Stylist n°6 23 mai 2013
Stylist n°6 23 mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de 23 mai 2013

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Timar

  • Format : (225 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 31,9 Mo

  • Dans ce numéro : tour du monde des destinations les plus dépaysantes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
Le héros de fiction qui vous ressemble le plus ? Mon personnage de référence c’est Max, dans le livre de Maurice Sendak, Max et les Maximonstres. Il y a aussi Bartholomew Cubbins, le personnage principal d’un ouvrage du Dr. Seuss. Aujourd’hui encore, il m’arrive de relire ces livres. Juste pour ne pas perdre le contact avec l’enfant que j’étais : un gosse vivant sans doute mieux à travers son imagination que dans le monde réel… Finalement, je n’ai pas vraiment changé ! Le personnage de fiction que vous brûleriez volontiers sur un bûcher ? Les « antagonistes ». Dans le livre Atlas Shrugged, d’Ayn Rand [en V.F., La Grève, éd. Les Belles Lettres,ndlr], ce sont ceux qui s’opposent au progrès et aux hommes d’esprit. Je ne sais pas si cet ouvrage est populaire en France, mais il a vraiment bouleversé ma jeunesse. Il raconte un monde où les créateurs et les inventeurs sont constamment maltraités par les pouvoirs publics. Dans quelle mesure vous êtes-vous rebellé contre les goûts culturels de vos parents ? Cela ne m’est pas arrivé parce que j’ai grandi dans un cadre éducatif très libéral. Mon enfance s’est déroulée au milieu de peintres, de sculpteurs, d’artistes conceptuels. Mes parents nous poussaient à nous exprimer à travers une pratique artistique. Ils voulaient que leurs enfants soient créatifs. À Noël, on ne s’offrait quasiment jamais de cadeaux achetés dans des magasins, mais plutôt des choses réalisées de nos mains. Le disque qui a bouleversé votre adolescence ? L’album Led Zeppelin II, de Led Zeppelin. C’est mon frère qui avait ramené ce très beau vinyle à la maison. À partir de là, je me suis passionné pour la musique, un art qui vient d’une autre dimension. Quand j’y suis confronté, j’ai juste besoin de fermer les yeux et de m’échapper. La série télé qui a ruiné votre vie sociale ? À l’origine je ne suis pas un grand connaisseur de séries télé. Je peux même vous dire que cela 50 STYLIST.fr interview Culturist La vie n’est qu’une question de goût me faisait un peu flipper, car j’ai vu beaucoup de mes potes devenir obsédés par Lost ou bien Mad Men. Finalement, je m’y suis mis récemment. Mais déjà je sens que je suis foutu. Les séries que j’adore sont très addictives : Breaking Bad, The Walking Dead, Lost… et celle qui me fascine le plus, House of Cards. La chanson nulle que vous aimez ? Relax, de Frankie Goes to Hollywood. À l’époque, je n’avais évidemment pas la moindre idée de ce que signifiaient les paroles de cette chanson. Plus tard, je crois que c’est mon attachée de presse qui m’a révélé qu’il y avait dans Relax pas mal de références aux pratiques bondage. JARED LETO le beau gosse de la série culte des 1990’s, Angela, 15 ans, se Partage Aujourd’hui entre sa carrière d’acteur et son groupe 30 Seconds To Mars. rencontre avec un néo-beatnik mystique. Et moi j’ai chantonné ce morceau pendant des années comme si c’était une ritournelle pour enfants ! J’ai dû passer pour un pervers. L’œuvre d’art qui vous excite sexuellement ? J’hésite entre n’importe quelle photo de nu prise par mon pote Terry Richardson, ou une sculpture de Jeff Koons. Bon, OK, celle avec Michael Jackson et le singe n’est pas particulièrement sexy [rires]. En revanche, ses séries de portraits avec son ex-femme, la Cicciolina, sont nettement plus excitantes ! Avez-vous déjà demandé un autographe à un artiste ? La seule fois où j’ai insisté pour me faire prendre en photo avec un personnage public, ça a été avec Bill Clinton. Puis, plus tard, j’ai refait ce truc ◆ propos recueillis par Jean-Vic Chapus de fan avec Barack Obama. On peut dire que ce sont des rockstars, non ? Clinton joue du saxophone et Obama est capable de chanter Let’s Stay Together, d’Al Green. Les deux sont venus assister à un concert de mon groupe, 30 Seconds to Mars. En me retrouvant devant Clinton, j’étais dans mes petits souliers : « Heu ! Enchanté Monsieur le Président, j’adore ce que vous avez fait pour ce pays ! » Mais ce qui m’a frappé, chez Clinton et Obama, va bien au-delà du charisme. Ils ont l’air tous les deux calmes, curieux et attentifs aux autres. C’est peut-être un gimmick de politique dans le but de te charmer, mais je ne crois pas. L’œuvre d’art qui vous a rendu plus intelligent ? J’ai un souvenir précis du jour où je me suis retrouvé face à un tableau de Picasso. J’ai ressenti comme une décharge électrique. Picasso a changé mon regard sur les choses, les formes, les couleurs. Dans la maison de ma famille, en Louisiane, il y avait une énorme bibliothèque avec beaucoup de livres de peintures sur les grands maîtres, les peintres abstraits, etc. Mes parents nous poussaient à les consulter. Ma mère nous répétait que notre vision du monde ne serait pas complète sans la découverte de ces peintres. Et elle avait raison. Le livre que vous n’avez jamais réussi à lire en entier ? Il y en a pas mal ! Il y a tout un tas de classiques comme, par exemple, les livres de Victor Hugo ou de Dostoïevski que j’adorerais lire… au lieu de quoi, j’ai toujours tendance à remettre ça au lendemain ! Celui que je n’arrive jamais à terminer, et depuis très longtemps, c’est Guns, Germs and Steel : The Fates of Human Societies. C’est un livre écrit par le biologiste évolutionniste Jared Diamond. Ça va peut-être vous sembler bizarre, mais j’ai toujours été passionné par la théorie de l’évolution, tout ce qui découle du darwinisme… Avant, je lisais énormément, mais maintenant, avec la vie sur la route, les tournages qui s’enchaînent, c’est devenu beaucoup plus difficile pour moi de me concentrer. Sauf pour lire des biographies, comme celle de SteveJobs récemment. Photos : getty IMAGES ; BOB COLLIER/sygma/corbis ; CHRISTIE’s IMAGES/corbis ; RALF-finnHESTOFT/corbis ; netfix ; dr
AYN RAND ATLAS SHRUGGED WITH AN INTRODUCTION BY LEONARD PEIKOFF NEW YORK TIMES BESTSELLE "The scope and the explanatnry powernf this book are astounding." —The New WINNER Or THE PULITZER PRIZE STEEL The FATES of HUM AN SOCIETIES JARED DIAMOND WITH A NEW AFTERWORD ABOUT THE, 100000 woRLD OILDPKLID le kaléidoscope culturel de l’acteur-musicien. WHERE THE WILD THINGS ARE STORY AND PICTURES BY MAURICE MAK STYLIST.fr 51



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :