SVM n°179 février 2000
SVM n°179 février 2000
  • Prix facial : 20 F

  • Parution : n°179 de février 2000

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (204 x 280) mm

  • Nombre de pages : 240

  • Taille du fichier PDF : 196 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... Intel crée l'Internet absolu.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 198 - 199  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
198 199
USQU'À PRÉSENT, la transfor- J mation des polygones et les effets de lumière (Transform& Lightning, ou T&L) étaient traités par le processeur central du PC. Ce qui, même avec un Pentium III, devient un peu juste sur certains jeux. Avec le GeForce 256, le processeur central Choisir Ultra, par exemple, n'ont guère de raisons d'en changer : ces puces graphiques sont encore à la hauteur. Et vu leur prix — à partir de 1 300 francs —, elles sont même un bon choix. En revanche, ceux qui possèdent une carte à base de Rage 128 de première génération ou même de Voodoo 3 peuvent envisager de passer à plus sérieux. AGP 4X, le futur plus que le présent Les cartes actuelles se targuent d'être à la norme AGP 4X. L'ACP (Advanced Graphie Port) a été mis au point par Intel afin que les cartes 3D disposent d'une bande passante plus importante qu'avec le bus PCI, et qu'elles puissent utiliser la mé- est déchargé de ces calculs. Pour se faire une idée préci- — pot R BI ENTôT... La riposte de 3Dfx Mal Si la Voodoo 3 surprend agréablement en affichant un nombre d'images à la seconde très flatteur, elle le doit principalement à la fréquence élevée de son processeur à 166 MHz et aux tests en mode 16 bits. Hormis cela, elle souffre toujours de son incapacité à gérer les textures en 32 bits ainsi que celles de plus de 256 x 256 pixels. Mais cela pourrait changer avec, l'arrivée des Voodoo 4 et 5 annoncées pour fin mars. Ces cartes géreront des textures 32 bits de 2 048 points sur 2048. Elles disposeront également de nouvelles fonctions comme la compression de texture ou le "T-Buffering", par exemple pour donner un effet de flou à un objet en mouvement. Selon les modèles, elles embarqueront de 1 à 4 processeurs et de 32 à 128 Mo de mémoire. Ainsi équipées, et aux dires de 3Dfx, elles seront capables de traiter de 337 millions à 1,47 milliard de pixels à la seconde (Fill-Rate). moire centrale d'un PC comme mémoire d'appoint pour gérer les textures très lourdes. Hier en mode 2X (la Voodoo 3000 l'est toujours), avec des transferts se du gain apporté par cette technologie, nous avons soumis la carte Creative GeForce Annihilator 256 Pro à deux épreuves à l'aide du tout nouveau logiciel de test (bench) 3DMark 2000. D'abord avec le T&L activé, ensuite en le désactivant. Les résultats sont éloquents. Ainsi, avec une démo d'hélicoptère en 1024x 768 points théoriques à 533 Mo/s, l'AGP grimpe maintenant à 4X, soit plus de 1 Go/s. Si l'amélioration est bien réelle dans l'absolu, il faut savoir que pour travailler en 4X, la carte mère du LES ATOUTS DU PKUCtSStUK LiEFUKCE 156 et en haute qualité, on obtient respectivement 33,8 images/seconde, T&L activé... contre seulement 15,5, T&L désactivé. Reste qu'il faut que les jeux soient adaptés pour tirer profit de la fonction T&L du GeForce 256. Une dizaine aujourd'hui sont dans ce cas, et on en attend une cinquantaine pour juillet prochain. EN SOULAGEANT LE PROCESSEUR CENTRAL DU PC, le GeForce 256 permet une rapidité de calcul qui se traduit par un rendu bien meilleur des éléments, surtout s'ils sont en mouvement. Cette petite démo livrée par le fabricant, même un brin exagérée, l'illustre bien. PC doit accepter cette nouvelle norme. Ce qui revient à dire que la carte mère doit embarquer un chipset i820 ou i840 d'Intel, voire un Apollo 133A de VIA (sinon, la carte en AGP 4X fonctionnera en 2X). Des chipsets qui, à l'heure actuelle, commencent à peine à arriver sur le marché. L'ACP 4X ne peut donc pas être un critère majeur dans le choix d'une carte 3D... à moins qu'on ne change aussi de PC. Les cartes font leur cinéma L'autre point à garder en mémoire lors de l'achat d'une carte vidéo, c'est que la 2D et la 3D ne sont plus les seuls domaines qu'elles explorent. Ainsi, on trouve de plus en plus de cartes multifonctions capables de faire de l'acquisition vidéo ou de se transformer en tuner TV. Mais le domaine dans lequel elles sont en passe de s'imposer, c'est celui du cinéma à la maison. De fait, toutes les cartes peuvent faire de la décompression Mpeg-2. En duo avec un lecteur idoine, elles affichent les films sur DVD -Vidéo, avec 198 SVM FÉVRIER 2 0 0 0 HTTP//SVM VNUNET.FR
t "9 re, ! il/ilt+ - DIX CARTES 3D AU BANC D'ESSAI Deux tests pour étalonner la puissance des cartes et la qualité des programmes de pilotes. LE LOGICIEL 3DMARK 2000 montre la puissance brute des cartes avec un pilote Direct 3D (les fonctions multimédias de Windows). Comme 3DMark sous-traite à la puce GeForce 256 la transformation des polygones et les effets de lumière (assurés, sinon, par le processeur principal du PC), les cartes fonctionnent au maximum de leur puissance. Et de fait, les modèles Asus, Creative Labs, Elsa et Guillemot, toutes à base de GeForce 256, sont intouchables. Les autres puces graphiques obtiennent toutefois des résultats très honorables, mais la Voodoo 3 ne franchit pas le test en mode 32 bits. la qualité sans égal que propose ce support. Cette aptitude n'est pas à négliger puisqu'elle permet d'économiser le coût (environ 500 F TTC) d'une carte de décompression spécifique. Encore faut-il distinguer les cartes qui font de la décompression à 100% par matériel, comme cel- les à base de puce ATI Rage 128, de celles qui le font en semi-matériel (avec un logiciel complémentaire fourni). Cette distinction n'est toutefois importante que si l'on possède un processeurinférieur à un Pentium II à 300 MHz. Dans ce cas, mieux vaut opter pour une carte ATI Rage Pro L'ACQUISITION VIDÉO EN PLUS ES CARTES GRAPHIQUES assument parfois aussi les fonctions d'acquisition vidéo pour Lfaire du montage, ou encore de tuner TV pour recevoir des émissions de télé. Leurs prises d'entrée et de sortie vidéo peuvent donc également constituer un critère déterminant dans le choix final, surtout pour les cinéphiles. Ainsi, avec un lecteur de DVD et une carte vidéo pourvue d'une sortie S-Vidéo, on peut visionner des films DVD sur la télé, plus grande en général que le moniteur. Cicontre, différents exemples de connecteurs. La carte 1 ne dispose que d'un branchement VGA pour le moniteur. La 2 possède deux connecteurs VGA pour utiliser deux écrans simultanément. La 3 offre une sortie et une entrée S-Vidéo, et une sortie vidéo composite. Sur la 4, on reconnaît une sortie DFP (ou Digital Flat Panel) pour relier un écran plat numérique. Enfin, en plus des prises déjà vues, la 5 dévoile un connecteur tuner TV. SVAI FEVRIER 2 0 0 0 HTTP://SVM.VNUNET.FR AVEC LE JEU QUAKE ni, on évalue, cette fois, la qualité des pilotes OpenGL d'une carte (des fonctions multimédias nécessaires pour certains jeux). Là encore les chiffres parlent d'eux-mêmes : les GeForce 256 oscillent entre 55,6 et 59,7 images par seconde. Ce qui est de bon augure puisque les pilotes des GeForce ne sont certainement pas encore arrivés à maturité. Mais on remarque aussi que les autres cartes équipées de TNT 2 (en version simple, Pro ou Ultra), de Voodoo 3 et de G400 Max restent toutes au-dessus de la limite acceptable des 24 images par seconde. 128. Au-delà de 300 MHz, n'importe quelle carte fait l'affaire. Pilotes sous-qualifiés Les nouvelles cartes 3D seraient-elles donc si parfaites qu'elles n'aient pas de points faibles ? Mis à part leur prix, nous en voyons au moins un. Un défaut récurrent INFOGRAPHIE FRÉDÉRIC BOULANGER même, surtout si elles viennent d'être commercialisées : la qualité médiocre des programmes pilotes (drivers). Ces derniers sont heureusement régulièrement améliorés, ce qui permet, Mise à jour desilotes : peu à peu, de www.driversliq.com tirer le maximum des qualités des puces graphiques. Il est donc indispensable de faire un tour de temps à autre sur le site Web du fabricant de la carte pour vérifier si le pilote n'a pas été mis à jour. Parfois, les performances iront du simple au double ! Essayez également les pilotes génériques proposés par le fabricant du chip graphique, qui sont parfois meilleurs que ceux fournis par le concepteur de la carte. Là encore, vous grappillerez peut-être encore un petit "chouia" de puissance... 199



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 179 février 2000 Page 1SVM numéro 179 février 2000 Page 2-3SVM numéro 179 février 2000 Page 4-5SVM numéro 179 février 2000 Page 6-7SVM numéro 179 février 2000 Page 8-9SVM numéro 179 février 2000 Page 10-11SVM numéro 179 février 2000 Page 12-13SVM numéro 179 février 2000 Page 14-15SVM numéro 179 février 2000 Page 16-17SVM numéro 179 février 2000 Page 18-19SVM numéro 179 février 2000 Page 20-21SVM numéro 179 février 2000 Page 22-23SVM numéro 179 février 2000 Page 24-25SVM numéro 179 février 2000 Page 26-27SVM numéro 179 février 2000 Page 28-29SVM numéro 179 février 2000 Page 30-31SVM numéro 179 février 2000 Page 32-33SVM numéro 179 février 2000 Page 34-35SVM numéro 179 février 2000 Page 36-37SVM numéro 179 février 2000 Page 38-39SVM numéro 179 février 2000 Page 40-41SVM numéro 179 février 2000 Page 42-43SVM numéro 179 février 2000 Page 44-45SVM numéro 179 février 2000 Page 46-47SVM numéro 179 février 2000 Page 48-49SVM numéro 179 février 2000 Page 50-51SVM numéro 179 février 2000 Page 52-53SVM numéro 179 février 2000 Page 54-55SVM numéro 179 février 2000 Page 56-57SVM numéro 179 février 2000 Page 58-59SVM numéro 179 février 2000 Page 60-61SVM numéro 179 février 2000 Page 62-63SVM numéro 179 février 2000 Page 64-65SVM numéro 179 février 2000 Page 66-67SVM numéro 179 février 2000 Page 68-69SVM numéro 179 février 2000 Page 70-71SVM numéro 179 février 2000 Page 72-73SVM numéro 179 février 2000 Page 74-75SVM numéro 179 février 2000 Page 76-77SVM numéro 179 février 2000 Page 78-79SVM numéro 179 février 2000 Page 80-81SVM numéro 179 février 2000 Page 82-83SVM numéro 179 février 2000 Page 84-85SVM numéro 179 février 2000 Page 86-87SVM numéro 179 février 2000 Page 88-89SVM numéro 179 février 2000 Page 90-91SVM numéro 179 février 2000 Page 92-93SVM numéro 179 février 2000 Page 94-95SVM numéro 179 février 2000 Page 96-97SVM numéro 179 février 2000 Page 98-99SVM numéro 179 février 2000 Page 100-101SVM numéro 179 février 2000 Page 102-103SVM numéro 179 février 2000 Page 104-105SVM numéro 179 février 2000 Page 106-107SVM numéro 179 février 2000 Page 108-109SVM numéro 179 février 2000 Page 110-111SVM numéro 179 février 2000 Page 112-113SVM numéro 179 février 2000 Page 114-115SVM numéro 179 février 2000 Page 116-117SVM numéro 179 février 2000 Page 118-119SVM numéro 179 février 2000 Page 120-121SVM numéro 179 février 2000 Page 122-123SVM numéro 179 février 2000 Page 124-125SVM numéro 179 février 2000 Page 126-127SVM numéro 179 février 2000 Page 128-129SVM numéro 179 février 2000 Page 130-131SVM numéro 179 février 2000 Page 132-133SVM numéro 179 février 2000 Page 134-135SVM numéro 179 février 2000 Page 136-137SVM numéro 179 février 2000 Page 138-139SVM numéro 179 février 2000 Page 140-141SVM numéro 179 février 2000 Page 142-143SVM numéro 179 février 2000 Page 144-145SVM numéro 179 février 2000 Page 146-147SVM numéro 179 février 2000 Page 148-149SVM numéro 179 février 2000 Page 150-151SVM numéro 179 février 2000 Page 152-153SVM numéro 179 février 2000 Page 154-155SVM numéro 179 février 2000 Page 156-157SVM numéro 179 février 2000 Page 158-159SVM numéro 179 février 2000 Page 160-161SVM numéro 179 février 2000 Page 162-163SVM numéro 179 février 2000 Page 164-165SVM numéro 179 février 2000 Page 166-167SVM numéro 179 février 2000 Page 168-169SVM numéro 179 février 2000 Page 170-171SVM numéro 179 février 2000 Page 172-173SVM numéro 179 février 2000 Page 174-175SVM numéro 179 février 2000 Page 176-177SVM numéro 179 février 2000 Page 178-179SVM numéro 179 février 2000 Page 180-181SVM numéro 179 février 2000 Page 182-183SVM numéro 179 février 2000 Page 184-185SVM numéro 179 février 2000 Page 186-187SVM numéro 179 février 2000 Page 188-189SVM numéro 179 février 2000 Page 190-191SVM numéro 179 février 2000 Page 192-193SVM numéro 179 février 2000 Page 194-195SVM numéro 179 février 2000 Page 196-197SVM numéro 179 février 2000 Page 198-199SVM numéro 179 février 2000 Page 200-201SVM numéro 179 février 2000 Page 202-203SVM numéro 179 février 2000 Page 204-205SVM numéro 179 février 2000 Page 206-207SVM numéro 179 février 2000 Page 208-209SVM numéro 179 février 2000 Page 210-211SVM numéro 179 février 2000 Page 212-213SVM numéro 179 février 2000 Page 214-215SVM numéro 179 février 2000 Page 216-217SVM numéro 179 février 2000 Page 218-219SVM numéro 179 février 2000 Page 220-221SVM numéro 179 février 2000 Page 222-223SVM numéro 179 février 2000 Page 224-225SVM numéro 179 février 2000 Page 226-227SVM numéro 179 février 2000 Page 228-229SVM numéro 179 février 2000 Page 230-231SVM numéro 179 février 2000 Page 232-233SVM numéro 179 février 2000 Page 234-235SVM numéro 179 février 2000 Page 236-237SVM numéro 179 février 2000 Page 238-239SVM numéro 179 février 2000 Page 240