SVM n°15 mars 1985
SVM n°15 mars 1985
  • Prix facial : 16 F

  • Parution : n°15 de mars 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Excelsior Publications

  • Format : (206 x 283) mm

  • Nombre de pages : 156

  • Taille du fichier PDF : 151 Mo

  • Dans ce numéro : rencotre avec des génies... Clive Sinclair, Bill Gates, Chuck Peddle, Steve Wozniak, Thomas Kurtz.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Le robot artiste de Matsushita peint le portrait de ses invités en quelques secondes. TSUKUBA La cité scientifique de Tsukuba est en pleine effervescence. La plus grande exposition internationale sur les technologies nouvelles jamais organisée par le Japon ouvrira ses portes dans quelques jours. Vingt millions de visiteurs devraient la visiter d'ici sa fermeture, le 16 septembre prochain. IMPOSSIBLE DE PASSER A CÔTÉ. MÊME le visiteur étranger, bien en peine de déchiffrer les milliers d'idéogrammes qui se dessinent sous ses yeux, est certain de retenir le nom de cette exposition. Dès l'aéroport, TSUKUBA 85 s'étale sur tous les bus et taxis, en lettres romaines et caractères japonais. Le gouvernement japonais n'a pas lésiné sur les moyens pour sa publicité. Il est vrai qu'il a quelques inquiétudes légitimes à se faire sur la rentabilité de cette opération pour laquelle il déboursera plus de 22 milliards de nos francs. Comment être assuré que les 20 millions de visiteurs attendus - soit près d'un Japonais sur cinq - seront bien au rendezvous ? Pour les séduire, Tsukuba 85 a revêtu une tenue plus décontractée. Aux habits sophistiqués, dernier cri de la technologie dont on l'avait d'abord parée, a succédé une tenue plus printanière prenant des allures de super-Epcot, l'exposition permanente du Dysneyworld de Floride. Ainsi donc en ont décidé les organisateurs : il y aura beaucoup à voir à Tsukuba. Pour le simple plaisir des yeux. Le thème de l'exposition "La maison et son environnement : science et technologie au service de l'homme" sera sans doute le prétexte pour vulgariser, expliquer et disséquer les technologies nouvelles mais elle sera aussi un appel permanent au divertissement. Promenons-nous sur le site de Tsukuba situé à 60 km au nord de la capitale nippone et circulons dans les différents pavillons pour déceler, en avant-première, quelques-uns de leurs secrets. Montons, pour commencer en beauté, dans le train du futur de la Japan Airlines qui assure la liaison d'est en ouest. Difficile d'apprécier, sur ce faible trajet de 300m, les performances et le confort du IiSST. Pas de bruit, pas de vibration. Flottant à 10 mm au-dessus d'une voie de guidage, à une vitesse pouvant aller jusqu'à 300 km/h grâce à la suspension magnétique, ce nouveau transport n'a toujours pas trouvé d'acquéreur dans son pays. On le dit trop cher et surtout les chemins de fer nippons n'apprécient guère la concurrence qu'il impose à leur futur train à très grande vitesse. En quelques secondes, le IISST nous conduit au pied de l'écran géant Sony, un mastodonte conçu pour en jeter plein la vue. Impressionnant par sa taille (25 m de haut et 40 m de large), Jumbo Tron l'est aussi par la qualité de ses images nettement visibles en plein jour à Le 17 mars, le Japon a rendez-vous avec le futur... 22 SCIENCE St VIE MICRO N°15 - MARS 1985
plus de 500 m de distance. Cachées dans les entrailles de la bête, 6 300 unités contenant 24 cellules émettent, chacune, les 3 couleurs primaires (rouge, bleu, vert). Rien à voir avec les super-écrans jusqu'à présent utilisés en extérieur. Aucun réglage nécessaire. Les différences de luminosité entre chaque élément sont éliminées automatiquement par circuit électronique interposé. Quant à l'image nettement plus contrastée grâce à une gamme de 256 teintes de gris, Jumbo Tron la doit à l'utilisation de microprocesseurs 8 bits et à un phosphore nettement plus puissant que celui des tubes TV traditionnels. Fierté du professeur Watanabe, son concepteur, Jumbo Tron s'est équipé à Tsukuba d'antennes paraboliques grâce auxquelles il retransmettra au monde entier les images qui sauront le mettre en valeur. Super-images à tout faire Décidément très en vogue à Tsukuba, les écrans géants envahissent des dizaines de pavillons. On en voit de toutes les tailles et de toutes les formes. Suntory présente le plus grand écran à panneau unique du monde (26 x 35 m). Mitsui envoie ses images sur la face extérieure d'une chute d'eau et IBM projette le monde du futur sur un dôme de 32 m de diamètre ainsi que sur un écran sphérique de 5m. NEC et Fujitsu comptent organiser, à l'aide de grands projecteurs de télévision et d'ordinateurs, des spectacles auxquels l'assistance sera invitée à participer. NTT, les PTT nippons et la Kokusai Denshin Denura Co (Société des télécommunications internationales du Japon) axent une bonne partie de leur exposition sur l'image transmise par les technologies avancées de communications. L'écran télévision haute définition dont les premiers prototypes ont été présentés au Japan Electronic Show, sera partout de la partie. Avec une définition de 1 125 lignes au lieu des 525 que l'on trouve aux Etats-Unis ou des 625 et 819 qui constituent la trame de l'image en France, ces écrans permettront de retransmettre, de plusieurs points du pays et par fibres optiques, des images télévisées d'une qualité inégalée. Au studio vidéo du centre de l'exposition, malgré sa taille de 4,8 x 8m, l'écran haute définition ne perdra rien en netteté. MIK, l'organisme national de télédiffusion, qui a donné toute son impulsion aux recherches de ces dernières années, a conçu pour le mettre en valeur, plusieurs productions filmiques étonnantes. A Tsukuba, la preuve est ainsi définitivement faite : la technologie de la télévision'super-image à tout faire" est prête. Appelée à servir à des retransmissions télévisées classiques, elle devrait aussi viser des usages professionnels (annuaire électronique, banques de données, télématique, etc.). Arrêtons-nous quelques instants dans le pavillon de NTT où une véritable vitrine du futur des technologies nouvelles de communications à domicile est offerte au public. Pièce par pièce, la maison de demain a reçu de nouvelles décorations, parfois encombrantes. SCIENCE & VIE MICRO N°15 - MARS 1985 Le théâtre Fuyo : une perle dans un écrin pour un étonnant spectacle de robots. Le robot pianiste lit sa partition avec une caméra et 40 secondes plus tard se met à jouer de ses grosses pattes crochues. Ci-dessous prenez place, pour éviter toute fatigue.. Cette navette de Mitsubishi vous guidera autour d'un écran géant. Visiophone, fac-similé, télécopieur, vidéotex, audiovidéodisque : voilà pour la salle à manger. Dans un coin de la chambre des enfants, un micro-ordinateur à commande vocale dont NU a même conçu le logiciel. Dans le bureau de travail de papa, un terminal relié au siège de l'entreprise permet également de lire et de mettre en mémoire les documents qu'on lui fait avaler. Chacun peut s'amuser à découvrir ainsi les services rendus par ces différents équipements. De l'EAO au travail à domicile, du téléshopping à la lecture des journaux électroniques, de l'écriture manuscrite simultanée à la consultation médicale... les visiteurs ont un avant-goût du nouveau type de communi- - 01, ■'. ! ! - P.'"•.e e juiehir L'écran géant Sony : des images aussi nettes que celles de votre téléviseur. cation qu'on nous concocte. INS (Information Network System), le nouveau service de télécommunications numériques intégrées, testé depuis un an à Mitaka, trouve à Tsukuba l'occasion rêvée de fasciner les Japonais. Même opportunité offerte à son système Captain (C,haracter and Pattern Telephon Access Information Network), la norme vidéotex japonaise qui autorise des dessins en couleurs à haute définition. 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


SVM numéro 15 mars 1985 Page 1SVM numéro 15 mars 1985 Page 2-3SVM numéro 15 mars 1985 Page 4-5SVM numéro 15 mars 1985 Page 6-7SVM numéro 15 mars 1985 Page 8-9SVM numéro 15 mars 1985 Page 10-11SVM numéro 15 mars 1985 Page 12-13SVM numéro 15 mars 1985 Page 14-15SVM numéro 15 mars 1985 Page 16-17SVM numéro 15 mars 1985 Page 18-19SVM numéro 15 mars 1985 Page 20-21SVM numéro 15 mars 1985 Page 22-23SVM numéro 15 mars 1985 Page 24-25SVM numéro 15 mars 1985 Page 26-27SVM numéro 15 mars 1985 Page 28-29SVM numéro 15 mars 1985 Page 30-31SVM numéro 15 mars 1985 Page 32-33SVM numéro 15 mars 1985 Page 34-35SVM numéro 15 mars 1985 Page 36-37SVM numéro 15 mars 1985 Page 38-39SVM numéro 15 mars 1985 Page 40-41SVM numéro 15 mars 1985 Page 42-43SVM numéro 15 mars 1985 Page 44-45SVM numéro 15 mars 1985 Page 46-47SVM numéro 15 mars 1985 Page 48-49SVM numéro 15 mars 1985 Page 50-51SVM numéro 15 mars 1985 Page 52-53SVM numéro 15 mars 1985 Page 54-55SVM numéro 15 mars 1985 Page 56-57SVM numéro 15 mars 1985 Page 58-59SVM numéro 15 mars 1985 Page 60-61SVM numéro 15 mars 1985 Page 62-63SVM numéro 15 mars 1985 Page 64-65SVM numéro 15 mars 1985 Page 66-67SVM numéro 15 mars 1985 Page 68-69SVM numéro 15 mars 1985 Page 70-71SVM numéro 15 mars 1985 Page 72-73SVM numéro 15 mars 1985 Page 74-75SVM numéro 15 mars 1985 Page 76-77SVM numéro 15 mars 1985 Page 78-79SVM numéro 15 mars 1985 Page 80-81SVM numéro 15 mars 1985 Page 82-83SVM numéro 15 mars 1985 Page 84-85SVM numéro 15 mars 1985 Page 86-87SVM numéro 15 mars 1985 Page 88-89SVM numéro 15 mars 1985 Page 90-91SVM numéro 15 mars 1985 Page 92-93SVM numéro 15 mars 1985 Page 94-95SVM numéro 15 mars 1985 Page 96-97SVM numéro 15 mars 1985 Page 98-99SVM numéro 15 mars 1985 Page 100-101SVM numéro 15 mars 1985 Page 102-103SVM numéro 15 mars 1985 Page 104-105SVM numéro 15 mars 1985 Page 106-107SVM numéro 15 mars 1985 Page 108-109SVM numéro 15 mars 1985 Page 110-111SVM numéro 15 mars 1985 Page 112-113SVM numéro 15 mars 1985 Page 114-115SVM numéro 15 mars 1985 Page 116-117SVM numéro 15 mars 1985 Page 118-119SVM numéro 15 mars 1985 Page 120-121SVM numéro 15 mars 1985 Page 122-123SVM numéro 15 mars 1985 Page 124-125SVM numéro 15 mars 1985 Page 126-127SVM numéro 15 mars 1985 Page 128-129SVM numéro 15 mars 1985 Page 130-131SVM numéro 15 mars 1985 Page 132-133SVM numéro 15 mars 1985 Page 134-135SVM numéro 15 mars 1985 Page 136-137SVM numéro 15 mars 1985 Page 138-139SVM numéro 15 mars 1985 Page 140-141SVM numéro 15 mars 1985 Page 142-143SVM numéro 15 mars 1985 Page 144-145SVM numéro 15 mars 1985 Page 146-147SVM numéro 15 mars 1985 Page 148-149SVM numéro 15 mars 1985 Page 150-151SVM numéro 15 mars 1985 Page 152-153SVM numéro 15 mars 1985 Page 154-155SVM numéro 15 mars 1985 Page 156