SVM n°15 mars 1985
SVM n°15 mars 1985
  • Prix facial : 16 F

  • Parution : n°15 de mars 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (206 x 283) mm

  • Nombre de pages : 156

  • Taille du fichier PDF : 151 Mo

  • Dans ce numéro : rencotre avec des génies... Clive Sinclair, Bill Gates, Chuck Peddle, Steve Wozniak, Thomas Kurtz.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
V')...111111111Mdiumiwee ONE Le portable de Data General : un vrai ordinateur DG One est le premier portable qui semble répondre à toutes les critiques habituelles. Il est compatible IBM, il a un écran plat et deux lecteurs de disquettes. Un succès d'estime garanti mais un prix qui reste élevé. DISPOSER D'UN ORDINATEUR QUE l'on peut transporter partout avec soi, et ne pas être à la merci d'une prise de courant pour l'utiliser était encore un rêve il y a plusieurs années. Puis quelques machines sont apparues, aux caractéristiques très séduisantes. Pourtant, aucune n'a véritablement percé sur le marché de la micro-informatique. Ce lent démarrage a provoqué une réaction de rejet, et certains détracteurs expliquent déjà les raisons de l'échec des ordinateurs portables. Voyons leurs arguments. Pour être utilisable de manière professionnelle et quotidienne, un ordinateur portable doit être d'un poids raisonnable, moins de cinq kilos, et posséder une autonomie électrique. Ces deux caractéristiques éliminent les ordinateurs transportables, d'une dizaine de kilos ou plus, et qui ne fonctionnent qu'avec une prise de courant. Une autre limitation à l'utilisation des portables était la petite taille des écrans : le DG One est le premier du type à posséder un écran à cristaux liquides pleine page. Il présente deux lecteurs de disquettes 31/2 pouces et surtout une compatibilité logicielle avec l'IBM PC. A ce propos, on s'attend à ce qu'IBM sorte un portable du même type. Peut-être à un prix plus concurrentiel que le DG One réservé à quelques fortunés. Mais reprenons ces points en détail. Le premier regard sur le DG One montre une machine de 35 cm sur 30 et de 7 cm d'épaisseur. Pratiquement il trouve donc sa place dans la plupart des attachés-cases, mais la solution la plus pratique consiste à utiliser le sac de transport spécialement conçu pour lui. La version la plus complète pèse 4,5 kg. L'alimentation électrique est assurée par une batterie au cadmium-nickel dont l'autonomie est, selon l'utilisation des lecteurs de disquettes, de 7 à 10h. La recharge assurée par un chargeur externe peut durer jusqu'à 6 h si la batterie est à plat. Si l'on dispose d'une prise de courant, un transformateur externe assure l'alimentation électrique. Le branchement simultané du chargeur et du transformateur assure au DG One un fonctionnement continu, la batterie prend automatiquement le relais IMATÉRIEL TESTÉ : Machine de présérie, clavier QWERTY, lecteur externe de disquettes. en cas de défaillance du secteur. A ceux qui trouvent curieux que la batterie ne se recharge pas lorsque le DG One est alimenté sur le secteur, le constructeur répond que cette solution évite d'utiliser la batterie comme'tampon'ce qui allonge sa durée de vie. Du sur-mesure Le DG One est le premier ordinateur portable disposant d'un écran à cristaux liquides de 25 lignes de 80 caractères, la norme pour un ordinateur professionnel. Pour obtenir des vitesses d'affichage et de rafraîchissement suffisantes pour les 163 840 points de l'écran, Data General a développé spécialement deux circuits à réseaux prédiffusés. Cette technique, en anglais Gate Arrays, consiste à fabriquer des circuits intégrés sur mesure à partir de circuits standard faits d'une matrice de fonctions logiques. L'écran obtenu possède la même définition graphique que celui de l'IBM PC. L'affichage se fait sur un écran carré de 12 pouces qui se replie sur le clavier. La vitesse d'affichage est comparable à celle d'un écran d'IBM PC : un écran vide se remplit en 14 secondes contre 13 pour l'IBM PC. Le renouvellement d'un écran complet avec défilement prend une seconde de plus. Le réglage de l'intensité se fait par touches du clavier. 52 SCIENCE & VIE MICRO N°15 - MARS 1985 Photos Thierry MORIN
Le problème de la lisibilité des cristaux liquides se pose sur le DG One comme sur toutes les machines utilisant cette technologie. Il faut se souvenir que les cristaux liquides n'émettent pas de lumière et qu'il faut donc que l'écran soit éclairé. D'où des reflets. Dans la version de présérie que nous avons testée, il est difficile de trouver une disposition réellement satisfaisante de l'écran et de la source de lumière, en particulier à cause de la grande taille de l'écran. Le DG One livré en clientèle a un écran teinté en vert pour éliminer une partie du reflet et améliorer la lisibilité. Signalons que l'écran n'a qu'une seule position de blocage et qu'il est impossible de faire fonctionner la machine lorsqu'il est fermé : l'interrupteur est automatiquement actionné par la fermeture de la machine. Le règne du 3 1/2 pouces Le clavier possède toutes les touches classiques. Pour des raisons évidentes d'encombrement, les dix touches de fonctions sont disposées horizontalement, d'une façon plus logique que sur l'IBM PC. Le pavé numérique est superposé au clavier alphabétique, ainsi la touche 1 devient la touche 5 en mode numérique. Les touches de déplacement du curseur Le DG One avec un lecteur de disquettes externe 51/4 pouces qui assure la compatibilité. trouvent leur place à droite de la barre d'espacement. Une habitude à prendre... Pour garder la transportabilité tout en disposant de lecteurs de disquettes, Data General a adopté des lecteurs de disquettes de 3 1/2 pouces, double face, qui procurent une capacité de 740 Ko par disquette, soit une capacité en ligne de 1 480 Ko dans la version qui possède deux lecteurs. Le test de vitesse donne des performances similaires à celles d'un lecteur 5 pouces. Il existe un lecteur externe de disquettes 5 pouces qui permet de SVM APPRÉCIE - L'écran pleine page - La compatibilité - La portabilité - La capacité des disquettes Caractéristiques Microprocesseur : Intel 80088, fréquence d'horloge 4 MHz. Système d'exploitation : MS-DOS 2.11. En option CP/M 86, Venix (un Unix sous licence A7T). Mémoire : Vive : 128 Ko extensible à 512 Ko. Morte : 64 Ko. Mémoire de masse : 1 ou 2 lecteurs de disquettes 31/2 pouces, double face, de 720 Ko. En option, un lecteur externe de disquettes 51/4 pouces, un coffret d'extension qui peut recevoir un lecteur 51/4 pouces et un disque dur de 10 Mo. Affichage : Écran plat à cristaux liquides de 12 pouces en diagonale. Texte : 25 lignes de 80 caractères, graphique : 640 x 256 points, monochrome. Clavier : AZERTY de 79 touches dont 10 touches de fonctions. Interfaces : Deux connecteurs série RS 232C, connecteur d'extension. Périphériques : En option, une imprimante thermique 40 cps, fonctionnant sur batterie. Logiciels : En mémoire morte, bloc note, émulation de terminal, diagnostic et configuration de la machine. En option, GW- Basic 2.01 et la plupart des logiciels fonctionnant sous MS-DOS et CP/M-86. Dimensions/poids/alimentation : 30 x 35 x 7 cm/4,5 kg avec deux lecteurs/Batterie et secteur. Distributeur : Data General, La Boursidière, Immeuble L/M, Route nationale 186, BP 78, 92357 Le Plessis Robinson. Tél. : 630.2430.• Prix : DG One avec un lecteur, 128 Ko : 29300 F H.T. Avec deux lecteurs et 256 Ko : 41 450 F H.T. Avec deux lecteurs et 512 Ko : 53 600 F H.T. Imprimante portable avec batterie : 5350 F H.T. Lecteur de disquettes 51/4 pouces : 8 050 F H.T. récupérer très facilement données et programmes. La compatibilité s'avère alors excellente. Pour notre part, nous avons fait tourner sans problème un programme Basic interprété et compilé ainsi que Flight Simulator, Wordstar, et la disquette de démonstration de Lotus 1.2.3.1Iest tout à fait possible de travailler avec des logiciels sur disquettes 5 pouces, voire faire des copies d'un format à l'autre. L'utilisation, en format 3 1/2 pouces, de logiciels protégés sera normalement impossible. La grande compatibilité de la machine permet à Data General d'offrir, dès le début de la commercialisation, un vaste choix de logiciels classiques sur disquette 3 1/2 pouces. Data General commercialise de plus un coffret de cinq connecteurs standard pour des cartes d'extension pouvant inclure un lecteur de disquettes 5 pouces et un disque dur de 10 Mo. Au dos de la machine, deux sorties série RS 232 C permettent de connecter par exemple un modem et une imprimante. Pour ceux qui veulent imprimer des textes n'importe où, une imprimante portable, alimentée sur batteries fonctionne à 40 caractères par seconde et pèse 2 kg. Une longueur d'avance Le microprocesseur utilisé est le 80088, version CMOS de l'Intel 8088. La technologie CMOS permet de diminuer très sensiblement la consommation électrique des composants. Ce microprocesseur fonctionne avec une vitesse d'horloge de 4 MHz, contre 4,77 MHz pour le 8088. Il en résulte une très légère diminution de la vitesse d'exécution, sensible uniquement sur la version compilée de notre programme de test. La mémoire de base de l'ordinateur est de 128 Ko, extensible à 512 Ko. Avec le DG One, Data General pense d'abord à sa propre clientèle. La connexion avec les autres ordinateurs de sa gamme est possible ainsi que l'échange de données entre le portable et le programme bureautique CEO. Au-delà de son parc installé, Data General vise également les grandes entreprises qui seront intéressées par l'aspect portable et compatible de la machine. Certaines utiliseront ces machines pour la formation des cadres qui pourront même les emporter chez eux. Plus largement, le DG One dessine une évolution possible de la micro-informatique : une machine portative qui laisse sur le bureau les éléments non-transportables : disque dur, Sur la face arrière, le système de connexion avec les extensions. écran couleur et imprimante rapide. Si cette hypothèse se confirme, le DG One apparaîtra comme un précurseur. Seymour DINNEMATIN SVM REGRETTE - Le prix - La disposition des touches du curseur - L'adaptateur secteur qui ne charge pas la batterie SCIENCE et VIE MICRO N°15 - MARS 1985 53



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 15 mars 1985 Page 1SVM numéro 15 mars 1985 Page 2-3SVM numéro 15 mars 1985 Page 4-5SVM numéro 15 mars 1985 Page 6-7SVM numéro 15 mars 1985 Page 8-9SVM numéro 15 mars 1985 Page 10-11SVM numéro 15 mars 1985 Page 12-13SVM numéro 15 mars 1985 Page 14-15SVM numéro 15 mars 1985 Page 16-17SVM numéro 15 mars 1985 Page 18-19SVM numéro 15 mars 1985 Page 20-21SVM numéro 15 mars 1985 Page 22-23SVM numéro 15 mars 1985 Page 24-25SVM numéro 15 mars 1985 Page 26-27SVM numéro 15 mars 1985 Page 28-29SVM numéro 15 mars 1985 Page 30-31SVM numéro 15 mars 1985 Page 32-33SVM numéro 15 mars 1985 Page 34-35SVM numéro 15 mars 1985 Page 36-37SVM numéro 15 mars 1985 Page 38-39SVM numéro 15 mars 1985 Page 40-41SVM numéro 15 mars 1985 Page 42-43SVM numéro 15 mars 1985 Page 44-45SVM numéro 15 mars 1985 Page 46-47SVM numéro 15 mars 1985 Page 48-49SVM numéro 15 mars 1985 Page 50-51SVM numéro 15 mars 1985 Page 52-53SVM numéro 15 mars 1985 Page 54-55SVM numéro 15 mars 1985 Page 56-57SVM numéro 15 mars 1985 Page 58-59SVM numéro 15 mars 1985 Page 60-61SVM numéro 15 mars 1985 Page 62-63SVM numéro 15 mars 1985 Page 64-65SVM numéro 15 mars 1985 Page 66-67SVM numéro 15 mars 1985 Page 68-69SVM numéro 15 mars 1985 Page 70-71SVM numéro 15 mars 1985 Page 72-73SVM numéro 15 mars 1985 Page 74-75SVM numéro 15 mars 1985 Page 76-77SVM numéro 15 mars 1985 Page 78-79SVM numéro 15 mars 1985 Page 80-81SVM numéro 15 mars 1985 Page 82-83SVM numéro 15 mars 1985 Page 84-85SVM numéro 15 mars 1985 Page 86-87SVM numéro 15 mars 1985 Page 88-89SVM numéro 15 mars 1985 Page 90-91SVM numéro 15 mars 1985 Page 92-93SVM numéro 15 mars 1985 Page 94-95SVM numéro 15 mars 1985 Page 96-97SVM numéro 15 mars 1985 Page 98-99SVM numéro 15 mars 1985 Page 100-101SVM numéro 15 mars 1985 Page 102-103SVM numéro 15 mars 1985 Page 104-105SVM numéro 15 mars 1985 Page 106-107SVM numéro 15 mars 1985 Page 108-109SVM numéro 15 mars 1985 Page 110-111SVM numéro 15 mars 1985 Page 112-113SVM numéro 15 mars 1985 Page 114-115SVM numéro 15 mars 1985 Page 116-117SVM numéro 15 mars 1985 Page 118-119SVM numéro 15 mars 1985 Page 120-121SVM numéro 15 mars 1985 Page 122-123SVM numéro 15 mars 1985 Page 124-125SVM numéro 15 mars 1985 Page 126-127SVM numéro 15 mars 1985 Page 128-129SVM numéro 15 mars 1985 Page 130-131SVM numéro 15 mars 1985 Page 132-133SVM numéro 15 mars 1985 Page 134-135SVM numéro 15 mars 1985 Page 136-137SVM numéro 15 mars 1985 Page 138-139SVM numéro 15 mars 1985 Page 140-141SVM numéro 15 mars 1985 Page 142-143SVM numéro 15 mars 1985 Page 144-145SVM numéro 15 mars 1985 Page 146-147SVM numéro 15 mars 1985 Page 148-149SVM numéro 15 mars 1985 Page 150-151SVM numéro 15 mars 1985 Page 152-153SVM numéro 15 mars 1985 Page 154-155SVM numéro 15 mars 1985 Page 156