SVM n°15 mars 1985
SVM n°15 mars 1985
  • Prix facial : 16 F

  • Parution : n°15 de mars 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (206 x 283) mm

  • Nombre de pages : 156

  • Taille du fichier PDF : 151 Mo

  • Dans ce numéro : rencotre avec des génies... Clive Sinclair, Bill Gates, Chuck Peddle, Steve Wozniak, Thomas Kurtz.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
L FAUDRA un jour écrire l'épopée fascinante de ceux qui ont fait faire ses premiers pas à la microinformatique, et qui continuent à la guider vers un futur dont seules des spéculations hardies permettent de deviner les contours. Il y a, dans cette troupe d'hommes, des génies authentiques, de véritables poètes du silicium, aussi bien que des entrepreneurs avisés capables de risquer gros quand il le faut. Parfois, ce sont les mêmes. Ceux qui se sont fait un nom ont survécu à la terrible moulinette de cette industrie naissante, qui écrase en un clin d'oeil ceux qui n'ont pas su prendre le bon train au bon moment. Ils ont eu assez de talent, de passion, mais aussi de circonspection et d'esprit de synthèse pour prendre les bonnes décisions sans hésiter, dans un domaine où tout change très vite et où pourtant la longueur et la complexité du travail sont généralement extrêmes. Pour éclairer la vision que nous avons de la micro-informatique, nous abordons la publication d'une série d'interviews de ces stars de l'industrie. Ce mois-ci, nous donnons la parole à Clive Sinclair, le précurseur de l'ordinateur bon marché, SteveWozniak, le créateur de l'Apple II, Thomas Kurtz, l'inventeur du Basic, Bill Gates, qui l'a adapté aux micro-ordinateurs, et Chuck Peddle, père du Pet de Commodore, l'un des premiers micros vendus à grande échelle. La deuxième partie de cette série sera publiée le mois prochain. LES STARS DE LA MICRO INFORMATIQUE 58 SCIENCE & VIE MICRO N°15 - MARS 1985
I L Y A QUATRE MILLIARDS D'ANNÉES, quand l'Univers n'avait que la moitié de sa taille actuelle et que le système solaire n'était vieux que de cinq millions d'années, une chose singulière est apparue : la vie. Par quelque processus inéluctable dans le magma originel, remué par de violents rayons cosmiques et des éclairs de lumière, des composés de carbone d'une étrange complexité se sont formés et reformés, se développant lentement jusqu'à pouvoir absorber la lumière du soleil et se reproduire. Pendant un milliard d'années, ces premières bactéries, si mystérieusement apparues, s'assemblant pour former des coraux appelés stromatolites, furent la seule vie. Trois milliards d'années plus tard, leur évolution a donné l'humanité. J'ai dit que l'événement qui donna naissance à ce processus était singulier et, pour autant que nous le sachions, il l'est resté. Mais il ne le restera pas longtemps. Toute vie provient du carbone et le carbone est exceptionnel quant à la variété des corps qu'il peut donner, fournissant aux organismes un large choix de matériaux de construction. Si nous découvrons un jour de la vie sur d'autres planètes, il ne serait pas surprenant qu'elle soit de la même façon basée sur le carbone. Mais elle pourrait être basée sur autre chose... Quand j'étais enfant, je lisais des récits de science-fiction et, à l'époque, l'un des thèmes à la mode était la découverte d'une forme de vie étrangement différente de la nôtre. L'une des idées souvent développées était celle d'une vie basée non sur des composés de carbone mais sur le silicium, à cause du fait, je pense, Clive Sinclair Si Clive Sinclair n'existait pas, on s'ennuierait ferme dans la micro-informatique. Clive Sinclair est-il un fou ou un génie ? En tout cas, ceux qui pensent qu'il est simplement l'homme qui a apporté au monde le ZX 80,1e ZX 81,1e Spectrum et le QL se trompent. D'abord, c'est un cancre : il a quitté l'école à 17 ans. Ensuite, il a inventé la calculatrice de poche ; c'était en 1972. Puis il a mis sur le marché l'une des premières montres à affichage numérique ; c'était en 1975. Tout cela au sein d'une société qu'il a fondée à 22 ans, Sinclair Radionics, qui a commencé par vendre des amplificateurs en kit. Elle a laissé la place à Sinclair Research, à qui on doit les micro-ordinateurs que vous connaissez. Aujourd'hui, Sir Clive lance une voiture électrique à 5 000 F dont le guidon passe sous les jambes, et annonce qu'il réussira à fabriquer des circuits intégrés en plaquettes ; tous ceux qui s'y sont essayés jusqu'à présent se sont cassé les dents. Vous trouvez ça étonnant ? Vous n'avez rien vu. Attachez vos ceintures et lisez ce qui suit. On vous prévient, ça décolle très fort. L'homme va créer des machines plus intelligentes que lui... que le silicium lui aussi peut former de nombreux produits, dont beaucoup sont physiquement utiles. Bientôt, à mon avis, ces récits passeront pour prémonitoires, car la vie basée sur le silicium existera. Elle ne sera pas le résultat de millions d'années d'essais et d'erreurs dans le protoplasma énergétique, mais le résultat d'un simple siècle ou moins, de tentatives humaines. Je dis que le chemin où se trouve aujourd'hui l'industrie de l'électronique basée sur le silicium mènera à la vie. Le cerveau humain contient, parait-il, dix milliards de cellules, et chacune d'elles peut avoir un millier de connexions. De tels nombres sont décourageants. Ils nous ont fait renoncer jusqu'ici à l'idée de pouvoir fabriquer un jour une machine aux capacités semblables à celles de l'Homme. Mais maintenant que nous avons été habitués à progresser à un tel rythme, nos certitudes disparaissent. Dans un avenir relativement proche, peut-être dans seulement 10 ou 20 ans, nous serons capables d'assembler une machine aussi complexe que le cerveau humain. Et si nous savons le faire, nous le ferons. Il nous faudra peut-être alors un long moment pour la rendre intelligente grâce à un logiciel adapté ou à un changement d'architecture, mais nous y arriverons. Il est certain à mon avis que dans un futur qui se mesure en décennies et non en siècles, des machines de silicium parviendront d'abord à égaler, puis à surpasser leurs créateurs humains. Une fois qu'elles nous auront dépassés, elles seront capables de faire leurs propres programmes. Au sens vrai du mot, elles seront capables de se reproduire. Le silicium aura mis un terme au long monopole du carbone. Et au nôtre également, je suppose, car nous ne pourrons plus nous considérer comme l'intelligence la plus avancée de l'Univers connu. En principe, ce processus pourrait être interrompu. Certains tenteront de l'interrompre, mais l'inéluctable se produira quand même. Le couvercle de la'boite de Pandore'commence à s'ouvrir. Mais jetons un oeil plus précis sur le présent. D'ici la fin de cette décennie, le déclin du secteur secondaire de l'économie sera presque achevé — moins de 10% de la population active travaillera dans l'industrie en Grande- Bretagne. Les biens manufacturés seront toujours nécessaires mais, comme c'est déjà le cas pour l'agriculture, les importations et les progrès techniques supprimeront la quasitotalité des emplois. Parler des technologies de l'information peut être source d'erreur. Il est vrai que l'une des tendances des années à venir sera une chute significative, peut-être par un facteur 100, du coût de la publication, des vidéodisques et autres technologies remplaçant le papier. Cela sera peut-être aussi important que l'invention de l'écriture et la découverte des caractères mobiles d'imprimerie par Caxton. Mais parler de technologies de l'information crée la confusion. On entend par là que les gens manipuleront de l'information au lieu de manipuler des machines ; mais ce n'est pas un changement fondamental. La véritable révolution, celle qui ne fait que commencer, est celle de l'intelligence. L'électronique est en train de remplacer l'esprit humain, de la même façon que la vapeur a remplacé les muscles de l'Homme. Mais le remplacement de l'intelli- SCIENCE & VIE MICRO N°15 - MARS 1985 59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 15 mars 1985 Page 1SVM numéro 15 mars 1985 Page 2-3SVM numéro 15 mars 1985 Page 4-5SVM numéro 15 mars 1985 Page 6-7SVM numéro 15 mars 1985 Page 8-9SVM numéro 15 mars 1985 Page 10-11SVM numéro 15 mars 1985 Page 12-13SVM numéro 15 mars 1985 Page 14-15SVM numéro 15 mars 1985 Page 16-17SVM numéro 15 mars 1985 Page 18-19SVM numéro 15 mars 1985 Page 20-21SVM numéro 15 mars 1985 Page 22-23SVM numéro 15 mars 1985 Page 24-25SVM numéro 15 mars 1985 Page 26-27SVM numéro 15 mars 1985 Page 28-29SVM numéro 15 mars 1985 Page 30-31SVM numéro 15 mars 1985 Page 32-33SVM numéro 15 mars 1985 Page 34-35SVM numéro 15 mars 1985 Page 36-37SVM numéro 15 mars 1985 Page 38-39SVM numéro 15 mars 1985 Page 40-41SVM numéro 15 mars 1985 Page 42-43SVM numéro 15 mars 1985 Page 44-45SVM numéro 15 mars 1985 Page 46-47SVM numéro 15 mars 1985 Page 48-49SVM numéro 15 mars 1985 Page 50-51SVM numéro 15 mars 1985 Page 52-53SVM numéro 15 mars 1985 Page 54-55SVM numéro 15 mars 1985 Page 56-57SVM numéro 15 mars 1985 Page 58-59SVM numéro 15 mars 1985 Page 60-61SVM numéro 15 mars 1985 Page 62-63SVM numéro 15 mars 1985 Page 64-65SVM numéro 15 mars 1985 Page 66-67SVM numéro 15 mars 1985 Page 68-69SVM numéro 15 mars 1985 Page 70-71SVM numéro 15 mars 1985 Page 72-73SVM numéro 15 mars 1985 Page 74-75SVM numéro 15 mars 1985 Page 76-77SVM numéro 15 mars 1985 Page 78-79SVM numéro 15 mars 1985 Page 80-81SVM numéro 15 mars 1985 Page 82-83SVM numéro 15 mars 1985 Page 84-85SVM numéro 15 mars 1985 Page 86-87SVM numéro 15 mars 1985 Page 88-89SVM numéro 15 mars 1985 Page 90-91SVM numéro 15 mars 1985 Page 92-93SVM numéro 15 mars 1985 Page 94-95SVM numéro 15 mars 1985 Page 96-97SVM numéro 15 mars 1985 Page 98-99SVM numéro 15 mars 1985 Page 100-101SVM numéro 15 mars 1985 Page 102-103SVM numéro 15 mars 1985 Page 104-105SVM numéro 15 mars 1985 Page 106-107SVM numéro 15 mars 1985 Page 108-109SVM numéro 15 mars 1985 Page 110-111SVM numéro 15 mars 1985 Page 112-113SVM numéro 15 mars 1985 Page 114-115SVM numéro 15 mars 1985 Page 116-117SVM numéro 15 mars 1985 Page 118-119SVM numéro 15 mars 1985 Page 120-121SVM numéro 15 mars 1985 Page 122-123SVM numéro 15 mars 1985 Page 124-125SVM numéro 15 mars 1985 Page 126-127SVM numéro 15 mars 1985 Page 128-129SVM numéro 15 mars 1985 Page 130-131SVM numéro 15 mars 1985 Page 132-133SVM numéro 15 mars 1985 Page 134-135SVM numéro 15 mars 1985 Page 136-137SVM numéro 15 mars 1985 Page 138-139SVM numéro 15 mars 1985 Page 140-141SVM numéro 15 mars 1985 Page 142-143SVM numéro 15 mars 1985 Page 144-145SVM numéro 15 mars 1985 Page 146-147SVM numéro 15 mars 1985 Page 148-149SVM numéro 15 mars 1985 Page 150-151SVM numéro 15 mars 1985 Page 152-153SVM numéro 15 mars 1985 Page 154-155SVM numéro 15 mars 1985 Page 156