Stylist n°114 26 nov 2015
Stylist n°114 26 nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°114 de 26 nov 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Timar

  • Format : (225 x 297) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 14,7 Mo

  • Dans ce numéro : ce n'est pas parce qu'il est faux qu'il n'a pas de valeur...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
Xoxoxoxo TAYLOR SWIFT AURAIT PIQUÉ LES PUNCHLINES DE JESSE GRAHAM JELENA KARLEUSA ACCUSE BEYONCÉ DE COPIER SES LOOKS 5 0 PLAGIAMANIA Laurent Baffie, loleur populo du PAF, accusé par le philosophe de France Culture Raphaël Enthoven d’avoir chipé des anagrammes au compositeur Jacques Perry-Salkow pour son Dictionnaire des noms propres (ou presque). Taylor Swift accusée par Jesse Graham (ne feignez pas de savoir qui c’est, il est inconnu) de lui avoir volé ses meilleurs punchlines pour Shake It Off. Et même une popstar serbe accusant Beyoncé (encore elle) de lui piquer ses looks. Les accusations les plus inattendues se copient-collent au fil des semaines. À ce train-là, l’Homo Erectus qui a inventé le feu va bientôt nous demander de le créditer quand on s’allume une clope. « C’est vrai que les affaires sont prospères », commente la star du barreau de la propriété intellectuelle, Emmanuel Pierrat. Dans les médias, au moins un cas sort par semaine, de la simple accusation au procès médiatisé. « Il y a une surenchère incroyable, confirme Lionel Maurel, juriste/blogueur qui traque les dérives du copyrighting dans sa chronique en ligne Copyright Madness. NONA GAYE, FILLE DE MARVIN GAYE LORS DU PROCÈS BLURRED LINES BLURRED LINES DE PHARRELL WIILIAMS ET ROBIN THICKE SERAIT UN PLAGIAT THE FAT JEWISH REPREND À SON COMPTE LES BLAGUES DES INTERNAUTES On en vient à créditer des blagues sur Instagram et j’ai même relayé l’histoire de policiers qui voulaient un copyright sur des vidéos de caméras de surveillance. » Aussi étonnant  : mi-novembre, Zoé de las Cases, décoratrice parisienne, accuse Airbnb d’avoir plagié la déco de son appart du 17 e pour ses bureaux de San Francisco. Et les tribunaux sont loin de décourager cette chasse à l’imitation. En mars dernier, la justice américaine a condamné Pharrell Williams et Robin Thicke à verser 7,4 millions de dollars aux héritiers de Marvin Gaye pour avoir « copié » Got to Give Up avec le titre Blurred Lines. Fait rarissime, les juges ont considéré qu’il y avait violation de droits d’auteur sur le style. Résultat, les professionnels de la musique s’inquiètent d’un Blurred Lines effect  : une multiplication des procès à la moindre ressemblance et la condamnation pure et simple de l’inspiration. Ce que montre ce verdict, c’est que nous sommes passés de l’ère de « qui a la bonne idée » à « qui l’a dégainée en premier ». « Les affaires borderline, qui se lancent sur une simple ressemblance, se multiplient, observe Lionel Maurel. Les règles du droit d’auteur créent le flou. Leur appréciation est subjective, donc autant tenter sa chance. » LE FRIC A TUÉ L’INSPIRATION Plagiat ? Vol d’idée ? Inspiration ? Les artistes eux-mêmes finissent par s’embrouiller. Il n’y a qu’à voir le regard vide de Pharrell Williams dans les vidéos de son audition au procès qui ont fuité sur Internet. Tellement paumé qu’il ne sait plus vraiment dire si, oui ou non, il pensait à Marvin Gaye en se rasant le matin. « Le flux d’images et d’informations auquel nous sommes soumis modifie notre mémoire et notre manière de créer, souligne Julie Boukobza, curatrice qui chapote la résidence 89+ au Lab de l’institut culturel de Google à Paris, composé de jeunes artistes nés après 1989. Les sources sont si nombreuses qu’on en vient à les oublier et à créer à partir de quelque chose que l’on aurait pu déjà voir ou entendre, mais sans vraiment le savoir. » C’est la cryptomnésie décrite par CarlJung. Sauf que, dans une époque où règnent les attention-whores avides de likes, ce qui n’était que le processus logique d’une blague et de la culture orale (être entendu et répété sans être crédité, bigup Toto), devient un véritable casus belli gravé dans le marbre d’Internet. Au point que fin juillet, Twitter s’est décidé à bloquer les tweets des internautes qui pompent ceux des autres sans les créditer. Et on n’était pas loin d’assister à l’Affaire Dreyfus du XXI e siècle quand tout le monde est tombé sur The Fat Jewish, sorte de Pierre Desproges de la pop culture (en plus gros). Accusé de plagier les blagues sur les réseaux à grande échelle, Josh Ostrovsky (son vrai nom) a fini par battre en retraite et crédite PHOTOS  : AFP ; GETTY ; REX ; DR
GMC CRÉATIVE Xoxoxoxo publi-reportage DESTINATION BEAUTÉ EMBARQUEMENT IMMÉDIAT POUR LE BRÉSIL ENVIE DE PERCER LES SECRETS DE BEAUTÉ DES SUBLIMES BRÉSILIENNES ? SUIVEZ LE GUIDE DES SOINS COSMÉTIQUES À AVOIR ABSOLUMENT DANS VOTRE SALLE DE BAINS. NATURA BRASIL SUBLIME LES FEMMES DE LA TÊTE AUX PIEDS. SA DEVISE  : BEM ESTAR BEM (1). La marque prône sensorialité, naturalité, développement durable, et construit des partenariats avec les communautés brésiliennes qui récoltent les ingrédients utilisés dans ses produits. (1) Bien être bien. DÉLICE DES DÉLICES Une hydratation sous la douche en un instant, avec cette huile douche triphasée originale, enrichie en huile de Maracujá, le fruit de la passion, connue pour ses vertus apaisantes. Huile Douche Triphasée Ekos Maracujá 20 € - 200 ml - rechargeable. BEAUTÉ MADE IN BRAZIL Retrouvez tous les produits sur naturabrasil.fr JOUEZ ET GAGNEZ noturo BRAIL JEUX DE MAINS Une nutrition incomparable pour vos mains, grâce à l’huile de Castanha, la célèbre noix du Brésil, aux vertus nutritives et à la richesse intense. Crème Pulpe Mains Ekos Castanha 15,50 € - 75 g. ÉCLAT DE MOI Un shampooing qui offre éclat et couleur lumineuse aux cheveux ternes ou colorés, enrichi en huile de Buriti, fruit d’un majestueux palmier du Cerrado, aux vertus protectrices. Shampooing Ekos Buriti 12,50 € - 300 ml. 5000 € DE MAGNIFIQUES LOTS A GAGNER sur www.naturabrasil.fr/stylist jusqu’au 31 décembre 2015



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 1Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 2-3Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 4-5Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 6-7Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 8-9Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 10-11Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 12-13Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 14-15Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 16-17Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 18-19Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 20-21Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 22-23Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 24-25Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 26-27Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 28-29Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 30-31Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 32-33Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 34-35Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 36-37Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 38-39Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 40-41Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 42-43Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 44-45Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 46-47Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 48-49Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 50-51Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 52-53Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 54-55Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 56-57Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 58-59Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 60-61Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 62-63Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 64-65Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 66-67Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 68-69Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 70-71Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 72-73Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 74-75Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 76-77Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 78-79Stylist numéro 114 26 nov 2015 Page 80