Stop Arnaques n°85 mai/jun 2012
Stop Arnaques n°85 mai/jun 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°85 de mai/jun 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 11,5 Mo

  • Dans ce numéro : crédit et surendettement, comment s'en sortir.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
Argent Le taux de l’usure en vigueur suivant les catégories de prêts observées Catégories Taux effectif moyen (1 er trimestre 2012) Prêts immobiliers risques de l’opération. Pour des projets de court terme et un montant limité, les banques n’exigent pas nécessairement de caution. Dans les autres cas, si la garantie est un cautionnement par un proche, l’acte n’a généralement pas besoin d’être réalisé par un notaire ni enregistré, son coût est donc réduit.• Coût de l’assurance : l’assurance décès-invalidité est généralement obligatoire, contrairement à l’assurance perte d’emploi. Le prix varie selon les banques. La première protège l’emprunteur, sa famille mais aussi la banque. En cas de décès ou d’incapacité totale de travail, l’assurance rembourse le capital restant dû à la place des héritiers ou de la famille. Selon les établissements bancaires, et les contrats qu’elles ont elles-mêmes passés avec leurs assureurs, les primes d’assurance sont calculées de façon différente. En effet, dans certaines banques, le montant de la prime est calculé sur le capital emprunté ; et dans d’autres, il est évalué sur le capital restant dû et s’exprime sous forme d’une majoration du taux du prêt. Quant à la seconde, elle protège l’emprunteur contre les risques de ne plus pouvoir rembourser par suite de licenciement. En cas de perte d’emploi, c’est l’assurance qui rembourse tout ou partie des échéances de prêt pendant la durée et les conditions prévues au contrat. Elle peut être exprimée en euros par tranche d’euros empruntés ou sous forme de majoration de taux.• Frais de dossier : au moment de déposer un dossier de prêt, il est nécessaire de remettre à la banque différents documents et justificatifs (fiche de paie, avis d’imposition, justificatif de domicile...), des éléments qu’elle va devoir analyser avant de pouvoir vous donner une réponse. L’étude de ce dossier engendre des frais qui, selon les types d’emprunts et les établissements bancaires, peuvent être fixes ou proportionnels au montant du prêt. Il arrive que pour certains crédits à la consommation, les frais de dossier soient inclus dans le taux nominal.• Frais annexes : ils englobent les coûts que la banque répercute à son client : timbres fiscaux apposés sur les actes, frais d’enregistrement... Sauf cas particulier, ils ne dépassent pas quelques dizaines d’euros. Taux de l’usure Taux d’usure (2 ème trimestre 2012) Prêts immobiliers à taux fixe 4,74% 6,32% Prêts immobiliers à taux variables 4,41% 5,88% Prêts-relais 4,86% 6,48% Prêts à la consommation (avril 2011 à mars 2013) Prêts d’un montant inférieur ou égal à 1.524 € 20,56% Découverts en compte, crédits renouvelables, financements 19,15% d’achat ou de vente à tempérament et prêts viagers hypothécaires d’un montant > 1.524 € et ≤ 3.000 € Prêts personnels et autres prêts > 1.524 € et ≤ 3.000 € 15,27% Découverts en compte, crédits renouvelables, financements 17,15% d’achat ou de vente à tempérament et prêts viagers hypothécaires d’un montant > 3.000 € et ≤ 6.000 € Prêts personnels et autres prêts > 3.000 € et ≤ 6.000 € 13,27% Découverts en compte, crédits renouvelables, financements 14,81% d’achat ou de vente à tempérament et prêts viagers hypothécaires d’un montant > 6.000 € Prêts personnels et autres prêts > 6.000 € 10,93% Pour chacun des types de crédits aux particuliers, la loi a prévu un taux maximal, applicable par le prêteur, appelé seuil ou taux de l’usure. Lors de l’octroi d’un nouveau prêt, le TEG de ce dernier ne doit pas dépasser le dernier seuil de l’usure connu et publié chaque trimestre par la Banque de France. Stop 2012 46 arnaques
47 Dégâts des eaux, cambriolages, intempéries... les incidents de la vie courante sont garantis par l’assurance multirisques habitation. Si vous êtes victimes d’un sinistre et que votre police est à jour, vous devez être indemnisés. Afin que votre droit soit respecté, veillez à remplir la déclaration comme il se doit dans les 5 jours ! PAR BENJAMIN ABLINE Les dégâts des eaux ? Entre 500.000 et 1 million chaque année en France. Les cambriolages ? 400.000 selon certaines études. Plus de 300.000 dans tous les cas par an dans l’Hexagone. Et il existe bien d’autres cas de sinistres dits courants : incendie, explosion, bris d’objets... Ils sont tellement multiples et courants que l’inscription à une assurance multirisques habitation est ainsi largement justifiée. Car si l’assurance est obligatoire pour le locataire, elle est en revanche facultative pour le propriétaire... mais très fortement conseillée ! Reste à savoir comment agir lorsque un coup du sort s’abat sur vous. Vérifier votre contrat L’assurance habitation protège vos biens immobiliers, meubles, vêtements, appareils électroménagers, objets de valeur, voire les travaux d’embellissement que vous avez réalisés chez vous. Le contrat multirisques habitation vous couvre logiquement contre l’incendie, l’explosion, les dégâts des eaux, les catastrophes naturelles (inondation, tremblement de terre, tempêtes...), les catastrophes technologiques, les attentats, les émeutes, voire les actes de terrorisme ! Mais il ne s’agit ici que d’une règle générale. Les formules en question sont multiples et variées selon les assureurs. Ainsi, en cas de sinistre, votre premier réflexe doit être de relire les termes de la police d’assurance auquel vous avez souscrit. Prévenir par téléphone Le bon réflexe, ensuite, c’est d’appeler directement votre assureur afin de vérifier avec un conseiller, par téléphone, si vous pouvez être indemnisé et afin de connaître les démarches à suivre. Ce coup de fil vous permet aussi de disposer dès ce moment d’un code référence du sinistre à reporter ensuite sur la déclaration. Vous ne savez pas à quel numéro appeler ? Les coordonnées nécessaires pour un renseignement ou pour le suivi client sont généralement indiquées sur le contrat, sur l’attestation d’assurance ou sur les quittances. Quelle déclaration ? ASSURANCE Sinistre : êtes vous sûrs d’être indemnisés ? Si la déclaration peut parfois se faire par téléphone, il est préférable de détailler le sinistre par écrit. Cette lettre vous sera utile en cas de conflit avec votre assureur. Adressez donc une déclaration de sinistre par courrier à la compagnie d’assurances par lettre recommandée avec accusé de réception. ● Vous devez y inscrire (voir la lettre type) : - vos coordonnées ; - le numéro de votre contrat d’assurance ; - une description du sinistre, détaillée, précisant Peralu Stop 2012 arnaques



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 1Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 2-3Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 4-5Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 6-7Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 8-9Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 10-11Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 12-13Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 14-15Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 16-17Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 18-19Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 20-21Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 22-23Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 24-25Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 26-27Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 28-29Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 30-31Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 32-33Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 34-35Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 36-37Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 38-39Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 40-41Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 42-43Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 44-45Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 46-47Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 48-49Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 50-51Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 52-53Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 54-55Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 56-57Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 58-59Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 60-61Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 62-63Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 64-65Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 66-67Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 68