Stylist n°3 2 mai 2013
Stylist n°3 2 mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de 2 mai 2013

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Timar

  • Format : (225 x 297) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 25,6 Mo

  • Dans ce numéro : Rosario Dawson « J'aimerais brûler Barbie sur un bûcher. »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 STYLIST.FR MARK-PAUL GOSSELAAR NE SERA PAS SAUVÉ PAR LE GONG. T un’aimes pas voir les films au même moment que tout le monde. Surtout quand il s’agit de bons films. Dans la file, tu as l’impression d’avoir les mêmes goûts que toute la France, ce qui te déprime plus sûrement qu’une soirée au Bistro Romain. C’est snob mais c’est la vérité. Tu n’as pas l’instinct grégaire et quand tu entres dans une salle pleine, tu trouves le film suspect d’avoir autant de succès. Alors, tu attends patiemment que l’enthousiasme s’émousse et que le film perde de l’intérêt dans les conversations de dîner, celles où tu réponds, hypocrite : « Pas très envie d’aller le voir, moi. » Oui, c’est idiot. Mais c’est comme ça. C’est toi. Et puis, quand l’affiche s’est abîmée et que le film menace de devenir une VOD, alors enfin tu te faufiles dans le noir, et tu vas voir The Place Beyond the Pines. Générique. Ryan Gosling, de dos, avance vers sa moto, vers son destin. Et là, quelque chose te frappe franchement : c’est la résurgence du blond. Billet Mauvaise Réputation Comment un blond peut refaire l’histoire par Audrey Diwan Avant d’évoquer Ryan Gosling en particulier, tu as envie de parler du blond en général. Parce que le blond, quand tu y penses, c’est quand même un truc étrange. Pour toi qui es née dans un pays encore hébété par l’horreur de sa dernière guerre, il était, à raison, un archétype banni par l’Europe tout entière. Il était la résonance la plus forte, le vestige malgré lui d’un régime eugéniste que tout le monde voulait enterrer. Blond, ce n’était pas une qualité. LE BLOND AURAIT PU RESTER COINCÉ DANS SON RÔLE DE NORDIQUE BIO Et puis arrive Gad Elmaleh et le blond : « Ah, il m’énerve celui-là ! Il est là avec ses mains de blond et ses avant-bras avec des poils brushingués… » Gad s’énerve, se moque et son blond à lui te fait rire ; celui qui mange un sandwich sans jamais se mettre de salade entre les dents et qui obtient tout ce qu’il veut de ses enfants, sans avoir à les menacer d’appeler le loup. Et le blond aurait pu en rester là, coincé dans son rôle de Nordique bio, drôle comme Ken et sympa comme un G.I. Joe. Et puis, voilà Ryan Gosling qui enfile un T-shirt Metallica sur ses tatouages et écrase de son pas tranquille tous les autres blonds de l’histoire. Pam, pam, pam. Il écrase Göring, le blond de Gad Elmaleh, Redford. Pam, pam, pam. Il écrase même les blondes, les horribles Marine, Frigide et les autres. N’en reste qu’un à la fin : lui, le bad boy blond. L’expression te fait sourire. Tu imagines un type crier : « Je me casse, il me fait peur ce blond. » Et pourtant, dans le film, silencieux, les ongles noirs d’avoir tripoté sa bécane, Gosling creuse le sillon d’un nouvel archétype. Le blond ténébreux. Tu aurais voulu en parler avec tes amis, leur faire part de ta découverte. Seulement voilà, ils ont tous vu le film, il y a quinze jours. Ils sont passés à autre chose. Tu as raté le train à vouloir absolument être seule dans ton wagon. Bien fait pour toi. PHOTOS : MARIE–ASTRID JAMOIS ; PAUL DRINKWATER/NBC/GETTY IMAGES
Orange, le premie réseau 4G de France LI G premier en rapidité quialameilleure4g.com Débit maximum théorique jusqu'à 150 Mbits/s, avec terminal LTE de catégorie 4, sous réserve de couverture. Données opérateur avril 2013. la vie change avec orangé



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :