SVM n°179 février 2000
SVM n°179 février 2000
  • Prix facial : 20 F

  • Parution : n°179 de février 2000

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 240

  • Taille du fichier PDF : 196 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... Intel crée l'Internet absolu.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
ACTUALITÉS o, L'analyse TÉLÉCOMMERCE l'escro du Net Il est Canadien, il sévit sur la plate-forme de commerce électronique de France Télécom, tout le monde connaît son nom. Mais personne ne peut le coincer. Explications. PAR LAURE DUMONT E\PH E\\VI PICNON SUR UNE d'une petite boutique de plate-forme de commerce en ligne, le propriétaire bijoux et de philatélie de l'Ain croyait s'ouvrir les portes du World Wide Web. En toute sérénité. Pour ce commerçant, installer sa boutique chez Telecommerce lui permettait de s'offrir les services de "la" pla- CYBER-COMM CYBER-COMM/JACQUES LE GOFF te-forme de paiement sécurisé créée par France Télécom en mai 1998. Plus dure fut la chute. En août dernier, le site de sa boutique a subi les assauts répétés d'un individu armé de numéros de cartes bancaires piratés. Résultat de l'opération : la valeur de 4 000 francs de bijoux livrée quelque part au Canada... et un gros trou dans les comptes du bijou- La solution française Face à la fraude à la carte bancaire sur le Web, neuf banques françaises répondent d'une seule voix : Cyber-Comm. Dès février, ce consortium devrait proposer des lecteurs de cartes bancaires au prix de 400 F. Branché sur un PC, l'appareil permettra à l'internaute de procéder comme dans une boutique classique : il y glisse sa carte et tape son code secret. L'objectif est d'assurer une sécurisation totale - par authentification de l'acheteur - des achats sur Internet. Grâce à un logiciel installé sur le disque dur du PC, le lecteur génère la signature numérique de la transaction, et garantit ainsi la banque de l'intégrité des données échangées entre les deux parties. La technologie Cyber-Comm, basée sur le protocole Set (Secure Electronic Transaction), évite ainsi la diffusion des numéros de cartes sur le Web, et, donc, le risque de piratage. Mais c'est là une solution francofrançaise qui fait bien pâle figure face à un phénomène mondial. a tier. En vertu du contrat de vente à distance signé par le commerçant avec sa banque, celle-ci a fait lettre morte à ses demandes insistantes de remboursement. Ce contrat type signé par tout commerçant vendant à distance — par courrier, par téléphone ou par Internet — fait en effet peser sur lui, et lui seul, une responsabilité totale quant aux transactions qui le lient à ses clients. Autrement dit, si l'un de ceux-ci fraude, le commerçant doit en assumer les conséquences. A ses frais en l'occurrence. Une Infrastructure censée garantir la sécurité de la transaction Echaudé, le propriétaire de la bijouterie s'est donc plaint auprès de Telecommerce, abreuvant en outre ses 200 confrères abonnés de mails virulents qui accusent l'entreprise de 42 SVM FÉVRIER 2 0 0 0 HTTP://SVM.VNUNET.FR
FLEvRisTE L'escroc passe commande Telecommerce demande l'authentification de la carte La banque refuse son autorisation de paiement ne pas faire le travail de sécurisation pour lequel ils la paient. "En nous assurant de la sécurisation totale des échanges électroniques qui transitent par ses services, Telecommerce nous ment. La preu- ve : leurs logiciels ont validé des numéros de cartes bancaires qui n'étaient pas censés l'être. "Nous y voilà. Pour les commerçants souhaitant basculer sur le Web, Telecommerce offre une infrastructure technologique que la plupart d'entre eux ne peuvent s'offrir. Moyennant quelque 10 000 F de frais de mise en service, et un abonnement mensuel de 500 à 2 500 F selon le chiffre d'affaires de la boutique, la filiale de France Télécom "garantit à l'acheteur comme au vendeur la sécurisation de la transac- BANQUE OUI NON ti on électronique", assure pour le commerçant une fonction dite de « back office » (paramétrage de la boutique, calcul automatique du montant des achats, de la TVA et des frais de ports, suivi des commandes...) et lui fait bénéficier de la logistique de France Télécom (portails, Wanadoo) pour le référencement de sa boutique et, donc, l'augmentation potentielle de sa fréquentation. Tour le paiement sécurisé, explique Dominique Pasquet, le directeur général de Telecommerce, nous jouons -eimee SCÉNARIO Un internaute malhonnête passe commande sur le site d'un bijoutier de Telecommerce. Celui-ci enregistre la commande. Telecommerce vérifie la plausibilité de la carte bancaire proposée. Le numéro est plausible, Telecommerce se tourne vers la banque, censée authen- tifier la carte. Le bijoutier livre dans les 7 jours conformément à l'accord qui le lie à la plate-forme de commerce. Entre-temps, la banque aurait reçu une opposition sur la carte en question. Elle refuse donc de payer le commerçant. SVM › FÉVRIER 2 0 0 0 HTTP://SVAI.VNUNET.FR 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 179 février 2000 Page 1SVM numéro 179 février 2000 Page 2-3SVM numéro 179 février 2000 Page 4-5SVM numéro 179 février 2000 Page 6-7SVM numéro 179 février 2000 Page 8-9SVM numéro 179 février 2000 Page 10-11SVM numéro 179 février 2000 Page 12-13SVM numéro 179 février 2000 Page 14-15SVM numéro 179 février 2000 Page 16-17SVM numéro 179 février 2000 Page 18-19SVM numéro 179 février 2000 Page 20-21SVM numéro 179 février 2000 Page 22-23SVM numéro 179 février 2000 Page 24-25SVM numéro 179 février 2000 Page 26-27SVM numéro 179 février 2000 Page 28-29SVM numéro 179 février 2000 Page 30-31SVM numéro 179 février 2000 Page 32-33SVM numéro 179 février 2000 Page 34-35SVM numéro 179 février 2000 Page 36-37SVM numéro 179 février 2000 Page 38-39SVM numéro 179 février 2000 Page 40-41SVM numéro 179 février 2000 Page 42-43SVM numéro 179 février 2000 Page 44-45SVM numéro 179 février 2000 Page 46-47SVM numéro 179 février 2000 Page 48-49SVM numéro 179 février 2000 Page 50-51SVM numéro 179 février 2000 Page 52-53SVM numéro 179 février 2000 Page 54-55SVM numéro 179 février 2000 Page 56-57SVM numéro 179 février 2000 Page 58-59SVM numéro 179 février 2000 Page 60-61SVM numéro 179 février 2000 Page 62-63SVM numéro 179 février 2000 Page 64-65SVM numéro 179 février 2000 Page 66-67SVM numéro 179 février 2000 Page 68-69SVM numéro 179 février 2000 Page 70-71SVM numéro 179 février 2000 Page 72-73SVM numéro 179 février 2000 Page 74-75SVM numéro 179 février 2000 Page 76-77SVM numéro 179 février 2000 Page 78-79SVM numéro 179 février 2000 Page 80-81SVM numéro 179 février 2000 Page 82-83SVM numéro 179 février 2000 Page 84-85SVM numéro 179 février 2000 Page 86-87SVM numéro 179 février 2000 Page 88-89SVM numéro 179 février 2000 Page 90-91SVM numéro 179 février 2000 Page 92-93SVM numéro 179 février 2000 Page 94-95SVM numéro 179 février 2000 Page 96-97SVM numéro 179 février 2000 Page 98-99SVM numéro 179 février 2000 Page 100-101SVM numéro 179 février 2000 Page 102-103SVM numéro 179 février 2000 Page 104-105SVM numéro 179 février 2000 Page 106-107SVM numéro 179 février 2000 Page 108-109SVM numéro 179 février 2000 Page 110-111SVM numéro 179 février 2000 Page 112-113SVM numéro 179 février 2000 Page 114-115SVM numéro 179 février 2000 Page 116-117SVM numéro 179 février 2000 Page 118-119SVM numéro 179 février 2000 Page 120-121SVM numéro 179 février 2000 Page 122-123SVM numéro 179 février 2000 Page 124-125SVM numéro 179 février 2000 Page 126-127SVM numéro 179 février 2000 Page 128-129SVM numéro 179 février 2000 Page 130-131SVM numéro 179 février 2000 Page 132-133SVM numéro 179 février 2000 Page 134-135SVM numéro 179 février 2000 Page 136-137SVM numéro 179 février 2000 Page 138-139SVM numéro 179 février 2000 Page 140-141SVM numéro 179 février 2000 Page 142-143SVM numéro 179 février 2000 Page 144-145SVM numéro 179 février 2000 Page 146-147SVM numéro 179 février 2000 Page 148-149SVM numéro 179 février 2000 Page 150-151SVM numéro 179 février 2000 Page 152-153SVM numéro 179 février 2000 Page 154-155SVM numéro 179 février 2000 Page 156-157SVM numéro 179 février 2000 Page 158-159SVM numéro 179 février 2000 Page 160-161SVM numéro 179 février 2000 Page 162-163SVM numéro 179 février 2000 Page 164-165SVM numéro 179 février 2000 Page 166-167SVM numéro 179 février 2000 Page 168-169SVM numéro 179 février 2000 Page 170-171SVM numéro 179 février 2000 Page 172-173SVM numéro 179 février 2000 Page 174-175SVM numéro 179 février 2000 Page 176-177SVM numéro 179 février 2000 Page 178-179SVM numéro 179 février 2000 Page 180-181SVM numéro 179 février 2000 Page 182-183SVM numéro 179 février 2000 Page 184-185SVM numéro 179 février 2000 Page 186-187SVM numéro 179 février 2000 Page 188-189SVM numéro 179 février 2000 Page 190-191SVM numéro 179 février 2000 Page 192-193SVM numéro 179 février 2000 Page 194-195SVM numéro 179 février 2000 Page 196-197SVM numéro 179 février 2000 Page 198-199SVM numéro 179 février 2000 Page 200-201SVM numéro 179 février 2000 Page 202-203SVM numéro 179 février 2000 Page 204-205SVM numéro 179 février 2000 Page 206-207SVM numéro 179 février 2000 Page 208-209SVM numéro 179 février 2000 Page 210-211SVM numéro 179 février 2000 Page 212-213SVM numéro 179 février 2000 Page 214-215SVM numéro 179 février 2000 Page 216-217SVM numéro 179 février 2000 Page 218-219SVM numéro 179 février 2000 Page 220-221SVM numéro 179 février 2000 Page 222-223SVM numéro 179 février 2000 Page 224-225SVM numéro 179 février 2000 Page 226-227SVM numéro 179 février 2000 Page 228-229SVM numéro 179 février 2000 Page 230-231SVM numéro 179 février 2000 Page 232-233SVM numéro 179 février 2000 Page 234-235SVM numéro 179 février 2000 Page 236-237SVM numéro 179 février 2000 Page 238-239SVM numéro 179 février 2000 Page 240