Stemp Caen n°8 mai/jun 2012
Stemp Caen n°8 mai/jun 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de mai/jun 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Air de Com

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 10,3 Mo

  • Dans ce numéro : découvrir dans le Calvados... les plages du débarquement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
DECOUVRIR Blangy www.calvados-tourisme.com DECOUVRIRdans le Calvados Les plages du débarquement "Normandie Terre de Liberté"... Le 6 Juin 1944, la Normandie entre dans l'histoire en devenant le plus grand champ de bataille de tous les temps. 20 - Mai/juin 2012 - STEMP CAEN N°8 La Normandie fut en effet un des points de départ de la reconquête de l'Europe par les Alliés, mettant fin à l'occupation allemande. Le 6 juin 1944 fut lancée l'opération Overlord, la plus grande opération amphibie de toute l'histoire militaire mondiale, menée simultanément sur plusieurs plages du Calvados et de la Manche. La pointe du hoc Quelques kilomètres à l'est du petit port de pêche de Grandcamp, la falaise forme un promontoire surplombant à pic d'une trentaine de mètres une étroite plage de galets  : c'est la Pointe du Hoc. Sur ce site particulièrement favorable, les Allemands avaient édifié une puissante batterie d'artillerie, capable de balayer un large secteur côtier. Elle constituait une menace redoutable pour les deux plages choisies pour le débarquement des troupes américaines  : Utah Beach à l’ouest, Omaha Beach à l’est. Omaha beach S’il est un endroit où le Débarquement a failli échouer, c’est bien sur la plage d’Omaha Beach. L'endroit choisi, il est vrai, n'était pas idéal pour un assaut amphibie et présentait bien des risques ; mais il était le seul possible entre le secteur britannique Gold, à l'est, et Utah Beach, la seconde plage américaine, à l’ouest, sur le rivage du Cotentin. De Grandcamp jusqu'à Arromanches, le littoral du Bessin est en effet bordé de falaises calcaires abruptes, s'élevant de quelques dizaines de mètres au-dessus de la mer. En revanche, devant les villages de Vierville, Saint-Laurent et Colleville se dessine une échancrure de 6 à 7 kilomètres où la côte s'affaisse pour former un talus descendant en pente raide vers la plage à laquelle on accède par de petites vallées encaissées. Le site, en raison de sa topographie, est aisé à défendre. On y dénombre pas moins de quatorze Widerstandnester (« nids de résistance ») , implantés pour la plupart à l'entrée des petites vallées encaissées qui conduisent de la grève au plateau, de surcroît barrées par des murs antichars. Partout, les Allemands ont disposé canons, nids de mitrailleuses, mortiers, champs de mines et barbelés. En mars 1944, la plage reçut le nom de code d'Omaha (une ville de l’Etat du Nebraska). Trois mois plus tard, elle entrait dans l'Histoire sous le surnom de "Bloody Omaha" (Omaha la sanglante), en raison des pertes effroyables qu'y subit le Ve corps de l’armée américaine, composé de la 1 ère division d’infanterie(général Huebner) et de la 29 ère division (général Gerhardt). Gold beach Gold Beach est le nom de code donné au secteur dévolu au XXX ème corps britannique. A l'est d'Arromanches, les falaises laissent place à une côte basse et marécageuse. C'est là que doit débarquer, en fer de lance, devant Asnelles et Ver-sur-mer, la 50 ème Northumbrian division du général Graham. L’assaut commença à 7h 25, soit avec une heure de décalage par rapport aux Arromanches
Batterie de Longues sur mer Arromanches et les plages du débarquement Américains, du fait de l’heure de la marée. Juno beach Entre les plages britanniques de Gold et Sword, le secteur de Juno Beach correspond à la portion du littoral affectée aux Canadiens. Ce secteur est occupé par de gros bourgs côtiers, devenus de coquettes stations balnéaires à la fin du XIX ème siècle. Ici, pas de batteries lourdes, mais nombre de petits ouvrages échelonnés le long du rivage, abritant canons antichars ou mitrailleuses, souvent construits sur les digues, de manière à prendre les plages en enfilade. Sword beach Initialement, le secteur de débarquement défini par les Alliés s'arrêtait, vers l'est, à hauteur de Courseulles. Eisenhower et Montgomery obtinrent de l'étendre jusqu'à l'Orne. Ainsi apparut, à l'est de Juno Beach, la plage Sword qui s'étendait théoriquement de Langrune à Ouistreham. Compte tenu des risques que comportait un assaut direct contre les puissantes défenses de Ouistreham et de l'impossibilité de débarquer, en raison des récifs côtiers, devant Lion et Luc-sur-mer, l'attaque D E C O U V R I R D E C O U V R I R D E C O U V R I R D E C O U V R aura lieu finalement sur un front assez étroit. Et aussi dans la Manche… Utah beach La partie orientale du Cotentin est une zone de terres basses et humides, recouvertes chaque hiver par des inondations. Sur le littoral, s'étendent de larges plages de sable bordées d'un cordon dunaire les séparant des marais que l'on franchit en empruntant des chemins surélevés, les "chaussées". Ce secteur est particulièrement propice à un assaut amphibie. Le maréchal Rommel ne l'ignore pas, qui a multiplié les visites sur place pour renforcer les défenses. Ainsi, les dunes entre la baie des Veys et Saint-Vaast-la-Hougue sont-elles truffées d'une bonne trentaine de "nids de résistance », les Widerstandnesten (WN). Sur les hauteurs de l'arrière pays ont été aménagées quelques batteries lourdes, notamment à Azeville, Crisbec, Morsalines, La Pernelle… Dans leurs plans initiaux, les Alliés n'avaient pas prévu de débarquer sur les côtes du Cotentin. C'est seulement en décembre 1943 qu'Eisenhower et Montgomery ont pris la décision d'ajouter à celles qui avaient été déjà choisies sur les côtes du Batterie de Merville-Franceville Plages du Débarquement àLongues sur mer Calvados une plage supplémentaire, à l'ouest de la baie des Veys, afin de pouvoir s'emparer plus rapidement du port de Cherbourg. L'endroit retenu a reçu le nom de code d’Utah Beach. Il s'étend de ■ Département du Calvados• Sainte-Marie-du-Mont jusqu’à Quinéville, avec une zone d'assaut d'environ 2 kilomètres à hauteur de Vareville. Caen Le musée Juno Beach àCourseulles www.normandiememoire.com La pointe du Hoc STEMP CAEN N°8 - Mai/juin 2012 - 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :