Stylist n°114 26 nov 2015
Stylist n°114 26 nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°114 de 26 nov 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Timar

  • Format : (225 x 297) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 14,7 Mo

  • Dans ce numéro : ce n'est pas parce qu'il est faux qu'il n'a pas de valeur...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
Story 5 8 B Marija Hudolin (mannequin, deuxième du concours)  : Quand la guerre a éclaté au printemps 1992, je n’étais encore qu’une adolescente de 16 ans. Je ne comprenais pas vraiment ce qui se passait. Je me souviens de mes parents manifestant avec des milliers de personnes et chantant « This is Sarajevo, we want peace ». Nous ne réalisions pas que le siège de la ville qui venait alors de démarrer allait durer 1425 jours et serait le plus long siège de l’histoire moderne. B Hanka Paldum (organisatrice et présidente du jury)  : À cette époque, en 1993, les gens ne vivaient que pour survivre. Tout n’était qu’improvisation. Pour les aider à garder espoir, nous avons décidé de créer quelque chose à partir de rien, en organisant un événement culturel au milieu de tout ça. Pour beaucoup, l’idée de faire ce concours de beauté n’était que pure illusion. Mais pour nous, c’était surtout un challenge et un moyen de défier la vie que nous étions forcés de vivre. Il n’y a aucune guerre B Inela Nogic (mannequin gagnante du concours, dans une interview réalisée en octobre 1993 par le journaliste Goran Rosic)  : Un jour, alors qu’elle rentrait du travail, ma mère m’a dit qu’elle m’avait inscrite au concours de Miss Sarajevo et que je devais me présenter le lendemain à la première répétition, dans le hall Duro Dakovic. J’étais confuse et j’ai commencé à lui crier dessus. Au début je ne voulais pas y aller. eSTYL7cST marija (2), inela (6), Encore des filles qui font leur numéro Miroir, dis-moi qui EST la PLUS belle DANS LES ENCEINTES  : EVE OF DESTRUCTION DE BARRY MCGUIRE B Marija Hudolin  : Ce n’est pas très dur d’entendre parler d’un événement de ce genre quand partout autour les seuls sujets de discussion sont les victimes quotidiennes, l’aide humanitaire et les moyens de trouver de l’eau et de la nourriture. Des amis m’ont inscrite sans même me prévenir. Dans cette ville où la frontière entre le rire et les larmes était devenue floue et où vous pouviez passer de la vie à la mort à n’importe quel moment, ce message d’espoir avait plus de valeur pour moi que jamais. C’est pour ça que j’ai accepté de participer à ce concours. B Bill Carter  : En réalité, c’était un peu comme un doigt d’honneur. Une manière d’agir comme si tout allait bien, qu’il n’y avait aucune guerre. B Hanka Paldum  : Nous avons planifié l’événement avec beaucoup de prudence car nous ne voulions pas être interrompus par les bombes ou les snipers. Il a donc été prévu que le concours se tiendrait dans le sous-sol du Centre culturel bosnien, un bâtiment bien caché par toute une série d’immeubles. B Marija Hudolin  : À l’origine, le concours devait avoir lieu quelques jours plus tôt. Mais à cause des bombardements violents sur Sarajevo à ce moment-là, le risque était trop élevé. Le concours a donc été déplacé au 29 mai. B Inela Nogic  : On nous avait promis beaucoup de choses avant le concours. Des boutiques étaient censées nous donner des vêtements, du maquillage, etc. Mais nous n’avons rien eu de tout ça. C’était pareil pour les trophées. Il n’y en avait pas. Mais ce n’était pas très grave. B Marija Hudolin  : Pour préparer le concours, j’ai modifié une de mes robes, profitant d’un des rares moments où nous avions de l’électricité. J’ai emprunté les chaussures à talons d’une voisine et j’ai récupéré le maquillage de ma grand-mère. J’ai aussi piqué à mes parents un kilo de sucre – ce qui valait une fortune à cette époque – pour l’échanger contre une coloration de cheveux. Pendant plus d’un mois, nous n’avons plus eu de sucre à la maison. Il a fallu attendre la livraison de l’aide humanitaire. Fond de teint et cicatrices B Bill Carter  : Le 29 mai 1993 a été une journée de bombardements intense. Je me rappelle que durant les quelques jours avant et après le concours, il était difficile de se déplacer en ville. J’avais l’impression de ne faire que courir. Encore aujourd’hui, quand on demande à un habitant de Sarajevo quelle est la pire période de la guerre, il répond toujours que l’été 1993 a été le plus terrible. B Ana Kovacevic  : Je suis arrivée un peu en avance. Il y avait de très forts bombardements ce jour-là mais malgré tout, la salle s’est progressivement remplie. Au final, il devait y avoir presque 500 personnes au Centre culturel bosnien. Le bouche-à-oreille, le seul moyen de communication dont nous disposions, avait bien fonctionné. B Hanka Paldum  : En coulisses, les filles s’entraidaient pour se maquiller et se coiffer, elles échangeaient leurs habits et se donnaient des conseils. À cause de la guerre, certaines avaient des cicatrices et plaisantaient sur l’impossibilité de les cacher par manque de fond de teint. Il y a eu beaucoup de moments de rire et de larmes. B Ana Kovacevic  : Avant le concours, il y a eu un discours disant que les femmes de Sarajevo étaient l’une des fiertés de la ville. photos  : corbis
"4 ellijeljae, 21. UNEXPECTED* DAYS DU 27 AU 29 NOVEMBRE - 20%, - 30%, - 50% ** LES 4 TEMPS/SO OUEST/PARLY 2/VÉLIZY 2 *JOURNÉES INATTENDUES. **OFFRES SOUMISES À CONDITIONS VALABLES SUR UNE SÉLECTION DE BOUTIQUES PARTICIPANT À L’OPÉRATION UNEXPECTED DAYS*. VOIR MODALITÉS À LA RÉCEPTION DE CHAQUE CENTRE. ESPACE EXPANSION SAS – RCS 323 998 690 Paris - Capital 464 910 euros – 7, place du chancelier Adenauer 75016 PARIS.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 1Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 2-3Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 4-5Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 6-7Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 8-9Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 10-11Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 12-13Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 14-15Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 16-17Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 18-19Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 20-21Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 22-23Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 24-25Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 26-27Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 28-29Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 30-31Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 32-33Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 34-35Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 36-37Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 38-39Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 40-41Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 42-43Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 44-45Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 46-47Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 48-49Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 50-51Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 52-53Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 54-55Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 56-57Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 58-59Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 60-61Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 62-63Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 64-65Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 66-67Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 68-69Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 70-71Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 72-73Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 74-75Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 76-77Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 78-79Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 80