permet de réaliser l'interrogation de plusieurs fichiers (jusqu'à 10), compliquée de plusieurs critères de recherche (jusqu'à 10), en quelques secondes. Une performance qui se fonde sur la conception particulière de Dialogue 2 et qui le distingue de ses concurrents. En effet, la construction des jointures est déjà réalisée dans le logiciel, évitant à l'utilisateur cette partie de programmation à la fois délicate et longue. Mais cette facilité n'est pas sans contrepartie car elle se réalise au détriment de l'espace mémoire. Ainsi, la recherche sur plusieurs fichiers aboutit à la création d'un nouveau fichier comprenant l'ensemble des données que ces jointures « pré-fabriquées• ont liées. Par ailleurs, ce nouveau fichier est entretenu par le logiciel jusqu'à la fin de la session de travail, et sans qu'il soit possible d'en libérer la mémoire. Autre inconvénient, les temps de mise à jour touchant la totalité des fichiers rendent cette opération beaucoup plus longue à réaliser qu'avec d'autres bases de données. Un travail que le logiciel propose suivant deux modes : en différé, ce que conseille évidemment le manuel, ou en temps réel. Imbattable sur la rapidité de recherche mais au détriment de l'encombrement de la mémoire, Dialogue 2 est en réalité la première base de données à posséder une vocation aussi nettement affirmée : fournir à l'utilisateur le moins formé un outil simple et performant pour une catégorie d'opérations bien particulière. Un produit qui nécessite 256 Ko de mémoire et que Bull propose sous le système d'exploitation MS-DOS, ainsi que sous Prologue pour l'utilisation en multiposte. Guillaume VIGNOLES TESTÉ : Programme du commerce avec écrans et manuel en français. SCIENCE & VIE MICRO N°18 - JUIN 1985 147 O 2r. O pC 2 çià O



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 18 juin 1985 Page 1SVM numéro 18 juin 1985 Page 2-3SVM numéro 18 juin 1985 Page 4-5SVM numéro 18 juin 1985 Page 6-7SVM numéro 18 juin 1985 Page 8-9SVM numéro 18 juin 1985 Page 10-11SVM numéro 18 juin 1985 Page 12-13SVM numéro 18 juin 1985 Page 14-15SVM numéro 18 juin 1985 Page 16-17SVM numéro 18 juin 1985 Page 18-19SVM numéro 18 juin 1985 Page 20-21SVM numéro 18 juin 1985 Page 22-23SVM numéro 18 juin 1985 Page 24-25SVM numéro 18 juin 1985 Page 26-27SVM numéro 18 juin 1985 Page 28-29SVM numéro 18 juin 1985 Page 30-31SVM numéro 18 juin 1985 Page 32-33SVM numéro 18 juin 1985 Page 34-35SVM numéro 18 juin 1985 Page 36-37SVM numéro 18 juin 1985 Page 38-39SVM numéro 18 juin 1985 Page 40-41SVM numéro 18 juin 1985 Page 42-43SVM numéro 18 juin 1985 Page 44-45SVM numéro 18 juin 1985 Page 46-47SVM numéro 18 juin 1985 Page 48-49SVM numéro 18 juin 1985 Page 50-51SVM numéro 18 juin 1985 Page 52-53SVM numéro 18 juin 1985 Page 54-55SVM numéro 18 juin 1985 Page 56-57SVM numéro 18 juin 1985 Page 58-59SVM numéro 18 juin 1985 Page 60-61SVM numéro 18 juin 1985 Page 62-63SVM numéro 18 juin 1985 Page 64-65SVM numéro 18 juin 1985 Page 66-67SVM numéro 18 juin 1985 Page 68-69SVM numéro 18 juin 1985 Page 70-71SVM numéro 18 juin 1985 Page 72-73SVM numéro 18 juin 1985 Page 74-75SVM numéro 18 juin 1985 Page 76-77SVM numéro 18 juin 1985 Page 78-79SVM numéro 18 juin 1985 Page 80-81SVM numéro 18 juin 1985 Page 82-83SVM numéro 18 juin 1985 Page 84-85SVM numéro 18 juin 1985 Page 86-87SVM numéro 18 juin 1985 Page 88-89SVM numéro 18 juin 1985 Page 90-91SVM numéro 18 juin 1985 Page 92-93SVM numéro 18 juin 1985 Page 94-95SVM numéro 18 juin 1985 Page 96-97SVM numéro 18 juin 1985 Page 98-99SVM numéro 18 juin 1985 Page 100-101SVM numéro 18 juin 1985 Page 102-103SVM numéro 18 juin 1985 Page 104-105SVM numéro 18 juin 1985 Page 106-107SVM numéro 18 juin 1985 Page 108-109SVM numéro 18 juin 1985 Page 110-111SVM numéro 18 juin 1985 Page 112-113SVM numéro 18 juin 1985 Page 114-115SVM numéro 18 juin 1985 Page 116-117SVM numéro 18 juin 1985 Page 118-119SVM numéro 18 juin 1985 Page 120-121SVM numéro 18 juin 1985 Page 122-123SVM numéro 18 juin 1985 Page 124-125SVM numéro 18 juin 1985 Page 126-127SVM numéro 18 juin 1985 Page 128-129SVM numéro 18 juin 1985 Page 130-131SVM numéro 18 juin 1985 Page 132-133SVM numéro 18 juin 1985 Page 134-135SVM numéro 18 juin 1985 Page 136-137SVM numéro 18 juin 1985 Page 138-139SVM numéro 18 juin 1985 Page 140-141SVM numéro 18 juin 1985 Page 142-143SVM numéro 18 juin 1985 Page 144-145SVM numéro 18 juin 1985 Page 146-147SVM numéro 18 juin 1985 Page 148-149SVM numéro 18 juin 1985 Page 150-151SVM numéro 18 juin 1985 Page 152-153SVM numéro 18 juin 1985 Page 154-155SVM numéro 18 juin 1985 Page 156-157SVM numéro 18 juin 1985 Page 158-159SVM numéro 18 juin 1985 Page 160-161SVM numéro 18 juin 1985 Page 162-163SVM numéro 18 juin 1985 Page 164-165SVM numéro 18 juin 1985 Page 166-167SVM numéro 18 juin 1985 Page 168-169SVM numéro 18 juin 1985 Page 170-171SVM numéro 18 juin 1985 Page 172-173SVM numéro 18 juin 1985 Page 174-175SVM numéro 18 juin 1985 Page 176-177SVM numéro 18 juin 1985 Page 178-179SVM numéro 18 juin 1985 Page 180-181SVM numéro 18 juin 1985 Page 182-183SVM numéro 18 juin 1985 Page 184-185SVM numéro 18 juin 1985 Page 186-187SVM numéro 18 juin 1985 Page 188