Stylist n°4 7 mai 2013
Stylist n°4 7 mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de 7 mai 2013

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Timar

  • Format : (225 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 26,7 Mo

  • Dans ce numéro : travailler plus ou travailler trop ? Quand faut-il quitter le bureau ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
o dans les embouteillages. Après, elle a institutionnalisé les tueurs à moto. » Aux États-Unis, ce sont les producteurs de cinéma qui se gargarisent du meurtre de Griselda, qui offre une fin magistrale au biopic que peaufine déjà Mark Wahlberg. Et toutes les latinos de Hollywood, de Salma Hayek à Jennifer Lopez, se crêpent le chignon pour l’incarner. Parce que c’est un rôle à oscar, comme celui de Michael Corleone dans Le Parrain de Coppola, pour lequel Al Pacino a été nommé à deux reprises. Michael Corleone, c’est justement le prénom qu’a donné Griselda Blanco au benjamin de ses quatre fils. Ce petit mafieux, qui s’est fait serrer par les stups de Miami l’année dernière avec un malheureux kilo de coke, est le seul à pleurer sa mère. « Ma petite maman était une chrétienne, témoigne-t-il sur l’antenne de CBS. Elle a dédié sa vie aux autres. C’était une sainte. » UNE NAINE ZÉZAYANTE ET BÈGUE Une sainte dont la descente aux enfers a commencé dès l’enfance. « Elle a grandi dans les bidonvilles de Medellín, où elle a commencé sa carrière à 11 ans, âge auquel on lui attribue son premier meurtre, celui du fils d’une riche famille colombienne, qu’elle aurait enlevé et tué », retrace le réalisateur américain Billy Corben, auteur de Cocaine Cowboys 1 et 2, documentaires consacrés à la reine de la coke. C’est avec son premier mari, le proxénète Carlos Trujillo, qu’elle commence en 1960 sa carrière de mafieuse, en développant un vaste réseau de prostitution à Medellín. Zézayante et bègue, ce bout de femme d’un mètre cinquante compense ses problèmes de diction et sa petite taille par un caractère de feu. « Jeune, Griselda envoyait chier n’importe qui », confirme Jairo Alvarez Manco. À commencer par son premier époux qu’elle a fait assassiner pour une sombre affaire de business. Après, la veuve noire prend le large. L’INVENTRICE DES « MULES » En 1970, elle s’enfuit aux États-Unis avec son deuxième mari, Alberto Bravo. Pendant qu’il fait fortune en tant que passeur d’immigrés clandestins, elle développe un trafic de marijuana à New York. « Elle a vite compris que l’herbe, ça prenait trop de place, explique Billy Corben. C’est elle la première qui a eu 38 STYLIST.FR UNITED CARTEL OF MEDELLÍN. l’idée d’importer de la coke, moins volumineuse et plus lucrative. » Poursuivie par la DEA à partir de 1975, Griselda abandonne New York pour se replier sur Miami. Une ville qu’elle transforme en quelques mois en siège social outremer du cartel de Medellín. Elle invente le concept des « mules » en faisant fabriquer en Colombie de la lingerie équipée de doublures, dans lesquels de ravissantes Colombiennes transportent la coke. Puis elle met en place un véritable pont aérien entre la Colombie et Miami, qui lui permet d’importer chaque mois deux tonnes de cocaïne en Floride. Griselda la multimilliardaire est désormais à la tête d’un véritable empire, qu’elle construit sur une montagne de cadavres. « À cette époque à Miami, il y avait plus de 600 assassinats par an, dont elle était en grande partie responsable, témoigne Nelson Andreu, ancien chef de la police criminelle de Floride. Griselda commanditait des meurtres « GRISELDA BLANCO TUAIT D’ABORD, ET ENQUÊTAIT ENSUITE » comme vous commandez des pizzas. La morgue n’était pas assez grande pour tous les cadavres. Nous avons dû louer un camion frigorifique pour les entreposer. » Pour asseoir son règne, la Madrina élimine tous ceux qui se mettent en travers de son chemin. « La plus sanguinaire, c’était elle, soutient Jairo Alvarez Manco. Le principal problème : elle tuait d’abord, enquêtait ensuite. Et si l’innocence de sa victime était prouvée, elle envoyait un : « Ah bon ? De toute façon, maintenant, il est mort. » » Son dernier époux, Dario Sepulveda, qu’elle soupçonne d’infidélité, est lui aussi victime de sa barbarie. Griselda le fait abattre sous les yeux du petit Michael Corleone, alors âgé de 5 ans. SON CHIEN S’APPELLE HITLER Hormis ses quatre fils et son berger allemand, prénommé Hitler, personne ne trouve grâce à ses yeux. « En plus d’être décadente, elle était paranoïaque et sociopathe. Au moindre doute, elle faisait buter ses hommes de main. Du coup, son réseau était mouvant et très difficile à infiltrer, poursuit Billy Corben. Son nom
PHOTOS : TODD KEITH/GETTY ; GETTY IMAGES ; WIREIMAGE ; ERIK PENDZICH/REX ; 2013 SANTA MONICA POLICE DPT/GETTY ; ARCHIVES PERSONNELLES apparaissait partout mais aucun flic ne l’avait jamais vue. C’était un fantôme qui dirigeait l’armée des ombres. Avant qu’on ne l’arrête, il y avait 10 000 Colombiens qui travaillaient sous ses ordres, dont Pablo Escobar, qui n’était alors qu’un sbire parmi d’autres. » La DEA est littéralement submergée par l’empire de Griselda. « Pendant les dix années de traque, mes cheveux ont blanchi, confesse Bob Palombo. GRISELDA, OU COMMENT VENDRE DES RAILS POUR SE PAYER DES LIGNES. J’ai promis à ma la femme, qui me reprochait de consacrer tout mon temps à cette quête, que le jour où je e l’attraperais, l'attraperais, je l’embrasserais l'embrasserais de sa part. » Ce baiser de la mort, Bob Palombo le donne le dimanche 17 février 1985,, à 11h15 h 15 du matin, dans une le villa californienne où la Madrina s’est KIM KARDASHIAN, BIG MAMA Comme Griselda, Kim est une enfant de l’immigration et s’est retrouvée catapultée à la tête d’un empire familial et commercial. Ce rôle à contre-emploi pourrait – enfin – lui offrir une légitimité hollywoodienne, et ce sans l’obliger à faire un régime draconien post-maternité. Nomination aux Oscars 2015 assurée. réfugiée : « J’ai fait irruption dans sa chambre. Elle était allongée sur son lit, en train de lire la Bible. Je lui ai juste dit : « Griselda, "Griselda, nous nous rencontrons rencontra enfin. » Et avant de lui passer les menottes, je l'ai l’ai embrassée sur la joue. » » LE CHÂTIMENT ULTIME Suspectée de d, plus de 250 meurtres, mais• CO condamnée pour WANNABE MAMIE Avis aux directeurs de casting : une Griselda glamour, dingue, brute ou grimée ? Stylist hésite encore… LINDSAY LOHAN, CRAZY BIATCH Lindsay, c’est un peu la version junior de Griselda. Une fille qui vit dans son époque, sans oublier ses fondamentaux : drogue à tous les étages, dérapages incontrôlés et cures définitives à répétition. Un rôle sur mesure pour l’enfant Disney qui, à 26 ans, s’est déjà fabriqué les rides d’une femme de 50 ans. Un bon point pour le budget maquillage du film. Enquête seulement trois d’entre eux – dont un petit garçon de 2 ans, au mauvais endroit au mauvais moment –, la Marraine est condamnée à soixante ans de prison. Elle échappe à la peine de mort en raison d’un vice de procédure. Le dimanche 6 juin 2004, à 10 h 30 du matin selon le registre de la prison du comté de Dade en Floride, la détenue Griselda Blanco, âgée de 61 ans et portant le matricule 22744F, est remise en liberté après 7 048 jours d’emprisonnement, pour être extradée directement vers la Colombie. « Ce jour-là, je me suis dit que justice allait enfin être rendue et qu’elle ne survivrait pas une heure après sa descente d’avion à Bogotá, conclut Bob Palombo. Mais elle a résisté huit ans. Jusqu’au bout, la Marraine a dû croire qu’elle était plus forte que les autres. Mais le 3 septembre 2012, pendant que les États-Unis célébraient la fête du travail, quelqu’un a enfin fini le sale boulot. Je ne souhaite la mort de personne mais si quelqu’un méritait le châtiment ultime, c’était elle. » LE DOCUMENTAIRE SUR L’INVASION DE LA COKE COLOMBIENNE. BÉATRICE DALLE, FILLE DE POUVOIR Pari risqué mais la french touch a toujours la cote, non ? Et puis, Béatrice est une experte ès milieu carcéral. Mariée en prison, elle avait fait libérer son conjoint en envoyant une simple lettre au parquet de Narbonne dans laquelle elle s’engageait « à l’épauler » pour qu’il « honore ses obligations » et retrouve « un équilibre familial ». Une vraie marraine, quoi ! JOHNNY DEPP, FEMME REFOULÉE Qui mieux que Johnny Depppour interpréter la baronne de la drogue colombienne ? L’acteur américain semble le seul homme à pouvoir s’attaquer à la légende. Fan de costumes d’époque et de la confusion des genres, jeu maniéré, sensibilité féminine, films sur la drogue et diverses expériences de travestissement : « Johnny, si tu nous entends, Griselda, c’est le rôle de ta vie ! » a.l.-m. STYLIST.FR 39



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :