SVM n°15 mars 1985
SVM n°15 mars 1985
  • Prix facial : 16 F

  • Parution : n°15 de mars 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (206 x 283) mm

  • Nombre de pages : 156

  • Taille du fichier PDF : 151 Mo

  • Dans ce numéro : rencotre avec des génies... Clive Sinclair, Bill Gates, Chuck Peddle, Steve Wozniak, Thomas Kurtz.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
SSAI FLASH D (SONS-LE TOUT NET : LE CONSTRUCteur du Squale semble avoir sorti sa nouvelle machine en catastrophe, après avoir été beaucoup trop optimiste sur les délais de mise au point. Cela explique que de nombreuses possibilités du Squale, parmi les plus prometteuses, soient partiellement ou totalement inexploitables au moment présent, faute de documentation, d'accessoires ou de logiciels. Cela explique aussi qu'il soit impossible de porter un jugement définitif sur la machine, avant que ces lacunes ne soient comblées. Mais enfin, le Squale est en vente, et même en supposant le retard rattrapé, il offre un portrait tout à fait inhabituel. Pour 3 450 F, il présente un aspect très sérieux avec son boîtier en métal, son beau clavier mécanique et son alimentation incorporée. Le boîtier métallique est signe que le constructeur ne s'attend pas à de très fortes ventes : contrairement aux apparences, en effet, en-dessous d'un certain niveau de production, il revient moins cher d'utiliser le métal plutôt que de construire un moule pour des boîtiers de plastique. La construction du Squale trahit ses origines, celles d'une société d'électronique plus que d'informatique : un clavier boulonné à l'intérieur, une impressionnante rangée de connecteurs fixés par des 48 L'arrivée d'un prématuré LE SQUALE Apollo 7, une petite société française d'électronique qui se lance dans la micro-informatique familiale, présente une machine surprenante : le Squale. Doté de caractéristiques uniques - un Basic étonnant, un graphisme excellent, un modem incorporé -, le Squale souffre de lacunes graves, notamment du côté de la documentation et de l'environnement Le tout laisse une forte impression d'inachevé. Au centre, la prise du modem et à gauche l'interrupteur. Photo Thierry MORIN rivets métalliques. Avantage : la solidité. Inconvénient : des réparations difficiles. Pour ouvrir le Squale, il faut détruire les rivets à la perceuse, et se battre contre des câbles en nappe trop courts. Le toucher du clavier est proche de celui de nombreuses machines professionnelles, mais il souffre de bizarreries d'autant plus regrettables qu'elles ne se justifient par aucune économie. La pente excessive, d'abord, qui en dépaysera beaucoup. L'absence d'accents, ensuite, ce qui est tout de même fâcheux sur une machine française. La taille de la touche RETURN, aussi, exactement de la même dimension que les autres. Sa position, enfin, à côté de la touche d'effacement, et surtout à proximité de la touche RESET, qui sans la moindre protection, vide entièrement la mémoire. Autre point à déplorer, le Basic figure sur une cassette (en compagnie du système d'exploitation Flex 09), qu'il faut charger avant chaque utilisation. C'est une solution désormais dépassée. Le constructeur promet d'ail- 6 MATÉRIEL TESTÉ Machine de pré-série avec clavier AZERTY. Prise Péritel et manuel en français.
leurs, dans le futur, un Basic sur cartouche de mémoire morte, qui se branchera au fond de la trappe caractéristique qui forme une bosse à droite du Squale. Il faut rentrer à l'intérieur de l'ordinateur pour en découvrir véritablement les qualités. Le microprocesseur est le très bon 6809, le même que celui du MO 5 de Thomson. La mémoire vive totale est de 92 Ko, ce qui place le Squale en tète des familiaux, sur le papier du moins. Car, en réalité, si l'on ôte les 4 Ko du moniteur-chargeur résident, les 28 Ko occupés par le Basic et le système d'exploitation Flex 09, et les 32 Ko consacrés au graphisme, il ne reste que 28 Ko pour la programmation. Cela dit, si le graphisme occupe 32 Ko, c'est qu'il les mérite. Avec une définition de 256 x 256 points (l'image est curieusement carrée, contrairement aux autres ordinateurs), 16 couleurs belles et nettes, et surtout des points adressables individuellement, sans aucun conflit de proximité en ce qui concerne la couleur, le Squale surpasse la plupart de ses concurrents, qu'ils s'appellent MO 5, MSX, Oric Atmos ou même Amstrad et Sinclair QL. Les instructions disponibles ne sont pas en reste. Outre les habituels tracés de droites ou de cercles et le coloriage d'une surface fermée, le Squale vous offre DRAW, véritable macro-instruction de dessin qu'on ne retrouve, à notre connaissance, que sur les MSX et sur l'IBM PC Junior : elle permet de coder une figure entière dans une seule chaîne alphanumérique. On peut aussi, sur un dessin, écrire un texte de hauteur et de largeur variables, verticalement et horizontalement. Le tout manque hélas un peu d'animation : il n'y a ni caractères redéfinissables ni motifs graphiques programmables ("sprites"). Après le graphisme, le son. Là, on tombe d'un seul coup dans le grand trou noir de la documentation auquel nous faisions allusion plus haut. D'après Apollo 7, le Squale dispose d'une instruction PLAY, qu'on fait suivre d'une chaîne de caractères indiquant la durée, le tempo, la hauteur et l'amplitude du son. Or, le manuel ne souffle pas un mot des possibilités sonores. D'ailleurs, manuel'est un bien grand mot pour ce méchant opuscule de 8 cm de large sur 15 de haut. Pas de carte-mémoire ni de liste des variables-système, bien sûr, mais aussi des oublis purs et simples : l'instruction FILL n'est pas mentionnée. Pour en revenir au son, nous n'avons pu tirer la moindre note du Squale, même en utilisant l'instruction et les paramètres indiqués par le constructeur. Espérons que les Squale de série pourront au moins faire'bip'... Le reste du Basic possède un petit défaut et de grandes qualités. Le défaut : il est lent, bien plus lent que ses concurrents, notamment dans le calcul et l'affichage des textes sur le format 25 x 40. En revanche, il est très rapide SVM APPRÉCIE - Le Basic, très complet, très original - La solidité de la construction - Le modem incorporé - L'alimentation incorporée SCIENCE & VIE MICRO N°15 - MARS 1985 pour le traitement des chaînes de caractères et les dessins de figures géométriques. Les qualités : il est très complet, avec 125 instructions, et trois caractéristiques particulièrement intéressantes : la possibilité de créer des procédures avec variables locales, l'instruction LABEL pour donner un nom à une ligne Basic, et surtout l'extraordinaire EXECUTE, qui exécute un ordre contenu dans une chaîne de caractères. Par exemple, EXECUTE'10 PRINT A'créera la ligne 10 PRINT A... En couplant EXECUTE à INPUT, on peut obtenir un puissant outil de génération automatique de programmes. L'éditeur, sans être pleine page, est simple et relativement efficace. Mais on déplorera Caractéristiques Microprocesseur : 6809 à 1 MHz Système d'exploitation : fiez 09 (sur cassette, livré). Mémoire : Vive : 92 Ko dont 27 disponibles. Morte : 4 Ko pour le moniteur résident. Annoncé : extension de 256 Ko. Mémoire de masse : Magnétophone standard. Annoncés : lecteurs de disquettes 5 1/4 pouces de 160 ou 320 Ko (2700 19 ; cartouche 256 Ko RAM (d'ici 2 mois). Affichage : Téléviseur Péritel. Texte : 25 lignes de 40 colonnes. Graphisme : 256 x 256 points. 16 couleurs par point. Clavier : AZERTY sans caractères accentués, 55 touches mécaniques. Son : 3 voies, 5 octaves. Interfaces : Magnétophone, 2 manettes dejeu, téléphone, Centronics, crayon optique, bus d'extension SS30. Annoncé : IEEE 488 (4 700 19, carte analogique-numérique (1080 f). Périphériques : Modem incorporé. Annoncés : manettes de jeu (140 F) boîtier d'extension (1100 F), imprimante couleur (2 000 f), imprimante 11/5 (3 000 f), carte horloge (640 t), synthétiseur de parole (2 000 19, crayon optique. Logiciels : une trentaine annoncée : 17 jeux d'arcade, 7 logiciels éducatifs Haller, traitement de texte, agenda, gestionnaire de fichiers, utilitaire de dessin, 7 jeux d'aventure et 4 Jeux de réflexion dont Echecs et Othello. Langages : SBasic (sur cassette livré), Logo, Forth, Pascal et Assembleur. Dimensions/poids/alimentation : 50 x 17,5 x 10 cm/3 kg/Alim. intégrée 220 V avec interrupteur. Distributeur : Apollo 7, 60 rue de l'Est, 92100 Boulogne. TéL : (1) 605.24.95. Prix : 3 450 F T.T.C. l'impossibilité d'insérer des caractères, défaut que l'on retrouve sur l'Atmos. Le système d'exploitation, qui devrait permettre l'emploi de lecteurs de disquettes quand ceux-ci seront disponibles, est le Flex 09. Il est peu répandu, si ce n'est sur les ordinateurs professionnels de Goupil (le Basic, lui aussi, a été adapté d'un Basic réalisé pour Goupil). Le Flex 09 cependant possède ses défenseurs, et il permet des fichiers à accès direct, ce qui n'est pas le cas de tous les ordinateurs familiaux à lecteurs de disquettes. L'instruction DIM 44 permet même de déclarer des tableaux virtuels, semblables aux tableaux normaux dédarés par DIM, à l'exception du fait qu'ils résident sur la disquette. Notons que, d'id à ce que le lecteur de disquettes soit disponible, la sauvegarde doit se faire sur un magnétophone standard : mais il manque les instructions VERIFY, pour vérifier la qualité de l'enregistrement, et MERGE, pour chaîner deux programmes. Pour en revenir à l'électronique, le Squale est le seul ordinateur familial disponible en France à posséder un modem incorporé. Il s'agit d'un circuit intégré EFB 7510 de Thomson. Il travaille à une vitesse de 1200 bauds en hall-duplex ou comme un Minitel à la vitesse de 75 bauds à l'émission et 1200 bauds à la réception. Ce modem donne un bon rapport qualité-prix au Squale, car, acheté dans le commerce, il vaudrait certainement plus de 1000 E En revanche, dans l'état où nous avons testé la machine, il n'était pas opérationnel pas de cordon pour relier le connecteur modem à une prise téléphonique, pas la moindre documentation sur la façon d'exploiter le logidel de communication qui, dit le constructeur, est incorporé à la machine. Côté périphériques et logiciels, le tableau est simple : rien. Certes, Apollo 7 annonce une liste d'une dizaine de périphériques, avec des choses aussi exotiques qu'une carte horloge ou une interface IEEE 488. Certes, il annonce une liste d'une trentaine de logiciels, dont 7 éducatifs de Hatier, 7 jeux d'aventure, un traitement de texte, un jeu d'échecs. L'ennui est que cette liste est exactement la même que celle qui avait été annoncée en... août dernier, pour le mois de septembre. Manifestement, le Squale a été mis sur le marché trop tôt. Ses concepteurs ont privilégié certaines caractéristiques, certes impressionnantes, au détriment des logiciels et de la documentation, pourtant indispensable. Une Rolls a beau être une somptueuse voiture, si vous lui enlevez les roues, elle est moins utile qu'une 2 CV. Attendons que le Squale grandisse... Michel de GUILIIERMIER Petros GONDICAS SVM REGRETTE - La disposition aberrante du davier - La présence du Basic sur cassette - Le soin insuffisant apporté au manuel et aux logiciels - Le manque d'homogénéité dans la conception 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 15 mars 1985 Page 1SVM numéro 15 mars 1985 Page 2-3SVM numéro 15 mars 1985 Page 4-5SVM numéro 15 mars 1985 Page 6-7SVM numéro 15 mars 1985 Page 8-9SVM numéro 15 mars 1985 Page 10-11SVM numéro 15 mars 1985 Page 12-13SVM numéro 15 mars 1985 Page 14-15SVM numéro 15 mars 1985 Page 16-17SVM numéro 15 mars 1985 Page 18-19SVM numéro 15 mars 1985 Page 20-21SVM numéro 15 mars 1985 Page 22-23SVM numéro 15 mars 1985 Page 24-25SVM numéro 15 mars 1985 Page 26-27SVM numéro 15 mars 1985 Page 28-29SVM numéro 15 mars 1985 Page 30-31SVM numéro 15 mars 1985 Page 32-33SVM numéro 15 mars 1985 Page 34-35SVM numéro 15 mars 1985 Page 36-37SVM numéro 15 mars 1985 Page 38-39SVM numéro 15 mars 1985 Page 40-41SVM numéro 15 mars 1985 Page 42-43SVM numéro 15 mars 1985 Page 44-45SVM numéro 15 mars 1985 Page 46-47SVM numéro 15 mars 1985 Page 48-49SVM numéro 15 mars 1985 Page 50-51SVM numéro 15 mars 1985 Page 52-53SVM numéro 15 mars 1985 Page 54-55SVM numéro 15 mars 1985 Page 56-57SVM numéro 15 mars 1985 Page 58-59SVM numéro 15 mars 1985 Page 60-61SVM numéro 15 mars 1985 Page 62-63SVM numéro 15 mars 1985 Page 64-65SVM numéro 15 mars 1985 Page 66-67SVM numéro 15 mars 1985 Page 68-69SVM numéro 15 mars 1985 Page 70-71SVM numéro 15 mars 1985 Page 72-73SVM numéro 15 mars 1985 Page 74-75SVM numéro 15 mars 1985 Page 76-77SVM numéro 15 mars 1985 Page 78-79SVM numéro 15 mars 1985 Page 80-81SVM numéro 15 mars 1985 Page 82-83SVM numéro 15 mars 1985 Page 84-85SVM numéro 15 mars 1985 Page 86-87SVM numéro 15 mars 1985 Page 88-89SVM numéro 15 mars 1985 Page 90-91SVM numéro 15 mars 1985 Page 92-93SVM numéro 15 mars 1985 Page 94-95SVM numéro 15 mars 1985 Page 96-97SVM numéro 15 mars 1985 Page 98-99SVM numéro 15 mars 1985 Page 100-101SVM numéro 15 mars 1985 Page 102-103SVM numéro 15 mars 1985 Page 104-105SVM numéro 15 mars 1985 Page 106-107SVM numéro 15 mars 1985 Page 108-109SVM numéro 15 mars 1985 Page 110-111SVM numéro 15 mars 1985 Page 112-113SVM numéro 15 mars 1985 Page 114-115SVM numéro 15 mars 1985 Page 116-117SVM numéro 15 mars 1985 Page 118-119SVM numéro 15 mars 1985 Page 120-121SVM numéro 15 mars 1985 Page 122-123SVM numéro 15 mars 1985 Page 124-125SVM numéro 15 mars 1985 Page 126-127SVM numéro 15 mars 1985 Page 128-129SVM numéro 15 mars 1985 Page 130-131SVM numéro 15 mars 1985 Page 132-133SVM numéro 15 mars 1985 Page 134-135SVM numéro 15 mars 1985 Page 136-137SVM numéro 15 mars 1985 Page 138-139SVM numéro 15 mars 1985 Page 140-141SVM numéro 15 mars 1985 Page 142-143SVM numéro 15 mars 1985 Page 144-145SVM numéro 15 mars 1985 Page 146-147SVM numéro 15 mars 1985 Page 148-149SVM numéro 15 mars 1985 Page 150-151SVM numéro 15 mars 1985 Page 152-153SVM numéro 15 mars 1985 Page 154-155SVM numéro 15 mars 1985 Page 156