Stylist n°7 30 mai 2013
Stylist n°7 30 mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de 30 mai 2013

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Timar

  • Format : (225 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 32,8 Mo

  • Dans ce numéro : êtes-vous sûre d'être prête pour la maternité ? toute la vérité pour vous aider à trancher.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
de fil pro à peu près partout (« Je vous entends mal, je suis chez le dentiste »). Mais pas avec des enfants en fond sonore, ce qui vous exposerait à un narquois : « J’imagine que vous préférez qu’on se rappelle plus tard… » Mais pas de panique… Ne mésestimons pas le rôle bénéfique de l’enfant. Grace à lui, vos problèmes de boulot seront, comme par miracle, remis en perspective. Vous le comprendrez lorsque, en ouvrant un carnet pour prendre des notes en réunion, vous tomberez sur un bonhomme patate à trois bras gribouillé aux crayons de couleur. Et puis, la maternité donne des idées. Après son accouchement, Agnès b. a décidé de se lancer dans la mode enfantine. Un carton. Comme pour Séverine Haïat et Élisabeth Conter qui ont quitté leur boulot dans le cinéma pour monter, avec succès, Les 400 Coups, un café resto familial à Paris. 3. Est-ce que j’aurai encore un ou deux amis ? La vérité « Que ce soit sous une forme ou une autre, un bébé réclame l’attention d’un adulte toutes les vingt secondes en moyenne », écrit le chroniqueur américain David Brooks, dans L’Animal social (éd. Presses de la Cité). À celles qui se demandent si elles vont devoir renoncer à leur vie sociale après la naissance, nous n’allons pas mentir. D’abord, vous tenterez de singer votre vie d’avant : soirées dans les bars puis biberons-migraines à l’aube. Ensuite, peu à peu, vous opterez pour une politique plus réaliste. Il se peut qu’un tri s’opère et que vous ne voyiez plus les mêmes gens. Votre copine célibataire qui n’a pas besoin de louer d’appart tellement elle vit en boîtes de nuit prendra ses distances. Mais pas de panique… Est-ce vraiment une mauvaise nouvelle ? Vous allez vous faire de nouveaux amis. Comme à l’époque de l’école où chaque nouvelle rentrée recréait le cercle de vos fréquentations. Vous traînerez au Brunch Bazar, par exemple. Et rencontrerez des gens qui, comme vous, cherchent les lieux magiques où petits et grands peuvent s’amuser. Alors OK, avant vous aviez un prénom, et maintenant on vous appelle « la maman de Nathan ». Mais c’est un moindre problème. 4. Ne serait-il pas temps de devenir moins bordélique ? La vérité « Si tu vis dans le foutoir et que tu ne sais rien prévoir, change tant qu’il en est encore temps », m’avait conseillé un copain fraîchement père pendant que j’étais enceinte. Vent de panique… Avant, vous ne saviez pas organiser votre samedi soir. Désormais, vous aurez à répondre à l’angoissante question : « Tu fais quoi pour les vacances de Pâques ? » La crèche vous 34 STYLIST.FR BONNE NOUVELLE, PLUS AUCUNE RAISON DE RANGER : UN ENFANT EST UN OURAGAN FAUT-IL SE REPRODUIRE COMME DES LAPINS ?
PHOTOS : KRISTINA G FENDER & ILLUSTRATIONS FROM MIRIAM MOSHINSKY AKA KLUKE MARS demandera en mars à quelles dates vous pensez prendre vos congés d’été. La vie se met à ressembler à une to-do list hypersophistiquée. Mais pas de panique… Il faut savoir résister au syndrome du « tout parfait » et continuer à improviser, quitte à être ponctuellement en galère (« Maman, je t’en supplie, tu peux me prendre le petit pendant cinq heures ? »). Et chez vous, bonne nouvelle, plus aucune raison de ranger. De toute façon, un enfant est peu ou prou un ouragan. Plus personne ne s’attend à trouver votre appartement impeccable, vous pourrez donc tranquillement tout mettre sur le dos du divin bambin. 5. Ne vais-je pas perdre la partie contre la société de l’hyperconsommation ? La vérité Au XIX e siècle, avoir des enfants représentait un avantage financier pour le foyer : des bras en plus pour aider à la ferme ou à l’usine, une vraie raison de se reproduire. Aujourd’hui, non seulement les enfants ne vous rapportent rien, à quelques réductions SNCF près, mais en plus le monde contemporain considère que rien n’est trop beau pour eux. Votre budget va saigner : des couches aux activités extrascolaires qui vous coûteront plusieurs abonnements à Canal + par mois, plus le prix des vacances qui va tripler puisque, c’est fini, vous ne partirez plus hors saison. Les marchands de tapis ont bien saisi l’aubaine. Eux savent, mieux que n’importe qui, que les gosses sont, comme l’a résumé la sociologue Viviana Zelizer, « sans valeur économique, mais émotionnellement inestimables ». Mais pas de panique… Maintenant que Stylist vous a ouvert les yeux, vous pouvez considérer que vous n’avez pas besoin de 98% de ce qu’on essaie de vous fourguer (quelqu’un pour me racheter cette paire de moufles anti-griffures, âge zéro jour ?). Vous n’êtes pas une niche commerciale, vous êtes un être humain. 6. Dois-je dire adieu à mon corps et me cacher sous une bure ? La vérité Ne nous leurrons pas, vos seins risquent de tomber, vos fesses de s’affaisser. C’est vrai. Mais au moins, vous saurez pourquoi. Mais pas de panique… Car ne pas avoir d’enfant n’annule pas l’effet de la gravité. À partir de 25 ans, une femme prend, en moyenne, un kilo tous les cinq ans, mère ou pas. Vous allez vous muscler ailleurs, les bras par exemple. Avec un bébé, la vie ressemble à un déménagement permanent. La poussette + les jouets + le stérilisateur de biberons. À chaque fois que vous sortez de chez vous, vous soulevez 25 kilos de matériel. 7. Et la tendresse bordel ? La vérité Les psychologues Lauren Pappet Mark Cummings ont demandé à 100 couples mariés depuis longtemps de noter tous leurs désaccords pendant deux semaines. Près de 40% de ces différends concernaient les enfants. Si vous en avez, vous êtes probablement en train de vous demander sur quoi peuvent porter les discordes des 60% restants. Vous êtes peut-être même en train de vous poser la question : « Mais quand ces parents trouvent-ils le temps de s’engueuler ? » Une étude de l’université de Californie indique que, quand ils sont à la maison, les couples avec enfants passent seulement 10% de leur temps seuls, tous les deux. De plus, si votre mec n’en fiche pas une, réglez le problème AVANT de faire des enfants, car l’inégalité dans la répartition des tâches domestiques s’accroît ensuite. Seules 38% des mères sont très satisfaites de leur vie de couple, d’après une étude de Jean Twenge, professeure de psychologie à l’université de San Diego. La plupart des travaux menés sur le sujet indiquent une baisse de la satisfaction de la vie de couple quand les enfants sont tout petits. Mais pas de panique… Une amélioration est à noter quand les enfants ont entre 6 et 12 ans, Re-panique La même étude évoque un nouveau plongeon à l’adolescence. La vie, ça va, ça vient. 8. Vais-je régresser intellectuellement au point qu’on m’appelle Nabilla ? La vérité Pour la femme sans enfant, la mère de famille ne représente pas exactement un modèle d’épanouissement intellectuel. En tout cas, c’est ce qu’elle se dit en observant ses amies qui ont quitté le monde libre. Celles dont les voix partent dans les aigus, incapables de finir une phrase au téléphone (« Oscar, pose ces ciseaux immédiatement ! »). Celles dont l’univers s’est considérablement rétréci (« Ah, une guerre au Mali ? Mais la crèche reste ouverte, non ? »). La femme sans enfant devrait être tolérante. Elle a au moins la chance de ne pas assister aux moments de panique mentale que connaît la mère de famille, seule face à son frigo : « Où j’ai rangé mes clés, déjà ? Ah oui, avec le jambon… » Mais pas de panique… Tout ça, c’était avant la parution du livre déjà cité de Katherine Ellison (Le Cerveau des mères). Cet ouvrage montre que la maternité augmente la résilience, la perception, l’efficacité (qui n’a jamais été tentée de mettre bébé et vaisselle dans la même eau savonneuse ?), mais aussi la capacité des femmes à « multitasker ». Des expériences prouvent même que, chez les rates, les mères ont une meilleure mémoire que les femelles sans progéniture. Alors go for it ! 4 Cover Story 5 FAÇONS DE S’EN DÉBARRASSER QUAND ON EN A DÉJÀ UN ATELIER ARTY AU CENTRE POMPIDOU Tous les mercredis après-midi, le musée propose de prendre en charge les enfants (entre 6 et 12 ans) pour les sensibiliser à l’art. Au programme : visites guidées, ateliers peinture, jeux d’associations de couleurs, matières et formats pour révéler le talent (ou pas) des futurs Picasso. 19, rue Beaubourg, Paris-4e. centrepompidou.fr POINT COUTURE AVEC POPELINE Dans cet atelier de couture se trouve un espace réservé aux enfants, dès 5 ans, où il peuvent créer des déguisements, customiser leurs vêtements ou carrément s’attaquer à une création unique. 103, rue Fondaudège, 33000 Bordeaux. popeline-ateliers.com INITIATION THÉÂTRE AVEC LES ALLUMÉS DE LA LANTERNE Cette association lyonnaise propose des stages découverte aux kids dès 6 ans pour les initier au théâtre, mais aussi au chant au sein de sa chorale. Les toutpetits (de 3 à 6 ans) peuvent, eux, intégrer les ateliers d’éveil musical et corporel. 26, rue Lanterne, Lyon-1 er. lesallumes.org COURS DE CUISINE À L’ATELIER DE GEORGIANA Cette finaliste de l’émission Masterchef saison 1 organise en semaine des « ateliers minots » pour les 6-11 ans. Tabliers et toques sont donc de rigueur pour réaliser charlottes aux fraises, quiches parties et autres tartes salées. 19, rue Saint-Jacques, Marseille-6e. georgiana.fr PLAN D’ARCHI À LA MAV Tous les mercredis jusqu’au 26 juin, la Maison de l’architecture et de la ville accueille les 6-12 ans dans le cadre d’ateliers pédagogiques. Ils ont accès aux expos et aux workshops leur permettant de fabriquer des maquettes. Place François-Mitterrand, 59777 Euralille. mav-npdc.com STYLIST.FR 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :