Stop Arnaques n°101 oct/nov 2014
Stop Arnaques n°101 oct/nov 2014
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°101 de oct/nov 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 16,4 Mo

  • Dans ce numéro : assurances mutuelles, qui paye le mieux ?

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6 conso Fournitures scolaires : des écarts de prix D’abord, un élève du secondaire coûte 50% plus cher qu’un élève de primaire. Ainsi, remplir le cartable d’un élève de primaire coûte en moyenne 66,30 €, quand celui d’un élève entrant en 6 ème coûte 98,90 €, soit plus de 32 € de différence. Si le passage du primaire au collège est un grand saut dans la vie d’un élève, c’est aussi une liste de fournitures plus longue et, surtout, des dépenses supplémentaires liées à l’achat de la calculatrice et du stylo plume qui pèsent en moyenne 23,50 €, soit 24% du panier total. Ensuite, on constate de fortes disparités de prix d’une région à l’autre. Ainsi, la 1 ère de la classe est la Champagne-Ardenne avec un panier moyen attractif : 51,73 € pour un élève de primaire et 82,95 € pour un élève rentrant en 6 ème. Le cancre de la classe, lui, est le Pays de la Loire avec un ticket de caisse de respectivement 67 et 100,28 €. Soit un écart de prix pouvant aller jusqu’à plus de 17 €. Enfin, de gros écarts de prix existent également au sein d’une même région et même d’un département ! Au-delà des différences d’assortiment, un même article peut voir son prix varier du simple au double d’un magasin à l’autre, à l’image d’une calculatrice collège dont le prix varie de 14,99 à 30,97 € ! Recyclage des équipements électriques et électroniques Le décret n°2014-928 du 19 août 2014 précise les modalités de recyclage des équipements ménagers dans les domaines électriques et électroniques, qui représentent 20 kg de déchets par Français et par an. Si le dépôt en déchetterie était possible, il ne concernait qu’un petit pourcentage de déchets. Depuis le 24 août, les magasins spécialisés et les grandes surfaces doivent reprendre gratuitement les objets de dimension inférieure à 25 cm et même les plus gros, en cas de vente d’un produit similaire. Ce décret devrait améliorer le recyclage de ce type de déchet, qui contient souvent des composants toxiques. Il devrait aussi éviter de faire peser tout le prix du recyclage sur les particuliers ou les collectivités locales. Stop Arnaques - octobre 2014 STOP ARNAQUES VOUS EN DIT PLUS Aspirateurs : vérifiez la conso ! L’arrivée de l’étiquette énergie depuis quelques jours sur tous les aspirateurs doit vous aider à faire le « bon choix ». Encore faut-il savoir la décrypter ! Nos conseils avant l’achat. L’entretien des sols est le 1er marché du petit électroménager, largement dominé par l’aspirateur traîneau qui génère à lui seul 73% des ventes. Appareil électroménager incontournable des foyers français, l’aspirateur fait sa révolution pour répondre aux objectifs environnementaux européens et « satisfaire » les consommateurs : il doit désormais faire mieux en termes de performance de dépoussiérage tout en consommant moins d’énergie. La puissance absorbée des appareils est ainsi limitée à moins de 1.600 W depuis le 1er septembre avant de passer sous la barre des 900 W au 1er septembre 2017. L’étiquette énergie fait son entrée pour les aspirateurs Réclamée dès la fin des années 90 par les industriels auprès de la Commission européenne, la réglementation européenne, publiée en juillet 2013 après une longue phase d’élaboration, est entrée en application depuis le 1er septembre 2014. Elle s’applique aux seuls aspirateurs traîneaux et aux aspirateurs balais avec câble de raccordement. Le but ? Limiter la course à la puissance et donc diminuer la consommation d’électricité, réduire les impacts sur l’environnement, faciliter le choix lors de l’achat grâce aux pictogrammes et offrir ainsi une meilleure comparabilité des appareils par la mise en avant des caractéristiques majeures. Non pas 1, mais 3 étiquettes énergie Donc, si vous devez acheter un aspirateur, vous découvrirez non pas 1 mais 3 étiquettes différentes en fonction des types de sols pouvant être dépoussiérés par les appareils : « Tout type de sol », « Sols durs » et « Tapis/Moquette ». Vous saurez ainsi au premier coup d’œil si le modèle est bien adapté au(x) type(s) de sol(s) de votre logement. L’étiquette énergie doit également vous permettre d’effectuer un choix éclairé en vous indiquant l’efficacité énergétique du produit, sa consommation d’électricité annuelle moyenne, sa performance de dépoussiérage sur tapis/moquette et/ou sols durs, sa capacité à ne pas rejeter une partie de la poussière aspirée et, enfin, son niveau sonore.
STOP ARNAQUES VOUS EN DIT PLUS Tuberculose dans le 93 Le 93, qui concentre les populations précaires à risque, est le seul département français où la tuberculose n’a pas reculé entre 2000 et 2010, touchant environ 31 personnes pour 100.000 habitants chaque année, soit 4 fois la moyenne nationale. Les MST y font également plus de dégâts qu’ailleurs. Or, l’État vient de supprimer une subvention annuelle de 1,5 million d’euros versée par l’assurance-maladie à la Seine- Saint-Denis... qui n’a plus les moyens de dépister efficacement la tuberculose et les maladies sexuellement transmissibles (MST). Sept centres de dépistage pourraient fermer. RSA : +2% Depuis le 1er septembre, le Revenu de solidarité active (RSA) est revalorisé de 2%. Pour les personnes sans revenu d’activité, le RSA prend la forme d’un revenu minimum garanti égal à un montant forfaitaire (RSA socle). Par contre, si le bénéficiaire du RSA et/ou son conjoint travaillent mais que les ressources du foyer sont inférieures à un niveau minimum garanti, le RSA prend la forme d’un complément de revenu (RSA chapeau ou RSA d’activité). Virus Ebola L’OMS rappelle que le risque de transmission de la maladie à virus Ebola au cours de voyages aériens est faible. « Contrairement aux infections comme la grippe ou la tuberculose, la maladie à virus Ebola ne se transmet pas en respirant le même air et les particules véhiculées par l’air qu’une personne infectée. La transmission exige un contact direct avec le sang, les sécrétions, les liquides biologiques ou les organes d’une personne ou d’un animal infecté vivant ou mort. Le risque d’être infecté à bord d’un avion est faible du fait que les personnes atteintes sont incapables de voyager et que l’infection exige un contact direct avec les liquides biologiques de la personne infectée ». Il est recommandé aux voyageurs d’éviter de tels contacts et d’appliquer systématiquement les précautions d’hygiène telles que le lavage des mains. Traitements de la ménopause, attention danger ! La Haute Autorité de Santé (HAS) alerte sur les risques des traitements contre les effets de la ménopause, recommandant des doses les plus ajustées et les plus courtes possibles réévaluées au moins chaque année. santé La ménopause survient en général aux alentours de 50 ans, suite à l’arrêt de la production d’hormones ovariennes (estrogènes et progestérone). Elle peut s’accompagner de différents symptômes : bouffées de chaleur, sudation nocturne, sécheresse vaginale et problèmes urinaires. La Commission de la transparence (CT) de la HAS a réévalué le service médical rendu des médicaments indiqués dans le traitement hormonal de la ménopause. Pour un traitement choisi et ciblé Compte tenu des risques associés à ces traitements, la HAS reconnaît l’intérêt d’un traitement des troubles symptomatiques de la ménopause lorsque les femmes en sont très gênées. Elle recommande d’estimer avec attention l’intérêt de la mise en place d’un traitement en fonction de l’évaluation du rapport bénéfice/risque propre à chaque femme. La HAS insiste sur la nécessité d’une prescription à dose minimale et pour une durée limitée. Elle souligne également qu’à l’instauration du traitement, une information claire et adaptée doit être fournie aux patientes, les risques inhérents au traitement devant leur être communiqués. En outre, le traitement doit être réévalué au moins une fois par an en prenant en considération l’évolution possible du rapport bénéfice/risque individuel. Quels sont les risques ? Les principaux risques connus et identifiés sont le cancer du sein (surrisque qui augmente avec la durée du traitement), le cancer de l’endomètre (l’augmentation du risque est liée au traitement estrogénique. C’est pourquoi, un progestatif y est toujours associé chez les femmes non hystérectomisées), le cancer de l’ovaire, le risque thromboembolique veineux et d’accident vasculaire cérébral (surtout durant la 1 ère année de traitement). Stop Arnaques - octobre 2014 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 1Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 2-3Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 4-5Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 6-7Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 8-9Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 10-11Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 12-13Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 14-15Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 16-17Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 18-19Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 20-21Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 22-23Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 24-25Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 26-27Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 28-29Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 30-31Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 32-33Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 34-35Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 36-37Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 38-39Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 40-41Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 42-43Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 44-45Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 46-47Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 48-49Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 50-51Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 52-53Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 54-55Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 56-57Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 58-59Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 60-61Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 62-63Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 64-65Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 66-67Stop Arnaques numéro 101 oct/nov 2014 Page 68