SVM n°18 juin 1985
SVM n°18 juin 1985
  • Prix facial : 16 F

  • Parution : n°18 de juin 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (203 x 280) mm

  • Nombre de pages : 188

  • Taille du fichier PDF : 195 Mo

  • Dans ce numéro : l'amour par Minitel / l'Amstrad CPC 664 enfin un ordinateur à prix réaliste.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 118 - 119  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
118 119
L'IBM PC peut fonctionner dans deux configurations bien distinctes. La première ne permet qu'un fonctionnement exclusif en mode texte (pas de graphisme possible) et en monochrome. Nous avons déjà vu les caractéristiques du moniteur associé (25 lignes de 80 caractères définis dans une matrice de 7 x 9 pixels. La bande passante est de 16,27 MHz). Cette configuration nécessite une carte dite. carte monochrome et imprimante car elle a également pour fonction de contrôler l'imprimante. La deuxième configuration utilise une carte dite. graphique couleur. en conjonction avec un moniteur couleur RVB ATTRIBUTS D'ECRAN Liu Bi pikketICE NORMALE MIAIIMBNINDIRMAIMAZWITIMMAIR (SITE LIGNE CLIGNOTE. JAder BLANC L'ÉCRAN EST-IL CORRECT ? (0/11) Images des écrans de l'IBM PC en moyenne résolution 8 couleurs, basse résolution 16 couleurs, haute résolution monochrome. numérique. Elle offre les quatre modes suivants : - Mode texte : 25 lignes de 80 caractères. Chaque caractère peut avoir une couleur choisie parmi 16 couleurs sur un fond de 8 couleurs possibles. - Mode basse résolution : écran de 160 x 200. 16 couleurs. - Mode moyenne résolution : écran de 320 x 200. Deux ensembles de couleurs cyan/magenta/blanc ou vert/rouge/brun. Un seul ensemble est utilisable à un moment donné, mais le fond de l'image peut étre de 16 couleurs : noir, bleu, vert, cyan, rouge, magenta, brun, gris clair, gris foncé, bleu clair, vert clair, cyan clair, rouge clair, magenta clair, jaune, blanc. - Mode haute résolution : écran 640 x 200, monochrome. Dans la mesure où il faut se servir d'une carte électronique pour obtenir des couleurs sur l'IBM PC, tout comme sur Apple II, on pourrait imaginer qu'il s'agit plus ou moins de la méme chose. Mais pas du tout ! Pour l'Apple, la description de l'image à afficher est inscrite dans la mémoire principale (RAM) de l'ordinateur, tandis que, dans le cas de l'IBM PC, cette mémorisation s'effectue sur la carte elle-méme. Il existe, par ailleurs, de nombreuses cartes graphiques proposées par d'autres constructeurs de manière à améliorer les qualités d'affichage de l'IBM PC. Deux raisons à cela. Premièrement, IBM aurait pu faire mieux que 320 x 200 pixels en 4 couleurs. Deuxièmement, la carte monochrome, bien que d'une résolution acceptable (640 x 200), ne supporte pas les graphismes - impossible alors de dessiner un cercle ou un carré. IBM ne pouvait mieux faire pour ouvrir le marché aux constructeurs de cartes graphiques. Ils s'y précipitèrent. Hercules, Amdek, Persyst, Tecmar, Quadram, parmi les plus célèbres. Ils surent, eux, tirer profit du contrôleur graphique 6845 d'IBM, le remplacèrent méme par leur propre contrôleur pour utiliser les capacités du moniteur jusqu'à ces limites. On trouve Image haute résolution couleur sur IBM PC doté d'une carte graphique PC/ES. des cartes graphiques pour 113M d'une résolution de 1 024 x 1 024 en couleurs offrant de la mémoire additionnelle et des possibilités d'animations. La plus célèbre de ces cartes est, sans nul doute, la carte Hercules monochrome graphique. Elle remplace la carte monochrome imprimante IBM avec laquelle elle est totalement compatible. Elle offre, on s'y attendait, un mode graphique de résolution accrue de 720 x 348, le maximum possible sur le moniteur monochrome IBM. En mode texte, elle simule la carte monochrome IBM. Le succès fut tel que de nombreux éditeurs de logiciel modifièrent leurs produits pour les adapter à la carte Hercules. Plus de 10 000 cartes par mois auraient été vendues depuis août 1982. La résolution de l'image commence dans la mémoire de l'ordinateur. Elle dépend d'abord de la place dont on dispose dans la mémoire vive pour former les graphismes. Une image de 640 x 200 pixels avec 8 couleurs possibles nécessiterait 120 000 fois 3 bits (3 bits pour exprimer les couleurs de 0 à 7 sur chacun des ▪ 120 000 points) soit 45 Ko de mémoire vive ! Elle dépend également en mode caractère de la taille de la matrice utilisée par le générateur de caractères. La matrice peut varier de 35 points (5 x 7) jusqu'à plus de 300 points. Plus il y a de points, plus la, résolution est grande, et plus les caractères seront nets. En moyenne, les caractères sont définis avec 63 points (7 x 9). Quand les caractères (ou le graphisme) sont affichés sur l'écran, la finesse de l'image dépend de la qualité du moniteur. Celle-ci dépend essentiellement de la bande passante. Le plus mauvais moniteur c'est une télévision. Sa bande passante de l'ordre de 5 MHz ne permet guère d'afficher plus de 450 points par ligne, ce qui est satisfaisant pour la plupart des ordinateurs familiaux. Le moment du choix Parmi les moniteurs proposés avec les micro-ordinateurs, les moniteurs monochromes sont souvent les meilleurs si vous ne désirez pas faire autre chose que du traitement de texte ou afficher des données en provenance de fichiers. En dehors de la taille du pixel qui doit être inférieure à 0,5 mm (elle est souvent de l'ordre du millimètre en télévision), il faut tenir compte des qualités de convergence du moniteur couleur. La convergence représente le degré de précision avec lequel chaque faisceau d'électrons atteint un point de l'écran. Une mauvaise convergence se manifeste par un halo lumineux autour des caractères. Enfin, on choisira un moniteur RVB plutôt que vidéo composite. Son image est plus précise, avec des zones de couleurs mieux délimitées. Dans la réalité, on ne choisit pas toujours son moniteur qui est souvent proposé avec le micro-ordinateur que l'on e veut acquérir. Par contre, une bonne connais-., sance des caractéristiques de l'affichage pere met de comparer les ordinateurs sur ce point précis. Il est utile de rappeler que l'on trouve sur le marché des cartes graphiques qui une fois installées dans votre ordinateur (c'est surtout le cas pour l'IBM PC) permettront des résolutions grandioses et des centaines de couleurs. Attention, votre logiciel graphique ne saura pas pour autant en tirer parti s'il n'a pas été prévu pour cette carte. Les constructeurs de cartes annoncent généralement la compatibilité de leur matériel avec les logiciels les plus courants du marché. Mais encore faut-il avoir la bonne version du logiciel. Sinon devrez-vous l'acheter une 2e fois. La question mérite d'être posée. Ce sont les détails qui feront la différence ; le moniteur est-il orientable, dispose-t-il d'un interrupteur marche/arrêt sur la face avant, de contrôle de luminosité, de contraste, de couleur ? Peut-on passer en image inversée (noir sur blanc), pourra-t-il aussi servir à visualiser les images d'un magnétoscope, ou d'un autre ordinateur de standard différent ? Allez, vous savez presque tout. Le mois prochain, nous analyserons comment marche un autre élément de l'ordinateur. William SKYVINGTON Siméon-Victor MICRO 118 SCIENCE & VIE MICRO N°18 - JUIN 1985
MSX Toshiba ITX10. Ce n'est pas parce qu'il aime jouer qu'il n'aime pas travailler. LE MSX TOSHIBA HX10 EST UN JOUEUR ENDIABLÉ, QUI EXCELLE DANS TOUS LES GENRES (DU BRIDGE AU WAR-GAME). C'EST AUSSI UN VIRTUOSE DE LA MUSIQUE (GRÀCE A UNE FONCTION DE 8 OCTAVES ET A UN TRIPLE ACCORD), ET UN MERVEILLEUX COLORISTE (IL PEUT DESSINER DANS 16 COULEURS). GESTIONNAIRE INCOMPARABLE, IL EST PLUS SÉRIEUX QU'UN DIRECTEUR FINANCIER EN MATIÈRE DE COMPTA- BILITÉ ET DE CALCUL. MAIS SURTOUT, CE SURDOUÉ EST SANS CHICHI. IL SE RACCORDE A TOUTES LES INSTALLATIONS (TV, TÉLÉPHO- NE, MAGNÉTOPHONE, IMPRIMANTE), ET FONCTIONNE AVEC TOUS LES LOGICIELS ET LES PÉRIPHÉRIQUES. L'Empire des Sens. N.A.V.S. Z.A. DE COURTABŒUF BP 62 - 91942 LES ULIS CEDEX - TEL. (6) 907 72 76 - TELEX 690 304 f SUCCES'S/SLi



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 18 juin 1985 Page 1SVM numéro 18 juin 1985 Page 2-3SVM numéro 18 juin 1985 Page 4-5SVM numéro 18 juin 1985 Page 6-7SVM numéro 18 juin 1985 Page 8-9SVM numéro 18 juin 1985 Page 10-11SVM numéro 18 juin 1985 Page 12-13SVM numéro 18 juin 1985 Page 14-15SVM numéro 18 juin 1985 Page 16-17SVM numéro 18 juin 1985 Page 18-19SVM numéro 18 juin 1985 Page 20-21SVM numéro 18 juin 1985 Page 22-23SVM numéro 18 juin 1985 Page 24-25SVM numéro 18 juin 1985 Page 26-27SVM numéro 18 juin 1985 Page 28-29SVM numéro 18 juin 1985 Page 30-31SVM numéro 18 juin 1985 Page 32-33SVM numéro 18 juin 1985 Page 34-35SVM numéro 18 juin 1985 Page 36-37SVM numéro 18 juin 1985 Page 38-39SVM numéro 18 juin 1985 Page 40-41SVM numéro 18 juin 1985 Page 42-43SVM numéro 18 juin 1985 Page 44-45SVM numéro 18 juin 1985 Page 46-47SVM numéro 18 juin 1985 Page 48-49SVM numéro 18 juin 1985 Page 50-51SVM numéro 18 juin 1985 Page 52-53SVM numéro 18 juin 1985 Page 54-55SVM numéro 18 juin 1985 Page 56-57SVM numéro 18 juin 1985 Page 58-59SVM numéro 18 juin 1985 Page 60-61SVM numéro 18 juin 1985 Page 62-63SVM numéro 18 juin 1985 Page 64-65SVM numéro 18 juin 1985 Page 66-67SVM numéro 18 juin 1985 Page 68-69SVM numéro 18 juin 1985 Page 70-71SVM numéro 18 juin 1985 Page 72-73SVM numéro 18 juin 1985 Page 74-75SVM numéro 18 juin 1985 Page 76-77SVM numéro 18 juin 1985 Page 78-79SVM numéro 18 juin 1985 Page 80-81SVM numéro 18 juin 1985 Page 82-83SVM numéro 18 juin 1985 Page 84-85SVM numéro 18 juin 1985 Page 86-87SVM numéro 18 juin 1985 Page 88-89SVM numéro 18 juin 1985 Page 90-91SVM numéro 18 juin 1985 Page 92-93SVM numéro 18 juin 1985 Page 94-95SVM numéro 18 juin 1985 Page 96-97SVM numéro 18 juin 1985 Page 98-99SVM numéro 18 juin 1985 Page 100-101SVM numéro 18 juin 1985 Page 102-103SVM numéro 18 juin 1985 Page 104-105SVM numéro 18 juin 1985 Page 106-107SVM numéro 18 juin 1985 Page 108-109SVM numéro 18 juin 1985 Page 110-111SVM numéro 18 juin 1985 Page 112-113SVM numéro 18 juin 1985 Page 114-115SVM numéro 18 juin 1985 Page 116-117SVM numéro 18 juin 1985 Page 118-119SVM numéro 18 juin 1985 Page 120-121SVM numéro 18 juin 1985 Page 122-123SVM numéro 18 juin 1985 Page 124-125SVM numéro 18 juin 1985 Page 126-127SVM numéro 18 juin 1985 Page 128-129SVM numéro 18 juin 1985 Page 130-131SVM numéro 18 juin 1985 Page 132-133SVM numéro 18 juin 1985 Page 134-135SVM numéro 18 juin 1985 Page 136-137SVM numéro 18 juin 1985 Page 138-139SVM numéro 18 juin 1985 Page 140-141SVM numéro 18 juin 1985 Page 142-143SVM numéro 18 juin 1985 Page 144-145SVM numéro 18 juin 1985 Page 146-147SVM numéro 18 juin 1985 Page 148-149SVM numéro 18 juin 1985 Page 150-151SVM numéro 18 juin 1985 Page 152-153SVM numéro 18 juin 1985 Page 154-155SVM numéro 18 juin 1985 Page 156-157SVM numéro 18 juin 1985 Page 158-159SVM numéro 18 juin 1985 Page 160-161SVM numéro 18 juin 1985 Page 162-163SVM numéro 18 juin 1985 Page 164-165SVM numéro 18 juin 1985 Page 166-167SVM numéro 18 juin 1985 Page 168-169SVM numéro 18 juin 1985 Page 170-171SVM numéro 18 juin 1985 Page 172-173SVM numéro 18 juin 1985 Page 174-175SVM numéro 18 juin 1985 Page 176-177SVM numéro 18 juin 1985 Page 178-179SVM numéro 18 juin 1985 Page 180-181SVM numéro 18 juin 1985 Page 182-183SVM numéro 18 juin 1985 Page 184-185SVM numéro 18 juin 1985 Page 186-187SVM numéro 18 juin 1985 Page 188