Stylist n°5 16 mai 2013
Stylist n°5 16 mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de 16 mai 2013

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Timar

  • Format : (225 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 49,6 Mo

  • Dans ce numéro : Steven Spielberg... et s'il avait été une femme ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
r j spEcin ni C_INÉMA 4- « Froid ? Mo Jamais ! » 38 STYLIST.fr D La Croisette est une véritable scène à scandales. Là où les flashs crépitent et où des noms se font. De quoi inspirer votre envie de marquer la postérité. Ou pas. par Benjamin Rozovas es stars sur le trottoir, du cinéma dans les rues, des fêtes orgiaques, de l’alcool en quantité illimitée. Et les caméras du monde entier braquées sur vous. Existe-t-il meilleur endroit que le Festival de Cannes pour faire son intéressant ? Dès sa création en 1946, l’année de l’invention du bikini et de sa première démonstration publique sur les plages cannoises, le plus prestigieux des festivals de cinéma accepte d’être une vitrine, non seulement pour les films, mais aussi pour les gens, connus ou pas connus, qui s’y bousculent, espérant le succès. Au cours de ses soixante-six années d’existence, il a vu défiler nombre de starlettes anonymes et de vedettes confirmées, toutes soucieuses d’y laisser une trace durable. Un incubateur de moments « en suspension » et de morceaux de bravoure mondains… Mais si les stratégies sont légion pour faire parler de soi sur la Croisette, comment ça marche au quotidien ? Quelles garanties d’efficacité si on décide de s’en inspirer ? Et avez-vous vraiment intérêt à faire autant de cinoche dans la vie ? Stylist a enquêté sur le meilleur et le pire de ces grandes démonstrations. Donner de (toute) sa personne Simone Silva, 1954 Sur les marches Le mythe cannois le plus usé ? Celui de la starlette prenant des poses lascives pour attirer un producteur pygmalion (semblerait que ça ne marche pas trop). L’histoire qu’on raconte pour faire peur aux petites filles, comme une mise en garde sur les dangers de la médiatisation, est celle de Simone Silva, actrice franco-britannique de 26 ans dont le destin a basculé en mai 1954. Collée contre Robert Mitchum pour un photo-shoot improvisé sur la plage, Simone, un peu
i ? pompette, accepte de dégrafer son soutien-gorge suite à l’insistance des photographes et de la foule. La photo (on la voit cacher sa poitrine sous le regard voyou de Mitchum) fait le tour du monde, choque l’Amérique puritaine et met aussitôt un terme à sa carrière naissante. Dépressive, sans emploi, elle meurt trois ans plus tard… Dans la vie Si vous vous faites remarquer pour votre corps, ne venez pas vous plaindre qu’on ne s’intéresse pas à votre tête. La dialectique de la bimbo a suffisamment été étudiée par la télé-réalité, de Loana à Nabilla, pour qu’on ne puisse encore l’ignorer… Qui montre ses seins efface le reste ! Taux d’efficacité : 0% Les seins se cachent pour mourir. Enquête photo : getty images STYLIST.fr 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :