Stylist n°4 7 mai 2013
Stylist n°4 7 mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de 7 mai 2013

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Timar

  • Format : (225 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 26,7 Mo

  • Dans ce numéro : travailler plus ou travailler trop ? Quand faut-il quitter le bureau ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
M edellín, Colombie. Il est 15 heures, ce lundi 3 septembre 2012, lorsqu’une vieille dame de 69 ans sort d’une boucherie du quartier d’Antioquia. C’est là que deux fois par semaine, celle que les riverains surnomment « la tante », vient acheter de quoi cuisiner pour les plus démunis. Mais le menu du jour est dangereusement épicé. Deux hommes surgissent à moto. Le passager descend et loge deux balles dans la tête de la grandmère tranquille. Un meurtre abscons parmi tant d’autres dans cette Colombie réputée si violente ? « Non, répond Bob Palombo. C’est juste une bouchère qui a fini devant une boucherie. » Si l’ancien agent américain de la DEA, l’agence fédérale américaine de lutte 36 STYLIST.FR Mamie Coca Griselda Blanco a organisé le plus grand trafic de drogue de la côte Ouest des États-Unis. Depuis sa mort, le Tout-Hollywood se bat pour adapter sa vie au cinéma. Stylist retrace le pitch. par Claire Raynaud avec Raphaël Decker, à Bogotá anti-drogue, a si peu d’empathie pour la victime, c’est parce qu’il a passé dix ans de sa vie à traquer cette « inoffensive » mamie, qui n’est autre que Griselda Blanco, la pionnière du trafic de cocaïne entre la Colombie et les États-Unis. Car l’une des singularités de « la Marraine » ( « la Madrina ») est bien sa discrétion. José Guarnizo, journaliste d’investigation colombien ayant enquêté sur le personnage pour une biographie intitulée La Patronne de Pablo Escobar, en atteste : « Après son séjour en prison, elle a totalement disparu des écrans pendant quatre ans. J’ai finalement retrouvé sa trace en 2008. Elle vivait dans un appartement qu’elle possédait dans le quartier chic de Medellín. Elle menait une vie très discrète et relativement modeste ; son seul luxe était d’aller deux fois par semaine chez le coiffeur ! » DE MIAMI VICE À HOLLYWOOD Aux États-Unis et en Colombie, sa disparition fait couler autant d’encre que Griselda Blanco a fait couler de sang. Dans son pays d’origine, on ironise sur le modus operandi des tueurs, qui est la marque de fabrique de la Marraine, celle qui gérait tout le business de drogue de la côte Ouest. « Il y a trente-cinq ans, on allait buter les gens en voiture, raconte Jairo Alvarez Manco, ancien homme de main du cartel de Medellín. Jusqu’au jour où des types qui allaient exécuter un contrat pour Griselda se sont retrouvés bloqués o PHOTOS : POSTERIORI/GETTY ; SANTA ANA POLICE DPT/DR
Enquête photo prise par un maton. STYLIST.fr 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :