Stop Arnaques n°85 mai/jun 2012
Stop Arnaques n°85 mai/jun 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°85 de mai/jun 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 11,5 Mo

  • Dans ce numéro : crédit et surendettement, comment s'en sortir.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
enquête 1/Déjouer les ruses des crédits trop faciles Les établissements de crédit rivalisent d’ingéniosité pour octroyer des prêts à la consommation. Tour d’horizon des pièges à éviter pour se prémunir de toutes désillusions. Publicités en trompe-l’œil Une promotion sur une voiture avec une mensualité de remboursement inférieure à 100 €... une offre de prime abord séduisante. Depuis l’application de la loi Lagarde le 1 er mai 2011, les professionnels ont l’obligation d’informer le consommateur, en affichant le taux annuel effectif global (TAEG) tout en faisant apparaître un exemple type chiffré. Un engagement déjoué par des subterfuges d’ordre typographique : si les taux de crédit ou les traits avantageux de l’offre commerciale sont affichés en taille normale, l’utilisation récurrente d’une police de caractère plus petite réduit a minima la visibilité de l’offre complète. Pour bien appréhender l’offre de crédit, il convient de s’attarder sur le taux débiteur ainsi que sur le TAEG. De surcroît, les taux promotionnels appellent à la vigilance tant ces derniers sont systématiquement assortis Des crédits renouvelables en diminution de strictes conditions. Ainsi, si un établissement annonce un crédit de 3%, ce taux ne s’applique que dans la mesure où un ménage emprunte une somme minimale déterminée avec un délai de remboursement restreint, compris entre 6 et 12 mois. Les limites du crédit renouvelable Défini par une mise à disposition immédiate d’une somme d’argent empruntable à tout moment, en totalité ou en partie, le crédit renouvelable n’est pas lié à l’achat d’un bien de consommation, contrairement au crédit affecté. Un dispositif financier qui se distingue par un taux révisable et, dans la majeure partie des cas, toujours plus conséquent que ceux des prêts personnels. Par ailleurs, le TAEG de ce type de crédit fluctue à la hausse ou à la baisse avec le temps. Avant de souscrire à un tel prêt, appréhender Selon l’Association française des sociétés financières, le nombre d’ouvertures de crédit renouvelable octroyé par les établissements spécialisés a diminué de 12% en 2011, soit 600.000 ouvertures en moins par rapport à 2010. En 2011, le crédit renouvelable a regroupé 35% de la production totale des prêts à la consommation, contre 40% en 2010. Une diminution imputable à l’application de la loi Lagarde, qui entend recentrer l’utilisation du crédit renouvelable sur 2 fonctions : la gestion du budget et le financement d’achat de petits montants à caractère répétitif. la mécanique spécifique de cet outil se révèle indispensable. Et pour cause, la réserve initiale se reconstitue dès que le consommateur commence à rembourser, encourageant par là-même la possibilité de réemprunter avant même d’avoir soldé le prêt en cours. De ce fait, il convient de ne pas piocher dans la réserve d’argent mise à disposition avant d’avoir remboursé en totalité la somme empruntée. Le piège des petites mensualités L’équipement high-tech ou électroménager entre vos mains, le vendeur vous propose des mensualités aguichantes autour de 30 €. Prudence, si cette offre de crédit renouvelable présente comme avantage des mensualités moins élevées, ces dernières sont étalées sur plusieurs années avec un taux proche de celui d’usure, soit 20%. Au final, le coût total du prêt se révèle des plus onéreux. Depuis l’application de la loi Lagarde, les magasins ont pour obligation, lorsque le montant demandé pour financer un bien est supérieur 1.000 €, de proposer, au-delà du crédit renouvelable, la possibilité de souscrire un contrat de crédit amortissable. Privilégiez cette option et réservez les crédits renouvelables pour des petites sommes remboursables sur 6 mois. Le crédit affecté, une solution avantageuse Solution moins onéreuse à mensualités fixes, la souscription de prêts personnels affectés destinés au financement d’un bien déterminé est recommandée. Ce crédit offre de multiples avantages : le remboursement des mensualités ne commence qu’une fois le bien livré et une suspension du paiement du crédit est effective en cas de panne. Un dispositif qui requiert la plus grande vigilance car, si le délai de rétractation est étendu à 14 jours, le consommateur ne dispose que de 7 jours pour faire annuler la vente. Pour pouvoir en bénéficier, veillez à ce que le bon de commande mentionne que l’achat se fait à crédit et vérifiez que le contrat de prêt précise en détail le type de bien acquis.
49,4%... … des ménages détenaient un prêt en 2011. Source : rapport de l’Observatoire des crédits aux ménages, 2012 Sylvie Badin, présidente de l’ACABE (Association contre les abus des banques européennes) « Attention aux fausses informations » Quels sont les pièges à éviter avant de souscrire à un crédit ? Concernant les crédits actuels, la plus grande des vigilances est requise lorsqu’il s’agit de décortiquer les publicités et promotions émises par les établissements bancaires. Nombre d’entre elles mettent en exergue un montant d’échéance dérisoire. Pour autant, des clauses, écrites dans une taille de police beaucoup plus petite, stipulent que le crédit est octroyé sous réserve d’un apport personnel minimal avec une durée de remboursement limitée. C’est un piège pour le consommateur ; lequel, attiré par l’offre, ne va pas avoir la lisibilité directe pour connaître toutes les modalités du crédit. Il en est de même pour les publicités vantant des crédits avec un taux nettement en dessous de la moyenne, mais qui s’exercent sur une durée limitée compris entre 6 et 12 mois. Dans quelle mesure le rachat de crédit peut-il être bénéfique pour le consommateur ? Contrairement aux discours publicitaires ambiants, nous constatons aujourd’hui que le rachat de crédit relève de la fausse information. En dépit de dossiers très complets, les ménages n’obtiennent pas de rachats de crédits, faute d’intérêt manifeste des banques. Souvent, ce sont des crédits octroyés à de taux supérieurs à la valeur actuelle. Pourquoi voulezvous que les banques perdent de l’argent en rachetant ces crédits ? Est-il possible de négocier les modalités d’un crédit avec les établissements bancaires ? Nous constatons un chantage manifeste des banques. Lorsque vous les sollicitez pour l’octroi d’un petit crédit, celles-ci vont accepter sous réserve que vous ouvriez un livret A, un PEA ou un contrat d’assurance-vie. Cette pratique est de plus en plus courante. Le rapport de force se déséquilibre en fonction des revenus des ménages ; plus vos ressources sont faibles, plus vous êtes la cible de ces pratiques. En période de crise, les petits crédits sont les plus difficiles à obtenir, le risque de défaillance étant plus grand. Avant de demander un crédit, il convient de bien positionner ses capacités financières en fonction de ses revenus et de ses dépenses mensuelles. Contrairement aux idées reçues, les crédits ne sont pas la source première d’un surendettement ; cet état de fait résulte d’une mauvaise appréhension de la gestion d’un budget au sein d’un ménage. Stop Arnaques - mai-juin 2012 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 1Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 2-3Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 4-5Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 6-7Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 8-9Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 10-11Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 12-13Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 14-15Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 16-17Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 18-19Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 20-21Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 22-23Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 24-25Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 26-27Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 28-29Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 30-31Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 32-33Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 34-35Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 36-37Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 38-39Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 40-41Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 42-43Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 44-45Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 46-47Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 48-49Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 50-51Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 52-53Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 54-55Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 56-57Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 58-59Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 60-61Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 62-63Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 64-65Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 66-67Stop Arnaques numéro 85 mai/jun 2012 Page 68