SVM n°179 février 2000
SVM n°179 février 2000
  • Prix facial : 20 F

  • Parution : n°179 de février 2000

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 240

  • Taille du fichier PDF : 196 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... Intel crée l'Internet absolu.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
ACTUALITÉS On tape un numéro jusqu'à ce qu'il soit accepté par la banque... Dominique Pasquet, à/a tête de Telecom/n(1.re : Nous ne pouvons pas faire plus L'analyse le rôle d'un intermédiaire entre l'acheteur, la banque et le commerçant." Quand un acheteur donne son numéro de carte bancaire sur le site d'une boutique hébergée par la plate-forme, ce numéro est vérifié par le logiciel (de technologie Verisign) de Telecommerce, un algorithme qui s'assure du caractère "plausible" de ce numéro. Si tel n'est pas le cas, l'acheteur est invité à resaisir les 16 chiffres, indéfiniment jusqu'à ce que le numéro soit admis par Verisign. Il est dès lors accepté par Telecommerce et envoyé aussitôt au centre d'autorisation bancaire qui parfait la vérification et indique si oui ou non cette carte est recevable (voir infographie). "Nous ne pouvons faire plus, se défend Dominique Pasquet, que ce que nousfaisons actuellement. A aucun moment de la transaction qui passe par Telecommerce, précise-t-il, le numéro de carte ne circule en clair. Il est toujours crypte avec une dé de 1 024 bits. Quant à l'authentification de la carte, c'est un monopole bancaire qui est donc hors de notre portée." Que s'est-il donc passé pour notre commerçant ? Comment le\FOR 11 1TIQUE ET LIBERTÉ> La gestion de la fraude Notre fraudeur canadien a été immédiatement repéré. Sa victime (le bijoutier) et les services deTelecommerce connaissent son nom et ses adresses, postale et électronique.. Mais la loi Informatique et libertés interdit aux commerçants de se communiquer les coordonnées de cette personne pour se prévenir mutuellement du danger. "Saut précise la Cnil, si dans sa Déclaration préalable, la société d'e-commerce a ajouté une clause sur la gestion de fraude."Cette clause permet déjà aux grandes sociétés de crédit de se doter d'un service de traitement du risque qui travaille en étroite collaboration avec la Cnil, dans le cadre strictement défini par la loi. Une fois le fraudeur dûment mis en demeure de cesser ses activités illégales, elles peuvent alors prévenir les commerçants. Mais gare aux termes employés qui ne doivent surtout pas être injurieux ou qualifier le délit (escroquerie)...fraudeur est-il passé au travers des mailles du filet malgré cette double vérification ? "Il a fait de multiples tentatives avec différentes combinaisons à 16 chif fies, explique-t-on chez Telecommerce. Toutes ont été refusées, sauf une, acceptée car l'individu a finalement proposé un numéro « plausible ». Il s'agissait vraisemblablement d'une carte piratée et sur laquelle l'opposition n'avait pas encore été faite. "Mais cette opposition a-telle vraiment eu lieu ? Cette question ne recueille que le silence à la BNP, qui suit ce dossier "actuellement entre les mains du service juridique". La banque peut-elle délivrer une autorisation par défaut, c'est-à-dire sans être sûre à 100% de la validité de la carte présentée ? "Non, clairement non, nous dit Hervé Delacotte, du Groupement des cartes bancaires. Une seule alternative est possible : oui, la carte est recevable, ou non, elle figure dans le fichier des cartes invalides ou en opposition. "Aussi faut-il que le titulaire de la carte sache qu'elle est utilisée à des fins frauduleuses. Il y a un an, la Direction générale de la concurrence, de la con- l'w "Comment voulez-vous que nous attrapions les 1— fraudeurs si les plaintes ne nous parviennent iy pas ? demande Marcel Vigouroux, le chef de la Brigade centrale de répression de la criminalité informatique (BCRCI). Lorsqu'elles nous arrivent, et quand les délits ont lieu sur le territoire français, nous avons 100% de réussite." Le problème, c'est que ces plaintes sont noyées dans la somme totale des arnaques à la carte bancaire (7 000 au premier semestre 1999). Et que, même si elles sont sorties du lot, elles n'arrivent pas forcément à la BCRCI. De plus, il y a des lacunes dans la coopération internationale Plus de renseignements : www.finances.gouv.fr/DGCCRF/des polices. Les Américains, par exemple, seraient peu enclins à suivre les demandes d'Interpol - "trop européen" à leur goût - pour interpeller des fraudeurs sévissant sur leur territoire. sommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) avait mis la main sur un fichier disponible sur le Web et composé de 26 000 noms, avec les numéros de cartes et mails correspondants (SVMn°170). Les personnes figurant sur ce fichier, qui peut tomber entre les mains de n'importe qui, ne se savent pas toutes victimes de ce piratage. Aucune raison donc pour que leur carte soit en opposition... jusqu'au jour où des débits dont elles ne sont pas à l'origine apparaissent sur leur relevé bancaire. Le petit commerçant légalement démuni Mais face à ce phénomène typiquement lié à l'essor d'Internet, notre petit commerçant français reste bien démuni, et dispose de peu de recours. Il peut toujours s'adresser à son commissariat qui transmettra sa plainte au procureur de la République, qui lui-même contactera Interpol en l'occurrence puisque le fraudeur sévit depuis le Canada. Mais le résultat de cette démarche est incertain (voir encadré) et ne garantit pas le remboursement du montant de la fraude. Notre marchand de bijoux, lui, a opté pour une solution plus radicale : il refuse désormais les cartes bancaires et n'accepte que les paiements par virement ou par chèque. On n'arrête pas le progrès ! 44 SVM FEVRIER 2000 HTTP.//SVM.VNUNET.FR PH OTOS. FO TO G RAM STONE/KEN FISHER
))Aujourd'hui tout le monde peut sauvegarder l'essentiel. *Ecrire, réécrire, lire (7.4 work : REwki-rE READ Graveurs multifonctions POUR EN SAVOIR PLUS SUR LA GAMME CRVV8424 : VVVVVV.YAMAHA.FR - - YAMAHA EN TECHNOLOGIE CD-RW KIT INTERNE ULTRA SCSI-3 POUR PC YAMAHA CRW13424s-vic KIT INTERNE ATAPI POUR PC YAMAHA CRWB424E-vK KIT EXTERNE ULTRA SCSI-3 POUR PC ET MACINTOSH YAMAHA CRW8424sx-vK YAMAHA MUSIQUE FRANCE - DÉPARTEMENT MULTIMÉDIA BP 70 - 77312 MARNE-LA-VALLÉE CEDEX 2 Pour plus d'in formations, service lecteurs n °71 64 68 55 65'essentiel-cabinet quéruel 01



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 179 février 2000 Page 1SVM numéro 179 février 2000 Page 2-3SVM numéro 179 février 2000 Page 4-5SVM numéro 179 février 2000 Page 6-7SVM numéro 179 février 2000 Page 8-9SVM numéro 179 février 2000 Page 10-11SVM numéro 179 février 2000 Page 12-13SVM numéro 179 février 2000 Page 14-15SVM numéro 179 février 2000 Page 16-17SVM numéro 179 février 2000 Page 18-19SVM numéro 179 février 2000 Page 20-21SVM numéro 179 février 2000 Page 22-23SVM numéro 179 février 2000 Page 24-25SVM numéro 179 février 2000 Page 26-27SVM numéro 179 février 2000 Page 28-29SVM numéro 179 février 2000 Page 30-31SVM numéro 179 février 2000 Page 32-33SVM numéro 179 février 2000 Page 34-35SVM numéro 179 février 2000 Page 36-37SVM numéro 179 février 2000 Page 38-39SVM numéro 179 février 2000 Page 40-41SVM numéro 179 février 2000 Page 42-43SVM numéro 179 février 2000 Page 44-45SVM numéro 179 février 2000 Page 46-47SVM numéro 179 février 2000 Page 48-49SVM numéro 179 février 2000 Page 50-51SVM numéro 179 février 2000 Page 52-53SVM numéro 179 février 2000 Page 54-55SVM numéro 179 février 2000 Page 56-57SVM numéro 179 février 2000 Page 58-59SVM numéro 179 février 2000 Page 60-61SVM numéro 179 février 2000 Page 62-63SVM numéro 179 février 2000 Page 64-65SVM numéro 179 février 2000 Page 66-67SVM numéro 179 février 2000 Page 68-69SVM numéro 179 février 2000 Page 70-71SVM numéro 179 février 2000 Page 72-73SVM numéro 179 février 2000 Page 74-75SVM numéro 179 février 2000 Page 76-77SVM numéro 179 février 2000 Page 78-79SVM numéro 179 février 2000 Page 80-81SVM numéro 179 février 2000 Page 82-83SVM numéro 179 février 2000 Page 84-85SVM numéro 179 février 2000 Page 86-87SVM numéro 179 février 2000 Page 88-89SVM numéro 179 février 2000 Page 90-91SVM numéro 179 février 2000 Page 92-93SVM numéro 179 février 2000 Page 94-95SVM numéro 179 février 2000 Page 96-97SVM numéro 179 février 2000 Page 98-99SVM numéro 179 février 2000 Page 100-101SVM numéro 179 février 2000 Page 102-103SVM numéro 179 février 2000 Page 104-105SVM numéro 179 février 2000 Page 106-107SVM numéro 179 février 2000 Page 108-109SVM numéro 179 février 2000 Page 110-111SVM numéro 179 février 2000 Page 112-113SVM numéro 179 février 2000 Page 114-115SVM numéro 179 février 2000 Page 116-117SVM numéro 179 février 2000 Page 118-119SVM numéro 179 février 2000 Page 120-121SVM numéro 179 février 2000 Page 122-123SVM numéro 179 février 2000 Page 124-125SVM numéro 179 février 2000 Page 126-127SVM numéro 179 février 2000 Page 128-129SVM numéro 179 février 2000 Page 130-131SVM numéro 179 février 2000 Page 132-133SVM numéro 179 février 2000 Page 134-135SVM numéro 179 février 2000 Page 136-137SVM numéro 179 février 2000 Page 138-139SVM numéro 179 février 2000 Page 140-141SVM numéro 179 février 2000 Page 142-143SVM numéro 179 février 2000 Page 144-145SVM numéro 179 février 2000 Page 146-147SVM numéro 179 février 2000 Page 148-149SVM numéro 179 février 2000 Page 150-151SVM numéro 179 février 2000 Page 152-153SVM numéro 179 février 2000 Page 154-155SVM numéro 179 février 2000 Page 156-157SVM numéro 179 février 2000 Page 158-159SVM numéro 179 février 2000 Page 160-161SVM numéro 179 février 2000 Page 162-163SVM numéro 179 février 2000 Page 164-165SVM numéro 179 février 2000 Page 166-167SVM numéro 179 février 2000 Page 168-169SVM numéro 179 février 2000 Page 170-171SVM numéro 179 février 2000 Page 172-173SVM numéro 179 février 2000 Page 174-175SVM numéro 179 février 2000 Page 176-177SVM numéro 179 février 2000 Page 178-179SVM numéro 179 février 2000 Page 180-181SVM numéro 179 février 2000 Page 182-183SVM numéro 179 février 2000 Page 184-185SVM numéro 179 février 2000 Page 186-187SVM numéro 179 février 2000 Page 188-189SVM numéro 179 février 2000 Page 190-191SVM numéro 179 février 2000 Page 192-193SVM numéro 179 février 2000 Page 194-195SVM numéro 179 février 2000 Page 196-197SVM numéro 179 février 2000 Page 198-199SVM numéro 179 février 2000 Page 200-201SVM numéro 179 février 2000 Page 202-203SVM numéro 179 février 2000 Page 204-205SVM numéro 179 février 2000 Page 206-207SVM numéro 179 février 2000 Page 208-209SVM numéro 179 février 2000 Page 210-211SVM numéro 179 février 2000 Page 212-213SVM numéro 179 février 2000 Page 214-215SVM numéro 179 février 2000 Page 216-217SVM numéro 179 février 2000 Page 218-219SVM numéro 179 février 2000 Page 220-221SVM numéro 179 février 2000 Page 222-223SVM numéro 179 février 2000 Page 224-225SVM numéro 179 février 2000 Page 226-227SVM numéro 179 février 2000 Page 228-229SVM numéro 179 février 2000 Page 230-231SVM numéro 179 février 2000 Page 232-233SVM numéro 179 février 2000 Page 234-235SVM numéro 179 février 2000 Page 236-237SVM numéro 179 février 2000 Page 238-239SVM numéro 179 février 2000 Page 240